Birdman (film)

film dramatique américain sorti en 2014
Birdman ou (La Surprenante vertu de l'ignorance)
Description de l'image Birdman logo.png.
Titre québécois Birdman ou (Les Vertus insoupçonnées de l'ignorance)
Titre original Birdman or (The Unexpected Virtue of Ignorance)
Réalisation Alejandro González Iñárritu
Scénario Alejandro González Iñárritu
Nicolás Giacobone
Alexander Dinelaris Jr.
Armando Bó, Jr
Acteurs principaux
Sociétés de production TSG Entertainment
New Regency Productions
Worldview Entertainment
R. et M. Productions
Le Grisbi Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Durée 119 minutes
Sortie 2014


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Birdman ou (La Surprenante vertu de l'ignorance) ou Birdman ou (Les Vertus insoupçonnées de l'ignorance) au Québec, Birdman or (The Unexpected Virtue of Ignorance) en version originale, est un film américain co-écrit, co-produit et réalisé par Alejandro González Iñárritu, sorti en 2014.

Le film traite de l'adaptation théâtrale de la nouvelle Parlez-moi d'amour (What We Talk About When We Talk About Love) écrite par Raymond Carver en 1981. Le film a fait l'ouverture du festival international du film de Venise en 2014, où il fut aussi présenté en compétition officielle[1].

Le film atteint la consécration en 2015 en étant récompensé à quatre reprises lors de la 87e cérémonie des Oscars, en obtenant notamment l'Oscar du meilleur film ainsi que l'Oscar du meilleur réalisateur pour Alejandro González Iñárritu. Il obtient en 2016 le César du meilleur film étranger. Finalement, Birdman reçoit un nombre important de récompenses de l'industrie cinématographique.

RésuméModifier

Riggan Thomson est un acteur à la gloire passée, plus connu pour avoir interprété le super-héros Birdman dans une trilogie de films. Le rôle l'habite encore, Thomson se prenant parfois à croire qu'il peut voler ou déplacer des objets par la pensée, tout en entendant les sarcasmes du personnage de Birdman. Riggan a cependant un projet pour relancer sa carrière : une nouvelle adaptation sur Broadway de la nouvelle Parlez-moi d'amour de Raymond Carver.

Pour monter l'adaptation, Riggan est entouré de son ami et avocat Jake, sa petite amie Laura, de l’actrice débutante Lesley et de sa fille Sam, qui sort d'une cure de désintoxication, comme assistante. Pendant les répétitions, l'autre acteur principal Ralph est blessé par la chute d'un projecteur. Riggan est persuadé d'avoir causé inconsciemment l’accident afin de recaster le rôle. Jake parvient à engager Mike Shiner, un acteur brillant mais hyper-exigeant qui est aussi le petit ami de Lesley. Les premières répétitions montrent les caprices de Mike : il sort de son personnage en constatant que le gin qu'il doit boire a été remplacé par de l'eau, et tente de violer Lesley pendant une scène d'amour. Riggan commence à douter du projet, malgré les critiques ravies de la présence de Mike, et Jake l'encourage à continuer. Un soir, Riggan surprend Sam en train de fumer du cannabis, mais elle lui rétorque la vanité de son projet qui ne sert que l'ego de l’acteur.

Lors de la répétition générale, Riggan aperçoit Sam et Mike ensemble. Il craint de voir l'acteur devenir un rival aussi bien sur scène qu'à la ville et sort fumer une cigarette, mais il se retrouve bloqué dehors en sous-vêtements et doit traverser Times Square à moitié nu pour revenir sur scène. L'incident est filmé par les passants, les vidéos deviennent virales et l'attente grandit à nouveau. Au terme de la répétition, Riggan retrouve dans un bar Tabitha Dickinson, une journaliste féroce qu'il cherchait à convaincre mais elle lui révèle qu'elle hait les stars hollywoodiennes, n'a aucune intention de voir la pièce mais va tout de même écrire une critique violente contre la pièce. Riggan se saoule, dort dans la rue et à son réveil le lendemain matin, se met à croire qu'il est dans un nouveau film Birdman et voler vers le théâtre.

La première approche et la vidéo virale de Riggan en sous-vêtements amuse Sam, qui commence à voir un homme derrière l'acteur. Avant la dernière scène, Riggan retrouve Sylvia, son ex-femme et mère de Sam, et lui avoue avoir tenté de se suicider quand elle a découvert qu'il la trompait plusieurs années auparavant. Quand il retourne sur scène, Riggan échange l'arme factice qu'il doit utiliser pour jouer son suicide avec un vrai pistolet, monte sur scène, dit ses dernières répliques avant de se tirer dans la tête. Les spectateurs médusés se lèvent et applaudissent, sauf Tabitha qui quitte la salle.

Le lendemain, la nouvelle de la tentative de suicide de Riggan fait la une de la presse. En tirant, l'acteur a perdu son nez, refait pendant la nuit. Jake lui rend visite et lui montre la critique dithyrambique de Tabitha, saluant la performance super-réaliste de l'acteur. Sam vient à son tour avant de quitter la pièce. Riggan se lève, enlève son bandage qui révèle un visage tuméfié proche de celui de Birdman et grimpe sur le rebord de la fenêtre. Quand Sam revient, elle trouve la pièce vide, regarde par la fenêtre avant de lever les yeux au ciel et sourire.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Production associée : Armando Bó, Jr, Alexander Dinelaris Jr., Nicolás Giacobone, Drew Houpt et Christina Won
Production déléguée : Molly Conners, Sarah E. Johnson et Christopher Woodrow

DistributionModifier

  Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[9] et selon le carton de doublage.

ProductionModifier

DéveloppementModifier

Alejandro González Iñárritu révèle, en , sa prochaine réalisation intitulée Birdman, dont il sera aussi le scénariste avec Nicolas Giacobone, Alexander Dinelaris et Armando Bo. Il en est également producteur aux côtés de John Lesher et Arnon Milchan. Le tournage est prévu en [10]. Le film s'inspire de la nouvelle intitulée Parlez-moi d'amour (What We Talk About When We Talk About Love) de Raymond Carver, publiée en 1981[2].

La fin du film, scénarisée, fut modifiée lors du tournage. Le dénouement originel était sur un registre plus satirique et de boucle sans fin, incluant les critiques James Lipton et Charlie Rose ainsi que Johnny Depp dans le rôle de Jack Sparrow[11].

Choix des acteursModifier

 
L'acteur Michael Keaton, sur le tournage, à NY, en mai 2013.

La production choisit Michael Keaton pour interpréter le rôle principal de Riggan Thomson, alias Birdman, ainsi que Emma Stone, Naomi Watts, Zach Galifianakis et Edward Norton[12].

L'histoire du film tend un miroir à la carrière de Michael Keaton qui a notamment connu la célébrité grâce à son interprétation du rôle-titre de Batman et Batman : Le Défi de Tim Burton, puis est lentement passé au second plan[13].

TournageModifier

 
St. James Theatre

Le tournage débute finalement le à New York[14].

Le théâtre qui a servi comme décors est le St. James Theatre, situé au 246 W., 44th St. (entre les 7e et 8e avenues) à New York. Néanmoins, pour des questions de dimensions, un plateau fut créé en studio pour certaines scènes de théâtre[15].

Le film, grâce à des trucages, se présente visuellement comme un seul plan-séquence qui dure sur la presque totalité du film. Cela en fait donc le plus long faux plan-séquence de l'histoire du cinéma[16].

Musique et trame sonoreModifier

La trame sonore est majoritairement constituée de performances de batterie jazz, jouée par le batteur Antonio Sanchez[17], et de plusieurs pièces classiques, notamment par Ravel, Mahler et Tchaïkovski.

AccueilModifier

Projections aux festivalsModifier

Avant la sortie au cinéma, le film fut sélectionné dans plusieurs festivals de cinéma[6] :

Accueil critiqueModifier

Birdman
Score cumulé
SiteNote
Metacritic88/100[18]
Rotten Tomatoes91%[19]
Allociné 
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Le Parisien 
20 Minutes 
L'Écran fantastique 
Les Inrockuptibles 
L'Express 
Libération 

Box-OfficeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis 42 340 598 $[20] 26
  France 662 003 entrées[21] 7
  Mondial 103 215 094 $[20] 26

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Classification États-Unis : Les enfants de moins de 17 ans doivent être accompagnés d'un adulte - « Classé R pour le langage tout au long, certains contenus sexuels et brève violence. »

RéférencesModifier

  1. (en) Nancy Tartaglione, « Venice Film Festival Lineup Announced: Manglehorn, Good Kill In Competition; Bogdanovich, Franco, Levinson, Von Trier Also In Official Selection », Deadline, (consulté le 23 août 2014).
  2. a et b (en) Sheila Roberts, « Andrea Riseborough Talks Shadow Dancer, the Film's Reception in Northern Ireland, Her Personal Memories of the Era, Iñárritu’s Birdman, and More », sur Collider, (consulté le 22 septembre 2013).
  3. a et b (en) « Birdman - Société de Production / Sociétés de distribution » sur l’Internet Movie Database (consulté le 19 février 2021).
  4. (en) « Budget du film Birdman », sur Box Office Mojo.com (consulté le 19 février 2021).
  5. (en) « Birdman - Spécifications techniques » sur l’Internet Movie Database (consulté le 19 février 2021).
  6. a et b (en) « Birdman - Dates de sortie » sur l’Internet Movie Database (consulté le 18 février 2021).
  7. (en) « Birdman - Guide Parental » sur l’Internet Movie Database (consulté le 18 février 2021).
  8. « Visa et Classification - Fiche œuvre Birdman », sur CNC (consulté le 18 février 2021).
  9. « Fiche du doublage français », sur RS Doublage (consulté le 25 octobre 2014).
  10. (en) Borys Kit, « Alejandro Gonzalez Inarritu Going Funny With Birdman », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 22 septembre 2013).
  11. (en) « The Original Ending of BIRDMAN Featured a Trippy Johnny Depp Cameo », sur Collider,
  12. (en) Angie Han, « Alejandro González Iñárritu's Comedy Birdman Adds Edward Norton, Michael Keaton, Emma Stone, and More », sur SlashFilm, (consulté le 22 septembre 2013).
  13. « Michael Keaton : comment Birdman a ressuscité Batman », réservé aux abonnés, sur L'Obs,
  14. (en) Guy Lodge, « Iñárritu's Birdman starts shooting with Michael Keaton, Naomi Watts, Emma Stone, Zach Galifianakis and more », sur HitFix, (consulté le 22 septembre 2013).
  15. Birdman: All-Access, Making-of
  16. « Birdman : les dessous de la séquence avec Michael Keaton en slip », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2018)
  17. (en) Joe Bosso, « Drummer-composer Antonio Sanchez talks Birdman » [archive du ], MusicRadar,
  18. « Birdman or (The Unexpected Virtue of Ignorance) » [vidéo], sur metacritic.com (consulté le 23 septembre 2020).
  19. (en) « Birdman (2014) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le 23 septembre 2020).
  20. a et b (en) « Birdman », sur Box Office Mojo (consulté le 26 avril 2015)
  21. (en) « Birdman », sur JP's Box-office (consulté le 26 avril 2015)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier