Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Love.
Bessie Love
Description de cette image, également commentée ci-après
Bessie Love en 1920
Nom de naissance Juanita Horton
Naissance
Midland, Texas
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 87 ans)
Londres, Angleterre
Profession Actrice, comédienne

Bessie Love, née Juanita Horton, ( - ) est une actrice américaine talentueuse apparaissant sur les écrans de la période du cinéma muet et du parlant. Nominée pour l'Oscar de la meilleure actrice en 1929, elle fera une seconde carrière dans les Studios et sur les planches des théâtres anglais.

Sommaire

BiographieModifier

Née à Midland au Texas, Juanita fréquente, à seize ans, l'Université de Los Angeles et, rêve de devenir la prochaine Mabel Normand. Diplômée, ses parents l'encouragent à suivre ses ambitions à contrario de son entourage qui cherche à l'en dissuader. Un matin, Hollywood étant situé à une dizaine de kilomètres du centre de Los Angeles, elle décide qu'elle s’arrêtera au premier studio de production cinématographique qui se trouvera sur sa route. Ce sera les studios de la Fine Art Motion Picture Compagny, une des filiales de la Triangle Motion Picture Corporation dont l'objet social principal est la production de longs métrages[1]. De surcroit, le réalisateur en titre et co-fondateur de la compagnie, n'est autre que D. W. Griffith qui vient de réaliser, le film très controversé de The Birth of a nation. Une partie du plateau des décors imposants de plein air de son second long métrage Intolérance se dresse devant l'entrée des Studios[1].


Alors qu'elle est perdue dans la foule journalière des extras, elle n'est sélectionnée, ce jour là, que pour un rôle de répétitrice donnant la réplique à John Emerson, un acteur venu de New york . Le réalisateur Jack O'brien l'ayant déjà remarqué sur un autre plateau, pense qu'elle correspondrait idéalement à ce qu'il recherche. Elle prend son rôle tellement à cœur et joue de manière si juste que le réalisateur la place dans un premier temps, dans la liste des extras permanents puis, dès son troisième rôle The Aryan, comme premier rôle féminin donnant alors, la réplique à William S. Hart[2]. Très vite, ses shooting photo et ses films la rendent presque incontournable, tant auprès du public qu’auprès des réalisateurs et des acteurs. Ainsi, Douglas Fairbanks ne veut aucune autre actrice que Bessie dans son prochain film. D. W. Griffith presse le réalisateur Thomas H. Ince à qui il a loué les services de Bessie, de la lui rendre le plus vite possible.


Elle atteint le sommet de sa popularité au cours des années 1920, mais bon nombre de ses films de cette époque sont aujourd'hui, malheureusement portés disparus. Mais, parmi ceux sauvegardés, nous dénombrons des chef d’œuvres comme Le Monde perdu, un film aux trucages novateurs pour l'époque, adapté du roman de Arthur Conan Doyle, et Bessie à Broadway, un des premiers films réalisé par Frank Capra.

En 1922, le comité de la WAMPAS sélectionne Bessie pour faire partie de la première promotion des treize Baby Stars de la Western Associated Motion Picture Advertisers (WAMPAS) aux côtés de Lois Wilson et Marion Aye.

Ses grands rôles appartiennent majoritairement dans des films de la période du muet, tenant notamment le rôle de Pauline Gaudin de Witschnau dans le film La Peau de chagrin, réalisé par George D. Baker en 1923 d'après l’œuvre éponyme d' Honoré de Balzac.

 
Bessie Love en 1920

Contrairement à plusieurs vedettes du muet, l’avènement du cinéma parlant ne ralentit pas sa carrière. Elle tourne dans plusieurs films et, est nominée en 1929, pour l' Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans la comédie musicale Broadway Melody. Cette année là, elle épouse William Bellinger Hawks, le producteur cinématographique, frère de Kenneth et de Howard Hawks. Elle a Mary Astor pour belle-soeur, qui a été, elle aussi, une Baby Star mais de la promotion de 1926.

ils ont une fille nommée Patricia en 1932 mais le couple divorce en 1935. Souhaitant relancer sa carrière, elle part tenter sa chance en Angleterre.


Au cours des années 1940 et 1950, elle joue sur les planches des théâtres anglais dont, en 1958, une pièce partiellement autobiographique qu'elle interprétera. A partir des années 1950, elle renoue avec le cinéma, tenant le plus souvent de petits rôles dans des téléfilms et des films dont certains sont devenus cultes comme La Comtesse aux pieds nus de Joseph L. Mankiewicz, Isadora de Karel Reisz, Un dimanche comme les autres de John Schlesinger, Ragtime de Miloš Forman et Reds de Warren Beatty. Elle apparait une dernière fois au cinéma dans Les Prédateurs de Tony Scott.

Bessie Love décède à Londres, le 26 avril 1986, à l' age de 87 ans et est incinérée au cimetière Breakspear de Ruislip, prés de la capitale.

Pour honorer sa contribution à l'industrie du cinéma, Bessie est gratifiée d'une étoile sur le Walk of Fame à Hollywood, située au 6777 Hollywood Boulevard.

FilmographieModifier

TélévisionModifier

SerieModifier

FilmModifier


Courts métragesModifier


Longs métragesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « The rise of Bessie Love » (consulté le 6 avril 2019)
  2. « The rise of Bessie Love » (consulté le 6 avril 2019)


Liens externesModifier