Bienvenue au Paradis (film, 1990)

film américain réalisé par Alan Parker, sorti en 1990
Bienvenue au Paradis
Titre original Come See the Paradise
Réalisation Alan Parker
Scénario Alan Parker
Musique Randy Edelman
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 138 minutes
Sortie 1990


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Bienvenue au Paradis (Come See the Paradise) est un film américain réalisé par Alan Parker, sorti en 1990.

Sélectionné en compétition officielle au festival de Cannes 1990, le film raconte le destin d'une famille séparée par l'internement des Nippo-Américains dans des camps dans les années 1940. Malgré des critiques plutôt positives, il ne connait pas de succès commercial.

SynopsisModifier

 
Le camp d'internement Manzanar, en 1942

Dans les années 1950, Lily Kawamura raconte à sa fille Mini l'histoire de son père et de leur histoire.

À New York en 1936, Jack McGurn est un projectionniste, très engagé contre les cinémas non-syndiqués. Après une grosse altercation, il est contraint de quitter New York pour Los Angeles, où il retrouve son frère Gerry. Jack change de nom de famille, McGann, et trouve un emploi dans un cinéma tenu par une famille d'origine japonaise, les Kawamura. Il tombe amoureux de leur fille Lily, âgée de 19 ans. Pour se marier en toute liberté, Lily et Jack fuient à Seattle. Ils y auront une fille, Mini.

À la suite de l'attaque de Pearl Harbor en décembre 1941, la suspicion des Américains vis à vis des Japonais ou Américains d'origine japonaise est énorme. Comme des milliers de Nippo-Américains, Lily et sa fille sont déportées dans un camp américain pour ressortissants japonais. Elles échouent dans le camp de Manzanar en Californie.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

ProductionModifier

Le tournage a lieu du au . Il se déroule dans l'Oregon (Portland, Astoria, vallée de la Willamette), dans l'État de Washington (Seattle, Cathlamet, Tacoma) ainsi qu'en Californie (Palmdale)[2].

AccueilModifier

DistinctionsModifier

En plus d'être présenté en compétition officielle au festival de Cannes 1990, le film est nommé dans la catégorie Human Rights aux Political Film Society Awards 1992. Brady Tsurutani est nommé aux Young Artist Awards 1991, dans la catégorie du meilleur jeune acteur dans un second rôle[3]

CommentairesModifier

TitreModifier

Le titre original du film, Come See the Paradise, provient du court poème I Hear The Oriole's Always-Grieving Voice de la poétesse russe Anna Akhmatova[4],[5] :

« I don't expect love's tender flatteries,

In premonition of some dark event,
But come, come and see this paradise

Where together we were blessed and innocent.
 »

Un film à Oscars ?Modifier

Selon une étude de deux sociologues de UCLA, Gabriel Rossman et Oliver Schilke, publiée en 2014, Bienvenue au Paradis est l'exemple parfait de « films à Oscars » (en anglais « Oscars bait »). Les deux chercheurs ont étudié 3 000 films sortis depuis 1985 et ont défini certains critères révélant que les films sont produits dans le but d'être nommé aux Oscars. La plupart de ces films connaissent d'abord une sortie limitée pour être éligibles aux Oscars suivants. Selon Gabriel Rossman et Oliver Schilke, Bienvenue au Paradis réunit par ailleurs divers critères dans son intrigue qui en font un « candidat parfait » à la cérémonie. Paradoxalement, le film n'aura aucune nominations aux Oscars 1991[5],[6].

PostéritéModifier

La composition Fire in a Brooklyn Theater de Randy Edelman sera plus tard reprise dans de nombreuses bandes-annonces : Des hommes d'honneur (1992), Jeux de guerre (1992), Danger immédiat (1994), Le Diable en robe bleue (1995), Pleure, ô pays bien-aimé (1995), Rob Roy (1995), L'Héritage de la haine (1996), Instinct (1999), Treize jours (2000) et La Somme de toutes les peurs (2002)[7],[5].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  2. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  3. (en) Awards sur l’Internet Movie Database
  4. From the DVD - The Making of the Film, Last Words, essay by Sir Alan Parker.
  5. a b et c (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  6. (en) Joshua Keating, « The Most (and Least) Oscar-Bait-y Movies Ever, According to Science », sur Slate,
  7. Soundtrack.net

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier