Bernardus Johannes Alfrink

prélat catholique
(Redirigé depuis Bernard Jan Alfrink)

Bernardus Johannes Alfrink
Image illustrative de l’article Bernardus Johannes Alfrink
Bernard cardinal Alfrink - Archives de l'archidiocèse d'Utrecht
Biographie
Naissance
à Nijkerk (Pays-Bas)
Ordination sacerdotale par
Mgr Henricus van de Wetering
Décès (à 87 ans)
à Nieuwegein
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Jean XXIII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de S. Gioacchino ai Prati di Castello
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
Mgr Paolo Giobbe
Fonctions épiscopales Archevêque d'Utrecht (Pays-Bas)

Blason
« Evangelizare divitias Christi » (Eph 3, 8)
« Annoncer la richesse du Christ »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Bernardus Johannes Alfrink ou Bernard Jan Alfrink, né à Nijkerk le et mort à Nieuwegein le est un prélat néerlandais qui fut cardinal, archevêque d'Utrecht de 1955 à 1975.

BiographieModifier

Jeunesse et prêtriseModifier

Bernard Jan Alfrink est né le 5 juillet 1900 de Theodore Jan Alfrink menuisier et de son épouse, née Elisabeth Catharina Ossevoort. Sa mère meurt en 1901 à la naissance de ses deux plus jeunes sœurs jumelles. Bernard Alfrink est alors pris en charge par une tante sans enfant les trois années suivantes. Il retourne ensuite chez son père qui s'est alors remarié. Après l'école primaire, Bernard Alfrink est allé au petit séminaire de Culemborg et en 1919 il poursuit ses études au grand séminaire de Rijsenburg. Il est ordonné prêtre le par Mgr Henricus van de Wetering pour le diocèse d'Utrecht. Après son ordination, souhaitant continuer à étudier, il met son dévolu sur Rome, mais Mgr de Wetering préfère qu'il continue ses études à la jeune université de Nimègue.

ÉpiscopatModifier

Le , Pie XII le nomme archevêque titulaire (ou in partibus) de Tyana, archevêque coadjuteur d'Utrecht. Il reçoit la consécration épiscopale le 17 juillet suivant des mains de Mgr Paolo Giobbe, internonce aux Pays-Bas.

Quatre ans plus tard, le , il succède au cardinal de Jong comme archevêque d'Utrecht. Deux ans plus tard, il est également nommé évêque aux armées néerlandaises.

Le , le pape Jean XXIII le crée cardinal avec le titre de cardinal-prêtre de San Gioacchino ai Prati di Castello. Il participe au conclave de 1963 qui élit le pape Paul VI ainsi qu'aux deux conclaves de 1978 qui élisent Jean-Paul Ier et Jean-Paul II.

Le 9 octobre 1966, le cardinal Alfrink accorde son imprimatur au « Catéchisme hollandais », qui va faire tant parler de lui pour ses positions modernistes et dont certaines sont contraires à la foi. En effet cet ouvrage est fermement critiqué par la commission cardinalice désignée par le pape Paul VI. Le cardinal se plaint par la suite que l'ouvrage ait été imprimé en outrepassant l'imprimatur originellement conféré[1],[2]. En fait, l'Église catholique néerlandaise est profondément déchirée sous son épiscopat et nombre de fidèles se détournent de toute pratique. C'est le début de l'effondrement du catholicisme aux Pays-Bas. La rédaction d'un nouveau texte, puis la proclamation du « Credo du peuple de Dieu » par Paul VI sera considérée comme une réponse à cette déviance doctrinale majeure de tout un épiscopat.

L’Église catholique aux Pays-Bas était avant le Concile l'une des Églises les plus fécondes d’Europe. Entre 1965 et 1977, les ordinations annuelles sont tombées de 318 à… 16. Trois cents religieux et religieuse ainsi que plus deux mille prêtres défroquent pendant cette période.

Le cardinal Alfrink se retire de sa charge d'ordinaire militaire et d'archevêque d'Utrecht en 1975. Mgr Johannes Willebrands lui succède.

C'est sous son épiscopat que l'Église néerlandaise connaît un effondrement brutal. Le cardinal reste en mémoire pour sa défense du Père Edward Schillebeeckx, ainsi que pour avoir défendu des positions progressistes pendant le concile Vatican II, pour avoir critiqué l'encyclique Humanae Vitae, et pour avoir lors de l'affaire de la chapelle dominicaine d'Huissen mis un frein aux confessions personnelles des fidèles.

Notes et référencesModifier

  1. Vincent Richard, Une « cassure » qui reste à étudier, Kephas, avril-juin 2003
  2. (en) Roman Catholics: Catechism in Dutch, Time, 1er décembre 1967

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier