Ouvrir le menu principal

Berlingot de Carpentras
Image illustrative de l’article Berlingot de Carpentras
Assortiment de berlingots de Carpentras
Image illustrative de l’article Berlingot de Carpentras

Lieu d’origine Carpentras
Créateur François Pascal Long
Date 1844
Type de produit bonbon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Berlingot de Carpentras

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Berlingot de Carpentras

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

(Voir situation sur carte : Vaucluse)
Berlingot de Carpentras

Le berlingot de Carpentras est un bonbon dur et translucide confectionné à base de sirop de fruits confits. Il se présente sous la forme de petites pyramides de différentes couleurs et toujours striées de blanc[1].

Sommaire

HistoireModifier

 
Plaque commémorative, rue de la Porte d'Orange à Carpentras

La tradition veut qu'il ait été confectionné pour la première fois, et à base de caramel, sous le pontificat de Clément V, le premier pape d'Avignon, par un de ses cuisiniers dénommé Sylvestre[2]. Ce qui est plus assuré est qu'à l'origine, c'était un produit médicinal vendu comme tel par les apothicaires[1]. Le premier qui réussit à le sortir de ces boutiques fut François Pascal Long, un pâtissier-confiseur de Carpentras, qui, en 1844, utilisa le sirop de fruits confits[2]. Gustave Eysséric, dès 1851, donna un nouvel essor en industrialisant la fabrication grâce à la « berlingotière Letang » et commercialisant dans le monde entier ses berlingots à la menthe poivrée[3].

Après la Première Guerre mondiale, les industriels, s'intéressant de plus en plus à ce marché, mirent en service sous les marques Bertin, Hansella et Jean Ratti de nouvelles chaudières, découpeuses, rouleuses ou pétrins[3]. Après un temps d'arrêt durant la Seconde Guerre mondiale dû à la pénurie de sucre, la production rebondit et, en 1962, cinq confiseurs fabriquaient des berlingots : les établissements Eysséric, Bonneru et Raquillet-Chabas ainsi que les confiseries Duparcq et du Mont-Ventoux[3].

Fabrication et présentationModifier

 
Étalement de la pâte
 
Découpage

Cinq étapes sont nécessaires à la production du berlingot. Tout d'abord la cuisson, suivie de l'étirage et du malaxage, puis vient ensuite le découpage à la berlingotière et la mise sur claies avant l'emballage[3].

Le berlingot de Carpentras a alors une forme de petite pyramide ou de tétraèdre d'un centimètre de côté environ[3]. La concentration du sirop lui donne une structure dure et translucide. Les confiseurs le présentent en différentes couleurs qui indiquent son goût : le rouge pour la menthe, le vert pour l'anis, le jaune pour le citron et l'orange pour l'orange[1]. Actuellement de nouveaux parfums complètent cette gamme : café, chocolat, melon, cerise des Monts de Venasque, lavande, fraise de Carpentras[3],mandarine, violette, pomme, framboise et même cola et Carambar.

La caractéristique du berlingot de Carpentras est d'être toujours rayé de blanc et ces stries peuvent atteindre le nombre de quarante. Elles sont le résultat de l'ajout de sucre cuit neutre longuement battu pour lui donner blancheur et opacité[1].

ProductionModifier

 
Berlingots de Carpentras

De nos jours, deux confiseurs de Carpentras continuent cette tradition, Thierry Vial (« Confiserie du Mont-Ventoux »), et Serge Clavel (« Confiserie de Carpentras »). Leur production globale se situe entre les 40t/an et 60t/an[3].

Confiseries similairesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Dictionnaire de la Provence op. cit., p. 118.
  2. a et b Le berlingot de Carpentras
  3. a b c d e f et g Le berlingot, site de l'Office de Tourisme de Carpentras

BibliographieModifier

  • Jacques Marseille (sous la direction de), Dictionnaire de la Provence et de la Côte d'Azuréd. Larousse, Paris, 2002. (ISBN 2035751055)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :