Ouvrir le menu principal

Blaise (Haute-Marne)

commune déléguée Colombey-les-Deux-Églises et ancienne commune de la Haute-Marne, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blaise.

Blaise
Blaise (Haute-Marne)
Mairie déléguée
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Chaumont
Canton Châteauvillain
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Chaumont, du Bassin Nogentais et du Bassin de Bologne Vignory Froncles
Commune Colombey-les-Deux-Églises
Statut Commune déléguée
Maire délégué Raymond Herbelot
2014-2020
Code postal 52330
Code commune 52052
Démographie
Population 82 hab. (2016 en diminution de 7,87 % par rapport à 2011)
Densité 4,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 52″ nord, 4° 58′ 13″ est
Altitude Min. 240 m
Max. 375 m
Superficie 16,69 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Colombey-les-Deux-Églises
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Marne
City locator 15.svg
Blaise

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 15.svg
Blaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Blaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Blaise

Blaise est une commune déléguée de Colombey-les-Deux-Églises et une ancienne commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Grand Est.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Carte interactive de Blaise (avec ses limites communales)

Blaise, commune déléguée de Colombey-les-Deux-Églises, est située dans le département de la Haute-Marne en région Grand-Est.

À vol d'oiseau, elle se situe à 8,86 km de Colombey-les-Deux-Églises, chef-lieu de la commune[Note 1]. Elle est distante de 22,63 km de Chaumont, préfecture du département[Note 2]. Elle se trouve à 203,22 km de Paris[Note 3].

Blaise est située sur la RD 2 reliant Colombey-les-Deux-Églises (10,3 km au sud-ouest) à Doulevant-le-Château (12,4 km au nord) et se trouve au nord-est du territoire communal de Colombey-les-Deux-Églises.

Avant sa fusion avec Colombey-les-Deux-Églises, Blaise était limitrophe de cinq communes : Champcourt, Curmont, Daillancourt, Guindrecourt-sur-Blaise, Juzennecourt, Lachapelle-en-Blaisy, Lamothe-en-Blaisy et Marbéville.

Parmi ces communes, Champcourt et Lamothe-en-Blaisy sont devenues des communes déléguées également de Colombey-les-Deux-Églises.

 
Panorama du village.

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune était de 1 669 hectares[1]. Son altitude varie d'environ 248 mètres à 373 mètres. L'altitude moyenne se situe entre 250 mètres et 255 mètres au niveau de la localité[2].

Le sous-sol géologique de la commune déléguée date du jurassique, avec la présence d'un sol d'argiles, de calcaire et de marne[3].

Le risque sismique est considéré comme très faible soit en zone 1 selon la carte du zonage définie par le gouvernement[4]

La localité se trouve dans la vallée de la Blaise[5].

HydrographieModifier

Blaise est traversé par la Blaise au nord-est de la localité mais la rivière ne passe pas dans le village[6]. Long de 85,5 km, le cours d'eau prend sa source à Gillancourt dans la Haute-Marne et conflue avec la Marne à Arrigny dans la Marne. La commune déléguée se situe sur le bassin versant de la Seine.

Pour faire face au risque d'inondation, un atlas des zones inondables a été adopté en 2009 pour la Blaise, adopté par le préfet du département[7],[8],[9],[10].

ClimatModifier

Article détaillé : Climat de la Haute-Marne.

La station climatique la plus proche est celle de Saint-Dizier[11], situé sur la base aérienne 113 à 39,3 km à vol d'oiseau au nord est de Blaise. Une autre station climatique se situe à Blécourt à 13,5 km de la commune déléguée, mais les données ne sont pas publiques[12].

Relevé Saint-Dizier - Robinson 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,3 0,2 1,9 4,3 8,1 11,2 12,9 12,7 10,2 7,1 2,8 0,4 6
Température moyenne (°C) 2,5 3,8 6,4 9,5 13,5 16,7 18,7 18,3 15,5 11,5 6,2 3,3 10,5
Température maximale moyenne (°C) 5,3 7,4 10,8 14,7 18,8 22,1 24,5 23,9 20,8 16 9,6 6,2 15
Ensoleillement (h) 51,1 83,7 120,9 165,1 206,7 219,4 246,3 217 170,7 122,6 67,6 54 1 725,1
Précipitations (mm) 74,7 61,1 65,4 55,2 75,8 72,8 66,5 70,1 64,2 68,1 72,4 80 826,3
Source : Infoclimat : Saint-Dizier - Robinson (1961-1990)[13]


Voies de communication et transportsModifier

Voies de communicationModifier

Blaise se situe sur deux axes secondaires. La localité se trouve sur la route départementale 2, axe principal, reliant Colombey-les-Deux-Églises (10,3 km) à Doulevant-le-Château (12,4 km) et sur la route départementale 233, partant de la commune déléguée pour rejoindre la route départementale 203 à Buchey, qui se trouve à 7,5 km la commune.

La route départementale 2 permet de rejoindre la route départementale 619 à Colombey-les-Deux-Églises, pour aller à Chaumont, préfecture du département. L'autoroute la plus proche de Blaise est l'A5 par la sortie 23 (Ville-sous-la-Ferté).

TransportsModifier

La commune déléguée ne dispose pas d'autres moyens de transport comme le ferroviaire et le transport en commun.

La gare ferroviaire, la plus proche, est celle de Bologne à 22,2 km par la route, située sur la ligne de Blesme - Haussignémont à Chaumont et elle est desservie par la ligne 6 (ReimsChâlons-en-ChampagneSaint-DizierChaumontDijon) du TER Champagne-Ardenne. Une autre gare, celle de Bar-sur-Aube, qui se trouve à 26,3 km de la commune déléguée par la route, est desservie par la ligne 3 (Paris-EstTroyesChaumontLangresVesoulBelfort) du TER Champagne-Ardenne.

UrbanismeModifier

La forme urbaine de la commune déléguée ressemble à celle d'un village-rue étirée le long de la route départementale 2 et de la route départementale 233, mais son habitat est surtout groupée autour de l'église du village[14],[15].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les noms de Blesia en 1210, de Blesa en 1368, de Bloyse en 1398, de Bloise en 1447, de Blayse en 1490, de Blaise en 1563, de Blaize en 1690, de Blaize-le-Chatel en 1703, de Blaise-le-Chatel en 1763 et de Blaize sur la carte de Cassini[16].

La commune déléguée tire son nom de la rivière éponyme qui a d'ailleurs donnée son nom à la vallée et à la région. Pour le toponymiste Ernest Nègre, le nom de la localité vient de bletia qui signifie « cours (d'eau) du loup ». L'origine de ce nom vient probablement du mot celtique blet, signifiant loup dans cette langue. Le mot est composé avec un suffixe en latin, -ia qui sert à désigner un cours d'eau[17].

HistoireModifier

La localité est mentionnée, pour la première fois, dans des documents du XIIIe siècle. Blaise forme une seigneurie, appartenant au XIIIe siècle, au seigneur de Vignory[18],[19]. Ces derniers bâtissent un château à Blaise[18].

La seigneurie appartient ensuite à la famille d'Aulnoy puis elle passe à la famille de Baudricourt avec Robert de Baudricourt[18]. Son fils, Jean de Baudricourt reçoit François de Paule dans son château en 1496[19]. Celui-ci a d'ailleurs été chargé par le roi Louis XI de chercher l'ermite en Italie pour l'amener en France à sa cour. Après cette rencontre, il décide de fonder à Bracancourt, un lieu-dit de la commune déléguée, un couvent pour l'ordre des Minimes par une donation du à Chaumont et accorde une rente au convent[20].

Ce couvent est détruit en 1563, lors de la Première guerre de Religion. Les moines, réfugiés à Reims, décident de rebâtir le lieu en 1580 pour revenir[20]. Le couvent est pillé en 1636 puis brûlé par un incendie en 1706[20]. Après l'incendie, le monastère est reconstruit et il reste la propriété de l'ordre jusqu'à la Révolution française[20].

Avant la Révolution française, Blaise ressort de la généralité de Châlons, de l'élection de Joinville et de la prévôté de Chaumont[18]. Elle appartenait également au bailliage de Chaumont. Au niveau ecclésiastique, la paroisse fait partie du diocèse de Langres[18].

Lors de la Révolution française, la paroisse de Blaise est transformée en une commune indépendante à la suite du décret du et de la loi du . Blaise est intégrée au département de la Haute-Marne, au district de Chaumont[21]. Elle devient le chef-lieu de canton, comportant 17 communes[21],[22]. En 1801, la commune perd son statut de chef-lieu de canton. Elle est rattachée au canton de Vignory et à l'arrondissement de Chaumont[21].

Avec la mise en place du code officiel géographique en 1943, Blaise a porté le code commune 52052[23].

Par arrêté préfectoral du , la commune est rattachée le à Colombey-les-Deux-Églises sous la forme d'une fusion-association, où elle devient une commune associée à Colombey-les-Deux-Églises. En 1976, la commune associée est officiellement transférée dans le canton de Juzennecourt, dont Colombey-les-Deux-Églises faisait partie.

Par arrêté préfectoral du , la création de la commune nouvelle de Colombey-les-Deux-Églises, pour le , entraîne la transformation du statut de Blaise en commune déléguée au sein de la nouvelle commune[24].

AdministrationModifier

Administration municipaleModifier

Depuis le , Blaise ne dispose plus d'un conseil municipal et d'un maire, gérant les affaires municipales. Les décisions sont prises en conseil municipal de Colombey-les-Deux-Églises. Avec la fusion-association, elle garde cependant une section électorale, une section du CCAS, une commission consultative, une mairie annexe et un maire délégué, ayant autorité sur le territoire de la commune associée. Elle peut également avoir un conseil consultatif.

La transformation du statut de commune associée en commune déléguée au entraîne la fin de la commission consultative, du sectionnement électoral et du CCAS, mais Harricourt conserve sa mairie annexe et un maire délégué avec la possibilité de l'institution d'un conseil de la commune déléguée par la commune nouvelle.

Les habitants de Blaise disposent également d'une liste électorale propre et d'un bureau de vote dans la mairie annexe, pour les élections[25].

Liste des mairesModifier

La liste ci-dessous recense le nom des maires avant la fin de son autonomie au  :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1794 ? Jacques Cornette    
? 1804 Claude Sertat    
1804 1810 Nicolas Delignon    
1810 1818 Gabriel Gillet    
1818 1831 Joseph Vautrin    
1831 1832 Claude Rouyer    
1832 1834 Joseph Voillemont    
1834 1852 Jean Baptiste Lemoine    
1852 1859 Jean Pierre Bertrand    
1859 1865 Joseph Rouyer    
1865 1869 Anatole Clerc    
1869 1876 Ernest Huguenin    
1876 1893 Claude Dupuis    
1893 1896 Jules Liège    
1896 1907 Jules Royer    
1907 ? Henri Chaudron    
Les données manquantes sont à compléter.

Liste des maires déléguésModifier

La liste ci-dessous indique le nom des maires délégués depuis le jusqu'à aujourd'hui :

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  Raymond Herbelot    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Avant la mise en place des recensements individuels, les registres paroissiaux de Blaise, connus à partir de 1667[26], indiquent une population de 112 feux en 1709[27], soit environ 560 habitants[Note 4]. Le nombre de feux passe à 86 feux, soit 430 habitants en 1720[28]. Ce chiffre reste stable en 1753[29] et en 1764[30]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune entre 1793 et 1973, dans la commune associée de 1973 à 2016 et dans la commune déléguée depuis 2017. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune déléguée, le premier recensement exhaustif, lié à celui de Colombey-les-Deux-Églises, entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[32].

En 2016, la commune déléguée comptait 82 habitants[Note 5], en diminution de 7,87 % par rapport à 2011 (Haute-Marne : −2,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
306326278328370394368368377
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
337335315296290289262249200
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
192210184159151128122150111
1962 1968 1982 2006 2011 2016 - - -
10811098878982---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Étant commune déléguée de Colombey-les-Deux-Églises, Champcourt est rattachée à l'académie de Reims. Cette académie fait partie de la Zone B pour son calendrier de vacances scolaires.

Aucun établissement d'enseignement n'est présent sur la commune déléguée, mais le groupe scolaire Yvonne de Gaulle à Colombey-les-Deux-Églises, regroupent les élèves de maternelle et de cours élémentaire de l'ensemble de la commune. Il compte 153 élèves en 2017[34].

Pour le secondaire, les collégiens se rendent au collège du chef-lieu de commune[35]. Les lycées publics d'enseignement général et d'enseignement technique se trouvent à Chaumont[36]. Un lycée privée d'enseignement général et d'enseignement technique est également présent à Chaumont[37].

Pour l'enseignement supérieur, des établissements se trouvent, dans l'académie de Reims, à Chaumont, à Troyes, à Chalons-en-Champagne et à Reims. Les étudiants peuvent aussi aller vers des établissements situés à Dijon dans l'académie homonyme.

Santé et service d'urgenceModifier

Au 1er janvier 2017, aucun médecin généraliste n'exerce sur Blaise, mais un praticien exerce à Colombey-les-Deux-Églises, chef-lieu de la commune. Il en est de même pour l'officine pharmaceutique. Pour des médecins spécialisés et des dentistes, il faut se rendre à Chaumont, ou à Bar-sur-Aube. Dans le domaine paramédicale, des infirmières se trouvent, l'un à Harricourt et l'autre à Colombey-les-Deux-Églises.

Pour les hospitalisation, les urgences et la chirurgie, le centre hospitalier le plus proche est celui de Chaumont, mais les habitants peuvent se rendre à celui de Bar-sur-Aube. Les deux EHPAD les plus proches se situent l'un à Maranville et l'autre à Bayel.

Pour la sécurité en matière d'incendie et de sauvetage, les pompiers du centre de secours de Colombey-les-Deux-Églises, rattaché au SDIS de la Haute-Marne, sont compétent[38].

Médias et télécommunicationModifier

Le quotidien local Le Journal de la Haute-Marne et le journal hebdomadaire Voix de la Haute-Marne diffuse leur journal sur la région de Chaumont et le département de la Haute-Marne.

Parmi les chaines de télévision de télévision numérique terrestre (TNT) accessibles à tous les habitants de Champcourt, depuis l'émetteur de Troyes-Les Riceys situé aux Riceys, France 3 Champagne-Ardenne relaient les informations locales. Parmi les nombreuses stations de radio disponibles, on peut citer France Bleu Champagne-Ardenne.

En 2017, l'internet haut débit via la technique ADSL 2+ est possible pour tous les abonnés à un réseau de téléphonie fixe depuis le NRA installée sur la commune déléguée[39].

CultesModifier

Le territoire de la commune dépend de la paroisse Saint Bernard, au sein du diocèse de Langres, au même titre que les trente-une autres paroisses[40]. En 2017, l'église Saint-Michel est l'un des lieux de culte de cette paroisse[41]. Monseigneur Joseph de Metz-Noblat est à la tête du diocèse de Langres depuis 2014[42].

Concernant d'autres religions, les lieux de cultes les plus proches sont le temple de Chaumont pour les protestants, la synagogue de Troyes pour les juifs et la mosquée de Joinville pour les musulmans.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L’église Saint-Michel

GalerieModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Abbé Roussel, Le diocèse de Langres : Histoire et statistique, t. II, Langres, Jules Dallet, , 625 p. (lire en ligne), p. 151-152 :  

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

NotesModifier

  1. L’orthodromie considérée, séparant Blaise de Colombey-les-Deux-Églises, est issue d'un calcul et indiquée par Christian Magnan, « Orthodromie entre Blaise et Colombey-les-Deux-Églises », sur le site http://www.lacosmo.com/ (consulté le 23 décembre 2016).
  2. L’orthodromie considérée, séparant Blaise de Chaumont, est issue d'un calcul et indiquée par Christian Magnan, « Orthodromie entre Blaise et Chaumont », sur le site http://www.lacosmo.com/ (consulté le 23 décembre 2016).
  3. L’orthodromie considérée, séparant Blaise de Paris, est issue d'un calcul et indiquée par Christian Magnan, « Orthodromie entre Blaise et Paris », sur le site http://www.lacosmo.com/ (consulté le 23 décembre 2016).
  4. Sous l'Ancien Régime, le feu désigne un foyer pour dénombrer la population et servir à la fiscalité. Pour estimer, le nombre d'habitants, certains appliquent le coefficient multiplicateur de 5, même si cela n'est pas une règle, mais un indicateur moyen. Ici, le coefficient utilisé est de 5.
  5. Population municipale légale en vigueur au , millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au , date de référence statistique : .

RéférencesModifier

  1. Ministère de l'Intérieur, « La situation financière des communes de France et d'Algérie en 1912 », (consulté le 8 janvier 2017), p. 427.
  2. « Site de géodésie de l'IGN », sur http://geodesie.ign.fr/ (consulté le 29 avril 2017).
  3. Direction départementale des Territoires de la Haute-Marne, « Référentiel des paysages de la Haute-Marne » [PDF], sur http://www.haute-marne.gouv.fr/, (consulté le 29 avril 2017), p. 24-28.
  4. BRGM, « Zonage sismique sur planseisme.fr » (consulté le 29 avril 2017).
  5. Direction départementale des Territoires de la Haute-Marne, « Référentiel des paysages de la Haute-Marne » [PDF], sur http://www.haute-marne.gouv.fr/, (consulté le 29 avril 2017), p. 70-79.
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fiche cours d'eau - La Blaise (F53-0400) (F53-0400) » (consulté le 13 février 2017)
  7. « Bouquet prévention risques majeurs sur prim.net de Colombey-les-Deux-Églises », sur www.prim.net (consulté le 20 janvier 2017).
  8. « Atlas des zones inondables de la Blaise entre sa source et Arnancourt - Carte d'aléa n°5/10 » [PDF], sur http://www.haute-marne.gouv.fr/ (consulté le 29 avril 2017).
  9. « Atlas des zones inondables de la Blaise entre sa source et Arnancourt - Carte d'aléa n°6/10 » [PDF], sur http://www.haute-marne.gouv.fr/ (consulté le 29 avril 2017).
  10. « Atlas des zones inondables de la Blaise entre sa source et Arnancourt - Carte d'aléa n°7/10 » [PDF], sur http://www.haute-marne.gouv.fr/ (consulté le 29 avril 2017).
  11. « Fiche d'information de la station climatique de Saint-Dizier Robinson », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 29 avril 2017).
  12. « Fiche d'information de la station climatique de Blécourt », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 29 avril 2017).
  13. « Relevé Saint-Dizier - Robinson 1961-1990 », sur www.infoclimat.fr (consulté le 20 janvier 2017).
  14. « Site officiel du cadastre », sur http://cadastre.gouv.fr/ (consulté le 13 février 2017).
  15. Direction départementale des Territoires de la Haute-Marne, « 7 fiches de missions - Référentiel des paysages de la Haute-Marne » [PDF], sur http://www.haute-marne.gouv.fr/, (consulté le 13 février 2017), p. 304.
  16. Alphonse Roserot, Dictionnaire topographique du département de la Haute-Marne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes : Histoire et statistique, Paris, Imprimerie nationale, , 289 p. (lire en ligne), p. 17
  17. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Librairie Droz, Genève, , 704 p. (ISBN 978-2-600-02883-7, lire en ligne), p. 106
  18. a b c d e et f Abbé Roussel, Le diocèse de Langres : Histoire et statistique, t. II, Langres, Jules Dallet, , 625 p. (lire en ligne), p. 194-195
  19. a et b Émile Jolibois, La Haute-Marne ancienne et moderne : dictionnaire géographique, statistique, historique et biographique, Chaumont, Imprimerie et lithographie Ve Miot-Dadant, , 566 p. (lire en ligne), p. 62
  20. a b c et d Émile Jolibois, La Haute-Marne ancienne et moderne : dictionnaire géographique, statistique, historique et biographique, Chaumont, Imprimerie et lithographie Ve Miot-Dadant, , 566 p. (lire en ligne), p. 86
  21. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Société d'histoire, d'archéologie et des beaux-arts, Annales de la Société d'histoire, d'archéologie et des beaux-arts de Chaumont : dictionnaire géographique, statistique, historique et biographique, Chaumont, Cavaniol, , 362 p. (lire en ligne), p. 210
  23. « Fiche communale », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 8 janvier 2017).
  24. « Recueil des actes administratifs de Haute-Marne du 16 décembre 2016 » [PDF], sur http://www.haute-marne.gouv.fr/, (consulté le 21 décembre 2016), p. 94-95
  25. Préfecture de la Haute Marne, « Arrêté n°2028 en date du 29 août 2016 fixant l'implantation et le périmètre des bureaux de vote de la Haute-Marne - Recueil des actes administratifs, numéro 09-2016 » [PDF], sur http://www.haute-marne.gouv.fr/, (consulté le 28 décembre 2016).
  26. « Les registres paroissiaux et d'état-civil de la commune de Blaise », sur le site des archives départementales de la Haute-Marne (consulté le 8 janvier 2017).
  27. Inconnu, Dénombrement du royaume par généralité, élections, paroisses et feux, Paris, Charles Saugrain, (lire en ligne), p. 136.
  28. Inconnu, Nouveau dénombrement du royaume par généralité, élections, paroisses et feux, Paris, Saugrain l'ainée, (lire en ligne), p. 446.
  29. Inconnu, Le Royaume de France et les états de Lorraine, Paris, N. Tilliard, (lire en ligne), p. 316.
  30. Abbé Explilli, Dictionnaire géographique, historique, et politique des Gaules et de la France - Tome Troisième, (lire en ligne), p. 952.
  31. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  32. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  34. « École maternelle et élémentaire - Colombey-les-Deux-Églises (52) », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 30 avril 2017).
  35. « Collège - Colombey-les-Deux-Églises (52) », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 30 avril 2017).
  36. « Lycée sur Chaumont », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 6 février 2017).
  37. « Lycée privée général et technologique Oudinot », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 30 avril 2017).
  38. « SDIS Haute-Marne (52) », sur le site https://www.pompiercenter.com (consulté le 30 avril 2017).
  39. « NRA de Blaise (52140BLE - BLE52) », sur le site de la société Ariase SARL (consulté le 30 avril 2017).
  40. a et b « Paroisse Saint-Bernard - Colombey-les-Deux-Églises », sur http://52.catholique.fr/ (consulté le 11 janvier 2017)
  41. « Église Saint-Michel de Blaise », sur le site Église-Info de la conférence épiscopale des évêques de France (consulté le 27 janvier 2017).
  42. « Mgr Joseph de Metz-Noblat », sur le site du diocèse de Langres (consulté le 30 avril 2017).
  43. a b c et d « Église paroissiale Saint-Michel de Blaise », sur http://inventaire-patrimoine.cr-champagne-ardenne.fr/ (consulté le 11 janvier 2017)
  44. « Église Saint-Michel », notice no PA00079040, base Mérimée, ministère français de la Culture
  45. H. Olland, La Baronnie de Choiseul, p. 54
  46. a et b « Château de Blaise », notice no PA00079038, base Mérimée, ministère français de la Culture