Black Lives Matter

mouvement de protestation sociale aux États-Unis d'Amérique

Black Lives Matter
Description de l'image Black Lives Matter logo.svg.
Informations
Date 2013
Localisation États-Unis
Caractéristiques
Organisateurs Patrisse Cullors, Alicia Garza et Opal Tometi
Revendications Antiracisme, dénonciation de la discrimination exercée par les forces policières, des violences policières, du profilage racial et de la mort de citoyens afro-américains par des policiers.

Black Lives Matter (BLM) — qui se traduit par « les vies noires comptent » ou « la vie des Noirs compte »[1] — est un mouvement politique né en 2013 aux États-Unis dans la communauté afro-américaine militant contre le racisme systémique envers les Noirs. Ses membres se mobilisent contre les atteintes mortelles de personnes noires par des policiers blancs. Ils accordent une importance particulière au profilage racial, à la violence policière ainsi qu’à l’inégalité raciale dans le système de justice criminelle des États-Unis.

Le mouvement occupe une place importante dans les manifestations et émeutes de l'été 2020 aux États-Unis et dans le monde, après la mort de George Floyd, qui sont ensuite ravivées par la mort d'autres hommes noirs lors de leur arrestation par des policiers blancs, comme Rayshard Brooks, ou leur arrestation qui tourne mal comme celle de Jacob Blake.

Controversé, ce mouvement a donné lieu en réaction au slogan All Lives Matter (« toutes les vies comptent ») et au mouvement de défense de la police Blue Lives Matter (« les vies bleues comptent »).

HistoireModifier

OrigineModifier

Le , le surveillant de voisinage George Zimmerman, qui avait tué un adolescent noir, Trayvon Martin, au cours d'une altercation, est acquitté par la justice. En réaction, la militante Alicia Garza écrit le jour même un billet qu’elle décrit comme une « lettre d'amour aux amis Noirs ». Celui-ci se termine par « Black People. I love you. I love us. Our lives matter. », ou en français : « Personnes noires. Je vous aime. Je nous aime. Nos vies comptent[2] » et appelle à s'unir pour garantir que « les vies noires comptent » (« that black lives matter »)[3],[4]. Patrisse Cullors, amie d'Alicia Garza et également activiste, republie le billet sur le média social Twitter[3] et y joint le hashtag #BlackLivesMatter[4],[3],[2].

Garza et Cullors créent ensuite, en compagnie d'Opal Tometi[5], une autre femme afro-américaine qui dirige à New York un groupe de défense des droits des immigrants afro-descendants[2],[6], des comptes sur les réseaux sociaux Tumblr et Twitter où elles appellent les internautes à partager des récits expliquant pourquoi « les vies noires comptent ». Les initiatrices du mouvement commencent à employer le slogan dans des manifestations, et ce dernier commence à se répandre[7].

Extension du mouvementModifier

 
Utilisation du hashtag lors d'une manifestation le à New York.
 
Rassemblement le , un an après la mort de Michael Brown, devant le Barclays Center de Brooklyn.

En 2014, peu après la mort aux mains de la police d'Eric Garner à New York, qui s'exclamait « I can't breathe » (« je n'arrive pas à respirer ») lors de son placage au sol, expression qui devient un slogan de manifestants, un autre homme afro-américain, Michael Brown, décède également aux mains de la police à Ferguson dans le Missouri. Garza, Cullors et Tometi organisent un voyage militant pour rejoindre les manifestations à Ferguson au nom de leur campagne Black Lives Matter, suscitant un certain intérêt sur les réseaux sociaux, et le slogan commence à se diffuser sur place. La très forte médiatisation des manifestations et émeutes de Ferguson lance un mouvement et donne un retentissement au slogan à travers les États-Unis[8]. Il est notamment repris dans les revendications liées à de nombreuses affaires où des Noirs sont morts lors de leur détention par la police, notamment celles de Jonathan Ferrel, John Crawford, Ezell Ford, Walter Scott, Freddie Gray, ainsi que Sandra Bland. Fin 2014, il est utilisé par la politicienne Hillary Clinton[7], puis apparaît dans un épisode de la série télévisée afro-américaine Empire. À partir de l’été 2015, les activistes du mouvement Black Lives Matter s'impliquent dans la campagne présidentielle de 2016[9].

En , il existait selon Patricia Cullors 23 sections locales du mouvement Black Lives Matter aux États-Unis, au Canada et au Ghana[4],[10].

Durant l'été 2016, un rapprochement en France est également fait avec le mouvement Black Lives Matter dans le cadre de l'affaire Adama Traoré, qui donne lieu à son propre mouvement[11].

Manifestations et émeutes de 2020Modifier

Le mouvement obtient une grande visibilité lors des manifestations et émeutes aux États-Unis et dans le monde liées à la mort de George Floyd, tué par le policier Derek Chauvin.

Reprenant une idée qui avait déjà émergé après les manifestations contre les violences policières à Ferguson en 2014, le mouvement appelle à couper le financement de la police (en) pour soutenir à la place les communautés marginalisées[12].

PhilosophieModifier

Les initiatrices du mouvement, Garza, Cullors (activistes queer[13]) et Tometi, se revendiquent de l’héritage du mouvement des droits civiques et du mouvement Black Power et mettent en avant les traditionnels enjeux des mouvements d'émancipation des Noirs[14] mais souhaitent proposer un projet beaucoup plus inclusif, intersectionnel[15], apolitique et non fondé sur une religion[16],[17]. Le mouvement est inspiré des mouvances féministes, LGBT[15], et altermondialistes, comme Occupy Wall Street, ainsi que du Printemps arabe[4]. Cullors affirme qu'elle et Alicia Garza sont marxistes[18]. Le site web de l'organisation décrit celle-ci comme un réseau et indique que ses membres se voient comme membres de la « famille mondiale noire ». Il mentionne que son nom va au-delà des meurtres d'individus noirs par des policiers, et que le but de l'organisation est « d'éradiquer la suprématie blanche et [..] de créer un monde sans sentiment anti-noir, où chaque personne noire a le pouvoir social, économique et politique pour prospérer »[19],[15]. Le groupe d'activistes affirme que Black Lives Matter se préoccupe également des questions spécifiques des femmes noires, des membres noirs de la communauté gay et trans, des handicapés[20]. Le mouvement se décrit comme pro-famille mais voulant « perturber l’exigence de la structure familiale nucléaire prescrite par l’Occident en se soutenant mutuellement en tant que familles élargies et « villages » qui s’occupent collectivement les uns des autres, en particulier de nos enfants »[15],[19].

Certains manifestants souhaitent se distinguer de la vieille génération de dirigeants noirs, tel Al Sharpton. Le politologue Frederick C. Harris a ainsi souligné que le modèle d'organisation de Black Lives Matter se distingue d'autres organisations de droits civiques dirigées par des leaders charismatiques comme Rainbow/PUSH (en) de Jesse Jackson ainsi que le National Action Network (en) d'Al Sharpton[réf. nécessaire].

RevendicationsModifier

En 2014, Black Lives Matter se joint à d'autres organisations pour fonder le Movement for Black Lives (en) (M4BL). Ensemble, les organisations publient en 2016 un plan intitulé « A Vision for Black Lives: Policy Demands for Black Power, Freedom and Justice » (« Une Vision pour les Vies Noires : Revendications Politiques pour le Pouvoir, la Liberté et la Justice Noirs »). Le plan comprend six demandes centrales et quarante domaines de politique prioritaires. Les six demandes sont:

  1. Mettre fin à la guerre contre les personnes noires.
  2. Réparations pour les torts passés et présents.
  3. Désinvestissement des institutions qui criminalisent, mettent en cage et font du mal aux personnes noires ; et investissement dans l'éducation, la santé et la sécurité des personnes noires.
  4. Justice économique pour tous et reconstruction de l'économie pour assurer à nos communautés la propriété commune, et non le simple accès.
  5. Contrôle communautaire des lois, institutions et politiques qui nous affectent le plus.
  6. Un pouvoir noir indépendant et une autodétermination noire dans tous les domaines de la société.[21],[22]

Structure de l'organisationModifier

Organisation décentraliséeModifier

Le mouvement social Black Lives Matter est décentralisé : ses meneuses mettent l'accent sur les structures locales. Alicia Garza le décrit comme une plateforme disponible en ligne dans l'objectif de rassembler les activistes partageant des buts et des valeurs similaires[23]. Ceux-ci doivent s'engager à suivre les principes de l'organisation, mais le mouvement n'a pas de structure centrale ou de hiérarchie. Alicia Garza a ajouté que le mouvement ne s'intéresse pas à mettre ses membres en vedette. En 2016, il existe trente groupes Black Lives Matter dans le monde, principalement aux États-Unis mais aussi au Royaume-Uni, au Canada, en Australie et au Ghana[24],[25].

Parmi les activistes et les soutiens de Black Lives Matter, on compte la co-fondatrice de la section de Seattle Marissa Johnson, l'avocate et présidente de la section de Minneapolis de la NAACP Nekima Levy-Pounds ainsi que l'écrivain Shaun King[26].

Le manque de structure de Black Lives Matter a pu créer des confusions dans les médias traditionnels ainsi qu'au sein même des activistes[réf. nécessaire].

Une vue d'ensemble du mouvementModifier

Le mouvement Black Lives Matter est membre de l'organisation Movement for Black Lives (en), créée en 2014 pour représenter les intérêts des communautés noires américaines, en particulier face à des violences policières de plus en plus visibles. En 2015, Johnetta Elzie, DeRay Mckesson, Brittany Packnett, et Samuel Sinyangwe, ont créé Campaign Zero (en), qui milite pour des réformes pour mettre fin à la brutalité policière.

FinancementModifier

En 2015, Politico rapportait que des activistes du mouvement tenaient des rencontres secrètes avec le club de donateurs progressistes Democracy Alliance (en), qui comprend certains des plus grands soutiens financiers du Parti démocrate, comme Paul Egerman et le milliardaire Tom Steyer[27].

L'organisation et des organisations apparentées œuvrant pour la communauté noire et/ou les droits civiques reçoivent des dons d'entreprises[28],[29],[30] . Certaines entreprises américaines soutiennent également le mouvement en doublant les dons de leurs employés[31].

Perceptions et réactions au mouvementModifier

Par la population américaineModifier

Selon un sondage de 2016, un tiers de la population américaine rapporte ne pas comprendre les objectifs du mouvement. Si le mouvement est très majoritairement apprécié des Afro-américains, 49 % des Blancs américains disent l'appuyer, alors que 28 % y sont opposés. Au sein de la population, le sujet sépare très clairement les électeurs démocrates des Républicains : 64 % des personnes qui disent voter démocrate approuvent le mouvement contre seulement 20% des Républicains, qui s'y opposent à plus de 50%. Les électeurs indépendants blancs le soutiennent à 42% et s'y opposent à 25%[32] .

Par les entreprisesModifier

De nombreuses entreprises partagent le hashtag #BlackLivesMatter, souvent accompagné d'annonces de donations à des organisations caritatives œuvrant pour la communauté noire et/ou les droits civiques, dont l'organisation Black Lives Matter. Ces entreprises sont actives dans des domaines variés, comme l'Internet et les technologies numériques[28], le jeu vidéo[29] ou les cosmétiques[30]. En juillet 2020, plusieurs employés de l'entreprise américaine Cisco, qui soutient le mouvement, sont licenciés pour avoir critiqué ce soutien sur une messagerie interne lors d'une discussion sur les questions raciales[33].

Par FacebookModifier

En février 2016, le fondateur et directeur général de Facebook Mark Zuckerberg écrit à ses employés pour leur demander d'arrêter de barrer les mentions « Black Lives Matter » et de les remplacer par « All Lives Matter » (« Toutes les vies comptent ») sur les murs dédiés à l'expression des bureaux de l'entreprise. Il affirme que ce comportement est irrespectueux et même malicieux, après diverses réprimandes de sa part à ce sujet, et annonce que l'entreprise est en train d'enquêter ces incidents « profondément blessants et fatigants »[34].

En , des anciens employés de Facebook révèlent qu'à l'époque où ils travaillaient pour l'entreprise, les sujets remontés parmi les « contenus populaires » étaient sélectionnés par une équipe de curateurs qui écartaient délibérément les sujets politiques à tendance conservatrice. À l'inverse, certains sujets peu populaires, comme le mouvement Black Lives Matter, étaient remontés manuellement par l'équipe[35],[36],[37]. Selon l'AFP, ce traitement éditorialisé n'aurait pas été le résultat d'instructions données par la direction mais serait venu de l'initiative de « jeunes journalistes orientés par leurs opinions politiques marquées à gauche ». En revanche, des consignes ont été données pour que des sujets, tels le mouvement militant Black Lives Matter, ne suscitant pas d'intérêt suffisant soient pourtant intégrés aux tendances[38].

AnalysesModifier

Keeanga-Yamahtta Taylor, militante du mouvement et professeure au département d'études afro-américaines à l'Université de Princeton, analyse le mouvement dans son livre, From #BlackLivesMatter to Black Liberation[39]. Elle y pose notamment une question qu'elle juge cruciale : pourquoi cette mobilisation afro-américaine contre les violences policières envers les Noirs est-elle née précisément pendant la présidence du premier président américain noir, Barack Obama, lequel semblait pourtant incarner une Amérique « post-raciale », c’est-à-dire « indifférente à la race »[40] ?

CritiquesModifier

Cedric Johnson (professeur d'études afro-américaines et de science politique à l'université de l'Illinois à Chicago) soutient que « le prisme racial ne permet pas d’expliquer la crise de violence politique actuelle, dans laquelle les Noirs sont surreprésentés, mais ne forment pas la majorité des victimes. En 2015, 1 138 personnes ont été tuées par la police aux États-Unis, parmi lesquelles 581 Blancs, 306 Noirs, 195 Latinos, 24 Asiatiques ou autochtones des îles du Pacifique, 13 Amérindiens et 27 personnes dont l’origine ethnique reste inconnue. (…) Les individus sans emploi ou sans domicile, ceux qui travaillent dans l’économie informelle ou qui vivent dans des zones où ce type d’économie domine sont les plus susceptibles d’être régulièrement surveillés, harcelés et arrêtés. Les militants de Black Lives Matter postulent que les Noirs font l’objet d’une injustice ciblée, alors que la violence de l’État carcéral touche l’ensemble des classes populaires[41]. »

Certains leaders noirs des droits civiques, tels que le révérend Cecil « Chip » Murray, Najee Ali et Earl Ofari Hutchinson, ont critiqué les tactiques de BLM comme irrespectueuses et inefficaces, Ali affirmant que « tout ce qu'ils peuvent faire est de perturber et de faire du bruit »[42]. L'auteur et ministre Barbara Ann Reynolds a critiqué les tactiques de confrontation du BLM[43].

Le mouvement est critiqué par Donald Trump lors de sa candidature à la présidence des États-Unis en 2016, le candidat accusant les manifestants d'appeler à la mort de la police[44]. Suite aux protestations qui suivent la mort de George Floyd en juin 2020, il critique à nouveau le mouvement, qualifiant la peinture au sol devant son ancienne résidence de New York du slogan Black Lives Matter, sur décision du maire de New York Bill de Blasio, de « symbole de haine », citant un chant anti-police entonné lors d'une manifestation Black Lives Matter appelant à « frire » les « porcs » (policiers) « comme du bacon »[45],[46].

Les femmes du mouvement Black Lives Matter, y compris la professeure et défenseure des droits civiques Treva B. Lindsey, ont fait valoir que Black Lives Matter a écarté les expériences des femmes noires au profit des expériences des hommes noirs. Par exemple, plus de manifestations ont été organisées pour protester contre les meurtres de Michael Brown et de Trayvon Martin que les meurtres de Kayla Moore ou Rekia Boyd [47].

En réponse, le mouvement Say Her Name a été fondée pour se concentrer spécifiquement sur le meurtre de femmes noires par la police et pour faire entrer leurs noms dans la manifestation Black Lives Matter. Leur objectif déclaré est d'offrir un récit plus complet, mais sans entrer en concurrence, avec le mouvement global Black Lives Matter[48],[49].

Le 21 novembre 2015, Ben Carson, le seul afro-américain en lice pour l'investiture républicaine à la présidence, a déclaré que Black Lives Matter devrait s'occuper de toutes les vies des Noirs, pas seulement de quelques-unes car selon lui, le plus grand nombre de vies noires est éliminée dans les cliniques d'avortement et quand il regarde dans les grandes villes des États-Unis, la première cause de décès des jeunes hommes noirs est l'homicide[50].

Mouvements concurrents et contestatairesModifier

La perception de la population américaine face au mouvement Black Lives Matter varie considérablement selon la race (de recensement)[51] à laquelle l’individu s'identifie. La phrase All Lives Matter a été créée en réponse au mouvement Black Lives Matter.

Toutefois, le mouvement All Lives Matter a été critiqué parce qu’il remet en question le message du groupe Black Lives Matter[52],[53]. Après la fusillade qui a tué deux membres du corps de police de Ferguson, le hashtag #Blue Lives Matter a été créé en solidarité à la police[54].

Dégradations de statuesModifier

 
Le Monument au Général Storms à Bruxelles aspergé de peinture rouge, symbole du sang des Congolais.

Dans le sillage du mouvement Black Lives Matter, des personnes militant contre les discriminations et violences racistes s'en sont prises — au cours du mois de juin 2020 — à diverses statues représentant des personnes qu'elles considèrent être liées à l'esclavage, la colonisation ou le racisme.

Parmi les statues ayant fait l'objet de dégradations :

  • 31 mai 2020 : statue de Louis XVI abîmée à Louisville (Kentucky) durant une manifestation du mouvement Black Lives Matter[55] ;
  • 6 juin 2020 : statue de Victor-Emmanuel II et mairie de Turin[56] ;
  • 7 juin 2020 : statue d'Edward Colston, marchand d'esclaves britannique, déboulonnée et jetée dans une rivière à Bristol (Royaume-Uni). Elle est la première statue à tomber depuis le début du mouvement social[57] ;
  • 7 juin 2020 : statue du premier ministre Winston Churchill taguée « raciste », à Londres (Royaume-Uni) ;
  • 9 juin 2020 : statue du roi des Belges Léopold II (possesseur d'une colonie personnelle, l'État indépendant du Congo) dégradée puis déboulonnée par les autorités locales d'Anvers, Belgique. Cet acte lance alors en Belgique un débat sur la « décolonisation de l'espace public » en Belgique afin de savoir si l'ancien monarque « mérite » les hommages qui lui sont faits[58],[59],[60] ;
  • 9 juin 2020 : plusieurs statues du navigateur Christophe Colomb (qui a fait capturer en Amérique des centaines de personnes indigènes qu'il a ensuite transportées en Espagne, où il a vendu les survivants comme esclaves) sont vandalisées, déboulonnées ou guillotinées[61],[62],[63] ;
  • 10 juin 2020 : une statue de Jefferson Davis, président des États confédérés pendant la Guerre de Sécession a été déboulonnées à Richmond (États-Unis)[64] ;
  • 11 juin 2020 : une statue de Winston Churchill de la ville de Prague (Tchéquie) a été taguée avec les slogans « Black Lives Matter » et « Il était raciste », en solidarité avec le mouvement antiraciste américain[64] ;
  • 11 juin 2020 : une statue de José Antonio Vieira à Lisbonne, prêtre jésuite, prédicateur et écrivain a été aspergée de peinture et le socle barré de l'inscription « Décolonise ! ». La mairie a rapidement nettoyé le monument[64] ;
  • 12 juin 2020 : une statue de Piet Hein, amiral du XVIIe siècle a été dégradée à Rotterdam (Pays-Bas)[65] ;
  • 12 juin 2020 : une statue du roi des Belges Baudouin (responsable du Congo belge durant dix ans, avant d'accorder l'indépendance à la colonie en 1960) est dégradée devant la Cathédrale Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles[66] ;
  • 12 juin 2020 : un mémorial en hommage à la reine Victoria est vandalisé ; le BLM britannique réclame le déboulonnage des symboles de l'ère victorienne, jugée raciste et esclavagiste, bien que l'esclavage dans l'Empire britannique ait été aboli quatre ans avant l'arrivée de Victoria sur le trône[67] ;
  • 13 juin 2020 : le monument au Général Storms, militaire belge actif au Congo sous Léopold II, est aspergé de peinture rouge[68],[69].

AnalyseModifier

Selon le journaliste Philippe Bernard, ce mouvement considère comme inacceptables ces symboles de personnes ayant participé aux traites négrières ou les ayant défendues. S’appuyant sur un court-métrage de 1953 réalisé par Alain Resnais et Chris Marker, il considère qu’un observateur d’une statue porte sur elle un regard qui dépend de sa propre culture. Ainsi, pour lui, les enjeux sont de

« cesser la souffrance engendrée par des hommages blessants, [de] permettre l’appropriation par les descendants des victimes d’une histoire complexe […], [et de] faciliter l’émergence d’un récit partagé, acceptable par tous[70]. »

Notes et référencesModifier

  1. Certaines sources traduisent littéralement Black comme adjectif, d’autres essaient d’être plus idiomatiques en considérant qu’il désigne les personnes noires (« les Noirs » ou, en écriture inclusive abrégée, « les Noir·e·s »).
  2. a b et c (en) Jamilah King, « #blacklivesmatter How three friends turned a spontaneous Facebook post into a global phenomenon », sur The California Sunday Magazine, .
  3. a b et c (en) Jessica Guynn, « Meet the woman who coined #BlackLivesMatter », USA Today, (consulté le 8 décembre 2016).
  4. a b c et d Julie Conti, « Le mouvement Black Lives Matter expliqué en trois minutes », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Founders of #BlackLivesMatter: Getting credit for your work matters », sur Fortune, (consulté le 8 décembre 2016)
  6. Rokhaya Diallo, « Black Lives Matter. Un nouveau souffle pour les voix des noirs », Libération,‎ (lire en ligne).
  7. a et b (en) Elizabeth Day, « #BlackLivesMatter: the birth of a new civil rights movement », The Guardian, (ISSN 0261-3077, consulté le 8 décembre 2016).
  8. (en) Shannon Luibrand, « How a death in Ferguson sparked a movement in America », sur CBS News, (consulté le 8 décembre 2016).
  9. (en) John Eligon, « One Slogan, Many Methods: Black Lives Matter Enters Politics », The New York Times, (ISSN 0362-4331, consulté le 8 décembre 2016).
  10. (en) Michael Segalov, « We Spoke to the Activist Behind #BlackLivesMatter About Racism in Britain and America », sur Vice, .
  11. « L'affaire Adama Traoré et la question raciale dans le comportement de la police », sur LCI, (consulté le 24 janvier 2017)
  12. Scottie Andrew, « There's a growing call to defund the police. Here's what it means », sur cnn.com (consulté le 9 juillet 2020)
  13. (en) « Hearing the Queer Roots of Black Lives Matter », sur Medium, (consulté le 7 juin 2020)
  14. (en) « Black Lives Matter: The Growth of a New Social Justice Movement | The Black Past: Remembered and Reclaimed », sur www.blackpast.org (consulté le 8 décembre 2016).
  15. a b c et d Martin Bürger (trad. Élisabeth Voinier), « Les objectifs avérés du mouvement Black Lives Matter », LifeSiteNews,‎ (lire en ligne)
  16. S. D., « D’où vient « Black Lives Matter », le cri de ralliement de la jeunesse antiraciste ? », sur L'Obs, (consulté le 5 juin 2020)
  17. Juliette Pousson, « Mort de George Floyd : cinq questions sur Black Lives Matter, mouvement militant antiraciste », sur Le Parisien, (consulté le 5 juin 2020)
  18. (en) Jared A. Ball, « A Short History of Black Lives Matter », sur The Real News, (consulté le 8 juillet 2020)
  19. a et b (en) « What We Believe », sur blacklivesmatter.com (consulté le 9 juillet 2020)
  20. (en) « Women and Black Lives Matter: An Interview with Marcia Chatelain », Dissent Magazine, (consulté le 8 décembre 2016).
  21. Traduction de: "1. End the war on black people. 2. Reparations for past and continuing harms. 3. Divestment from the institutions that criminalize, cage and harm black people; and investment in the education, health and safety of black people. 4. Economic justice for all and a reconstruction of the economy to ensure our communities have collective ownership, not merely access. 5. Community control of the laws, institutions and policies that most impact us. 6. Independent black political power and black self-determination in all areas of society."
  22. (en) Trymaine Lee, « Black Lives Matter Releases Policy Agenda », sur NBC News, (consulté le 24 juillet 2020)
  23. (en) Ryan W. Miller, « Black Lives Matter: A primer on what it is and what it stands for », USA Today, (consulté le 8 décembre 2016).
  24. (en) « Black Lives Matter movement 'needed in UK' », BBC News, (consulté le 8 décembre 2016)
  25. (en) « We Spoke to the Activist Behind #BlackLivesMatter About Racism in Britain and America | VICE | United States », VICE, (consulté le 8 décembre 2016)
  26. (en) « Shaun King on Controversy, Color, and Kaepernick from Politically Re-Active with W. Kamau Bell & Hari Kondabolu », sur www.stitcher.com (consulté le 8 décembre 2016)
  27. (en) Kenneth P.Vogel et Sarah Wheaton, « Major donors consider funding Black Lives Matter », Politico, (consulté le 31 juillet 2020)
  28. a et b (en) James Wellemeyer, « Want to know where all those corporate donations for #BLM are going? Here's the list. », sur NBC News, (consulté le 31 juillet 2020)
  29. a et b (en) Samson Amore, « EA, Scopely, 2K Donate $1 Million Each to Fight Racial Injustice », sur TheWrap, (consulté le 31 juillet 2020)
  30. a et b (en) Hilary Weaver et Savannah Walsh, « You Can Now Support the Black LGBTQ+ Community Using Your Sephora Points », sur Elle, (consulté le 31 juillet 2020)
  31. (en) Rachel Schnalzer, « How to double the power of your social justice donation », Los Angeles Times, (consulté le 31 juillet 2020)
  32. (en) Juliana Menasce Horowitz et Gretchen Livingston, « How Americans view the Black Lives Matter movement », sur Pew Research Center, (consulté le 3 juin 2020).
  33. Katie Canales, « A 'handful' of Cisco employees were fired after posting offensive comments objecting to the company's support of the Black Lives Matter movement », sur Business Insider, (consulté le 31 juillet 2020)
  34. (en) Alina Selyukh, « Zuckerberg Tells Facebook Staff To Stop Crossing Out 'Black Lives Matter' », sur NPR, (consulté le 31 juillet 2020)
  35. (en) « Comment Facebook pénalise les contenus jugés « conservateurs » », sur BFMTV (consulté le 10 mai 2016).
  36. (en) « Facebook MADE Black Lives Matter ‘Trend’ By Inserting It Into News Feeds », sur The Daily Caller (consulté le 10 mai 2016).
  37. (en) Manipulationsvorwürfe gegen Facebook, jungefreiheit.de,
  38. Facebook accusé de manipuler les sujets tendance, la polémique fait rage - Huffingtonpost.ca,
  39. Keeanga-Yamahtta TAYLOR, Black Lives Matter, le renouveau de la révolte noire américaine, trad. Celia Izoard, Marseille, Agone, coll. « Contre-feux », 2017. Présentation de l'ouvrage sur le site de l'éditeur (en ligne).
  40. K.-Y. Taylor, op. cit, « Aujourd’hui, la naissance d’un nouveau mouvement contre le racisme et la police révèle une fois de plus l’illusion d’une société américaine indifférente à la race ou post-raciale », p. 27.
  41. Rick Fantasia, « La gauche cannibale, un syndrome universitaire », sur Le Monde diplomatique,
  42. Jennings, « Longtime L.A. civil rights leaders dismayed by in-your-face tactics of new crop of activists », Los Angeles Times,
  43. (en) Barbara Reynolds Reynolds, « "I was a civil rights activist in the 1960s. But it’s hard for me to get behind Black Lives Matter." », sur Washington Post, (consulté le 22 août 2020)
  44. (en) Victoria M. Massie, « Donald Trump plans to "Make America Safe Again" — from the Black Lives Matter movement », sur Vox, (consulté le 31 juillet 2020)
  45. (en) Max Cohen, « Trump: Black Lives Matter is a 'symbol of hate' », sur Politico PRO, (consulté le 31 juillet 2020)
  46. (en) Kevin Liptak et Kristen Holmes, « Trump calls Black Lives Matter a 'symbol of hate' as he digs in on race », sur CNN, (consulté le 31 juillet 2020)
  47. (en) Treva B. Lindsey et Treva B. Lindsey, « Post-Ferguson: A “Herstorical” Approach to Black Violability », Feminist Studies, vol. 41, no 1,‎ , p. 232–237 (ISSN 0046-3663, DOI 10.15767/feministstudies.41.1.232, lire en ligne)
  48. (en) Lilly Workneh, « #SayHerName: Black Women And Girls Matter, Too », sur HuffPost,
  49. (en) « "Say Her Name: Resisting Police Brutality against Black Women" », sur African American Policy Forum (AAPF)
  50. (en) Vanessa Williams, « Carson: Activists should advocate for ‘all black lives, not just a few’ », Washington Post,‎ (lire en ligne)
  51. (en) « PBS NewsHour/Marist Poll - Summary of National Survey Findings : September 2015 » [PDF], PBS NewHour/Marist Poll,
  52. (en) Ashley May, « #AllLivesMatter hashtag is racist, critics say », USA Today, (consulté le 8 décembre 2016).
  53. (en) Carimah Townes, « Obama Explains The Problem With ‘All Lives Matter’ », ThinkProgress, (consulté le 8 décembre 2016).
  54. (en) « 'Blue Lives Matter' trends after officers shot », BBC News, (consulté le 8 décembre 2016).
  55. « Émeutes : la statue de Louisville, d'où un manifestant se jette dans la foule, vient de Montpellier », sur Midi Libre, (consulté le 11 juin 2020)
  56. (it) « „Palazzo Civico sfregiato, scritte sui muri e sul monumento di Vittorio Emanuele II“ », sur Torino Today, (consulté le 11 juin 2020)
  57. (en) « A statue was toppled, can we finally tak about the British Empire ? », sur The New York Times, (consulté le 12 juin 2020)
  58. « La ville d'Anvers déboulonne une statue de l'ex-roi Léopold II, figure du passé colonial belge », sur France TV info, (consulté le 11 juin 2020)
  59. « Black Lives Matter - RDC : la statue du Roi Léopold II retirée à Anvers », sur British Broadcast Channel (BBC), (consulté le 11 juin 2020)
  60. « Pourquoi la statue de l’ex-roi des Belges Leopold II a-t-elle été retirée d’un square à Anvers ? », sur l'OBS, (consulté le 11 juin 2020)
  61. « Vidéos. Des statues de Christophe Colomb, nouveau symbole du racisme, attaquées aux États-Unis », sur Sud Ouest, (consulté le 11 juin 2020)
  62. « Etats-Unis : des statues de Christophe Colomb prises pour cible à Boston, à Miami et en Virginie », sur France Info, (consulté le 11 juin 2020)
  63. « Mouvements antiracistes aux Etats-Unis : des statues de Christophe Colomb attaquées », sur France Info, (consulté le 11 juin 2020)
  64. a b et c « Quelles sont les statues vandalisées à travers le monde par les manifestants antiracistes ? », sur Sud Ouest, (consulté le 12 juin 2020)
  65. « La crise vue d’Europe : déboulonnées, vandalisées… », sur La Libre (Belgique), (consulté le 14 juin 2020)
  66. « Une statue du roi Baudouin vandalisée », sur La Libre (Belgique), (consulté le 12 juin 2020)
  67. « Le BLM exige le déboulonnage des symboles de la monarchie », sur Monarchies et Dynasties du monde, (consulté le 11 juin 2020)
  68. « Deux nouvelles attaques contre des statues à Ixelles », La Province,
  69. « De nouvelles statues maculées de peinture à Ixelles », 7sur7,
  70. Philippe Bernard, « Du sud des États-Unis à la France, des statues déboulonnées pour une histoire partagée », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 juin 2020).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier