Ouvrir le menu principal

Bir-Hakeim (métro de Paris)

station du métro de Paris

Bir-Hakeim
Tour Eiffel
Image illustrative de l’article Bir-Hakeim (métro de Paris)
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 15e
Coordonnées
géographiques
48° 51′ 14″ nord, 2° 17′ 22″ est

Géolocalisation sur la carte : 15e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 15e arrondissement de Paris)
Bir-Hakeim Tour Eiffel

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Bir-Hakeim Tour Eiffel
Caractéristiques
Voies 2
Quais 2
Transit annuel 8 157 090 (2013)
Historique
Mise en service 24 avril 1906 ⇒ 2 sud
14 octobre 1907 2 Sud (5)
6 octobre 1942 (5)(6)
Nom inaugural Grenelle
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 1004
Ligne(s) (6)
Correspondances
RER (RER)(C) (Champ de Mars - Tour Eiffel)
Bus (BUS) RATP 30
Le Bus Direct (BUS) Le Bus Direct 1 2
(6)

Bir-Hakeim est une station de la ligne 6 du métro de Paris, située dans le 15e arrondissement de Paris.

SituationModifier

C'est une station aérienne située dans l'axe du boulevard de Grenelle, côté rive gauche du pont de Bir-Hakeim, au-dessus duquel passe la ligne.

HistoireModifier

 
Quai de la station en 2007, avant la rénovation.

La station est ouverte le 24 avril 1906 sous le nom de Grenelle[1]. Elle prend le nom de Bir-Hakeim le 18 juin 1949, avec comme sous-titre Grenelle[2],[3] lorsque le pont de Passy est rebaptisé pont de Bir-Hakeim. Ce pont, inscrit à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques, est emprunté par la ligne de métro dès la sortie de la station. Le sous-titre est changé en Tour-Eiffel en 1998, car il s'agit de la station de métro la plus proche (650 mètres) du célèbre édifice. Cependant, le sous-titre Grenelle restera affiché jusqu'à la rénovation de la station en 2008, où les plaques signalétiques seront enfin mises en concordance avec les plans.

Son appellation commémore la bataille de Bir Hakeim. Un panneau, réalisé par la RATP en partenariat avec le Service historique de l'Armée de terre[4], est situé à l'entrée du quai direction Nation.

De mi-octobre 2007 à février 2008, la station a fait l'objet de travaux destinés à améliorer l'accessibilité de la partie aérienne et à réaménager l'espace sous le viaduc ; les verrières au-dessus des voies ont ainsi été intégralement remplacées[5]. Elle a rouvert le , après quatre mois de fermeture.

En 2011, 7 825 821 voyageurs sont entrés à cette station[6]. Elle a vu entrer 8 157 090 voyageurs en 2013 ce qui la place à la 30e position des stations de métro pour sa fréquentation[7].

Services aux voyageursModifier

AccèsModifier

La station dispose de deux accès sur le terre-plein au droit des nos 65-68 et 63-66 du boulevard de Grenelle.

QuaisModifier

 
Vue de la station.
 
Rame de type MP 73 n°6517 arrivant à la station en direction de Nation.
 
Panneau indicateur des correspondances et sorties dont vers le RER C et vers la tour Eiffel.

À l'occasion de sa rénovation de 2008, la station a accueilli Night and Day, une œuvre de la plasticienne américaine Judy Ledgerwood. Il s'agit d'un double vitrail disposé sur la verrière à chaque extrémité de la station, au-dessus des voies. L'œuvre a été offerte à la RATP en échange d'une entrée Guimard pour la station Van Buren Street à Chicago.

IntermodalitéModifier

La station est en correspondance avec la gare du Champ de Mars - Tour Eiffel de la ligne C du RER via un couloir de liaison souterrain.

Par ailleurs, la station est desservie par la ligne 30 du réseau de bus RATP et par les lignes 1 et 2 du réseau de bus Le Bus Direct reliant Paris aux aéroports d'Orly et de Roissy-Charles-de-Gaulle.

À proximitéModifier

 
Station Bir-Hakeim vue depuis celle de Passy qui lui fait face, de l'autre côté de la Seine, dans le 16e arrondissement.
  • Tour Eiffel : étant la plus proche de la tour, la station est très fréquentée par les touristes de la capitale.
  • Vélodrome d'Hiver : appelé familièrement « Vél' d'Hiv' » et célèbre pour ses courses cyclistes, il fut également le lieu de première détention de 13 000 Juifs raflés dans la capitale le avant leur déportation. Le vélodrome fut détruit en 1960 lors des aménagements du Front-de-Seine. Un monument commémoratif est érigé au sud de la station, au-dessus de la voie ferrée de la ligne C du RER.
  • Pont de Bir-Hakeim : il porte une plaque en mémoire de la bataille : « À Bir-Hakeim du 27 mai au 11 juin 1942 la première brigade des Forces françaises libres repousse les assauts furieux de deux divisions ennemies et affirme au monde que la France n’a jamais cessé le combat ».
  • Quai Branly : sur le quai est installé un monument en hommage au général Diego Brosset et aux morts de la 1re division française libre, dont la 1re brigade combattit à Bir-Hakeim en 1942.

Notes et référencesModifier

  1. Voir les anciennes photos de la station, www.cparama.com.
  2. « Après la bataille… », sur birhakeim-association.org via web.archive.org (consulté le 16 juin 2018) : « Paris rebaptise le Pont de Grenelle et la station de métro Quai de Grenelle, qui prennent le nom de Bir Hakeim » ; ce document est une archive.
  3. Photo de la station Bir-Hakeim en 1976, www.bahnbilder.de.
  4. « Kit pédagogique, sur le site officiel du 70e anniversaire de la bataille de Bir Hakeim, § 37, p. 44 ».
  5. « La Motte-Picquet–Grenelle et Bir-Hakeim : une rénovation patrimoniale exemplaire pour deux stations centenaires ».
  6. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr (consulté le 21 juin 2013).
  7. Trafic annuel entrant par station (2013), sur le site data.ratp.fr (consulté le 31 août 2014).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier