Ouvrir le menu principal

Big Four (tennis)

groupe de quatre joueurs de tennis dominant le tennis mondial dans les années 2000

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Big Four.

En tennis, le Big Four (littéralement « les quatre grands » en anglais) est le nom donné aux quatre joueurs qui dominent le circuit depuis la fin des années 2000 : le Suisse Roger Federer, l'Espagnol Rafael Nadal, le Serbe Novak Djokovic et le Britannique Andy Murray. Ce terme est utilisé depuis 2011 dans la presse et a été repris dès 2012 par les joueurs eux-mêmes[1],[2],[3],[4],[5].

Ces quatre joueurs ont notamment remporté tous les tournois du Grand Chelem entre Roland-Garros 2005 et l'US Open 2013, excepté l'US Open 2009 remporté par l'Argentin Juan Martín del Potro, soit 35 tournois sur 36 possibles. Avant 2008, cette domination était restreinte à la rivalité Federer-Nadal. Depuis le premier sacre de Roger Federer à Wimbledon en 2003, le Big Four a remporté 56 des 64 derniers majeurs. Ils ont en outre tous atteint la place de numéro un mondial, qu'ils occupent, à tour de rôle, depuis 2004.

Entre 2011 et 2016, seuls quatre joueurs non-membres du Big Four ont remporté au moins un titre important (Grand Chelem, Masters 1000, Jeux olympiques et Masters) dont deux joueurs en ont remporté plusieurs (Stanislas Wawrinka l'Open d'Australie 2014, le Masters 1000 de Monte-Carlo 2014, Roland-Garros 2015 et l'US Open 2016 ; et Marin Čilić l'US Open 2014 et le Masters 1000 de Cincinnati en 2016) et 2 joueurs en ont remporté un (David Ferrer le Masters 1000 de Paris en 2012 et Jo-Wilfried Tsonga le Masters 1000 de Toronto en 2014). Le Big Four a donc remporté, durant ces six années, 78 titres majeurs sur 86 possibles, soit un peu plus de 90 %.

Depuis 2017, le Big Four reste dominant dans les tournois du Grand Chelem et maintient toujours un membre au sommet de la hiérarchie. Cependant, les quatre joueurs sont de plus en plus contraints à des arrêts de longue durée pour blessure et le poids de l'âge se fait ressentir, face à une jeune génération qui remporte plus souvent le reste des tournois majeurs (Masters 1000 et Masters). En 2017, 4 tournois de Masters 1000 et, surtout, le tournoi du Masters, soit 5 titres majeurs au total, ont échappé au Big Four. Sur la saison 2018, le Masters et 4 tournois de Masters 1000 sur 9 ont échappés au Big Four qui a donc perdu, sur moins de 2 saisons, autant de titres majeurs que sur l'intégralité des 6 saisons précédentes.

Le 11 janvier 2019, contraint par une blessure à la hanche depuis 2016, Andy Murray envisage de prendre sa retraite, alors que les journalistes parlent désormais de « Big Three »[6],[7],[8].

Sommaire

2004-2007 : Domination Federer/NadalModifier

Federer à son apogée, Nadal maître de la terre battueModifier

Federer débute l'année 2004 en tant que favori numéro un après une saison 2003 qui l'a révélé notamment en remportant Wimbledon et le Masters de fin d'année. Entre 2004 et 2007 Roger Federer devient un des plus grands joueurs de l'Histoire du tennis. Il remporte sur cette tranche 41 titres dont 11 titres du Grand Chelem, il réalise le Petit Chelem trois fois (record absolu), remporte à trois reprises le Masters de fin d'année et empoche 13 Masters 1000. Il termine également à chaque fois numéro 1 mondial durant cette période et atteint les finales de tous les Grand Chelem sur une année en 2006 et 2007.

Nadal apparaît dès 2005 comme l'outsider numéro un du Suisse. Terrien, il se fait remarquer durant cette période par son ultra domination sur terre battue. Il réalise une série impressionnante de 81 victoires consécutives sur ocre entre le Masters de Monte-Carlo 2005 et le Masters de Hambourg 2007. Sur cette période il remporte Roland-Garros en 2005, 2006 et 2007 (en 2004 il n'y a pas participé). Il remporte également 6 Masters 1000 sur terre battue en 7 participations. En 2006 et 2007 il atteint la finale de Wimbledon. Il remporte en tout 23 titres dont 3 titres du Grand Chelem et 8 Masters 1000. Il finit numéro 2 mondial à chaque fois entre 2005 et 2007.

Premières apparitions de Djokovic et MurrayModifier

Durant cette même période, c'est en 2006 que Novak Djokovic remporte ses premiers titres. Il remporte par ailleurs ses premiers trophées en Masters 1000 en 2007 à Miami et au Canada en battant les meilleurs joueurs du moment. Il atteint également en 2007 la finale de l'US Open, ainsi que les demi-finales de Wimbledon et Roland-Garros. Durant cette période il remporte 7 titres ATP dont 2 Masters 1000. Dès 2007, il se classe 3e joueur mondial, top 3 qu'il ne quitte plus, à quelques semaines près, pendant dix ans, jusqu'en 2017.

Andy Murray quant à lui met plus de temps à s'affirmer. Durant cette période il remporte son premier titre ATP en 2006, atteint une demi-finale de Masters 1000 à Miami, remporte 3 titres et finit l'année 2007 à la onzième place.

2008-2010 : Émergence du Big FourModifier

Nadal dans l'Histoire du tennis, Federer recordman de Grand ChelemModifier

La période entre 2008 et 2010 est une période de domination sans partage entre Rafael Nadal et Roger Federer sur la place de numéro 1.

Roger Federer, sur cette période, reste d'un excellent niveau sans, toutefois, atteindre ses standards de 2004-2007 (notamment à cause d'une mononucléose contractée fin 2007). Son exploit est de remporter Roland-Garros en 2009 ce qui fait de lui un des rares joueurs à avoir gagné chaque Grand Chelem. Face à la concurrence qu'oppose Nadal en 2008, il perd sa place de numéro un mondial en 2008 qu'il retrouve en 2009 puis reperd en 2010. Entre 2008 et 2010 il remporte 13 titres ATP dont 4 Grand Chelem, 2 Masters 1000 et 1 Masters. En remportant Wimbledon en 2009, il signe son 15e succès en Grand Chelem et devient le recordman de titres de Grand Chelem en dépassant Pete Sampras.

Rafael Nadal, sur cette période, réussit l'exploit de battre Roger Federer à Wimbledon en 2008 et de remporter son premier titre du Grand Chelem autre que Roland-Garros. Il remporte également l'or olympique à Pékin et finit l'année numéro un mondial. En 2009 il remporte son premier Open d'Australie mais finit numéro 2 mondial. En 2010, il réalise son premier Petit Chelem et remporte l'US Open, ce qui le place dans la catégorie des rares joueurs ayant remporté les 4 Grand Chelem, un an après Roger Federer. Il finit l'année numéro un mondial. Entre 2008 et 2010, il remporte 20 titres ATP dont 5 Grand Chelem, l'or olympique et 9 Masters 1000.

Djokovic et Murray outsidersModifier

Durant cette période, le circuit voit la confirmation de Djokovic comme 3e meilleur joueur au monde et l'apparition au premier plan d'Andy Murray.

Novak Djokovic est dans la continuité de ce qu'il a montré en 2006 et 2007. Il remporte son premier Grand Chelem en 2008 à l'Open d'Australie et son premier Masters, également en 2008. Il participe à sa seconde finale de l'US Open en 2010. Sur cette période, il finit à chaque fois numéro trois mondial. Il remporte 11 titres ATP dont 1 Grand Chelem, 1 Masters et 3 Masters 1000 mais également une médaille de bronze aux jeux Olympiques.

Andy Murray atteint ses premières finales en Grand Chelem, à l'US Open en 2008 et l'Open d'Australie en 2010. Il remporte également ses premiers titres en Masters 1000. Il finit lors de ces années numéro quatre mondial à chaque fois. Il remporte 13 titres ATP dont 6 Masters 1000.

2011-2013 : Le Big Four à son apogéeModifier

2011 : Djokovic au sommet et rivalité Nadal - DjokovicModifier

Lors de la saison 2011, le journaliste américain Steve Tignor remarque qu'avant l'US Open, le Big Four truste 13 des 16 places en demi-finale dans les quatre derniers tournois du Grand Chelem, dont la totalité à Roland-Garros, et pronostique que trois d'entre eux seront en demi-finale du tournoi américain. En fait, les quatre le seront, portant à 14 sur 16 le nombre de places en demi-finale occupées par le Big Four cette année-là, ainsi que la totalité des places en finale ; seuls Jo-Wilfried Tsonga et David Ferrer parviennent à se hisser en demi-finale en 2011. La même année, les joueurs du Big Four remportent la totalité des neuf tournois Masters 1000 avec au moins 1 titre pour chacun de ses membres. Fin 2011, Jo-Wilfried Tsonga explique cette domination : « La différence entre eux et les gars comme moi, Berdych ou Ferrer, c'est qu'ils ne perdent presque jamais contre des joueurs moins forts qu'eux, et si ça leur arrive, ce n'est jamais dans les tournois du Grand Chelem. Ils ont une sécurité que les autres n'ont pas. Aujourd'hui, le niveau est très homogène. Il y a des gars autour de la 30e ou 40e place qui sont capables de battre n'importe qui. Mais les quatre premiers ont une marge de sécurité[9]. »

Novak Djokovic s'affirme après quatre saisons derrière le duo Federer-Nadal. Il remporte l'Open d'Australie et réalise le doublé Indian Wells-Miami. Il remporte 41 matchs consécutifs avant de perdre en demi-finale de Roland Garros face à Roger Federer. Il réalise son premier Petit Chelem en remportant pour la 1re fois Wimbledon et l'US Open. Il remporte également 5 Masters 1000 ce qui est un record sur une saison. Il devient numéro 1 mondial après sa victoire à Wimbledon et finit l'année numéro 1 mondial avec dix titres remportés.

Rafael Nadal termine l'année numéro 2 en remportant Roland Garros pour la 6e fois et remporte également le Masters de Monte-Carlo. Il atteint les finales de Wimbledon et de l'US Open. Il remporte la Coupe Davis pour la 4e fois de sa carrière.

Roger Federer ne remporte aucun Grand Chelem ce qui est une première depuis 2004. Il finit l'année numéro 3 mondial en ayant remporté le Masters de Paris-Bercy pour la première fois de sa carrière et s'adjuge le Masters de fin d'année pour la 6e fois de sa carrière, un record. Il participe à la finale de Roland Garros, qu'il perd face à Nadal.

Andy Murray finit l'année à la quatrième place, en ayant remporté 2 Masters 1000 (Cincinnati et Shanghai). Il atteint également la finale de l'Open d'Australie.

En 2011, le Big Four s'empare de tous les Grand Chelem, des 9 Masters 1000, du Masters et de la Coupe Davis. Ils finissent l'année aux quatre premières places.

2012 : Le Big Four se partage les titres MajeursModifier

L'année 2012 commence par la même domination lors de l'Open d'Australie[10]. Après l'US Open 2011, les 4 premiers mondiaux se retrouvent seuls en demi-finale de deux tournois du Grand Chelem de suite, ce qui constitue une première dans l'ère Open. David Ferrer, numéro 5 et dernier éliminé des quarts de finale, déclare alors : « Les quatre premiers mondiaux sont plus forts que les autres. Ils ont joué les quatre finales du Grand Chelem l'année dernière. Ils sont toujours là dans les derniers tours. Et cette année, ce sera encore pareil[11]... »

En mars 2012, USA Today calcule que, depuis 2007, les trois premiers mondiaux (Federer, Nadal et Djokovic) ont remporté entre 20 et 26 % des gains en tournois selon les années. Le directeur de l'ATP Brad Drewett estime ainsi que « la domination des quatre premiers a influencé la distribution des dotations[12] ». À l'approche du tournoi de Roland-Garros 2012, les joueurs manifestent leur mauvaise humeur sur la répartition des revenus entre les joueurs et les autres acteurs, mais aussi entre les « quatre extraterrestres du haut du classement ATP » et les autres, menaçant les organisateurs d'une grève[13].

En 2012, les quatre tournois du Grand Chelem, le tournoi olympique et le Masters sont donc remportés par chacun des quatre membres du Big Four : Djokovic remporte pour la 2e année consécutive l'Open d'Australie dans une finale d'anthologie face à Rafael Nadal. Il remporte par ailleurs 3 Masters 1000 et le Masters pour la seconde fois de sa carrière. Il atteint pour la première fois la finale de Roland Garros. Il finit l'année numéro un mondial pour la seconde fois de sa carrière.

Roger Federer quant à lui remporte le 7e Wimbledon de sa carrière, atteint la finale du Masters et remporte 3 Masters 1000. Il remporte la médaille d'argent aux jeux Olympiques. Il finit l'année numéro 2 mondial.

Andy Murray finit l'année numéro 3 mondial pour la première fois de sa carrière et remporte également son premier Grand Chelem (US Open), mais également l'Or Olympique.

Rafael Nadal réussit à remporter une nouvelle fois Roland Garros et 2 Masters 1000. Malheureusement une blessure au genou l'écarte des courts après Wimbledon, il finit l'année à la 4e place mondiale.

En octobre 2012, alors que les quatre premiers viennent de remporter un 17e tournoi Masters 1000 consécutif (Djokovic bat Murray en finale du Masters de Shanghai)[14], Patrice Dominguez estime que la rivalité de ces deux derniers a pris le pas sur le Big Four[15]. Le même mois, alors que Nadal est blessé depuis plusieurs tournois et que Federer est forfait, Murray et Djokovic se font éliminer dès les huitièmes de finale au Masters de Paris-Bercy 2012, mettant fin à cette série[16].

2013 : Rivalité Nadal - Djokovic et blessure de FedererModifier

Sur cette saison, le Big Four s'empare des 9 Masters 1000, des 4 tournois du Grand Chelem et du Masters, mais la répartition des titres entre ses différents membres est moins égale que l'année précédente.

Novak Djokovic remporte pour une troisième année consécutive l'Open d'Australie en battant en finale Andy Murray. Il remporte le Masters 1000 de Monte-Carlo pour la première fois de sa carrière, ainsi que ceux de Shanghai et Paris-Bercy. Il inscrit également un troisième Masters de fin d'année à son palmarès en battant Rafael Nadal en finale. Il finit l'année numéro 2 mondial.

Rafael Nadal, grand absent de la fin de saison 2012 fait son retour en février pendant la tournée sud-américaine. Il remporte les Masters 1000 d'Indian Wells, Madrid, Rome, Montréal et Cincinnati (égalant le record de Novak Djokovic en 2011), mais également Roland-Garros et l'US Open. Il finit l'année numéro 1 mondial.

Andy Murray remporte le Masters 1000 de Miami et Wimbledon, son second titre du Grand Chelem. Après l'US Open, il est obligé de mettre un terme à sa saison après une opération du dos. Il finit l'année à la 4e place mondiale.

Roger Federer est la déception de l'année 2013. Il ne remporte aucun titre majeur, n'atteint la finale que du Masters 1000 de Rome et se fait éliminer au second tour de Wimbledon. Il finit l'année numéro 6 mondial et sort ainsi du top 4.

Sur ces 3 saisons 2011-2013, le Big Four a donc remporté les 12 tournois du Grand Chelem, les 3 éditions du Masters, la médaille d'or et la médaille d'argent en simple aux Jeux olympiques de 2012 ainsi que 26 des 27 tournois Masters 1000. En 3 ans, il n'a donc laissé qu'un seul titre majeur à ses adversaires sur 43 possibles.

2014-2016 : Domination par alternance des différents membres du Big FourModifier

2014 : Vainqueurs en Majeurs inédits et sortie du top 4 de MurrayModifier

Lors de la saison 2014, les victoires de Stanislas Wawrinka à l'Open d'Australie et de Marin Čilić à l'US Open semblent confirmer la fin d'une domination sans partage des membres du Big Four. On note également que deux tournois Masters 1000 échappent au Big Four cette même saison 2014 (Monte-Carlo remporté par Wawrinka et Toronto remporté par Jo-Wilfried Tsonga) alors qu'il n'en avait laissé passer qu'un sur les trois saisons précédentes, et qu'aucun des 4 membres n'a participé à la finale de l'US Open, ce qui n'était pas arrivé en Grand Chelem depuis l'Open d'Australie 2005.

Novak Djokovic s'empare une seconde fois de Wimbledon, du Masters pour une 4e fois, remporte 4 Masters 1000, atteint la finale de Roland Garros et finit l'année numéro 1 mondial pour la troisième fois de sa carrière.

Roger Federer quant à lui, retrouve le top 4 après une saison 2013 compliquée. Il atteint la finale de Wimbledon, remporte la Coupe Davis pour la première fois et remporte 2 Masters 1000 ; il finit l'année numéro 2 mondial.

Rafael Nadal conserve son titre à Roland-Garros, remporte le Masters 1000 de Madrid et finit l'année numéro 3 mondial.

La déception est Andy Murray qui reprend la compétition en 2014 après une opération du dos fin 2013. Il ne remporte aucun titre Majeur en 2014 ; il finit l'année numéro 6 mondial.

2015 : Djokovic dans les records et régression de NadalModifier

La saison 2015 semble confirmer que depuis 2013, les 4 membres du Big Four n'arrivent plus à être constants et qu'il y a chaque saison un des 4 membres qui sort du top 4.

Novak Djokovic règne en maître en 2015 : il réalise le Petit Chelem (5e Open d'Australie, 3e Wimbledon, 2e US Open) portant à 10 le nombre de Grand Chelem remportés, le Grand Chelem de finales en atteignant la finale de Roland-Garros, remporte pour la 5e fois le Masters qui fait de lui le seul joueur à avoir remporté ce tournoi quatre fois de suite et remporte 6 Masters 1000 sur la saison (un record). Il finit l'année avec 16 585 points ce qui est également un record. Les autres records à noter sur cette saison sont le nombre de titres défendus sur une saison, à savoir 7 mais également il détient le record du nombre de joueurs du top 10 et du top 5 battus sur une saison (respectivement 31 et 16 fois).

L'année 2015 signe le retour d'Andy Murray dans le top 4 avec une finale à l'Open d'Australie contre Novak Djokovic. Il atteint la 2e place du classement, avec comme palmarès deux victoires en Masters 1000 (dont une premier Masters 1000 sur terre battue), une demi-finale à Roland-Garros et Wimbledon. Son plus gros succès reste la victoire en Coupe Davis face à la Belgique : il est le héros de cette campagne 2015 en ayant gagné tous ses matchs et rapporte le titre en Grande-Bretagne après 79 ans d'attente.

Pour Federer, c'est dans la continuité de la saison 2014. Il gagne le Masters 1000 de Cincinnati une nouvelle fois, atteint deux finales de Grand Chelem (Wimbledon et US Open) et la finale du Masters à chaque fois contre Novak Djokovic. Il conforte sa place dans le top 4 une nouvelle fois en terminant 3e.

La déception du Big Four pour la saison 2015 est Rafael Nadal. Pour la première fois depuis 2005, il ne remporte aucun Grand Chelem ou Masters 1000. Il retombe même à la 10e place du classement ATP après sa défaite en 1/4 de finale de Roland-Garros contre Novak Djokovic. Il finit l'année à la 5e place.

Au total lors de cette saison 2015, le Big Four demeure néanmoins largement dominant puisqu'il s'empare des 9 Masters 1000, du Masters et de 3 des 4 tournois du Grand Chelem, soit un résultat global encore meilleur que la saison précédente.

2016 : Djokovic à son apogée, Murray numéro 1 mondial, Federer hors du top 10Modifier

Pour commencer la saison 2016, Novak Djokovic confirme sa domination sur le circuit. Il remporte un 6eOpen d'Australie, son 1er Roland-Garros, ce qui fait de lui le 8e joueur à remporter les 4 Grand Chelem, le 3e à remporter les 4 Grand Chelem à la suite et l'unique joueur dans l'histoire à détenir les 4 Grand Chelem et le Masters en même temps. Il remporte également quatre Masters 1000 et obtient une avance de 9 025 points sur ses dauphins Roger Federer et Andy Murray, à égalité de points le 9 mai 2016, ce qui représente un écart de points jamais égalé entre les deux premiers mondiaux.

Par la suite, Andy Murray remporte son 2e Wimbledon, les Masters 1000 de Rome, Shanghai et Paris-Bercy, la médaille d'or aux Jeux olympiques puis le Masters pour la première fois et devient, pour la première fois de sa carrière, no 1 mondial.

Roger Federer, de son côté, annonce en juillet son forfait pour tout le reste de l'année, sans avoir remporté le moindre titre, une première depuis 2001. Rafael Nadal, après avoir remporté le Master de Monte-Carlo, vit également une fin de saison difficile. Les deux joueurs reculent au classement ATP ; en octobre, c'est la première fois depuis 2003 qu'aucun des deux ne fait partie du top 4[17].

Deux tournois majeurs échappent cette saison au Big Four, soit le Master de Cincinnati, remporté par Marin Cilic, et l'US Open, remporté par Stanislas Wawrinka.

2017-2019 : Émergence d'une nouvelle génération en Masters 1000, mais le Big Four toujours Maître en Grand ChelemModifier

2017 : Retour de Federer et de Nadal aux devants, Djokovic et Murray hors du top 10Modifier

À l'Open d'Australie, la finale oppose Roger Federer, de retour sur le circuit après six mois d'arrêt et 17e mondial et Rafael Nadal, 9e à l'ATP. Roger Federer bat Rafael Nadal et remporte son 5e Open d'Australie et son 18e tournoi du Grand Chelem[18],[19]. Il remporte ensuite le Masters d'Indian Wells et le Masters 1000 de Miami en battant une nouvelle fois Rafael Nadal faisant ainsi le triplé Open d'Australie-Indian Wells-Miami. Le 16 juillet 2017, il remporte Wimbledon et devient l'unique recordman de victoires avec huit succès depuis 2003. Il porte son record de victoires dans les tournois du Grand Chelem à dix-neuf[20]. Il a traversé ce tournoi sans perdre un set, ce que seul Björn Borg avait réussi à faire avant lui dans l'ère Open. En octobre, il remporte son 3e Masters 1000 de la saison à Shanghai en battant une nouvelle fois Rafael Nadal en finale. Il finit l'année à la deuxième place.

Rafael Nadal remporte son premier titre de la saison au Masters de Monte-Carlo avec comme principal absent Roger Federer. Il remporte par la même occasion son 29e Masters 1000 et devient le seul recordman du nombre de titres remportés sur terre battue avec 50 titres. Rafael Nadal remporte le Masters de Madrid et rejoint Novak Djokovic avec 30 victoires en Masters 1000. Par la suite, Nadal remporte, pour la dixième fois Roland Garros en battant en trois sets Stanislas Wawrinka. Il réalise une performance en ne perdant aucun set durant le tournoi comme il l'avait fait en 2008 et 2010. Cette fois-ci, il ne concède que 35 jeux en 7 matchs. Il redevient numéro 1 mondial à la suite du tournoi de Cincinnati, 3 ans après avoir été détrôné par Novak Djokovic. Le 10 septembre 2017, il remporte son 3e US Open et son 16e titre du Grand Chelem, devançant de presque 2000 points à la Race son unique adversaire Roger Federer. Il finit l'année en tant que numéro un, pour la quatrième fois de sa carrière.

Andy Murray, après une fin d'année 2016 en trombe, accuse le coup et ne remporte que le tournoi de Dubaï. Il sort prématurément à l'Open d'Australie, atteint les demi-finales à Roland-Garros, et les quarts de finale à Wimbledon. Suite à ce tournoi, il ne participe plus à aucun tournoi et met fin officiellement à sa saison le 13 octobre. Il finit l'année à la seizième place, hors du top 10, une première depuis 2007.

Novak Djokovic débute l'année en conservant son titre à Doha. Sorti prématurément de l'Open d'Australie où il était tenant du titre, il enchaîne désillusion sur désillusion mis à part une finale au Masters de Rome. Au mois de mai, il engage André Agassi comme nouveau coach. Sorti en quarts de finale à Roland-Garros, il entame de bien meilleure façon la saison sur herbe avec une victoire au tournoi d'Eastbourne sans concéder un set. Après plusieurs matchs convaincants à Wimbledon il est obligé d’abandonner en quarts de finale et annonce une fin de saison prématurée le 26 juillet pour soigner un coude douloureux. Il finit l'année aux portes du top 10, douzième, une première depuis 2007.

Le Masters de Rome échappe au Big Four, Novak Djokovic étant battu en finale par Alexander Zverev, premier tennisman natif des années 1990 à remporter un titre majeur. À la Rogers Cup, il confirme en battant en finale Roger Federer (6-3, 6-4) remportant son second Masters 1000 de la saison. Pour la première fois depuis 2012 en Masters 1000, aucun demi-finaliste n'est membre du Big Four[21], au Masters de Cincinnati remporté par Grigor Dimitrov, puis au Masters de Paris-Bercy remporté par Jack Sock. Au Masters Cup, Rafael Nadal abandonne et Roger Federer n'atteint pas la finale, remportée par Grigor Dimitrov. Jamais depuis son émergence, 5 tournois majeurs n'avaient échappé au Big Four sur une même saison.

2018 : Federer, Nadal et Djokovic se partagent les Grand Chelem, Murray hors du top 100Modifier

La 1re moitié de la saison 2018 confirme la tendance observée en 2017. Si le Big Four est régulièrement bousculé dans les tournois Masters 1000 (3 tournois Masters 1000 sur 5 leur ayant échappé au début de la saison, les deux autres sont remportés par Nadal sur terre battue, sa surface de prédilection), il reste toujours largement dominant en Grand Chelem.

A l'Open d'Australie, Roger Federer remporte pour une seconde année consécutive le trophée face à Marin Čilić. C'est son 6e trophée Australien, égalant le record détenu par Novak Djokovic et Roy Emerson. Il atteint la barre mythique des 20 titres du Grand Chelem ce qu'aucun homme n'a réussi auparavant. Par la suite il connait une saison en dessous de 2017 ne remportant aucun autre titre majeur. Zappant une nouvelle fois la saison sur terre, il se fait battre en quarts de finale contre Kevin Anderson à Wimbledon et en huitièmes de finale contre l'étonnant John Millman à l'US Open. Il échoue en demi-finale au Masters de Londres contre Alexander Zverev. Il finit l'année n°3 mondial, avec 4 titres dont un Grand Chelem (Open d'Australie), et 3 finales dont 2 en Masters 1000 (Indian Wells et Cincinnati).

Rafael Nadal est contraint à l'abandon durant l'Open d'Australie suite à une blessure en quarts de finale qui l'éloigne des courts jusqu'à la saison sur terre. Sans surprise il remporte les Masters 1000 de Monte-Carlo et Rome et remporte un 11e Roland-Garros et donc son 17e titre du Grand Chelem. Il perd ensuite de peu à Wimbledon lors d'une demi-finale dantesque contre Novak Djokovic. Il remporte un 3e Masters 1000 durant la Rogers Cup et est contraint encore une fois à l'abandon lors des demi-fianles de l'US Open contre Juan Martín del Potro. Qualifié pour le Masters, il ne s'aligne plus sur aucun tournoi mettant un terme définitif à sa saison peu avant le Masters. Il finit l'année n°2 mondial, avec 5 titres dont un Grand Chelem et 3 Masters 1000.

Pour Novak Djokovic, la début de saison est très compliqué avec une défaite en huitièmes de finale de l'Open d'Australie face au jeune Coréen Chung Hyeon. Il se fait par la suite opérer et connait des défaites inhabituelles jusqu'au Masters 1000 de Madrid ou il ne dépasse jamais les huitièmes de finales. A Roland-Garros il se fait éliminer en quarts de finale contre le surprenant Italien Marco Cecchinato. A Wimbledon après une demi-finale dantesque face à Rafael Nadal, il remporte son 13e titre du Grand Chelem et son 4e Wimbledon. Au Masters 1000 de Cincinnati, Novak Djokovic retrouve en finale Roger Federer après plus de deux ans sans s'être joués, qu'il bat en deux sets (6-4, 6-4), remportant pour la première fois ce tournoi. Il devient alors le premier joueur à avoir remporté la totalité des neuf Masters 1000 en simple depuis leur création en 1990, accomplissant un Career Golden Masters. Novak Djokovic confirme son retour au meilleur de sa forme à l'US Open où il vainc Juan Martín del Potro en 3 sets secs (6-3, 7-6, 6-3) pour remporter son 14e titre en Grand Chelem et son 3e US Open, égalant Pete Sampras au nombre de tournois du Grand Chelem en carrière, troisième performance de tous les temps derrière Roger Federer (20) et Rafael Nadal (17). Il récidive au Master de Shanghai où il est le troisième homme à gagner un Masters 1000 sans être breaké du tournoi. Il échoue en finale au Masters de Londres contre Alexander Zverev, confirmant sa bonne forme mais également la concurrence de plus en plus pressante de la "NextGen". Il finit l'année n°1 mondial pour la 5ème année de sa carrière avec 4 titres dont deux Grand Chelem et deux Masters 1000.

Pour Andy Murray, la saison 2018 est dans la continuité de 2017, à savoir une difficulté à retrouver les terrains de tennis dû à sa blessure à la hanche qu'il décide de se faire opérer durant l'Open d'Australie auquel il a décidé de ne pas prendre part. Il ne revient que durant la saison sur gazon ou il s'incline assez rapidement dans des tournois mineurs. Ne se sentant pas prêt il décide de ne pas participer à Wimbledon. Lors de l'US Open il s'incline au second tour. Il met un terme définitif à sa saison lors de la tournée asiatique et est assuré de finir hors du top 100, une première depuis 2005.

Comme lors de l'année 2017, au total quatre Masters 1000 et le Masters échappent au Big Four. Il est à noter également, qu'aucune des 4 finales de Grand Chelem n'a été disputée entre deux membres du Big Four chose qui n'était pas arrivée depuis la saison ATP de 2005.


2019 : Domination du « Big Three »Modifier

Après avoir annoncé vouloir mettre un terme à sa carrière au cours de la saison (au plus tard chez lui, à Wimbledon), Andy Murray tombe au premier tour à Melbourne contre Roberto Bautista-Agut en cinq sets (6-4, 6-4, 6-7, 6-7, 6-2). Le Britannique chute au delà de la 200e place mondiale. Roger Federer est en revanche annoncé comme l'un des deux grands favoris avec Novak Djokovic avant le début du tournoi et rassure au cours de la première semaine en ne lâchant pas le moindre set. Mais en huitième de finale, il est éliminé en quatre sets face à Stéfanos Tsitsipás. Avec cette contre-performance, Federer retombe à la sixième place mondiale, une première depuis début mars 2017. La concurrence de la « Next Gen » se confirme, avec trois joueurs de moins de 23 ans en quarts de finale. Celle-ci se reconfirme, par la suite, avec la victoire de Dominic Thiem au Masters 1000 d'Indian Wells, face à Federer en finale, alors que Djokovic est battu prématurément et Nadal contraint à l'abandon avant sa demi-finale à cause d'un genou douloureux.

Après avoir arrêté sa saison 2018 de façon prématurée, Rafael Nadal fait son grand retour à la compétition sur le sol australien. Il impressionne dès le début du tournoi et monte en puissance au fil des matchs en ne laissant pas le moindre set pour accéder à la finale. Ayant amélioré très visiblement son service, il s'impose largement face à la « NextGen » en faisant tomber trois joueurs de moins de 22 ans durant le tournoi. Il s'incline finalement en trois sets secs (6-3, 6-2, 6-3) face au no 1 mondial Novak Djokovic qui livre une démonstration de tennis. Le Serbe remporte ainsi son 15e titre en Grand Chelem et son 7e Open d'Australie (record absolu), dépassant ainsi Roy Emerson et Roger Federer. Il confirme son net regain de forme depuis l'été 2018, devenant le troisième joueur le plus titré en Grand Chelem juste derrière Rafael Nadal (17) et Roger Federer (20), alors qu'il l'était déjà à égalité avec Pete Sampras (14), ancien détenteur du record de nombre de titres en Grand Chelem. Depuis Wimbledon 2003 et le premier sacre de Roger Federer en Grand Chelem, le Big Four a ainsi remporté 55 des 63 derniers majeurs.

Au tournoi ATP 500 de Dubaï, Roger Federer atteint la barre des 100 tournois ATP gagnés en carrière, devancé seulement depuis le début de l'ère Open par Jimmy Connors et ses 109 titres. À l'issue de la tournée américaine de mars, avec une finale à Indian Wells, perdue contre Dominic Thiem et une victoire à Miami contre John Isner, Roger Federer acquiert son 28e titre lors de sa 50e finale en Masters 1000 (nouveau record), revient à la 4e place du classement ATP et se replace même en tête de l'ATP Race, devant Novak Djokovic et Rafael Nadal. De son côté, Novak Djokovic sort prématurément de ces deux tournois, tandis que Nadal, blessé au genou, déclare forfait en demi-finale d'Indien Wells et ne participe pas au tournoi de Miami.

La saison de terre battue démarre avec le Masters 1000 de Monte-Carlo où Novak Djokovic échoue face à Daniil Medvedev en 1/4 de finale tandis que Rafael Nadal échoue face à Fabio Fognini en demi-finale. Ainsi, pour la 1re fois depuis le Master 1000 de Madrid 2018, aucun joueur du Big Four ne réussit à se qualifier en finale d'un tournoi majeur. Rafael Nadal échoue de nouveau à ce stade au tournoi de Barcelone et au Master 1000 de Madrid, laissant penser que l'accumulation de blessures ne le laisse pas aussi dominateur que précédemment sur sa surface de prédilection. Il revient pourtant progressivement à son meilleur niveau en gagnant le Master 1000 de Rome, son 34e trophée dans cette catégorie (record en date) en dominant Novak Djokovic en finale puis son 12e Roland-Garros face à Dominic Thiem, comme l'année précédente. Novak Djokovic, en quête d'un deuxième "Djoko Slam" revient, lui, à son meilleur niveau après un début de saison en demi-teinte en remportant le tournoi de Madrid sans perdre un set mais échoue finalement dans sa quête d'un quatrième grand chelem d'affilée en perdant en demi-finale du tournoi parisien face à Dominic Thiem au bout d'un match sur deux jours rythmé par les mauvaises conditions météo. Quant à Roger Federer, après 3 années d'absence sur terre battue, il annonce son retour au Master 1000 de Madrid, où il échoue en 1/4 de finale face à Dominic Thiem après avoir pourtant obtenu 2 balles de match. A l'issue du tournoi, il annonce qu'il participera également au Master 1000 de Rome en préparation de Roland-Garros, mais doit abandonner en 1/4 de finale après une légère blessure à la jambe droite. Aux Internationaux de France de tennis, il atteint les demi-finales où il perd logiquement en trois sets secs face au futur vainqueur du tournoi.

Alors que Novak Djokovic et Rafael Nadal décident de ne pas jouer de tournoi préparatoire sur gazon avant le Tournoi de Wimbledon 2019, Roger Federer gagne pour la 10e fois le Tournoi de tennis de Halle (ATP 2019), devenant du même coup le second joueur à gagner 10 éditions d'un même tournoi ATP après Rafael Nadal (11 Master 1000 au Tournoi de tennis de Monte-Carlo, 11 Tournoi de tennis de Barcelone et 12 Roland-Garros), et profitant du système de classement spécifique de Wimbledon pour obtenir la tête de série n°2 devant Nadal. Le Big Three se qualifie sans surprise pour les demi-finales où Federer et Nadal se retrouvent à nouveau face à face un mois après la demi-finale Roland-Garros. Roger Federer y prend sa revanche sur son rival en 4 manches (7-6, 1-6, 6-3, 6-4). Federer retrouve alors Djokovic dans une finale qui se termine au tie-break du 5e set, à 12-12, système mis en place suite à l'interminable demi-finale Isner-Anderson de l'année précédente (26-24 au dernier set). Djokovic gagne cette finale (7-6, 1-6, 7-6, 4-6, 13-12), gagnant ses trois sets au tie-break, sauvant 2 balles de match à 7-8 dans la dernière manche.

Palmarès du Big Four dans les tournois majeursModifier

Meilleur parcours des membres du Big Four en Grand Chelem, au Masters et aux Jeux olympiques
Année 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
Open d'Australie - 3TF 3TF 1/8F 1/8F VF 1/2F VF VF VD VN VF VD VD VD FN VD VD VF VF VD
Roland-Garros 1TF 1/8F 1/4F 1TF 1TF 3TF VN VN VN VN VF VN VN VN VN VN FD VD VN VN VN
Wimbledon 1TF 1TF 1/4F 1TF VF VF VF VF VF VN VF VN VD VF VM VD VD VM VF VD VD
US Open - 3TF 1/8F 1/8F 1/8F VF VF VF VF VF FF VN VD VM VN 1/2D-F VD FD VN VD
Masters Cup - - - 1/2F VF VF FF VF VF VD 1/2F VF VF VD VD VD VD VM 1/2F FD
JO - 4eF - - - 2TF - - - VN - - - VM - - - VM - -
Meilleure performance de chaque membre du Big Four en Grand Chelem, au Masters, en Masters 1000 et aux Jeux olympiques
Joueur Grand Chelem ATP Finals ATP World Tour Masters 1000 J.O Diversité Titres Majeurs remportés
AO RG WIM USO IW MIA MON MAD* ROM CAN CIN SHA** PAR
  Roger Federer V (6) V (1) V (8) V (5) V (6) V (5) V (4) F (4) V (2)
V (4)***
F (4) V (2) V (7) V (2)
V (1) ***
V (1) A (1) 12 / 15 54
  Novak Djokovic V (7) V (1) V (5) V (3) V (5) V (5) V (6) V (2) V (3) V (4) V (4) V (1) V (4) V (4) B (1) 14 / 15 54
  Rafael Nadal V (1) V (12) V (2) V (3) F (2) V (3) F (5) V (11) V (1)
V (4)***
V (9) V (5) V (1) F (2)
V (1) ***
F (1) O (1) 12 / 15 54
  Andy Murray F (5) F (1) V (2) V (1) V (1) F (1) V (2) DF (3) V (1) V (1) V (3) V (2) V (3)
V (1)***
V (1) O (2) 11 / 15 20
* Rentrent en compte les Masters 1000 disputés à Hambourg (terre battue) entre 2000 et 2008 remplacés par Madrid (terre battue).
** Rentrent en compte les Masters 1000 disputés à Madrid (dur int.) entre 2002 et 2008 remplacés par Shanghai (dur ext.)
*** Federer a remporté à 4 reprises le Masters d'Hambourg et à 2 reprises celui de Madrid sur terre battue; il a également remporté une fois le Masters de Madrid en dur indoor et à deux reprises le Masters de Shanghai. Nadal a remporté le Masters d'Hambourg à une reprise et celui de Madrid sur terre à 4 reprises et le Masters de Madrid en dur indoor mais jamais celui de Shanghai. Murray a remporté une fois le Masters de Madrid en dur indoor et à 3 reprises celui de Shanghai

Tableaux récapitulatifs du palmarès du Big FourModifier

Date de mise à jour : 19 août 2019
En gras, les records dans l'Histoire du tennis

Nom Titres Nombre de semaines
à la 1re place mondiale
Gains en tournoi
(US $)
Coupe Davis
Grand Chelem Masters Masters 1000 ATP 500 ATP 250 Jeux olympiques Total
  Roger Federer 20 6 28 23 25 0 102 310 126 266 005 2014
  Rafael Nadal 18 0 35 20 9 1 83 196 111 328 858 2004, 2008, 2009, 2011
  Novak Djokovic 16 5 33 12 9 0 75 265 134 684 000 2010
  Andy Murray 3 1 14 9 16 2 45 41 61 199 017 2015
Total 57 12 110 64 59 3 305 812 433 477 880 7
Nom Finales perdues
Grand Chelem Masters Masters 1000 ATP 500 ATP 250 Jeux olympiques Total
  Roger Federer 11 4 22 7 9 1 53
  Rafael Nadal 8 2 16 6 5 0 37
  Novak Djokovic 9 2 16 3 4 0 34
  Andy Murray 8 0 7 1 6 0 22
Total 36 8 61 17 24 1 147

Tous les membres du Big Four ont déjà atteint au moins une fois la finale des quatre Grand Chelem. Andy Murray est le seul des quatre à ne pas avoir remporté tous les tournois du Grand Chelem, il manque à son actif l'Open d'Australie et Roland-Garros.

Rafael Nadal est le seul à n'avoir jamais remporté le Masters tandis que Novak Djokovic et Roger Federer n'ont jamais, de leur côté, remporté la médaille d'or olympique en simple.

Au niveau des tournois Masters 1000, Djokovic est le seul joueur de l'histoire à avoir remporté les neuf tournois de cette catégorie. Deux manquent à l'actif des trois autres : le tournoi de Rome et celui de Monte-Carlo pour Federer, le tournoi de Miami et celui de Paris-Bercy pour Nadal, le tournoi d'Indian Wells et celui de Monte-Carlo pour Murray.

Suite à la victoire de la Grande-Bretagne en 2015, les membres du Big Four ont tous remportés au moins une fois la Coupe Davis avec leur pays.

Par ailleurs, tous ont été numéro 1 mondial et tous ont fini au moins une fois une année en tant que numéro 1.

2012 est la seule année où tous les membres du Big Four se sont partagés les quatre Grand Chelem à raison d'un chacun.

Tableau récapitulatif du classement ATP de fin d'année du Big FourModifier

Classement ATP de fin d'année 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
  Roger Federer 13 6 2 1 1 1 1 2 1 2 3 2 6 2 3 16 2 3
  Rafael Nadal 811 200 49 51 2 2 2 1 2 1 2 4 1 3 5 9 1 2
  Novak Djokovic 679 186 78 16 3 3 3 3 1 1 2 1 1 2 12 1
  Andy Murray 540 411 63 17 11 4 4 4 4 3 4 6 2 1 16 260

Évolution et période de domination du Big FourModifier

Pour chaque tournoi, le nom du vainqueur est donné en premier et le nom du finaliste est indiqué au-dessous. Les noms des membres du « Big Four » (ou de leur équipe) sont mentionnés en gras. Mis à jour le 12 août 2019.

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open Masters Jeux olympiques Masters 1000 Coupe Davis Top 4 de
fin d'année de l'ATP
2003 Andre Agassi
Rainer Schüttler
Juan Carlos Ferrero
Martin Verkerk
Roger Federer
Mark Philippoussis
Andy Roddick
Juan Carlos Ferrero
Roger Federer
Andre Agassi
Pas de tournoi olympique 0 victoire
1 finale
Australie
Espagne[N 1]
Andy Roddick
Roger Federer
Juan Carlos Ferrero
Andre Agassi
2004 Roger Federer
Marat Safin
Gastón Gaudio
Guillermo Coria
Roger Federer
Andy Roddick
Roger Federer
Lleyton Hewitt
Roger Federer
Lleyton Hewitt
Nicolás Massú
Mardy Fish
3 victoires
0 finale
Espagne
États-Unis
Roger Federer
Andy Roddick
Lleyton Hewitt
Marat Safin
2005 Marat Safin
Lleyton Hewitt
Rafael Nadal
Mariano Puerta
Roger Federer
Andy Roddick
Roger Federer
Andre Agassi
David Nalbandian
Roger Federer
Pas de tournoi olympique 8 victoires
1 finale
Croatie
Slovaquie
Roger Federer
Rafael Nadal
Andy Roddick
Lleyton Hewitt
2006 Roger Federer
Márcos Baghdatís
Rafael Nadal
Roger Federer
Roger Federer
Rafael Nadal
Roger Federer
Andy Roddick
Roger Federer
James Blake
6 victoires
2 finales
Russie
Argentine
Roger Federer
Rafael Nadal
Nikolay Davydenko
James Blake
2007 Roger Federer
Fernando González
Rafael Nadal
Roger Federer
Roger Federer
Rafael Nadal
Roger Federer
Novak Djokovic
Roger Federer
David Ferrer
7 victoires
6 finales
États-Unis
Russie
Roger Federer
Rafael Nadal
Novak Djokovic
Nikolay Davydenko
2008 Novak Djokovic
Jo-Wilfried Tsonga
Rafael Nadal
Roger Federer
Rafael Nadal
Roger Federer
Roger Federer
Andy Murray
Novak Djokovic
Nikolay Davydenko
Rafael Nadal
Fernando González
7 victoires
4 finales
Espagne[N 2]
Argentine
Rafael Nadal
Roger Federer
Novak Djokovic
Andy Murray
2009 Rafael Nadal
Roger Federer
Roger Federer
Robin Söderling
Roger Federer
Andy Roddick
Juan Martín del Potro
Roger Federer
Nikolay Davydenko
Juan Martín del Potro
Pas de tournoi olympique 8 victoires
7 finales
Espagne
République tchèque
Roger Federer
Rafael Nadal
Novak Djokovic
Andy Murray
2010 Roger Federer
Andy Murray
Rafael Nadal
Robin Söderling
Rafael Nadal
Tomáš Berdych
Rafael Nadal
Novak Djokovic
Roger Federer
Rafael Nadal
6 victoires
3 finales
Serbie
France
Rafael Nadal
Roger Federer
Novak Djokovic
Andy Murray
2011 Novak Djokovic
Andy Murray
Rafael Nadal
Roger Federer
Novak Djokovic
Rafael Nadal
Novak Djokovic
Rafael Nadal
Roger Federer
Jo-Wilfried Tsonga
9 victoires
5 finales
Espagne
Argentine
Novak Djokovic
Rafael Nadal
Roger Federer
Andy Murray
2012 Novak Djokovic
Rafael Nadal
Rafael Nadal
Novak Djokovic
Roger Federer
Andy Murray
Andy Murray
Novak Djokovic
Novak Djokovic
Roger Federer
Andy Murray
Roger Federer
8 victoires
5 finales
République tchèque
Espagne[N 3]
Novak Djokovic
Roger Federer
Andy Murray
Rafael Nadal
2013 Novak Djokovic
Andy Murray
Rafael Nadal
David Ferrer
Andy Murray
Novak Djokovic
Rafael Nadal
Novak Djokovic
Novak Djokovic
Rafael Nadal
Pas de tournoi olympique 9 victoires
2 finales
République tchèque
Serbie
Rafael Nadal
Novak Djokovic
David Ferrer
Andy Murray
2014 Stanislas Wawrinka
Rafael Nadal
Rafael Nadal
Novak Djokovic
Novak Djokovic
Roger Federer
Marin Čilić
Kei Nishikori
Novak Djokovic
Roger Federer
7 victoires
5 finales
Suisse
France
Novak Djokovic
Roger Federer
Rafael Nadal
Stanislas Wawrinka
2015 Novak Djokovic
Andy Murray
Stanislas Wawrinka
Novak Djokovic
Novak Djokovic
Roger Federer
Novak Djokovic
Roger Federer
Novak Djokovic
Roger Federer
9 victoires
7 finales
Grande-Bretagne
Belgique
Novak Djokovic
Andy Murray
Roger Federer
Stanislas Wawrinka
2016 Novak Djokovic
Andy Murray
Novak Djokovic
Andy Murray
Andy Murray
Milos Raonic
Stanislas Wawrinka
Novak Djokovic
Andy Murray
Novak Djokovic
Andy Murray
Juan Martín del Potro
8 victoires
3 finales
Argentine
Croatie
Andy Murray
Novak Djokovic
Milos Raonic
Stanislas Wawrinka
2017 Roger Federer
Rafael Nadal
Rafael Nadal
Stanislas Wawrinka
Roger Federer
Marin Čilić
Rafael Nadal
Kevin Anderson
Grigor Dimitrov
David Goffin
Pas de tournoi olympique 5 victoires
4 finales
France
Belgique
Rafael Nadal
Roger Federer
Grigor Dimitrov
Alexander Zverev
2018 Roger Federer
Marin Čilić
Rafael Nadal
Dominic Thiem
Novak Djokovic
Kevin Anderson
Novak Djokovic
Juan Martín del Potro
Alexander Zverev
Novak Djokovic
5 victoires
3 finales
Croatie
France
Novak Djokovic
Rafael Nadal
Roger Federer
Alexander Zverev
2019 Novak Djokovic
Rafael Nadal
Rafael Nadal
Dominic Thiem
Novak Djokovic
Roger Federer
4 victoires
2 finales

Autres performances importantes :

Jeux olympiques :
Roger Federer médaille d'or en double messieurs en 2008
Rafael Nadal médaille d'or en double messieurs en 2016
Andy Murray médaille d'argent en double mixte en 2012
Novak Djokovic médaille de bronze en simple messieurs en 2008

Masters 1000 en double messieurs :
Roger Federer vainqueur du Masters de Miami en 2003, finaliste du Masters d'Indian Wells en 2002 et 2011
Rafael Nadal vainqueur du Masters de Monte-Carlo en 2008, du Masters d'Indian Wells en 2010 et 2012

Hopman Cup :
Roger Federer vainqueur en 2001, 2018 et 2019
Novak Djokovic finaliste en 2008 et 2013
Andy Murray finaliste en 2010

Classement :
Roger Federer termine l'année no 6 en 2013 et no 16 en 2016
Rafael Nadal termine l'année no 5 en 2015 et no 9 en 2016
Andy Murray termine l'année no 6 en 2014 et no 16 en 2017
Novak Djokovic termine l'année no 12 en 2017

Rivalité entre les membres du Big FourModifier

Date de mise à jour : 14 juillet 2019

Globale
Joueur   Nadal   Djokovic   Federer   Murray Total % victoires
  Novak Djokovic 28-26 26-22 25-11 79-59 57,2
  Rafael Nadal 26-28 24-16 17-7 67-51 56,8
  Roger Federer 16-24 22-26 14-11 52-61 46,1
  Andy Murray 7-17 11-25 11-14 29-56 34,1
Sur dur
Joueur   Djokovic   Federer   Nadal   Murray Total % victoires
  Novak Djokovic 19-17 19-7 20-8 58-32 64,5
  Roger Federer 17-19 11-9 12-10 40-38 51,3
  Rafael Nadal 7-19 9-11 7-5 23-35 39,7
  Andy Murray 8-20 10-12 5-7 23-39 37,1
Sur terre battue
Joueur   Nadal   Djokovic   Federer   Murray Total % victoires
  Rafael Nadal 17-7 14-2 7-2 38-11 77,6
  Novak Djokovic 7-17 4-4 5-1 16-22 42,1
  Roger Federer 2-14 4-4 0-0 6-18 25,0
  Andy Murray 2-7 1-5 0-0 3-12 20
Sur gazon
Joueur   Nadal   Federer   Murray   Djokovic Total % victoires
  Rafael Nadal 1-3 3-0 2-2 6-5 54,5
  Roger Federer 3-1 2-1 1-3 6-5 54,5
  Novak Djokovic 2-2 3-1 0-2 5-5 50,0
  Andy Murray 0-3 1-2 2-0 3-5 37,5
En Grand Chelem
Joueur   Nadal   Djokovic   Federer   Murray Total % victoires
  Rafael Nadal 9-6 10-4 7-2 26-12 68,4
  Novak Djokovic 6-9 10-6 8-2 24-17 58,5
  Roger Federer 4-10 6-10 5-1 15-21 41,7
  Andy Murray 2-7 2-8 1-5 5-20 20
En finale
Joueur   Djokovic   Nadal   Murray   Federer Total % victoires
  Novak Djokovic 15-11 11-8 13-6 39-25 60,9
  Rafael Nadal 11-15 1-3 14-10 26-28 48,1
  Andy Murray 8-11 3-1 3-5 14-17 45,2
  Roger Federer 6-13 10-14 5-3 21-30 41,2
En finale de Grand Chelem
Joueur   Nadal   Djokovic   Federer   Murray Total % victoires
  Novak Djokovic 4-4 4-1 5-2 13-7 65,0
  Rafael Nadal 4-4 6-3 0-0 10-7 58,8
  Roger Federer 3-6 1-4 3-0 7-10 41,2
  Andy Murray 0-0 2-5 0-3 2-8 20
En finale de Masters 1000
Joueur   Murray   Djokovic   Nadal   Federer Total % victoires
  Andy Murray 5-5 1-1 2-0 8-6 57,1
  Novak Djokovic 5-5 7-6 5-3 17-14 54,9
  Rafael Nadal 1-1 6-7 7-5 14-13 51,9
  Roger Federer 0-2 3-5 5-7 8-14 36,3
En finale de l'ATP World Tour Final
Joueur   Murray   Djokovic   Federer   Nadal Total % victoires
  Andy Murray 1-0 0-0 0-0 1-0 100
  Novak Djokovic 0-1 2-0* 1-0 2-1 66,7
  Roger Federer 0-0 0-2* 1-0 1-1 50
  Rafael Nadal 0-0 0-1 0-1 0-2 0
*La finale de 2014 entre Djokovic et Federer n'est pas prise en compte dû au forfait du Suisse.

Rivalité Federer-NadalModifier

Article détaillé : Rivalité Federer-Nadal.

Cette rivalité décrite par certains [22]comme la plus grande rivalité de l'histoire du tennis. Entre juillet 2005 et août 2009, ces deux joueurs sont restés classés sans interruption dans le top 2 au classement ATP et 24 de leurs 40 matchs ont été des finales, dont 9 en Grand Chelem, un record.

Sur leurs 40 face-à-face en simple, Nadal mène 24-16. Hormis leurs confrontations sur terre battue, la surface de prédilection de Rafael Nadal où il mène 14-2 face au Suisse, le score est de 14-10 en faveur de Federer sur les autres surfaces (11-9 sur surfaces dures, 3-1 sur gazon pour Federer).

Cette rivalité possède plusieurs records :

Rivalité Nadal-DjokovicModifier

Article détaillé : Rivalité Nadal-Djokovic.

C'est la rivalité qui s'est joué le plus de fois dans l'Ere Open du tennis, à savoir 54 fois. De juin 2005 à avril 2015 pour Nadal, et de août 2007 à juin 2017 pour le second, ils ont toujours été membre du top 3, à quelques semaines près. Plus précisément, ils se sont partagé la première place mondiale du classement ATP du 7 juin 2010 au 6 novembre 2016, avec seulement 17 semaines d'interruption, soit 318 semaines. Ils se sont rencontrés quatre fois de suite en finale des quatre différents Grands Chelems en 2011/2012. Dans leurs confrontations, Djokovic mène 28 à 26.
Hormis leurs confrontations sur terre battue, la surface de prédilection de Rafael Nadal, où l'Espagnol mène 17-7 face au Serbe, le score est plus en faveur de Djokovic (19-9) sur les surfaces rapides (19-7 sur surfaces dures dont 4-2 en indoor). Sur gazon, le peu de matchs joués entre les deux joueurs ne permet pas réellement de faire une distinction à l'heure actuelle chacun ayant 2 victoires.

Cette rivalité se partage quelques records :

  • Durant l'ère open, c'est la paire qui s'est rencontrée le plus souvent, soit 54 fois.
  • Durant l'ère open, ils détiennent la plus longue finale en Grand Chelem (Open d'Australie 2012)
  • Durant l'ère open, c'est la seule paire avec celle de Djokovic-Murray qui s'est rencontrée en finale des quatre différents Grands Chelems.
    1. Nadal-Djokovic (US Open 2010, Wimbledon 2011, Open d'Australie 2012 et 2019, Roland-Garros 2012)
    2. Djokovic-Murray (Open d'Australie 2011, US Open 2012, Wimbledon 2013, Roland-Garros 2016)
  • Durant l'ère open, c'est la seule paire qui s'est rencontrée en finale consécutivement des quatre différents Grands Chelems.
    1. Nadal-Djokovic (Wimbledon 2011, US Open 2011, Open d'Australie 2012, Roland-Garros 2012)

Rivalité Federer-DjokovicModifier

Article détaillé : Rivalité Federer-Djokovic.

Ils se sont rencontrés à 48 reprises, ce qui constitue la 2e plus longue rivalité derrière la rivalité Nadal-Djokovic. Sur 48 duels, Djokovic mène avec 26 victoires. Dans leurs confrontations sur surface rapide, Djokovic mène également 22-18 mais sur terre battue, c'est l'égalité parfaite à 4-4. Sur dur, c'est Djokovic qui mène 19-17 cependant il mène en condition indoor 6-4 alors que c'est l'égalité parfaite en outdoor 13 à 13. Sur l'herbe, Djokovic mène 3-1. La particularité de cette rivalité est que les deux joueurs se sont joués sur chaque tournoi du Grand Chelem.

Cette rivalité se partage quelques records :

  • Durant l'ère open, c'est la paire qui s'est rencontrée le plus souvent sur surface dure, soit 34 fois.
  • Durant l'ère open, c'est la paire qui s'est rencontrée le plus souvent en demi-finales de Grand Chelem, soit 10 fois.
  • Durant l'ère open, c'est la paire qui s'est rencontrée le plus souvent en Grand Chelem, soit 16 fois.
  • Durant l'ère open, c'est la paire qui s'est rencontrée le plus de fois (6 fois) à l'US Open
  • Durant l'ère open, c'est la seule paire qui s'est rencontrée cinq fois de suite dans un même tournoi du Grand Chelem (US Open).

Rivalité Djokovic-MurrayModifier

Article détaillé : Rivalité Djokovic-Murray.

Ils se sont rencontrés à 36 reprises. Sur ces 36 confrontations, ils se sont rencontrés à 10 reprises en Grand Chelem, dont à 4 reprises en finale de l'Open d'Australie ce qui constitue un record. Ils se sont également rencontrés en finale des 4 tournois du Grand Chelem, un record partagé par la rivalité Nadal-Djokovic.
Sur 36 duels, Djokovic mène avec 25 victoires. Dans leurs confrontations sur surface rapide, Djokovic mène également 20-10 et également sur terre battue où il mène 5-1. Sur dur, que ce soit en condition outdoor ou indoor, c'est Novak Djokovic qui mène 16-7 et 4-1. Enfin, sur herbe, c'est Andy Murray qui mène avec 2-0.

Cette rivalité se partage quelques records :

  • Durant l'ère open, c'est la paire qui s'est rencontrée le plus souvent en finale de l'Open d'Australie, soit 4 fois.
  • Durant l'ère open, c'est la seule paire avec celle de Nadal-Djokovic qui s'est rencontrée en finale des quatre différents Grands Chelems.
    1. Nadal-Djokovic (US Open 2010, Wimbledon 2011, Open d'Australie 2012, Roland-Garros 2012)
    2. Djokovic-Murray (Open d'Australie 2011, US Open 2012, Wimbledon 2013, Roland-Garros 2016)

Rivalité Federer-MurrayModifier

Federer et Murray se sont joués à 25 reprises, avec le Suisse menant 14–11. Federer mène 12–10 sur dur et 2–1 sur gazon, par ailleurs, la particularité de cette rivalité et qu'ils ne se sont jamais joués sur terre battue. Federer mène 5-1 en match de Grand Chelem, à trois reprises ce fut en finale, à l'US Open, en Australie et à Wimbledon, et à chaque fois c'est Federer qui l'a emporté. Cependant, Murray mène 9–8 en format deux sets gagnants, menant 6–3 en Masters 1000 (2–0 en finale).

Rivalité Nadal-MurrayModifier

Murray et Nadal se sont joués à 24 reprises, sur toutes les surfaces et dans chaque Grand Chelem, Nadal menant 17–7. Nadal mène 7–2 sur terre battue, 3–0 sur herbe et 7–5 sur dur. Ils se sont rencontrés à 9 reprises en Grand Chelem, avec Nadal menant 7–2 (3–0 à Wimbledon, 2–0 à Roland Garros et c'est l'égalité 1–1 en Australie et à l'US Open). C'est la seule paire du Big Four qui ne s'est jamais jouée en finale de Grand Chelem. Entre l'Open d'Australie 2010 et Roland Garros 2014, au moins un des deux joueurs a pris part à une finale de Grand Chelem. Ils se sont affrontés à 6 reprises en demi-finales et 2 fois en quart de finale de Grand Chelem faisant de cette rivalité une des plus importantes du tennis masculin.

StatistiquesModifier

Date de mise à jour : semaine du 19 août 2019

À eux quatre, les joueurs du Big Four détiennent :

Au classement ATPModifier

  • Répartition du nombre de semaines aux quatre premières :
  • La première place du classement ATP pendant 812 semaines et en continu depuis le 2 février 2004.
  • Les deux premières places du classement ATP pendant 735 semaines et en continu depuis le 25 juillet 2005.
  • Les trois premières places du classement ATP pendant 502 semaines et en continu 309 semaines du 13 août 2007 au 1er juillet 2013.
  • Les quatre premières places du classement ATP pendant 238 semaines et en continu 213 semaines du 8 septembre 2008 au 21 janvier 2013, à l'exception d'une semaine en janvier 2010, deux semaines en avril 2010, deux semaines en novembre 2010 et trois mois début 2011 (Andy Murray passant à chaque fois à la 5e place).
  • Depuis septembre 2008, dix joueurs ont atteint le top 4 en dehors du Big Four (meilleur classement) :

En Grand ChelemModifier

Par ailleurs, Novak Djokovic détient seul et toutes périodes confondues le record du plus grand nombre de victoires en simple à l'Open d'Australie ; Rafael Nadal détient ce même record à Roland-Garros et Roger Federer à Wimbledon. Seul l'US Open n'affiche donc pas un membre du Big Four comme son plus grand compétiteur de l'histoire, exploit actuellement détenu par les 98 victoires de Jimmy Connors[23].

Au MastersModifier

En Masters 1000Modifier

  • La victoire dans 106 des 133 éditions des Masters 1000 depuis 2005 (le Big Four n'en a laissé que 4 en 2017 et en 2018, 3 en 2006, 2010 en en 2019, 2 en 2007, 2008 et en 2014, 1 en 2005, 2009, 2012, et en 2016, aucun en 2011, 2013 et 2015) soit 80 % de ceux-ci.

Aux Jeux OlympiquesModifier

Le Big Four confronté au reste du circuitModifier

Les membres du Big Four cumulent 56 titres du Grand Chelem (Federer détient le record avec 20 trophées, Nadal en ayant 18, Djokovic 15 et Murray 3). Parmi les autres joueurs en activité, seuls trois joueurs détiennent un de ces tournois : Juan Martín del Potro (US Open 2009), Stanislas Wawrinka (Open d'Australie 2014, Roland Garros 2015 et l'US Open 2016) et Marin Čilić (US Open 2014). Il est arrivé seulement 6 fois qu'un joueur parvienne à battre deux joueurs du Big Four dans un même tournoi du Grand Chelem : Marat Safin (Open d'Australie 2005), Jo-Wilfried Tsonga (Open d'Australie 2008), Juan Martín del Potro (US Open 2009), Tomáš Berdych (Wimbledon 2010) et Stanislas Wawrinka (Open d'Australie 2014 et Roland Garros 2015) sont les joueurs étant parvenus à accomplir cette performance. Le Français Jo-Wilfried Tsonga, le Tchèque Tomáš Berdych et le Suisse Stanislas Wawrinka sont les trois seuls joueurs ayant battu l'intégralité des membres du Big Four en Grand Chelem.

Joueurs ayant battu au moins une fois chaque membre du Big Four en Grand Chelem

  • Jo-Wilfried Tsonga :
    • bat Andy Murray : Open d'Australie 2008
    • bat Rafael Nadal : Open d'Australie 2008
    • bat Novak Djokovic : Open d'Australie 2010
    • bat Roger Federer : Wimbledon 2011 et Roland-Garros 2013
  • Tomáš Berdych :
    • bat Andy Murray : Roland-Garros 2010
    • bat Roger Federer : Wimbledon 2010 et US Open 2012
    • bat Novak Djokovic : Wimbledon 2010 et Wimbledon 2017
    • bat Rafael Nadal : Open d'Australie 2015
  • Stanislas Wawrinka :
    • bat Andy Murray : US Open 2010, US Open 2013 et Roland Garros 2017
    • bat Novak Djokovic : Open d'Australie 2014, Roland Garros 2015 et US Open 2016
    • bat Rafael Nadal : Open d'Australie 2014
    • bat Roger Federer : Roland Garros 2015

Victoires sur trois joueurs du Big Four en Grand Chelem

  • Andy Roddick :
    • bat Rafael Nadal : US Open 2004
    • bat Novak Djokovic : Open d'Australie 2009
    • bat Andy Murray : Wimbledon 2009
  • Fernando Verdasco :
    • bat Novak Djokovic : US Open 2005
    • bat Andy Murray : Open d'Australie 2009 et US Open 2018
    • bat Rafael Nadal : Open d'Australie 2016
  • Marin Čilić :
    • bat Andy Murray : US Open 2009
    • bat Roger Federer : US Open 2014
    • bat Rafael Nadal : Open d'Australie 2018

Victoires sur deux joueurs du Big Four en Grand Chelem

  • Arnaud Clément :
    • bat Roger Federer : Open d'Australie 2000 et Open d'Australie 2001
    • bat Andy Murray : US Open 2005
  • David Nalbandian :
    • bat Roger Federer : Open d'Australie 2003 et US Open 2003
    • bat Andy Murray : Wimbledon 2005
  • Lleyton Hewitt :
    • bat Rafael Nadal : Open d'Australie 2004 et Open d'Australie 2005
    • bat Novak Djokovic : US Open 2006
  • Marat Safin :
    • bat Roger Federer : Open d'Australie 2005
    • bat Novak Djokovic : Open d'Australie 2005 et Wimbledon 2008
  • David Ferrer :
    • bat Rafael Nadal : US Open 2007 et Open d'Australie 2011
    • bat Andy Murray : Roland-Garros 2012
  • Juan Martín del Potro :
    • bat Rafael Nadal : US Open 2009 et US Open 2018
    • bat Roger Federer : US Open 2009 et US Open 2017
  • Tommy Haas :
    • bat Roger Federer : Open d'Australie 2002
    • bat Novak Djokovic : Wimbledon 2009
  • Mario Ančić :
    • bat Roger Federer : Wimbledon 2002
    • bat Novak Djokovic : Wimbledon 2006
  • Fernando González :
    • bat Rafael Nadal : Open d'Australie 2007
    • bat Andy Murray : Roland-Garros 2009
  • Robin Söderling :
    • bat Rafael Nadal : Roland-Garros 2009
    • bat Roger Federer : Roland-Garros 2010
  • Kei Nishikori :
    • bat Novak Djokovic : US Open 2014
    • bat Andy Murray : US Open 2016
  • Sam Querrey :
    • bat Novak Djokovic : Wimbledon 2016
    • bat Andy Murray : Wimbledon 2017

Confrontations directes face aux autres joueurs du circuitModifier

Ce tableau représente les confrontations directes du Big Four face aux joueurs les ayant tous battus au moins une fois, ou alors qui totalisent des succès sur trois d'entre eux avec un minimum de 10 victoires au total. Ferrer n'a jamais battu Federer en 17 rencontres et Hewitt a rencontré une seule fois Murray pour une défaite.

Les joueurs en gras sont toujours en activité sur le circuit ATP. Les bilans négatifs pour un membre du Big Four sont en rouge.

Date de mise à jour : 14 juillet 2019

Joueur (meilleur classement)   Federer   Nadal   Djokovic   Murray Total % victoires
  Nick Kyrgios (13) 1–3 3–4 2–0 1–5 7–12 36,8
  Dominic Thiem (4) 4–2 4–9 3–6 1–2 11–19 36,7
  David Nalbandian (3) 8–11 2–5 1–4 2–5 13–25 34,2
  Arnaud Clément (10) 3–8 1–3 1–3 2–1 7–15 31,8
  Lleyton Hewitt (1) 9–18 4–7 1–6 0–1 14–32 30,4
  Mario Ančić (7) 1–6 1–4 1–3 3-2 6–15 28,6
  Nikolay Davydenko (3) 2–19 6-5 2–6 4–6 14–36 28,0
  Fernando González (5) 1–12 3–7 2-1 2-1 8–21 27,6
  Juan Martín del Potro (3) 6–18 6–11 4–16 3–7 19–52 26,8
  Andy Roddick (1) 3–21 3–7 5-4 3–8 14–40 25,9
  Jo-Wilfried Tsonga (5) 6–12 4–9 6–17 2–14 18–52 25,7
  Ivan Ljubičić (3) 3–13 2–7 2–7 3–4 10–31 24,4
  Stanislas Wawrinka (3) 3–22 3–18 5–19 8–10 19–69 21,6
  Tomáš Berdych (4) 6–20 4–20 3–25 6–11 19–76 20,0
  David Ferrer (3) 0–17 6–26 5–16 6–14 17–73 18,8
  Kei Nishikori (4) 3–8 2–10 2–16 2–9 9–43 17,3
  Fernando Verdasco (7) 0–7 3–17 4–11 3–13 10–48 17,2
  Robin Söderling (4) 1–16 2–6 1–6 2–3 6–31 16,2
  Marin Čilić (4) 1–9 2–6 2–17 3–12 8–44 15,4
  Gilles Simon (6) 2–7 1–8 1–11 2–16 6–42 12,5
Total 62–247 60–186 50–194 57–139 234–777 23,1

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Lors de la saison 2003, Rafael Nadal n'a pas joué pour l'équipe d'Espagne de Coupe Davis. Il n'a d'ailleurs joué son premier match en équipe qu'en 2004.
  2. Lors de la saison 2008, , Rafael Nadal a joué pour l'équipe d'Espagne de Coupe Davis mais il n'a pas participé à la finale.
  3. Lors de la saison 2012, Rafael Nadal n'a pas joué pour l'équipe d'Espagne de Coupe Davis.

RéférencesModifier

  1. Cédric Callier, « Du Big Four au Big One ? », Le Figaro, 15/08/2011
  2. Reuters, « Tennis-'Big Four' set to battle for U.S. Open title », 10 septembre 2011
  3. Steve Tignor, « Can anyone upset the Big Four? », Tennis.com, 19 juin 2011
  4. Grégory Jouin, « Tsonga juste derrière le Big Four », sport.francetv.fr
  5. AFP, « Murray truly in the 'Big Four', says Djokovic », 11 septembre 2012
  6. Laurent Vergne, « "On veut voir Thiem et Tsitsipas gagner face à des Big 3 en bonne santé" », Eurosport, 10 septembre 2018
  7. L'Équipe, « Wimbledon - Roger Federer : « C'était fun d'avoir cette concurrence » avec Rafael Nadal et Novak Djokovic », 30 juin 2019
  8. Le Télégramme, Wimbledon. Djokovic débute ce lundi, 1er juillet 2019
  9. Tsonga, encore un (gros) effort
  10. Victor Dhollande-Monnier, « Le Big Four au grand complet », Europe1.fr, 25 janvier 2012
  11. « Ferrer résigné à intégrer le top 4 », sports.fr
  12. Douglas Robson, « Occupy tennis? Income inequality grows on ATP Tour », USA Today, 16/03/2012
  13. Sylvain Mouillard, « Roland-Garros menacé par une grève des joueurs ? », Libération, le 13 avril 2012
  14. Regis Aumont, « Trop fort, le Big Four », sports.orange.fr, 15 octobre 2012
  15. RMC Sport, « Dominguez : « Le Big Four tourne au Big Two » », 15 octobre 2012
  16. Paul Roux, « Fini le Big Four à Bercy », LaPresse.ca, 1er novembre 2012
  17. Pas de Rafael Nadal ni de Roger Federer dans le top 4 mondial, une première depuis treize ans, lequipe.fr
  18. « Federer - Nadal : Merci, simplement merci », sur Eurosport (consulté le 29 janvier 2017)
  19. « Les dix-huit Majeurs de Federer », sur L'Équipe (consulté le 29 janvier 2017)
  20. Maxime Dupuis, « Roger Federer sacré pour la 8e fois de sa carrière en battant Marin Cilic », sur Eurosport, (consulté le 16 juillet 2017)
  21. « Masters 1000 de Cincinnati : aucun membre du Big Four en demi-finale, un événement », lequipe.fr, 19 août 2017
  22. Manu, « Nadal-Federer : la plus grande rivalité de l'histoire du tennis ! », sur Enpleinelucarne, (consulté le 7 juin 2019)
  23. « Et de 98 ! Federer égale Connors », sur eurosport.fr, (consulté le 7 juillet 2019).

Voir aussiModifier