Ouvrir le menu principal

Richard Torriani

joueur et entraîneur de hockey suisse
(Redirigé depuis Bibi Torriani)
Richard Torriani
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Naissance ,
Saint-Moritz (Suisse)
Décès ,
Coire (Suisse)
Joueur décédé
Position Attaquant
A joué pour LNA
HC Saint-Moritz
HC Davos
DEL
Adler Mannheim

Temple de la renommée de l'IIHF : 1997

Richard Torriani, dit Bibi Torriani, né le à Saint-Moritz et mort le à Coire, est un joueur de hockey sur glace et lugeur suisse.

Sommaire

Hockey sur glaceModifier

Considéré comme le plus grand joueur suisse de l'époque[1], Bibi Torriani gagne deux médailles de bronze pour la Suisse aux Jeux olympiques de 1928 et de 1948[2]. Lors de ces derniers, il est choisi pour prononcer le Serment olympique, devenant le premier hockeyeur à avoir cet honneur[3]. Il participe également aux JO de 1936, où l'équipe de Suisse est éliminée au 1er tour avec une victoire et deux défaites. Il gagne également deux titres de champion d'Europe, en 1935 et 1939. Au total, il compte 105 buts en 111 matchs avec la sélection suisse. Avec les frères Hans et Ferdinand Cattini, il formait la fameuse « Ni-Sturm » (1933-1948), considérée à l'époque comme la meilleure ligne d'attaque européenne. De plus, ce plus prestigieux et populaire hockeyeur suisse était d'une sportivité exemplaire. Il est toujours le plus jeune joueur de l'histoire à avoir disputé un championnat du monde, à l'âge de 16 ans et 4 mois[4].

En club, il commence sa carrière au HC Saint-Moritz, avec qui il remporte un titre de champion de Suisse, avant de rejoindre en 1929 le HC Davos[5], avec lequel il est sacré 16 fois champion national. Il entraîne également par deux fois l'équipe nationale et remporte le titre national avec le HC Viège en 1962. Il officie également pour le Adler Mannheim en 1958[1].

En 1997, il est intronisé au temple de la renommée de la Fédération internationale de hockey sur glace.

LugeModifier

Dans les années 1950, Torriani se lance dans une seconde carrière, en luge, où il gagne la médaille d'argent dans l'épreuve simple aux championnats du monde de luge 1957, à Davos.

RéférencesModifier

  1. a et b (fr) Histoire d'un club de hockey sur glace : Mannheim, chapitre III sur hockeyarchives
  2. (en) Profil sur databaseolympics.com
  3. (fr) Jeux olympiques de Saint-Moritz 1948 sur hockeyarchives
  4. Thomas Dayer, « Ils doivent enterrer les absents », Le Matin,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2013).
  5. (en) Fiche sur azhockey.com

BibliographieModifier

  • Henry Eggenberger et Pierre Benoit, Fascination hockey sur glace, Ligue suisse de hockey sur glace, , 208 p.