Bidentalia

clade éteint de dicynodontes thérocheloniens

Les bidentaliens (Bidentalia) forment un clade éteint de dicynodontes thérocheloniens. Le nom du taxon est l'un des premiers termes utilisés pour décrire les dicynodontes : le groupe est nommé en 1876, tandis que le mot « bidentaux » remonte à 1845. Avec l'importance croissante de la phylogénétique, ce groupe est plus tard redéfini comme un clade en 2009. Il est maintenant considéré comme un taxon qui « comprend tous les genres plus étroitement liés à Aulacephalodon et Dicynodon qu'à Emydops ».

Histoire Modifier

En 1845, le géologue sud-africain Andrew Geddes Bain (en) décrit les premiers dicynodontes connus comme des « bidentaux » pour leurs deux défenses proéminentes[1]. « Bidentaux », le premier nom utilisé pour décrire un groupe de synapsides non-mammaliens[2]. Le nom Dicynodontia, qui est plus couramment utilisé pour désigner ces thérapsides, est érigé par le paléontologue anglais Richard Owen en 1859[3]. Réalisant que le terme « bidentaux » de Bain est antérieur à son « dicynodontes », Owen nomma Bidentalia en 1876 comme nom de remplacement pour Dicynodontia. Owen décrit les Bidentalia comme « des reptiles avec une longue défense toujours croissante dans chaque maxillaire ; prémaxillaires connés, formant avec la mâchoire inférieure une bouche en forme de bec, probablement gainée de corne. Sacrum de plus de deux vertèbres ; tronc-vertèbres amphicœlien ; membres ambulatoires »[4]. À cette époque, Bidentalia comprend trois espèces principales : Dicynodon lacerticeps, Dicynodon bainii et Ptychognathus declivis. Les deux espèces du genre Dicynodon ont été nommées en 1845, juste avant que Bain décrive ses « bidentaux ». Ptychognathus est nommé en 1859, et s'appelle maintenant Lystrosaurus. Au cours des années suivantes, Dicynodontia est devenu le nom préféré de ces reptiles et Bidentalia est tombé rapidement en désuétude[2].

Bidentalia est réintégré en tant que clade en 2009[2]. Il est utilisé pour inclure tous les thérocheloniens plus étroitement liés aux Dicynodon qu'aux émydopoïdes. En tant que clade, Bidentalia forme un groupe plus inclusif que sous l'utilisation d'Owen. Pour Owen, Bidentalia est équivalent à Dicynodontia, qui est aujourd'hui utilisé comme un groupe beaucoup plus large englobant tous les dicynodontes. Dans son utilisation actuelle, Bidentalia comprend deux sous-groupes principaux, Cryptodontia et Dicynodontoidea ainsi que le genre basal Rastodon[5].

Histoire évolutive Modifier

Les bidentaliens sont originaires du Permien moyen et se propagent rapidement dans le monde entier, les premières espèces étant connues à la fois au Brésil et en Russie. Cependant, ils sont manifestement absents de l'Afrique malgré sa faune du Permien bien connue jusqu'à la fin de cette dernière[5].

Phylogénie Modifier

Les Bidentalia sont divisés en deux groupes principaux, les Cryptodontia et les Dicynodontoidea, ainsi qu'un petit nombre de genres basaux tels que Elph et Rastodon[5]. Cependant, les Cryptodontia peuvent être paraphylétiques. Ci-dessous, un cladogramme montrant la phylogénie de Bidentalia d'une étude de Kammerer et al. (2011)[6] :

Dicynodontia 

Eodicynodon




Pylaecephalidae




Eumantellidae




Endothiodontidae


 Therochelonia 
 Emydopoidea 

Emydopidae




Kingoriidae



Cistecephalidae



Myosauridae




 Bidentalia 
 Cryptodontia 

Rhachiocephalidae




Oudenodontidae



Geikiidae




 Dicynodontoidea 

"Dicynodon"




Lystrosauridae


 Kannemeyeriiformes 

Shansiodontidae



Kannemeyeriidae



Stahleckeriidae



Dinodontosauridae











Notes et références Modifier

Notes Modifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Bidentalia » (voir la liste des auteurs).

Références Modifier

  1. (en) A.G. Bain, « On the discovery of fossil remains of bidental and other reptiles in South Africa », Transactions of the Geological Society of London,‎ , p. 53–59 (DOI 10.1144/transgslb.7.53, S2CID 129553429, lire en ligne)
  2. a b et c (en) C.F. Kammerer et Angielczyk, K.D., « A proposed higher taxonomy of anomodont therapsids », Zootaxa, vol. 2018,‎ , p. 1–24 (lire en ligne)
  3. (en) R. Owen, « On the orders of fossil and recent Reptilia, and their distribution in time », Report of the Twenty-Ninth Meeting of the British Association for the Advancement of Science, vol. 1859,‎ , p. 153–166
  4. (en) R. Owen, Descriptive and Illustrated Catalogue of the Fossil Reptilia of South Africa in the Collection of the British Museum, London, British Museum, , 88 p.
  5. a b et c (en) Alessandra D. S. Boos, Christian F. Kammerer, Cesar L. Schultz, Marina B. Soares et Ana L. R. Ilha, « A new dicynodont (Therapsida: Anomodontia) from the Permian of southern Brazil and its implications for bidentalian origins », PLOS ONE, vol. 11, no 5,‎ , e0155000 (PMID 27224287, PMCID 4880204, DOI 10.1371/journal.pone.0155000  , Bibcode 2016PLoSO..1155000B)
  6. (en) C.F. Kammerer, Angielczyk, K.D. et Fröbisch, J., « A comprehensive taxonomic revision of Dicynodon (Therapsida, Anomodontia) and its implications for dicynodont phylogeny, biogeography, and biostratigraphy », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 31, no Suppl. 1,‎ , p. 1–158 (DOI 10.1080/02724634.2011.627074, S2CID 84987497)

Voir aussi Modifier

Articles connexes Modifier

Bibliographie Modifier

  • (en) A.G. Bain, « On the discovery of fossil remains of bidental and other reptiles in South Africa », Transactions of the Geological Society of London,‎ , p. 53–59 (lire en ligne).
  • (en) C. F. Kammerer et K. D. Angielczyk, « A proposed higher taxonomy of anomodont therapsids », Zootaxa,‎ , p. 1–24 (lire en ligne).

Liens externes Modifier