Bien-pensance

Bien-pensance est une expression langagière utilisée par des auteurs ou groupes de personnes francophones pour désigner l’opinion et le comportement des personnes dites bien-pensantes, « dont les idées sont conformistes »[1] et soumises au politiquement correct[2],[3]. Le terme « bien-pensance » a une connotation péjorative, polémique et ironique, car il est surtout employé par les détracteurs du politiquement correct[4]. La bien-pensance serait l'expression d'un « bien-penser » revendiqué et d'une bonne conscience sûre d'elle-même, ne se remettant pas en question, préférant plutôt pointer du doigt ceux qui ne se conforment pas à ses idéaux, plaçant par conséquent l'opposant en mode défensif, si défense il a droit.

En France, et à partir de la fin du XXe siècle, le terme "bien-pensance" est associé majoritairement[5] à la repentance, la culpabilité historique[6], la culture de l'excuse, les lois mémorielles et l'anti-discrimination. Pour les adversaires de ces concepts, la "bien-pensance", se voulant moralisatrice notamment au nom des droits de l'homme[7] ou des bons sentiments, préconise des lois qui interdisent et pénalisent les propos racistes, homophobes, antisémites, négationnistes et autres, provoquant ainsi « des procès en blasphème théologico-politique »[8], « en sorcellerie »[9],[10]. Le "bien-pensant" utilise un langage spécifique « pour éviter de nommer les choses parce que cette dénomination pourrait choquer »[2].

Dans le cadre des débats politiques, les adversaires du politiquement correct utilisent cette caractérisation de bien-pensance comme une arme rhétorique[11]. Ceux-ci, « les mal-pensants, dont les idées vont à l'encontre du consensus idéologique majoritaire (celui des bien-pensants) »[1], reprochent aux bien-pensants de censurer par des « lois liberticides » toute pensée déviante et, en créant le délit d'opinion, le thoughtcrime (délit de la pensée)[12] – expression connue par la dystopie d'Orwell –, de vouloir étouffer tout libre débat et d'ainsi porter atteinte à la liberté d'expression[13].

En Allemagne, l'expression « bien-pensant » (all. « Gutmensch », littéralement « homme bon »), à cause de ses connotations péjorative, discriminatoire, polémique et ironique utilisé par l'extrême droite[pas clair], a été déclarée « pire mot de l'année 2015 »[14],[15], pour qu'elle soit ainsi bannie du débat public, devenue par cette incrimination un mot tabou.

HistoriqueModifier

Le terme est dérivé de bien-pensant, mot apparu en 1798[1].

Au XVIIe siècle, l'expression bien penser est considérée positivement. Le prêtre jésuite et grammairien Dominique Bouhours publie en 1687 La Manière de bien penser dans les ouvrages d’esprit, un entretien didactique visant à former le goût du lecteur[16],[17]. Dans une lettre à Bussy-Rabutin datant de 1677, Bouhours indique « Mon dessein est de faire une critique délicate des pensées vicieuses qui se rencontrent dans les auteurs (je dis dans les bons), et d’apprendre par là à bien penser. »[18].

Au XIXe siècle, le bien-pensant désigne, et déjà de manière négative et ironique, celui qui pense en conformité avec un système traditionnel ou se conformant au pouvoir en place : religieux, social, politique. En 1853, Victor Hugo écrit dans son recueil de poèmes satiriques critiquant le pouvoir bonapartiste Les Châtiments[19] :

« Et que l'abonné vienne aux journaux bien pensants, Il paraît que, sortant de son hideux suaire, [], En dépit des rêveurs, en dépit de nous autres Noirs poètes bourrus qui n'y comprenons rien, Le mal prend tout à coup la figure du bien. »

On trouve en 1893 dans le Journal des Frères Goncourt la citation suivante : « la lettre portait le timbre de la rue Bonaparte. Ne seraient-ce pas des élèves de l'école des Beaux-Arts, bien-pensants ? »[20].

En 1896, Marcel Proust utilise le mot dans le sens de la personne qui cale ses opinions sur la morale courante : « Elle était cousine des Buivres. (…) Elle avait reporté sur tous les Buivres ce qu'elle pouvait éprouver de sentiments de famille. Elle ressentait une honte personnelle des vilenies de celui qui avait un conseil judiciaire, et, autour de son front bien-pensant, sur ses bandeaux orléanistes, portait naturellement les lauriers de celui qui était général. » — Proust, Les plaisirs et les jours, 1896.

En 1899, on retrouve le terme chez Maupassant : « Employé au ministère de l’intérieur, correct, bien noté, bien-pensant, mais marié à une femme fort jolie, dont les dépenses semblaient un peu exagérées pour sa position modeste. » — Maupassant, Rouerie.

Durant la majeure partie du XXe siècle, le terme de bien-pensant désigne donc un conformiste qui fait siennes les idées dominantes, en définitive le bourgeois conservateur, défenseur de l'ordre établi : « À l’époque de mon récit, c’est-à-dire au sommet de mes souvenirs, la maison de mes parents était redevenue catholique, plus catholique et bien-pensante qu’elle n’avait jamais été » — André Gide, Si le grain ne meurt, 1926.

Dans Le Temps retrouvé (publié à titre posthume en 1927) Proust reprend l’expression en rassemblant derrière elle les dreyfusards, les communards et les antirévisionistes : « Les choses étaient tellement les mêmes qu'on retrouvait tout naturellement les mots d’autrefois : « bien pensants, mal pensants ». Et comme elles paraissaient différentes, comme les anciens communards avaient été antirévisionistes, les plus grands dreyfusards voulaient faire fusiller tout le monde et avaient l’appui des généraux, comme ceux-ci au temps de l’Affaire avaient été contre Galliffet »[21].

Georges Bernanos, en 1931, publie La Grande Peur des bien-pensants, un pamphlet[22] dans lequel il fustige la bourgeoisie conservatrice et le clergé catholique pour leurs renoncements successifs devant la république (crise du Seize-Mai), l'anticléricalisme (dissolution des congrégations, séparation de l’Église et de l'État), la corruption de la vie politique (scandale de Panama) et les puissances de l'argent (auxquelles il associe notamment les banquiers juifs)[23].

Dans son roman 1984 paru en 1948, Georges Orwell intègre de façon explicite le terme bienpensant au dictionnaire de la novlangue pour décrire la dévotion des intellectuels envers le Parti[24],[25] :

« – Comment était-elle, ta femme ? demanda Julia. – Elle était… Connais-tu le mot novlangue « bienpensant » qui veut dire naturellement orthodoxe, incapable d’une pensée mauvaise ? – Non. Je ne connais pas le mot, mais je connais assez bien ce genre de personnes. »

Le terme comporte de fait une dimension éminemment politique, la novlangue étant elle-même une construction politique totalitaire destinée à contrôler les esprits en réécrivant la langue. Pour le philosophe Jean-Jacques Rosat, Orwell nous invite à travers son roman à sortir du relativisme et du constructivisme généralisés véhiculé par les bienpensants pour renouer avec la démocratie et la liberté[26].

De nos joursModifier

Selon Le Point, le terme est « apparu sous la forme de trace dans les années 1970 » puis « a conquis le langage quotidien depuis 2005 »[27].

Dans son livre La tyrannie des Bien-Pensants paru en 2001, le journaliste de France Culture Jean-Marc Chardon invite 34 auteurs de sensibilités diverses[28] pour évoquer les débats interdits, biaisés voire escamotés dans une France qui prétend donner au monde des leçons de morale. Le but est de critiquer les notions de politiquement correct qui exerceraient de facto une censure des idées.

Le terme est repris dans le vocabulaire politique par différents intervenants de droite et de gauche, pour dénoncer par exemple l'échec du modèle d'intégration à la française, modèle qui est selon eux trop conciliant[29].

Les contempteurs de la bien-pensance, du point de vue des couleurs politiques, sont classés à droite par leurs adversaires. Mais si certains acceptent un tel classement de leurs opinions, d'autres disent avoir été de gauche et ne plus l'être ou disent se poser en tout cas la question de l'être encore : c'est donc une question très ouverte dans le champ politique. Elle relève d'ailleurs davantage, dans le débat public, de considérations et de positions politiques que philosophiques ou morales.

Pour Alain Finkielkraut, la bien-pensance cache « tout ce qu'on n'a pas le droit de savoir »[29]. Pour ce philosophe, la « bien-pensance ne résoudra pas les problèmes », notamment ceux liés à l'école et à la mixité sociale, il y faut aussi de l'autorité et des efforts :

« Si tant de gens, souvent immigrés eux-mêmes, fuient la banlieue, c'est pour que leurs enfants puissent aller dans une école où le principal objectif des professeurs soit d'enseigner leur discipline et non de tenir leur classe. Cela, tout le monde le sait. Ce n'est pas en dissimulant la réalité sous le voile de la bien-pensance qu'on résoudra les problèmes[30]. »

Aujourd'hui la bien-pensance reste associée à une forme d'ostracisme de la pensée aux effets pervers :

« L'un des principaux problèmes suscités par le rouleau compresseur de la bonne conscience tient au fait qu'il invite à ne plus réfléchir. Ou du moins à ne plus s'interroger face à des vérités préétablies… Ce que risquent les réfractaires ? Au mieux de voir leur parole discréditée, au pire, d'être purement et simplement inaudibles… Or le mécanisme de découverte de l'opinion dépend de cette liberté d'expression que l'on ne cesse de réduire au nom des grands principes républicains. »

— Caroline Castets, La dictature de la bien-pensance[31]

Ce qui provoque un élan réactionnaire selon Jean-François Kahn quand il voit une journal de droite conservatrice comme Le Figaro acclamer la manif pour tous malgré son côté « néo-pétainisme » :

« Ce sont les turpitudes, les oppressions et les trahisons de la droite qui grossirent après guerre les rangs de l'extrême gauche, aujourd'hui, c'est le terrorisme intellectuel d'une certaine gauche bourgeoise et bien-pensante, cette insupportable tendance à criminaliser le moindre écart (…) qui ont provoqué l'exaspération dont se nourrit cette vague objectivement réactionnaire et même ultra réactionnaire »

— Jean-François Kahn, Quand la gauche bien-pensante fait le lit de la réaction mal-pensante, sur : Huffington Post, le 28 mai 2013.

L'éditorialiste Natacha Polony estime en 2014 que « Le bien-pensant, c’est toujours l’autre »[2]. Tout l'enjeu du débat est donc de définir, de façon mutuelle, la part de réalité et celle de fantasme dans la dénonciation de la bien-pensance et dans sa revendication par ceux qui se sentent ainsi ciblés.

En 2015, Pierre-André Taguieff estime que « jamais l'expression "bien-pensants" ne s'est appliquée avec autant de justesse aux prédicateurs de l'avenir toujours meilleur, en quête de "thèses nauséabondes" à dénoncer »[32].

Par contre, en 2016, le journaliste Laurent Joffrin, dans un article paru dans la Revue des deux Mondes, prend la défense de la bien-pensance :

« Parlons net : si être « bien-pensant », c’est se fonder sur des valeurs universelles d’égalité et de justice pour juger des situations contemporaines, alors nous en sommes[33] ! »

Critique du termeModifier

En Allemagne, depuis 1991, un jury composé de quatre linguistes et de deux autres personnalités, en coopération avec l'Association pour la langue allemande, élit annuellement le « Unwort des Jahres »[34], littéralement « le non-mot de l'année », « l'anti-vocable »[35], c'est-à-dire « le pire mot de l'année », vilain mot[pas clair] à éviter, donc à bannir des débats publics politiquement corrects, expression ainsi stigmatisée en mot indésirable, en « mot tabou »[36].

Après le mot à bannir de l'année 2014, « Lügenpresse » (presse à mensonges)[37],[38],[39],[40], le jury a choisi en 2015 le mot « Gutmensch » (« le bien-pensant ») comme « non-mot de l'année »[14]. Le mot allemand « Gutmensch » est la contraction de « guter Mensch », « homme bon ». Cette contraction ironique inverse le sens du mot en son contraire. « Gutmensch » désigne le bien-pensant, la bonne âme, l’âme charitable, celui qui est simplement « trop bon ». Dans le contexte politique du pic de la crise migratoire en Europe en 2015/2016, où l'Allemagne a ouvert ses portes à quelque 1,1 million de réfugiés, un record historique qui suscite de gros remous, la notion de « Gutmensch », bien-pensant, désigne particulièrement celui qui défend « la culture de l'accueil », la « Willkommenskultur » à l’égard des migrants, préconisée par la chancelière Angela Merkel :

« L'utilisation de cette expression dans les milieux d'extrême droite ou dans les médias revient à considérer globalement la tolérance et l'aide comme naïves, bêtes et hors du temps, comme le syndrome de l'infirmière ou comme un impérialisme moral[14]. »

L'idée de l'élection du « pire mot de l'année » est de sensibiliser l'opinion publique aux connotations discriminatoires de certains mots qui ont marqué le débat idéologico-politique d'une année.

« Le terme « bien-pensant » utilisé par l'extrême droite pour dénigrer ceux qui s'engagent pour les réfugiés, a été désigné pire expression de 2015 en Allemagne, où le débat autour de l'accueil des migrants prend un tour virulent, a annoncé mardi un jury de linguistes. Ce terme de « personne bien-pensante », « Gutmensch », « outrage ceux qui s'engagent bénévolement dans l'aide aux réfugiés ou qui se dressent contre les attaques envers les centres de réfugiés », justifie dans un communiqué la porte-parole du jury, Nina Janich. L'utilisation de cette expression dans les milieux d'extrême droite ou dans les médias revient à considérer « globalement la tolérance et l'aide comme naïves, bêtes et hors du temps, comme le syndrome de l'infirmière ou comme un impérialisme moral », a-t-elle ajouté[14]. »

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Le Grand Robert de la langue française, version numérique 3.0, 2013, entrée « bien-pensant »
  2. a b et c Le bien-pensant, c’est toujours l’autre. Entretien avec Natacha Polony, sur Causeur.fr, Publié le 11 juin 2014
  3. « courant de pensée conformiste, moraliste qui est un peu le "politiquement correct" », dictionnaire reverso.net
  4. « L’anti-politiquement correct est devenu la norme », Nicolas Truong ; A droite comme à gauche, la bien-pensance n’est plus le discours dominant , dans : Le Monde 26 septembre 2015
  5. Par les auteurs s'opposant précisément aux concepts de repentance ou d'anti-discrimination. Ceux étant le plus souvent à droite de l'échiquier politique
  6. Daniel Lefeuvre, Pour en finir avec la repentance coloniale. Éditions Flammarion 2008 (ISBN 978-2081213067)
  7. Jean-Louis Harouel: Les Droits de l'homme contre le peuple, Paris, Desclée de Brouwer, , 146 p. (ISBN 978-2-220-08144-1, notice BnF no FRBNF45040155)
  8. Anastasia Colosimo , Le blasphème est un instrument plus politique que religieux, sur ‘’l’Arche’’. Le site d'information et de débat du judaïsme français, Par Noémie Halioua, 8 février 2016.
  9. Caroline Castets, La dictature de la bien-pensance. Ses totems, ses tabous, ses indignations sélectives. Et son incapacité à voir traiter les vrais sujets, dans Le Nouvel Économiste, le 15/06/2011.
  10. Anastasia Colosimo, Les bûchers de la liberté. Paris, Stock, 2016 (ISBN 978-2234080508), p. 133
  11. Qui sont les bien-pensants ?, Mediapart 26 janvier 2016.
  12. (en) thoughtcrime
  13. Les adversaires de la loi Pléven: le mélange des haines, sur le site de la LICRA
  14. a b c et d le terme "bien-pensant" désigné pire mot de l'année en Allemagne, Le Sud Ouest, publié le 12/01/2016
  15. Réfugiés : Les "bien-pensants" désigné pire expression de l'année en Allemagne, dans : L’Orient-Le Jour, le 13 janvier 2016
  16. La Manière de bien penser dans les ouvrages d'esprit Description de l'édition de 1709, CLADE.net, Portail des bibliothèques et centres de documentation du ministère des Armées
  17. « Les plus belles sont vicieuses » : erreur et fausseté dans La Manière de bien penser dans les ouvrages d’esprit du Père Bouhours (1687) Raphaëlle Longuet, Essais, 8/2016, p. 108-123
  18. Le Père Bouhours ou de la délicatesse Bernard Beugnot, Littératures classiques 2015/1 (N° 86), p. 231
  19. Victor Hugo, À Juvénal, Jersey, le 5 février 1853.
  20. E. et J. de Goncourt, Journal, 1893, p. 417.
  21. Marcel Proust, Le Temps retrouvé, Folio Gallimard, p. 37
  22. Philippe Lançon, Bernanos et les bien-pensants, dans: Libération, 2 septembre 2008
  23. Bernanos, La Grande Peur des bien-pensants
  24. Georges Orwell, 1984, Deuxième Partie - Chapitre III, https://www.librairal.org/wiki/George_Orwell:1984_-_Deuxième_Partie_-_Chapitre_III
  25. version audio à 04h46m https://www.youtube.com/watch?v=WXRN0xojBJQ
  26. https://www.etudier.com/dissertations/1984-George-Orwell-Trucage/376599.html
  27. Bien-pensance, Le Point, Vincent Merle, sur lepoint.fr, 12 mai 2011
  28. FRANCE: TRENTE-QUATRE AUTEURS DÉNONCENT LA BIEN-PENSANCE Le Quebécois Libre, Montréal, 15 mars 2003
  29. a et b Vincent Merle, « Débattre : le mot « bien-pensance » », sur lepoint.fr, (consulté le )
  30. Finkielkraut : "La bien-pensance ne résoudra pas les problèmes" Le Point, publié le 20/09/2012
  31. Dans: Le Nouvel économiste 15 juin 2011
  32. Pierre-André Taguieff, « Parc d'abstractions et gauche divine », Le Figaro, samedi 24 / dimanche 25 octobre 2015, p. 16.
  33. « Vive la bien-pensance ! », dans : La Revue des deux Mondes , février-mars 2016. Titre : Les bien-pensants de Rousseau à la gauche « morale » - l’histoire du camp du bien.
  34. (de) Unwort des Jahres
  35. Gutmensch, anti-vocable 2015, DNA 15 janvier 2016
  36. Marilyn Epée, Döner Morde : le « Non mot » de l’année 2011, Dans: La Gazette de Berlin, 20.01.2012
  37. Et le «non-mot» allemand de l'année est… „Lügenpresse”, Annabelle Georgen, dans : Magazine Slate, 17 janvier 2015.
  38. http://www.lagazettedeberlin.com/10043/lugenpresse-non-mot-de-lannee-2014/ « Lügenpresse », non-mot de l’année 2014
  39. (de)Liste des « Pires mots de l'année » de 1991 à 2015
  40. La presse allemande sur la sellette ?

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

  • Nathalie Simon: Ces humoristes qui revendiquent le droit de résister à la bien-pensance. Le Figaro en ligne, 11 février 2021.