Bibliothèque nationale du Brésil

La bibliothèque nationale du Brésil est une bibliothèque nationale située à Rio de Janeiro, place Cinelândia, au Brésil. Avec une collection dépassant les 10 000 000 documents et plus de 2 000 000 disponibles en ligne, elle est considérée comme la plus grande bibliothèque d’Amérique latine et fait partie des dix bibliothèques les plus grandes du monde selon l'Unesco[1].

Bibliothèque nationale du Brésil
Biblioteca Nacional do Rio de Janeiro (logo 20160.png
Biblioteca nacional rio janeiro.jpg
Présentation
Type
Construction
Patrimonialité
Bien classé par l'INEPAC (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sites web
Localisation
Adresse
Coordonnées


Responsable du dépôt légal au Brésil, elle a la responsabilité de collecter, conserver, préserver et diffuser la production bibliographique du pays[2]. La Bibliothèque Nationale du Brésil, officiellement reconnue depuis 1976 comme Bibliothèque Nationale, a plus de 200 ans et est considérée comme la plus ancienne institution culturelle du pays[3].

HistoireModifier

L’origine de la Bibliothèque Nationale du Brésil remonte à un tremblement de terre survenu dans la ville de Lisbonne en 1755. Cet événement détruit majoritairement la ville et les pertes architecturales sont énormes, surtout dans la région centrale de la ville où se trouvent les principaux édifices patrimoniaux. Le Palais Royal abritant la bibliothèque Royale d’Ajuda et ses 70 000 documents est complètement consumé par le feu d’un incendie provoqué par le tremblement de terre. Afin de remplacer cette bibliothèque, le roi Joseph Ier a commandé une nouvelle collection qui est à l’origine de la présente Bibliothèque Nationale du Brésil[4].

En 1807, le roi du Portugal Jean VI déménage avec la famille royale au Brésil afin d’échapper aux imminentes invasions des troupes françaises à Lisbonne. Il souhaite amener la collection de plus de 60 000 objets qui composent alors la bibliothèque royale, mais les livres auraient été oubliés dans le port de Lisbonne dans la confusion de l’embarquement. Ils seront finalement envoyés au Brésil deux années après le voyage de la cour portugaise. Cela prendra en fait 3 voyages pour envoyer l’ensemble de la bibliothèque au Brésil : le premier en 1810 et les deux autres en 1811[5].

CollectionsModifier

Avec une collection de plus de neuf millions de documents, c'est l'une des plus grandes bibliothèques du continent américain, et la plus grande bibliothèque d'Amérique latine[6],[7].

En tant que bibliothèque nationale, la Bibliothèque nationale du Brésil est dépositaire du dépôt légal et a pour mission de collecter et de conserver le patrimoine documentaire du pays et de publier la bibliographie nationale.

La collection de la Bibliothèque contient des manuscrits, des cartes, des dessins, des partitions musicales, des photographies et d'autres documents. Elle se concentre notamment sur les domaines suivants: agriculture, botanique, histoire brésilienne, chimie, musique latino-américaine, mathématiques, médecine, physique, sciences sociales, zoologie. La Bibliothèque nationale détient également des livres rares et la collection de l'ancienne bibliothèque royale portugaise.[8]

La collection de livres rares de la Bibliothèque nationale comprend les premiers documents imprimés du Brésil colonial ainsi que de la bibliothèque privée de l’empereur brésilien Pedro II datant du XIXe siècle[9]. Cette collection a été inscrite dans le Registre de la Mémoire du monde de l'UNESCO en 2003[10] et est composée de 21 742 photographies de différents types et formats provenant de la collection Thereza Christina Maria laissée à la Bibliothèque nationale du Brésil par l'empereur Pedro II en 1891. Il s'agit de la plus grande collection de photographies d'Amérique latine. Elle permet de dresser un portrait de l'évolution de l'histoire du peuple brésilien au XIXe siècle, reflétant les coutumes, les développements intellectuels et industriels à l'époque de sa constitution.

Collection numériqueModifier

Le portail numérique La France au Brésil créé par la Bibliothèque Nationale de France et la Fundação Biblioteca Nacional du Brésil dans le cadre de "L'année de la France au Brésil" offre un aperçu de la collection de la Bibliothèque Nationale du Brésil[11].

On peut également retrouver plusieurs œuvres en ligne dans l'exposition virtuelle Brésil[12] .

CartesModifier

ManuscritsModifier

DessinsModifier

PhotographiesModifier

GravuresModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Página Inicial | Biblioteca Nacional », sur www.bn.gov.br (consulté le 12 novembre 2020)
  2. Célia Maria Portella, « Releitura da Biblioteca Nacional », Estudos Avançados, vol. 24, no 69,‎ , p. 247–264 (ISSN 0103-4014, DOI 10.1590/s0103-40142010000200016, lire en ligne, consulté le 12 novembre 2020)
  3. (en) « Brazil's National Library is the largest in Latin America and one of the ten largest in the world », sur Brazil (consulté le 13 novembre 2020)
  4. (pt) Lygia da Fonseca Fernandes Cunha, « Subisídios para a história da Biblioteca Nacional », Anais da Biblioteca Nacional do Brasil,‎ , p. 131 (lire en ligne, consulté le 12 novembre 2020)
  5. (pt) Lilia Moritz Schwarcz et Angela Marques da Costa, A longa viagem da biblioteca dos reis: do terremoto de Lisboa à Independência do Brasil, São Paulo, Companhia das Letras,
  6. Site officiel de la Bibliothèque Nationale du Brésil
  7. « Fundação Biblioteca Nacional - Apresentação », sur www.cervantesvirtual.com (consulté le 6 octobre 2020)
  8. (en) David Stam, International dictionary of library histories, Routledge, , « National library of Brazil », p. 489-490
  9. « Library (institution) - Printer-friendly - MSN Encarta », sur web.archive.org, (consulté le 8 novembre 2020)
  10. « La collection de l'Empereur: la photographie brésilienne et étrangère au XIXème siècle | Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture », sur www.unesco.org (consulté le 8 novembre 2020)
  11. « França Brasil - La France au Brésil », sur bndigital (consulté le 12 octobre 2020)
  12. « Brésil », sur gallica.bnf.fr (consulté le 12 octobre 2020)

Liens externesModifier