Bernat Fenollar

ecclésiastique, professeur et poète valencien
Bernat Fenollar
Description de cette image, également commentée ci-après
Xylographie de l'époque
Alias
Mosén Fenollar
(Titre donné aux ecclésiastiques)
Naissance vers
Penàguila, Royaume de Valence Royaume de Valence
Décès
Valence, Royaume de Valence Royaume de Valence
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Valencien
Mouvement Siècle d'Or valencien
École satyrique valencienne

Œuvres principales

  • Obres e trobes en lahors de la Verge Maria (1474)
  • Escacs d'amor (après 1475)
  • Lo Passi en cobles (1493)
  • Lo procés de les olives (1497)

Bernat Fenollar (Bernardo Fenollar en castillan) (vers à Penàguila - à Valence), clerc, beneficiat domer puis sotsobrer des œuvres de la cathédrale de Valence, poète de l'École satyrique valencienne et professeur en 1510 de mathématiques à l'Estudi General de Valence, où il meurt le . Organisateur chez lui de débats littéraires, il est l'auteur de nombreux poèmes, dont certains publiés dans Obres e trobes en lahors de la Verge Maria, le premier livre imprimé en catalan ou valencien, édité en 1474 à Valence.

BiographieModifier

Bernat Fenollar naît vers 1438 au sein d'une famille aisée de Penàguila. Son oncle parternel, Jeroni Fenollar, y est notaire. Il exercera les fonctions de escribano aux Cortes réunies à Valence en 1437 et 1438. Son père, Joan Fenollar, y occupe la charge de bayle. Cité dès 1413, ce dernier administre le patrimoine royal de la ville jusqu'à sa mort survenue au début de l'année 1447. De Violant, son épouse, il a deux autres enfants, Mateu et Isabel[1].

Clerc, Bernat Fenollar, exerce successivement la carrière de beneficiat domer puis, par trois fois, entre 1467 et 1490, de sotsobrer des œuvres de l'Église cathédrale de Valence[2]. Vers la fin de sa vie, il fonde en 1497, une chapellenie sous le vocable de Notre-Dame de la Santé en l'église paroissiale de Saint Laurent Martyr[3].

Il meurt à un âge avancé, le à Valence, après avoir été en 1503, syndic de la ville, puis chargé en 1510 de la chaire de mathématiques à l'Estudi General de Valence[4].

Bernat Fenollar blasonne d'or à quatre bandes de sable.

Deux rues portent son nom, l'une à Penàguila, l'autre à Valence.

Œuvre littéraireModifier

Bernat Fenollar organise chez lui des débats littéraires. Les plus grands noms de la littérature valencienne s'y retrouvent, tels Joan Roís de Corella, Gassull de Santiago, Juan Moreno, Baltasar Portillo ou Narciso Vinyoles. Certains de ses débats poétiques se rencontrent dans le Cancionero general de 1511 de Hernando del Castillo.

Secrétaire du concours de poésie organisé à Valence en 1474, on lui attribue l'édition de la compilation Obres e trobes en lahors de la Verge Maria, premier livre imprimé en catalan ou valencien en Espagne. Une grande partie de ses œuvres poétiques est publiée conjointement avec d'autres auteurs. C'est le cas par exemple de Lo Passi en cobles en 1493 ou Lo procés de les olives en 1497. Le barcelonais, Jeroni Pau, poursuivra son traité grammatical valencien Regla d'esquivar vocables e mots grossers i pagesívols.

Son intervention dans le poème Scachs d'amor, en collaboration avec Francisco de Vic Castellvi et Narciso Vinyoles est peut-être le plus curieux de sa production littéraire. Bernat Fenollar, grand joueur d'échecs, y exprime chaque geste du jeu avec grâce, élégance et beaucoup d'esprit.

Notes et référencesModifier

  1. Francisco Martí Grajalas, Les trobes en lahors de la Verge María, publicadas en Valencia en 1474 y reimpresas por primera vez con una introducción y noticias biográficas de sus autores escritas por Francisco Martí Grajales, Librería de Pascual Aguilar, Valencia, 1894, p. 24.
  2. La carrière de beneficiat domer de l'Église cathédrale de Valence consistait à célébrer une messe quotidienne, à tour de rôle entre les quatre clerc qui se partageaient la charge. La carrière de sotsobrer des œuvres de l'Église cathédrale de Valence consistait à en administrer le patrimoine et les revenus. Bernat Fenollar en est chargée une première fois par le Cabildo Pascual célébré en avril 1467, avec une prise de fonctions le 1er mai 1467 jusqu'au 30 avril 1468. Il occupera à nouveau cette fonction entre le 1er mai 1480 et le 30 mai 1482, puis une troisième et dernière fois, du 1er mai 1489 au 30 avril 1490. Francisco Martí Grajalas, Les trobes en lahors ..., op. cit., p. 24 et 25.
  3. L'acte de fondation de la chapellenie est passée devant Felipe Abella, notaire, le 13 janvier 1497. Par acte du 15 juillet 1500, Bernat Fenollar, s'en réserve, pour lui et sa famille, le droit de patronage, en confiant la charge à son neveu, Juan Fenollar, notaire de Valence ou s'il venait à décéder au frère de celui-ci, Tomás Fenollar, tous deux fils de son frère, Mateu. La chapellenie resta dans la famille jusqu'au début du XIXe siècle, date de sa disparition. 0. Francisco Martí Grajalas, Les trobes en lahors ..., op. cit., p. 24 et 25.
  4. Nommé le 4 mai 1510 par le Conseil général de Valence :Item elegeixen pera la cadira de matemátiques al venerable Mossen ... Fenollar preuere ab salari de vint y cinch lliures de la dita moneda (real de Valencia) ... XXV lla.. Il n'occupera la chaire qu'un an, un successeur étant nommé l'année suivante. Francisco Martí Grajalas, Les trobes en lahors ..., op. cit., p. 25. Archives de l'église paroissiale de Saint Laurent Martyr, Liber rationalis eclaesiae S. laurentij, 1516, folio 5 v. : a XXVIII de febrer perno. a moss. bernat fenollar ab sis preueres y creu. Registre des Misses de trentenari : darrer día de febrer nos dona jeroni fenollar p aia (per anima) de mossen bernat fenollar puere e beneficiat en la present sglesia trenta misses de requie ab offerta y canelles. Francisco Martí Grajalas, Estudio introductorio, Lo Passi en cobles, de Bernat Fenollar y Pere Martinez, Valencia, 1912, p. V.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (ca) Gran Enciclopedia Catalana, Bernat Fenollar, tome XX, pages 6 269 et 6 270, 62e édition.
  • (es) Francisco Martí Grajalas, Les trobes en lahors de la Verge María, publicadas en Valencia en 1474 y reimpresas por primera vez con una introducción y noticias biográficas de sus autores escritas por Francisco Martí Grajales, Librería de Pascual Aguilar, Valencia, 1894.
  • (ca) Joan Antoni Ferran Sol, Poesia catalana, Bernat Fenollar (1438-1516), 2001.

Liens externesModifier