Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Bibliothèque d'art et d'archéologie (Genève)

bibliothèque de Genève, faisant partie des MAHs
Bibliothèque d'Art et d'Archéologie du Musée d'art et d'histoire de Genève.
Bibliothèque d’art et d’archéologie 02.JPG
Présentation
Type
Bibliothèque, bibliothèque spécialisée, institution patrimoniale (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Statut patrimonial
Bien culturel suisse d'importance régionale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Géographie
Pays
Adresse
Prom. du Pin 5, 1204 Genève
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte du canton de Genève
voir sur la carte du canton de Genève
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Haute-Savoie
voir sur la carte de Haute-Savoie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Genève
voir sur la carte de Genève
Red pog.svg

La Bibliothèque d’art et d’archéologie de Genève (BAA) est une bibliothèque patrimoniale, scientifique et ouverte à tous les publics. Elle est située au 5 promenade du Pin à Genève dans le quartier des Tranchées.

Sommaire

HistoireModifier

La Bibliothèque d’art et d’archéologie est un secteur du Musée d'art et d'histoire de Genève ; elle est ouverte en 1910 en même temps que le Musée. Dans un premier temps elle est destinée uniquement aux chercheurs du musée, c’est la bibliothèque dite « des Arts décoratifs »,  rebaptisée bibliothèque centrale du Musée[1]. Dans un second temps en 1911, elle devient une bibliothèque publique sous l’impulsion de la Ville de Genève. D’abord abritée au sein même du musée à la rue Charles-Galland, elle est transférée au 5, promenade du Pin en 1928. Dans les années 1950, après sa rénovation, elle prendra le nom officiel de « Bibliothèque d’art et d’archéologie ».

MissionModifier

Selon le Règlement de de la bibliothèque d'art et d'archéologie des Musées d'art et d'histoire de la Ville de Genève [2], adopté par le Conseil administratif de la Ville de Genève : "Elle a pour mission de conserver, d'enrichir et de rendre accessible le patrimoine intellectuel et artistique genevois, suisse et international, des fonds anciens, des archives et des documents multimédias. Outre sa mission de bibliothèque publique, elle assure les bases de la recherche pour l’Université, les Ecoles d’art genevoises et le public spécialisé. Elle est également la bibliothèque centrale des Musées d’art et d’histoire et elle assure la base de la recherche pour les conservateurs et le personnel scientifique de cette institution"

BâtimentModifier

 
Plaque commémorative du don en 1927 d'Amélie Diodati-Plantamour de l'immeuble de la Bibliothèque Musée d'Art et d'Histoire de Genève

En 1927, Amélie Diodati-Plantamour lègue son hôtel particulier, sis Promenade du Pin 5, à la Ville de Genève et à un usage exclusif du Musée d'art et d'histoire. Cet immeuble du XIXe siècle, construit sur les anciennes fortifications, se trouve juste derrière le Musée d’art et d’histoire. En raison du manque de place pour les collections au musée, la bibliothèque est déplacée en 1928 dans cet immeuble récemment légué. Le projet d’y loger les collections des Estampes, de la Bibliothèque et du musée du Vieux-Genève prend forme et dès 1928 la Bibliothèque d’art et d’archéologie s’y installe. Entre 1947 et 1950 des travaux de transformation de la bibliothèque sont réalisés: une salle de lecture et des réserves sont créés. En 1952, les collections du Cabinet des estampes (actuellement Cabinet des arts graphiques) sont également installées dans le bâtiment du Pin 5, ainsi que le Musée du Vieux Genève.

En 2000, la façade du bâtiment est rénovée puis entre septembre 2008 et février 2010 de nouveaux travaux sont entrepris afin de remettre en valeur l’architecture intérieure du bâtiment tout en améliorant sa fonctionnalité : hall d’entrée réaménagé, remplacement de l’ascenseur pour permettre l’accès aux étages aux personnes à mobilité réduite, aménagement d’une nouvelle salle de lecture pouvant accueillir des expositions, rénovation de la médiathèque[3]. L'inauguration a lieu le 26 avril 2010.

Histoire de ses fondsModifier

 
Scanner de la bibliothèque d'art et d'archéologie

En 1910, son fonds d’ouvrages est constitué du dépôt de collections de livres provenant de bibliothèques d’anciens musées genevois et dont les œuvres ont été transférées au Musée d’art et d’histoire à Charles-Galland. C’est donc naturellement que la BAA hérite des fonds documentaires des Musée Fol, Musée archéologique, Musée des Beaux-Arts de Genève. Cependant la plus grande partie de sa collection proviendra du don de la bibliothèque du Musée des arts décoratifs : cela donnera initialement son nom  « Bibliothèque  des Arts décoratifs ». Au fil des ans, ses collections s'agrandissent grâce aux achats, aux échanges avec d'autres musées mais, surtout, aux dons de privés, notamment de Gustave Revilliod, Edouard Naville, Georges Hantz et Burkhard Reber et de sociétés artistiques locales ou étrangères[4]. Elle a également reçu des fonds importants de la part de deux institutions genevoises, la Classe des Beaux-Arts de la Société des arts et l’École des Beaux-Arts de Genève.

Aujourd’hui, son fonds est constitué de plus de 990'000 documents de tous les domaines artistiques et de toutes les époques, de la préhistoire à nos jours. La collection se compose d’environ 450'000 monographies, 6800 titres de revues (soit environ 440'000 fascicules), 80'000 catalogues d’exposition, une collection unique en Suisse de 80'000 catalogues de ventes aux enchères datés de 1857 à nos jours, des fonds anciens et précieux dont une collection de 15'000 livres de bibliophilie, livres d'artiste et de livres-objets, des archives des galeries et d’artistes genevois, des documents multimédias et numériques. Tous sont référencés dans le catalogue du Réseau des bibliothèques genevoises[5].

Par le biais d’un campus virtuel, elle donne également accès à une bibliothèque numérique en ligne qui compte environ 120 bases de données sur l'art (bases d'images, BHA, Avery, Wilson etc.) et 30'000 revues électroniques.

AcquisitionsModifier

Chaque année, le fonds augmente d'environ 6000 ouvrages, dont un tiers provient des échanges et des dons[6], le reste par le biais des achats.

Elle achète des documents concernant:

  • archéologie,  architecture, architecture d'intérieur, armes, art contemporain, arts appliqués et arts décoratifs, arts du spectacle, de la scène et scénographie,  arts visuels, bande dessinée et illustration, bibliophilie, bijouterie, céramique, cinéma, conservation et restauration d'œuvres d'art, danse, design, dessin, glyptique, graphisme, gravure, histoire et théorie de l'art, horlogerie et émaillerie, instruments de musique, livres d'artiste et livres-objets, médiation culturelle, mode tissu et textile,  muséologie, numismatique et monnaies, orfèvrerie, peinture, photographie, sculpture; urbanisme, verre, vitrail.

Pour les périodes de la préhistoire à aujourd'hui;

  • les documents concernant les arts à Genève ou dans la région frontalière, France y compris (critère géographique);
  • les collections des grandes institutions d'art en Suisse et à l’étranger (musées, instituts de recherche);
  • les artistes suisses ou frontaliers ;

En plus, elle achète

  • tous les catalogues raisonnés d’artistes ;
  • les documents scientifiques et spécialisés dans ses domaines de compétence.

ExpositionsModifier

Suite à la rénovation du bâtiment en 2010, la Bibliothèque d’art et d’archéologie dispose d'un espace d'exposition dans la salle de lecture et organise chaque année des expositions temporaires, dont voici les dernières en date:

  • 15 novembre 2010 - 30 avril 2011: 100 ans de générosité. La constitution du fonds précieux de la Bibliothèque d’art et d’archéologie par les donations genevoises et étrangères
  • 7 novembre 2011 - 31 mai 2012: MADE IN Genève. Livres d’artiste et leurs éditeurs-créateurs genevois
  • 12 novembre 2012 - 31 mai 2013: POP-UP! Collages, pliages et livres surgissants[7]
  • 5 novembre 2013 - 31 mai 2014: Livres de photographes. Un musée de papier pour l’image
  • 11 novembre 2014 - 30 mai 2015: Les livres de jeu. Quand les artistes entrent dans la partie[8]
  • 10 novembre 2015 - 28 mai 2016: 200 ans de fêtes et de livres. Autour du Bicentenaire de l'entrée de Genève dans la Confédération suisse
  • 21 octobre 2016 - 27 mai 2017: Les catalogues d'exposition. Depuis des siècles au service de l'art

CollaborationsModifier

 
Salle informatique

La BAA fait partie du Département de la Culture et du Sport de la Ville de Genève. À ce titre, elle collabore activement avec les autres bibliothèques de  la Ville et du Canton de Genève. Elle offre un soutien à des activités pédagogiques du Canton avec des visites et formations destinées aux écoles d’art, comme la Haute Ecole d’art et de Design(HEAD) et le Centre de formation professionnelle arts appliqués (CFPAA) ou les écoles genevoises.

Au niveau cantonal ou suisse la BAA fait partie :

  • de la Commission des bibliothèques de la Ville de Genève et elle a participé à la rédaction du Plan directeur 2016-2020 des bibliothèques du Département de la

culture et du sport[9] et du Sentier Culturel "D'une bibliothèque à l'autre"[10]

  • du Réseau romand RERO qui regroupe les bibliothèques universitaires et de recherche de Suisse occidentale[5]
  • du Réseau des bibliothèques genevoises (RBG)[11]
  • de l'association BIS Bibliothèque Information Suisse[12]

Au niveau international

  • du Artlibraries.net Standing Committee[13] qui développe le Art Discovery Group Catalogue[14] . Il regroupe les fonds des plus importantes bibliothèques d’art dans le monde, dont la BAA
  • de l’IFLA Art Libraries Section Standing Committee[15]

ProjetsModifier

La Bibliothèque d'art et d’archéologie est membre au niveau cantonal du projet de Protection des biens culturels en Suisse (PBC). En novembre 2014, elle a participé à un exercice de simulation organisé avec la Protection civile (PCi), qui visait à tester la préservation et l’évacuation des livres dans le cas d'un potentiel sinistre[16].

Depuis 2013, la Bibliothèque d'art et d'archéologie participe avec toutes les autres bibliothèques de la Ville de Genève au service des renseignements à distance nommé InterroGE[17].

Depuis le début de l'année 2016, la Bibliothèque d'art et d'archéologie développe un projet pour créer et compléter des biographies d'artistes genevois et suisses présents dans les collections des musées genevois sur Wikipedia.

La Bibliothèque d'art et d'archéologie a participé à l'Edit-a-thon du 4 mars 2016 organisé pour la journée de la femme[18]dans le cadre de l'édition 2016 d'Art+Féminisme de Suisse romande.

En 2017, la bibliothèque poursuit sa collaboration pour la deuxième fois. Elle participe le vendredi 3 mars à l'Edit-a-thon autour du thème art et féminisme Projet:Art+Féminisme/2017/Genève.

Notes et référencesModifier

  1. Genava : revue d'histoire de l'art et d'archéologie, Genève, Musée d'art et d'histoire de Genève, (lire en ligne), p. 16
  2. « Règlement de la Bibliothèque d’art et d’archéologie des Musées d’art et d’histoire de la Ville de Genève », sur www.ville-geneve.ch,
  3. « Rénovation bâtiment patrimonial : 5 promenade du Pin, Bibliothèque d'art et d'archéologie, Cabinet d'arts graphiques », sur Rero.ch
  4. « Guide de l'exposition: 100 ans de générosité, la constitution du fonds précieux de la Bibliothèque d’art et d’archéologie », sur RERO
  5. a et b « RERO »
  6. « Que deviennent les ouvrages donnés à la Bibliothèque d’art et d’archéologie ? », sur http://blog.mahgeneve.ch/,
  7. Fabienne Rosset, « La vague pop-up, ce phénomène éphémère », Fémina,‎ (lire en ligne)
  8. Elisabeth Chardon, « Entre l’art et le livre, c’est l’amour libre. Quatre expositions en témoignent », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  9. « Plan directeur 2016-2020 des bibliothèques du Département de la culture et du sport de la Ville de Genève », sur http://www.ville-geneve.ch/,
  10. « D'une bibliothèque à l'autre »
  11. « RBG »
  12. « Bibliothèque Information Suisse »
  13. (en) « Art Libraries »
  14. (en) « Art Discovery Group Catalogue »
  15. (en) « The International Federation of Library Associations and Institutions »
  16. « La BAA sauve ses livres! », sur http://blog.mahgeneve.ch/,
  17. « Réseau InterroGE », sur http://www.ville-geneve.ch/
  18. « Article de la Tribune de Genève - Le MAH veut plus de femmes sur Wikipédia », sur Tdg.ch,

Liens externesModifier