Bernardus Blok

homme politique néerlandais

Bernardus Blok, né le à Makassar et mort le à Alkmaar, est un homme politique néerlandais.

B. Blok
Image dans Infobox.
Fonction
Député
Enkhuizen
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
Alkmaar (d) ou AlkmaarVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activités

BiographieModifier

Blok est issu d'une famille régente de Hollande ; son père était gouverneur de la colonie néerlandaise de Sulawesi puis bourgmestre d'Enkhuizen, en Hollande. Bernardus Blok devient avocat à Enkhuizen en 1775. Il participe à la Révolution batave et devient secrétaire de la commission des finances de la Hollande du nord à Hoorn en . Le , il intègre le comité patriote d'Amsterdam, avec Pieter Paulus et huit autres personnes. Son domicile à Hoorn est saccagé le lors d'une révolte orangiste le . Lors de la répression prussienne en , Blok s'enfuit à Bruxelles avec 70 000 florins puisé dans les 200 000 dont il avait la charge.

Banni de Hollande, Zélande et Frise occidentale, il s'exile ensuite à Gravelines où il monte une entreprise de pêche au hareng qui emploie de nombreux patriotes exilés dans le nord de la France. Il s'y montre un partisan de Johan Valckenaer.

Le , il accompagne l'armée française commandée par Dumouriez qui occupe Bréda et anime le comité révolutionnaire de la ville. Toutefois, les Français sont peu après contraints d'évacuer Bréda après la défaite de Dumouriez à Neerwinden ; Block rentre alors en France. Les patriotes De Kock, Van Hooff, Schilge, Probsteg et Blok sont accusés d'être liés à la trahison de Dumouriez, le par le Comité de salut public. De Kock est guillotiné avec les hébertistes le . Blok est jeté en prison et y reste jusqu'à la fin de 1794.

Blok rentre en Hollande en , après la mise en place de la République batave. Il siège aux assemblées provisoires de Enkhuizen et de Hollande. Il est élu député d'Enkhuizen à la première assemblée nationale batave le . Unitariste modéré, il s'est parfois opposés aux propositions radicales de Pieter Vreede ou Johan Valckenaer. À l'assemblée, qu'il préside du 17 au , il siège au comité des Colonies ; il a notamment proposé l'abolition de l'esclavage mais la proposition a été rejetée. Après le rejet du projet constitutionnel par référendum le , Blok n'est pas réélu à l'assemblée.

Il se retire à Enkhuizen et devient commissaire des douanes à Hoorn. En 1805, il est envoyé à Curaçao comme agent des impôts. En 1808, il devient secrétaire de Daendels nommé gouverneur général de Batavia. Il rentre en Europe en 1811 et devient juge au tribunal d'Alkmaar.

BibliographieModifier

  • (nl) P.J. Blok et P.C. Molhuysen, Nieuw Nederlandsch biografisch woordenboek, vol. 8, Leyde, A.W. Sijthoff, (lire en ligne), p. 123-127
  • (en) Simon Schama, Patriots and Liberators : Revolution in the Netherlands 1780 - 1830, New York, Collins, , 745 p. (ISBN 0-00-216701-8)

Liens externesModifier