Betty Friedan

essayiste et militante féministe américaine

Betty Naomi Goldstein Friedan, née le à Peoria (Illinois) et morte le à Washington D.C., est une féministe, journaliste et essayiste américaine. Elle est l'une des fondatrices de la deuxième vague féministe aux États-Unis. Ce mouvement s'inscrivait notamment en réaction à une période de retour aux valeurs familiales idéalisant la femme au foyer et l'épouse modèle, telles que promues après la Seconde Guerre mondiale.

Betty Friedan
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
(à 85 ans)
WashingtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière juif de Sag Harbor (Etat de New York)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Mouvement
  • National Organization for Women (NOW)
  • NARAL Pro Choice America
  • National Women's Political Caucus
Distinctions
Œuvres principales
La Femme mystifiée, The Second Stage (d), The Fountain of Age (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Betty Naomi Friedan est l'aînée des trois enfants de Miriam Horwitz Goldstein et d'Harry Goldstein, un immigré russe juif[1],[2]. Son père Harry est un joaillier et sa mère Miriam est une journaliste travaillant dans un journal local[3]. Dès son enfance, elle fait l'expérience des injustices sociales et de l'antisémitisme. Elle suit ses études secondaires à la Peoria High School (Peoria, Illinois) (en), où elle commence à écrire, publiant des articles dans le journal de l'établissement. Avec six condisciples, elle fonde un magazine littéraire[4],[5].

En 1938, après sa scolarité secondaire, elle est acceptée au Smith College; où elle obtient en 1942 un Bachelor of Arts (licence) avec une dominante en psychologie et la mention summa cum laude. Elle poursuit ses études universitaires à l'université de Berkeley où, sous la direction d'Erik Erikson, elle soutient son Master of Arts (mastère) de psychologie en 1943. Bien qu'ayant obtenu une bourse pour mener des études doctorales, elle abandonne, car d'après elle, les femmes qui sont titulaires d'un doctorat se marient rarement : elle ne voulait pas finir « vieille fille »[2].

En 1943, elle s'installe à New York, où elle occupe différents postes jusqu'en 1947. Après son mariage en 1947, elle devient femme au foyer, tout en publiant des articles jusqu'en 1957.

CarrièreModifier

De 1943 à 1946, elle écrit pour Federated Press (en), puis jusqu'en 1952 pour United Electrical Worker's - UE News[6]. Elle tombe enceinte en 1952 et est renvoyée. Elle devient alors rédactrice indépendante pour différents magazines. En 1957, lors de la quinzième réunion d'anciens élèves du Smith College, elle décide de faire circuler des questionnaires concernant la vie et la satisfaction de leur quotidien de ses ex-camarades féminines[7]. Le résultat du questionnaire indique que 89 % d'entre elles n'utilisent pas leurs acquis universitaires et se sentent socialement dévalorisées[8]. C'est à partir de ce moment qu'elle commence à réellement s'intéresser à la souffrance des femmes au foyer. Elle publie alors des articles sur les femmes aux foyer qu'elle appelle « The Problem that has no name » (en français « Le problème qui n'a pas de nom »). De nombreuses femmes lui répondent et sont en accord avec elle, ce qui confirme qu'elle n'est pas la seule à ressentir cette situation comme un problème[9].

La Femme mystifiée (The Feminine Mystique)Modifier

Au vu du petit succès que ses articles reçoivent, elle décide d'en faire un livre, The Feminine Mystique, qu'elle publie en 1963[10], sur la frustration des femmes modernes. Cet essai marque le lancement d'un mouvement visant à réévaluer le rôle des femmes dans la société américaine[11],[12]. Il a été traduit en français par l'ancienne ministre chargée des Droits des femmes (1981-1986) Yvette Roudy.

La National Organization for WomenModifier

À la suite du succès de ce livre, Betty Friedan est incitée à fonder un mouvement féministe inspiré du modèle de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), une association de lutte contre la ségrégation et les discriminations raciales, dont l'action était principalement politique et juridique. Ce sera la National Organization for Women (NOW, ce qui signifie aussi « Maintenant »), (en français : l'Organisation nationale pour les femmes), qui jouera un rôle primordial sur la scène politique et culturelle américaine durant les années 1960 et 1970[1].

Tout au long de son combat, Betty Friedan a prôné un féminisme modéré, visant une plus grande égalité des sexes et de nouveaux droits pour les femmes, sans pour autant se positionner en opposition aux hommes[13] ; c'est pourquoi NOW est la National Organization for Women (Organisation pour les femmes, et non pas des femmes). Cette modération dans ses choix n'enlevait pas pour autant à Betty Friedan un caractère déterminé et un goût pour les formules provocantes, source de conflits réguliers au sein de NOW ou avec d'autres associations féministes plus radicales[14].

La NARAL Pro-Choice AmericaModifier

Elle démissionne de la NOW, divorce et cofonde en 1969 la National Association for the Repeal of Abortion Laws, connue depuis sous le nom de NARAL Pro-Choice America[15],[16],[17].

La National Women’s Political CaucusModifier

En 1971, elle cofonde avec Bella Abzug, Shirley Chisholm, deux représentantes siégeant au Congrès des États-Unis, et la féministe Gloria Steinem la National Women's Political Caucus (en), un lobby destiné à faciliter l'adoption de loi en faveur des égalités des droits civiques pour les femmes[13],[18],[19].

CritiquesModifier

Betty Friedan faisait partie de la classe moyenne américaine et avait reçu une éducation universitaire. On a pu parfois lui reprocher de ne pas avoir assez pris en compte les femmes des classes ouvrières, et de promouvoir un modèle féminin en décalage avec les attentes de ces dernières[20].

Vie personnelleModifier

Le , elle épouse le producteur de théâtre Carl Friedan. Le couple donne naissance à trois enfants : Daniel (né en 1948), Jonathan (né en 1952) et Emily (née en 1956), avant de divorcer en mai 1969[7],[9],[21].

Betty Friedan est décédée d'une crise cardiaque le , jour de son 85e anniversaire[22],[23],[24],[25]. Elle est inhumée au cimetière juif de Sag Harbor dans le comté de Suffolk, dans l'État de New York[26].

ŒuvresModifier

Éditions originalesModifier

Traduction françaiseModifier

  • (fr) Betty Friedan (trad. de l'anglais par Yvette Roudy), La Femme mystifiée [« The Feminine Mystique »], Paris/61-Lonrai, Belfond, 1964, rééd. 7 mars 2019, 560 p. (ISBN 978-2-7144-7997-6),

ArchivesModifier

Les archives de Betty Friedan sont déposées à la bibliothèque Schlesinger de l'Institut Radcliffe pour les études supérieures de l'Université Harvard et sont consultables en ligne[28].

BibliographieModifier

Notices dans des encyclopédies et manuels de référencesModifier

  • (en) Moira Davison Reynolds, Women Champions of Human Rights : Eleven U.S. Leaders of the Twentieth Century, McFarland & Company, , 161 p. (ISBN 978-0-89950-614-2, lire en ligne), p. 134-143,
  • (en) Jules Archer, Breaking Barriers : The Feminist Revolution from Susan B. Anthony To...Betty Friedan, Puffin Books, , 208 p. (ISBN 978-0-14-037968-6, lire en ligne), p. 124-170,
  • (en) Encyclopedia of world biography, volume 6, Gale Research, , 547 p. (lire en ligne), p. 109-110,
  • (en) Wilma Pearl Mankiller, The reader's companion to U.S. women's history, Houghton Mifflin Company, , 697 p. (ISBN 978-0-585-06847-3, lire en ligne), p. 195-229, 320-331,
  • (en) Kevin Markey, 100 most important women of the 20th century, Meredith Books, , 195 p. (ISBN 978-0-696-20823-2, lire en ligne), p. 68,
  • (en) Women in world history : a biographical encyclopedia, volume 5, Yorkin Publications, , 837 p. (lire en ligne), p. 788-793,
  • (en) UXL encyclopedia of world biography, volume 4, UXL, , 871 p. (ISBN 978-0-7876-6465-7, lire en ligne), p. 738-741,
  • (en) Cath Senker, Stories of Women in the 1960s : Fighting for Freedom, Heinemann Educational Books, , 115 p. (ISBN 978-1-4846-0866-1, lire en ligne), p. 7-29,

EssaisModifier

ArticlesModifier

  • (fr) « Friedan Betty — Les femmes à la recherche d'une quatrième dimension. [compte-rendu] », Population,‎ , p. 1130 (1 page) (lire en ligne),
  • (en-US) Sandra Dijkstra, « Simone de Beauvoir and Betty Friedan: The Politics of Omission », Feminist Studies, Vol. 6, No. 2,‎ , p. 290-303 (14 pages) (lire en ligne),
  • (fr) Denis Marie, « Betty Friedan, Femmes, Le second souffle, Hachette [compte-rendu] », Les cahiers du GRIF, n° 26,‎ , p. 171-173 (2 pages) (lire en ligne),
  • (en-GB) Rachel Bowlby, « 'The Problem with No Name': Rereading Friedan's "The Feminine Mystique" », Feminist Review, No. 27,‎ , p. 61-75 (15 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Daniel Horowitz, « Rethinking Betty Friedan and the Feminine Mystique: Labor Union Radicalism and Feminism in Cold War America », American Quarterly, Vol. 48, No. 1,‎ , p. 1-42 (42 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Betty Friedan & Jennifer Chapin Harris, « interview: After the Mystique is Gone: A Phone Interview with Betty Friedan », Off Our Backs, Vol. 27, No. 9,‎ , p. 10-11 (2 pages) (lire en ligne),
  • (en) Eugenia Zimmerman, « "US" AND "THEM" in Betty Friedan and Simone de Beauvoir », Simone de Beauvoir Studies, Vol. 15,‎ 1998-1999, p. 163-168 (6 pages) (lire en ligne),
  • (fr) Huguette Bouchardeau, « Travail, genre et sociétés », Travail, genre et sociétés, vol. 2, no. 2,‎ , p. 5-23 (18 pages) (lire en ligne),
  • (fr) Mattelart Michèle, « Femmes et medias. Retour sur une problématique », Réseaux, no 120,‎ , p. 23-51 (28 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Kirsten Fermaglich, « "The Comfortable Concentration Camp": The Significance of Nazi Imagery in Betty Friedan's "The Feminine Mystique" (1963) », American Jewish History, Vol. 91, No. 2,‎ , p. 205-232 (28 pages) (lire en ligne),
  • (es) Joanne Boucher & Cecilia Olivares, « Betty Friedan y el pasado radical del feminismo libera », Debate Feminista, Vol. 35,‎ , p. 277-294 (18 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Dorothy Chansky, « Usable Performance Feminism for Our Time: Reconsidering Betty Friedan », Theatre Journal, Vol. 60, No. 3,‎ , p. 341-364 (24 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Stephen Dunn, « Betty Friedan's Final Advice », The American Poetry Review, Vol. 42, No. 6,‎ , p. 24-25 (2 pages) (lire en ligne)
  • (en-US) Susan Levine, « The Feminine Mystique at Fifty », Frontiers: A Journal of Women Studies, Vol. 36, No. 2,‎ , p. 41-46 (6 pages) (lire en ligne  ),
  • (en-US) Katherine Turk, « “To Fulfill an Ambition of [Her] Own”: Work, Class, and Identity in The Feminine Mystique », Frontiers: A Journal of Women Studies, Vol. 36, No. 2,‎ , p. 25-32 (8 pages) (lire en ligne  ),

HommageModifier

Dans la culture populaireModifier

RéférencesModifier

  1. a et b (en) « Betty Friedan », sur Jewish Women's Archive (consulté le )
  2. a et b (en-US) « Betty Naomi Friedan | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  3. (en-US) « Betty Friedan Biography - life, family, children, name, wife, mother, young, book, information, born », sur www.notablebiographies.com (consulté le )
  4. (en-US) « Friedan, Betty — (1921-2006) », sur Social Welfare History Project, (consulté le )
  5. (en-US) Daniel Horowitz, « Rethinking Betty Friedan and the Feminine Mystique: Labor Union Radicalism and Feminism in Cold War America », American Quarterly, Vol. 48, No. 1,‎ , p. 1-42 (42 pages) (lire en ligne)
  6. Margaret Henderson, « Betty Friedan (1921–2006) », Australian Feminist Studies, vol. 22, no 53,‎ , p. 163–166 (ISSN 0816-4649, DOI 10.1080/08164640701361725, lire en ligne, consulté le )
  7. a et b (en) « Betty Friedan | Biography & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  8. (en-US) Mundelein College B. A. et Meadville/Lombard Theological School M. Div., « Biography of Betty Friedan, Feminist, Writer, Activist », sur ThoughtCo (consulté le )
  9. a et b (en-US) « Betty Friedan », sur Biography.com, (consulté le )
  10. (en-US) « Friedan, Betty (1921—) | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  11. Laetitia Biscarrat, « L’analyse des médias au prisme du genre : formation d’une épistémè », Revue française des sciences de l'information et de la communication, no 3, 2013, mis en ligne le 30 juillet 2013, consulté le 12 janvier 2016. lire en ligne
  12. (en) Michael P. Fogarty, « Reviewed Works: The Feminine Mystique by Betty Friedan », Revue Internationale de l'Education, Vol. 19, No. 1,‎ , p. 151-154 (4 pages) (lire en ligne)
  13. a et b (en) « Betty Friedan », sur National Women's History Museum (consulté le )
  14. (en) « Betty Friedan / Jewish Women's Archive », sur Jewish Women's Archive (consulté le ).
  15. (en) History com Editors, « Betty Friedan », sur HISTORY (consulté le )
  16. (en) « NARAL Pro-Choice America | American organization », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  17. (en-US) History com Editors, « Betty Friedan », sur HISTORY (consulté le )
  18. (en-US) « History », sur National Women's Political Caucus (consulté le )
  19. (en) « National Women's Political Caucus | American political organization », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  20. « Betty Friedan », sur Babelio (consulté le ).
  21. (en-US) « Betty Friedan », sur www.nndb.com (consulté le )
  22. (en-US) Margalit Fox, « Betty Friedan, Who Ignited Cause in 'Feminine Mystique,' Dies at 85 (Published 2006) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  23. (en-US) Margalit Fox, « Obituary:Betty Friedan, 85; writer led U.S. feminist movement (Published 2006) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  24. (en-GB) « Feminist icon Betty Friedan dies aged 85 », sur the Guardian, (consulté le )
  25. (en-GB) David Usborne, « Feminist author Betty Friedan dies on 85th birthday », sur The Independent, (consulté le )
  26. (en) « Betty Friedan (1921-2006) - Mémorial Find a Grave », sur fr.findagrave.com (consulté le )
  27. (en-GB) Rachel Bowlby, « 'The Problem with No Name': Rereading Friedan's "The Feminine Mystique" », Feminist Review, No. 27,‎ , p. 61-75 (15 pages) (lire en ligne)
  28. (en-US) Jennifer Fauxsmith, « Research Guides: Betty Friedan : Home », sur guides.library.harvard.edu (consulté le )
  29. (en-US) « Annual Humanist Awardees », sur American Humanist Association (consulté le )
  30. (en-US) « Friedan, Betty », sur National Women’s Hall of Fame (consulté le )

Liens externesModifier