Biran (Gers)

commune française du département du Gers

Biran
Biran (Gers)
La rue principale et la porte de ville.
Blason de Biran
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Auch
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grand Auch Cœur de Gascogne
Maire
Mandat
Patrick Delignieres
2020-2026
Code postal 32350
Code commune 32054
Démographie
Gentilé Biranais, Biranaise
Population
municipale
384 hab. (2019 en diminution de 0,78 % par rapport à 2013)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 49″ nord, 0° 25′ 09″ est
Altitude 207 m
Min. 105 m
Max. 253 m
Superficie 36,86 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Auch
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Gascogne-Auscitaine
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Biran
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Biran
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Biran
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Biran
Liens
Site web https://biran-commune.fr

Biran (Biran en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Le patrimoine architectural de la commune comprend quatre immeubles protégés au titre des monuments historiques : la Pile gallo-romaine, classée en 1875, la vieille porte, inscrite en 1947, une borne, inscrite en 1947, et l'église de Ramensan, inscrite en 1978.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Biran est une commune de Gascogne située entre la Baïse et l'Auloue. Le village fortifié s'étire sur une crête, le long d'une rue unique. De son passé d'ancien castelnau, il a conservé des vestiges de remparts et des ruines de château.

 
Situation de la commune.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

 
Le village est situé sur une crête.

Biran se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[2].

Voies de communication et transportsModifier

HydrographieModifier

La commune est dans le bassin de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[3]. Elle est drainée par la Baïse, l'Auloue, le ruisseau Larranchélan, le ruisseau de Barriot, le ruisseau de Béoulaygue, le ruisseau de Bernadat, le ruisseau de Cascan, le ruisseau de Cocuron, le ruisseau de Lacomme, le ruisseau de la Couderle, le ruisseau de la Hountasse, le ruisseau de la Humade, le ruisseau de la Molère, le ruisseau de Lartigau, et par un petit cours d'eau, qui constituent un réseau hydrographique de 46 km de longueur totale[4],[Carte 1].

La Baïse, d'une longueur totale de 187,6 km, prend sa source dans la commune de Capvern et s'écoule vers le nord. Elle traverse la commune et se jette dans la Garonne à Saint-Léger, après avoir traversé 52 communes[5].

L'Auloue, d'une longueur totale de 45,4 km, prend sa source dans la commune de L'Isle-de-Noé et s'écoule vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans la Baïse à Valence-sur-Baïse, après avoir traversé 16 communes[6].

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[7]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[8].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[7]

  • Moyenne annuelle de température : 13 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 7,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 788 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[10] complétée par des études régionales[11] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Auch », sur la commune d'Auch, mise en service en 1985[12] et qui se trouve à 15 km à vol d'oiseau[13],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 13,1 °C et la hauteur de précipitations de 685,4 mm pour la période 1981-2010[14]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Auch », sur la commune d'Auch, mise en service en 1985 et à 15 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 13,1 °C pour 1981-2010[15] à 13,5 °C pour 1991-2020[16].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 4] est recensée sur la commune[17] : les « landes et bois de la Caussade » (15 ha)[18].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Biran est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[19],[I 1],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auch, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 112 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 2],[I 3].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (83,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (50,8 %), prairies (22 %), zones agricoles hétérogènes (15,7 %), forêts (11,5 %), zones urbanisées (0,1 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

ToponymieModifier

Biran vient du patronyme latin Burus, suivi du suffixe anum, sans doute le propriétaire du domaine situé en ce lieu à l'époque gallo-romaine[22].

HistoireModifier

 
La tour de guet.

Biran est un petit village dont l’histoire s’étale sur plusieurs siècles: Des environs du Ier siècle avec la pile gallo-romaine, au XXe siècle pour les derniers aménagements.

Un castelnau ou village rue orienté nord-est sud-ouest sorti d’un éperon rocheux qui lui a fourni la pierre nécessaire à la construction de la fortification.

Au sud-ouest sur la double motte castrale, fut érigé un château fort entre 1080 et 1100, dont il ne reste que la tour de guet (20 m de hauteur).

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Henri Cortade    
2001
2008
Paulette Bourdère DVD  
2008 2014 Georges Séris[23]    
2014 En cours Patrick Delignières LR Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[25]. En 2019, la commune comptait 384 habitants[Note 7], en diminution de 0,78 % par rapport à 2013 (Gers : +0,58 %, France hors Mayotte : +2,17 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 0981 1631 2921 3321 3391 2061 1291 1431 114
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 1281 0901 0501 0581 0201 059980885799
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
772726579613629582604561433
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018
427336372336351381389387388
2019 - - - - - - - -
384--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

SantéModifier

SportsModifier

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
La pile gallo-romaine.
 
Retable de l'église Notre-Dame-de-Pitié de Biran

Deux monuments ont été classés aux Monuments Historiques. La pile gallo-romaine et le retable du XVIIe en l'église Notre-Dame-de-Pitié de Biran.

  • Pile gallo-romaine dite « tourraque de Lacouture ». Elle se trouve aux environs du Mas de Biran, au milieu d'un champ, bien visible depuis la route. Elle date du Ier siècle apr. J.-C. La pile est en très bon état de conservation. Ce type de construction, courant dans le Gers (une douzaine) est resté longtemps mystérieux, mais on sait qu’il s’agissait de monuments funéraires dédiés à des personnages importants.

Église Notre-Dame-de-Pitié de Biran

Le retable de pierre de 8 m de large et de haut du XVIIe siècle est classé aux Monument historique[30]. Il est situé au fond de l'abside de l'église. Cette dernière s'ouvre par un beau portail sculpté de style classique.

Elle présente aussi un deuxième retable en bois, une statuette de Notre-Dame-du-Pilar rapportée de Saragosse en 1663, une statue de Notre-Dame de Biran remplaçant une plus ancienne, miraculeuse, à l'origine d'un pèlerinage.

CinémaModifier

En 1994, Étienne Chatiliez, déjà connu pour ses films La vie est un long fleuve tranquille et Tatie Danielle, est venu dans le Gers afin de trouver une ferme pour son prochain film, Le bonheur est dans le pré. Il avait déjà parcouru la Dordogne et les Landes mais n'avait pas trouvé son bonheur. Il voulait tourner dans un pays où l'on fait du foie gras. Comme il venait en vacances à Condom quand il était enfant, il a pensé au Gers. Dans Le bonheur est dans le pré, sorti en 1995, les tournages à la ferme ainsi que les prises de vue des décors naturels alentour, ont été réalisés à Biran, à dix kilomètres de Vic-Fezensac. Étienne Chatiliez cherchait une ferme typique qui domine la campagne. Pour cela, il a vu près de trois cents maisons, mais il n'était jamais satisfait. Il a finalement choisi une ferme typique appartenant à des Anglais, pour y installer son personnage principal incarné par Michel Serrault.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
D'or aux trois corneilles de sable becquées et membrées de gueules[31].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[9].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Biran » sur Géoportail (consulté le 11 décembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

Site de l'InseeModifier

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).

Autres sourcesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Plan séisme
  3. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  4. « Fiche communale de Biran », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  5. Sandre, « la Baïse »
  6. Sandre, « l'Auloue »
  7. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  8. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  9. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  10. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  11. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  12. « Station Météo-France Auch - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  13. a et b « Orthodromie entre Biran et Auch », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station Météo-France Auch - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  15. « Station météorologique d'Auch - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique d'Auch - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Liste des ZNIEFF de la commune de Biran », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « ZNIEFF les « landes et bois de la Caussade » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie gasconne, Éditions Sud Ouest, coll. « Sud Ouest Université », , 128 p. (ISBN 978-2-87901-093-9)..
  23. Site de la préfecture - fiche de Biran
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  28. a et b Michel de La Torre, Gers : Le guide complet de ses 462 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5032-2, notice BnF no FRBNF35576310).
  29. « Eglise de Ramensan », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Retable », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  31. Banque du blason.