Beta Centauri

étoile multiple de la constellation du Centaure
Hadar / Agena
β Centauri
Description de cette image, également commentée ci-après
Image d'Alpha du Centaure (à gauche) et de Beta Centauri (à droite).
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 14h 03m 49,405s[1]
Déclinaison −60° 22′ 22,93″[1]
Constellation Centaure
Magnitude apparente 0,61[2]

Localisation dans la constellation : Centaure

(Voir situation dans la constellation : Centaure)
Centaurus IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral B1 III[3]
Indice U-B −0,98[2]
Indice B-V −0,23[2]
Variabilité β Cep[4]
Astrométrie
Vitesse radiale +5,9 ± 3,8 km/s[5]
Mouvement propre μα = −33,27 mas/a[1]
μδ = −23,16 mas/a[1]
Parallaxe 8,32 ± 0,50 mas[1]
Distance 390 ± 20 al
(120 ± 7 pc)
Magnitude absolue −4,78[6]
Caractéristiques physiques
Masse 12 M
Luminosité 11 200 L

Autres désignations

Agena, Hadar, Khadar, β Cen, HR 5267, HD 122451, CD-59 5054, CPD-59 5365, SAO 252582, CCDM J14038 -6022AB, FK5 518, HIP 68702, GC 18971[7]

Beta Centauri (β Centauri / β Cen, Bêta du Centaure), également connue sous les noms de Hadar et Agena, est la seconde étoile la plus brillante de la constellation du Centaure, et la dixième plus brillante du ciel nocturne. D'après la mesure de sa parallaxe annuelle par le satellite Hipparcos, elle est située à environ 390 années-lumière du système solaire[1]. Hadar est le nom retenu officiellement par l'Union Astronomique Internationale le 21 août 2017[8].

PropriétésModifier

Beta Centauri est en réalité un système d'étoiles triple. Une première paire d'étoiles, désignées Beta Centauri Aa et Ab, forme un système binaire spectroscopique à raies doubles. Ce sont deux étoiles similaires qui sont des géantes bleues de type spectral B1III et qui sont également deux variables de type β Cephei. La troisième étoile, désignée Beta Centauri B, est une étoile de magnitude 3,95 dont la séparation avec Beta Centauri A a décru depuis sa découverte, passant de 1,1 seconde d'arc en 1935 à 0,3 seconde d'arc en 2018[3],[9].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f (en) F. van Leeuwen, « Validation of the new Hipparcos reduction », Astronomy & Astrophysics, vol. 474, no 2,‎ , p. 653–664 (DOI 10.1051/0004-6361:20078357, Bibcode 2007A&A...474..653V, arXiv 0708.1752)
  2. a b et c (en) D. Hoffleit et W. H. Warren, « Bright Star Catalogue, 5e éd. », Catalogue de données en ligne VizieR : V/50. Publié à l'origine dans : 1964BS....C......0H, vol. 5050,‎ (Bibcode 1995yCat.5050....0H)
  3. a et b (en) P. P. Eggleton et A. A. Tokovinin, « A catalogue of multiplicity among bright stellar systems », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 389, no 2,‎ , p. 869–879 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2008.13596.x, Bibcode 2008MNRAS.389..869E, arXiv 0806.2878, lire en ligne)
  4. (en) N. N Samus', E. V. Kazarovets et al., « General Catalogue of Variable Stars: Version GCVS 5.1 », Astronomy Reports, vol. 61, no 1,‎ , p. 80-88 (DOI 10.1134/S1063772917010085, Bibcode 2017ARep...61...80S, lire en ligne)
  5. (en) G. A. Gontcharov, « Pulkovo Compilation of Radial Velocities for 35 495 Hipparcos stars in a common system », Astronomy Letters, vol. 32, no 11,‎ , p. 759 (DOI 10.1134/S1063773706110065, Bibcode 2006AstL...32..759G, arXiv 1606.08053)
  6. (en) E. Anderson et Ch. Francis, « XHIP: An extended Hipparcos compilation », Astronomy Letters, vol. 38, no 5,‎ , p. 331 (DOI 10.1134/S1063773712050015, Bibcode 2012AstL...38..331A, arXiv 1108.4971)
  7. (en) * bet Cen -- Variable Star of beta Cep type sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  8. « Naming Stars »
  9. (en) Brian D. Mason et al., « The 2001 US Naval Observatory Double Star CD-ROM. I. The Washington Double Star Catalog », The Astronomical Journal, vol. 122, no 6,‎ , p. 3466 (DOI 10.1086/323920, Bibcode 2001AJ....122.3466M, lire en ligne)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier