Ouvrir le menu principal

Blanco y Negro (revue)

Blanco y Negro  
Image illustrative de l’article Blanco y Negro (revue)

Titre abrégé ByN
Discipline Culture
Langue Espagnol
Publication
Maison d’édition Prensa Española (Madrid, Espagne)
Période de publication 1891-1939
1957-2005
Fréquence Hebdomadaire
Indexation
ISSN 0006-4572
OCLC 4701100

Blanco y Negro est une publication périodique culturelle fondée à Madrid (Espagne) en 1891 par Torcuato Luca de Tena y Álvarez Ossorio (es). Elle constitue la base du groupe d'édition Prensa Española, qui sera notamment l'éditrice du journal ABC. La revue, qui a eu plusieurs époques de publication différentes, est devenue un supplément de ABC avant de disparaître en l'an 2000.

HistoireModifier

 
Façade du bâtiment ABC Serrano (es), dans la calle Serrano, à Madrid, siège de la revue.

Blanco y Negro est créée en 1981 par Torcuato Luca de Tena y Álvarez Ossorio (es) et s'installe dans la calle Serrano de Madrid, à l'emplacement de l'actuel bâtiment ABC Serrano (es), où naîtra par la même occasion la maison d'édition Prensa Española[1].

Son premier directeur est Eduardo Sánchez de Castilla (es), quoique rapidement remplacé par Luca de Tena lui-même, le [2].

Elle est éditée pendant longtemps comme publication indépendante, sur plusieurs périodes. Entre 1891 et 1939, elle est publiée de façon continue, mais disparaît au commencement de la guerre civile ; elle réapparaît en 1957 comme publication indépendante et jusqu'en 1980. En 1988, elle devient le supplément du dimanche du journal ABC, mais disparaît à nouveau en l'an 2000. En 2002, et à la suite de la constitution de Vocento, Blanco y Negro devient Blanco y Negro cultural puis ABCD Las Artes y Las Letras, toujours comme supplément dominical du journal, avant de disparaître définitivement en 2010.

Première période (1891-1939)Modifier

La revue présente la nouveauté de ses illustrations — c'est en effet la première publication périodique espagnole à utiliser la couleur et le papier couché[3] — et a joui d'un certain prestige pour ses articles et collaborations littéraires ; ses premiers tirages étaient d'environ 20 000 exemplaires[4]. Le , elle publie la première photographie en couleur de la presse en Espagne[5].

La revue, qui publie une série d'almanachs annuels, est en concurrence avec d'autres revues illustrées comme La Ilustración Española y Americana et Nuevo Mundo[6].

Blanco y Negro est distribuée hebdomadairement et de façon ininterrompue jusqu'à l'éclatement de la guerre civile espagnole, lors de laquelle la revue est saisie par le gouvernement républicain[7].

Deuxième période (1957-1988)Modifier

La revue réapparaît comme hebdomadaire indépendant ; c'est au travers de cette revue que sont publiées pour la première fois en Espagne Les Aventures de Tintin[8] :

Troisième période (1988-2002)Modifier

Blanco y Negro est vendu dominicalement comme supplément du journal ABC à partir du [9]. Il inclut Gente Menuda (es), un supplément destiné aux enfants. Le dernier numéro recensé journal est datée au 29 octobre 2000[10].

Quatrième période (2002-2005)Modifier

La revue change de nom en 2002 pour devenir Blanco y Negro Cultural[11], puis en 2005 pour devenir ABCD Las Artes y Las Letras[12], toujours comme supplément hebdomadaire. Cette dernière disparaît en 2010.

Une revue originale et innovatriceModifier

Le succès de la revue a motivé la création postérieure du journal monarchique[Lequel ?]. La revue présentait la nouveauté des illustrations et jouissait d'un grand prestige pour ses articles et collaborations littéraires, suivant le modèle de La Ilustración Española y Americana ou Nuevo Mundo[13], et arrivant dès le début à tirer près de 20 000 exemplaires.

C'est la première publication périodique espagnole à utiliser la couleur et le papier couché[14]. Le , la première photographie en couleur en Espagne y est publiée[N 1].

CollaborateursModifier

Tout au long de son histoire, la revue a vu de nombreux écrivains y commencer leur carrière, des aristocrates Hilda de Toledano (le pseudonyme de Maria Pia de Saxe-Cobourg et Gotha Bragance) et Emilia Pardo Bazán[16] aux membres de la génération de 98 comme Antonio Machado, Francisco Villaespesa (es), Azorín et Manuel Abril (es)[17] en passant par des écrivains de littérature de jeunesse comme Elena Fortún (es), qui y fait apparaître son personnage infantile fétiche, Celia, dans la série de nouvelles Celia, lo que dice (es) le 24 juin 1928.

Parmi les nombreux collaborateurs graphiques, on peut citer le peintre de couverture Enrique Estévez Ochoa (es) ou le caricaturiste Paco Ugalde (es)[18].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. La primera lección (« la première leçon »), la première photographie en couleur publiée en Espagne, montre un violoniste montrant à une enfant à jouer du violon[15].

RéférencesModifier

  1. (es) Francisco Iglesias, Historia de una empresa periodística : Prensa Española : editora de "ABC" y "Blanco y Negro" (1891-1978), Madrid, Prensa Española, , 543 p. (ISBN 9788428705103).
  2. (es) « Conviniendo a... », Blanco y Negro, Madrid, no 43,‎ , p. 141 (ISSN 0006-4572, lire en ligne).
  3. (es) Hipólito Escolar, Historia del Libro, Fundación Germán Sánchez Ruipérez, , p. 572.
  4. (en) « El libro y las bibliotecas durante el siglo XIX » sur Zaguán 2000.
  5. La photographie s'intitulait La primera lección (« la première leçon ») et montrait un violoniste enseignant à une enfant comment jouer du violon. Voir (es) « Primera foto en color publicada en España », ABC,‎ (lire en ligne).
  6. (es) Marta Palenque, « Un diluvio de almanaques. Los almanaques de la prensa ilustrada: Blanco y Negro (1896-1900) », Anales de Literatura Española, no 26,‎ , p. 327-362 (ISSN 0212-5889, DOI 10.14198/ALEUA.2014.26.15).
  7. (es) Julián Marías, « Article sur la revue Blanco y Negro de la deuxième époque et hémérothèque », sur filosofia.org (consulté le 17 septembre 2014)
  8. (es) « Aventuras en prensa », sur catalogotintin.jimdo.com (consulté le 18 septembre 2014)
  9. (es) « Annonce du premier numéro comme supplément du dimanche », sur hemeroteca.abc.es, (consulté le 18 septembre 2014).
  10. (es) « Blanco y Negro », sur Hémérothèque du journal ABC.
  11. (en) « Fiche de Blanco y Negro Cultural », sur worldcat.org (consulté le 19 septembre 2014)
  12. (en) « Fiche de ABCD Las Artes y Las Letras », sur worldcat.org (consulté le 19 septembre 2014)
  13. (es) Rosario López de Prado, « « El libro en España » dans El libro y las bibliotecas durante el siglo XIX », sur geocities.com, (consulté le 18 septembre 2014).
  14. (es) Hipólito Escolar Sobrino, Historia del Libro, Madrid, Fundación Germán Sánchez Ruipérez, , 698 p. (ISBN 9788486168360), p. 572.
  15. (es) « Primera foto en color publicada en España », sur abc.es, (consulté le 18 septembre 2014).
  16. (es) Ana María Freire, « Hispanoamérica en la visión de Emilia Pardo Bazán (un asunto de familia) », La Ilustración Artística, Madrid, no 988,‎ (lire en ligne).
  17. (es) Miguel Ángel Lozano Marco, « Las colaboraciones de Azorín en "Blanco y Negro": El camino hacia "España: Hombres y paisajes" (1909) », España contemporánea: Revista de literatura y cultura, vol. 3, no 1,‎ , p. 25-46.
  18. « Paco Ugalde », sur Fundación March (consulté le 13 septembre 2015).[PDF]

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Danièle Bussy Genevois et Équipe de recherche sur les sociétés et cultures de l'Espagne contemporaine (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis), Le projet national de "Blanco y negro" : 1891-1917, Saint-Denis, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, , 241 p. (ISBN 9782911860133)
  • Novelas de Blanco y Negro, Blanco y Negro, Madrid, 1934-35, 18 vol. (OCLC 22872540)
    Collection de romans publiés dans la revue Blanco y Negro, sur 18 volumes.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

AutresModifier