Binarville

commune française du département de la Marne

Binarville
Binarville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Intercommunalité Communauté de communes de l'Argonne Champenoise
Maire
Mandat
Sylvie Henne Vert
2020-2026
Code postal 51800
Code commune 51062
Démographie
Gentilé Binarvillois, Binarvilloises
Population
municipale
95 hab. (2018 en diminution de 10,38 % par rapport à 2013)
Densité 5,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 26″ nord, 4° 53′ 40″ est
Altitude Min. 120 m
Max. 234 m
Superficie 16,61 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sainte-Menehould
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Argonne Suippe et Vesle
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Binarville
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Binarville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Binarville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Binarville

Binarville est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

GéographieModifier

Binarville se trouve à l'extrême nord-est du département de la Marne, à proximité des Ardennes et de la Meuse. Le village se situe dans la région naturelle de l'Argonne, le bois communaux faisant partie de la forêt d'Argonne. L'est de la commune est occupé par cette forêt et arrosé par plusieurs ruisseaux : le rau des Bièvres, le ruisseau de la Noue et le ruisseau de Charlevaux. Ils forment de petites vallées entre des collines de plus de 200 m d'altitude, contre environ 175 m dans le village. Le long du rau des Bièvres, on trouve plusieurs étangs[1].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Binarville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sainte-Menehould, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (61,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (61,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (61,6 %), terres arables (26,4 %), prairies (9,7 %), zones urbanisées (1,9 %), eaux continentales[Note 3] (0,4 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

HistoireModifier

La commune de Binarville fut soustraite au département des Ardennes le [9], pour être affectée à l'arrondissement de Sainte-Menehould (Marne).

Pendant la Première Guerre mondiale, l’armée allemande s’était fortifiée sur les hauteurs de la forêt d’Argonne au-dessus de Binarville. La 77e division US du corps expéditionnaire américain en Europe, fut chargée d’avancer dans ce secteur, resté jusqu’alors calme, le terrain et les obstacles ayant fait qu’aucune offensive n’y avait été tentée.

La première semaine d’octobre 1918 a lieu une attaque des positions allemandes au-dessus de Binarville. C’est le 308e bataillon d’infanterie qui avança le plus rapidement. Mais débordé sur sa droite et sa gauche, il résista cinq jours et souffrit de lourdes pertes. Cet épisode est resté célèbre dans l’armée américaine.

La commune est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le 1er octobre 1920.

Politique et administrationModifier

Par décret du , l'arrondissement de Sainte-Menehould est supprimée et la commune est intégrée le à l'arrondissement de Châlons-en-Champagne[10].

IntercommunalitéModifier

La commune, antérieurement membre de la communauté de communes du canton de Ville-sur-Tourbe, est membre, depuis le 1er janvier 2014, de la CC de l'Argonne Champenoise.

En effet, conformément au schéma départemental de coopération intercommunale de la Marne du 15 décembre 2011[11], cette communauté de communes de l'Argonne Champenoise est issue de la fusion, au 1er janvier 2014, de :

Les communes isolées de Cernay-en-Dormois, Les Charmontois, Herpont et Voilemont ont également rejoint l'Argonne Champenoise à sa création[12].

Liste des mairesModifier

Maire de 6/1892 à 6/1896, puis après 6/1900
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.MENU Auguste Joseph Paulin, Propriétaire

Maire de 1896 à 5/1900

? en 1910 Roger Jules-Paulin    
Les données manquantes sont à compléter.
1938 1943 Louis Fressinet    
1943 1945 Paul Guillot    
1945 1983 Louis Dégage    
1983 2014 Michel Duter[13] PS  
2014[14] En cours
(au 4 juillet 2014)
Marc Berdold    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2018, la commune comptait 95 habitants[Note 4], en diminution de 10,38 % par rapport à 2013 (Marne : −0,45 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
700644648670758840861881864
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
841830787748725713687634581
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
508503450210236194188236208
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
189161145135143124112110108
2013 2018 - - - - - - -
10695-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

L'église Saint-Étienne datait de 1853, lorsqu'elle a été détruite au cours de la Première Guerre mondiale.

 
L'église de Binarville au lendemain de la Première Guerre mondiale.

Elle a été reconstruite entre 1926 et 1929 par l'architecte Dufresne[19].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

SourcesModifier

Bibliographie et filmographieModifier

  • (en) Robert J. Laplander, Finding the Lost Battalion - Beyond the rumors, myths and legends of America's famous WWI Epic, 2006
  • (en) Wardlaw Miles, History of the 308th Infantry 1917-1919, P. Putnam's Sons, New York et Londres, The Knickerbocker Press, 1927, écrit par un capitaine du 308e bataillon
  • (en) Burton King, The Lost Battalion, film muet, juillet 1919
  • (en) Russell Mulcahy, The Lost Battalion, film, décembre 2001

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Carte IGN de Binarville » sur Géoportail (consulté le 1er février 2013)..
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Collection générale des décrets rendus par l'Assemblée Nationale, Paris : Baudoin, 1790, vol.2, p.29 [1]
  10. Décret no 2017-453 du 29 mars 2017 portant suppression de l'arrondissement de Sainte-Menehould (département de la Marne), publié au JORF du .
  11. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  12. « Arrêté préfectoral du 3 mai 2013 portant création du nouvel Établissement public de coopération intercommunale issu de la fusion de la Communauté de communes du canton de Ville-sur-Tourbe, de la Communauté de communes de la région de Givry- en-Argonne et de la Communauté de communes de la région de Sainte-Ménehould en y incluant les communes isolées de Cernay-en-Dormois, Les Charmontois, Herpont et Voilemont », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 bis,‎ , p. 16-24 (lire en ligne [PDF]).
  13. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  14. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 19 juillet 2015).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Françoise Gaborit, Notice no IA00059977, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 1er février 2013.