Berceau de la civilisation

Le berceau de la civilisation est une expression faisant référence à des régions du monde où l'on considère que les premières civilisations humaines virent le jour. La théorie dominante est qu'il n'y a pas qu'un seul berceau, mais que plusieurs civilisations se sont développées de manière indépendante. Celles du Croissant fertile, de la période d'Obeïd en Mésopotamie et de la culture de Nagada en Égypte, sont considérées comme les plus anciennes[1]. D'autres civilisations ont vu le jour en Asie, le long de vallées fluviales, celles des civilisations de l'Indus (Inde) et du fleuve Jaune (Chine)[2].

En dehors de l'Eurasie, on reconnaît des berceaux de civilisation dans l'actuel Pérou (civilisation de Caral), dans les Andes et en Mésoamérique[3].

Le terme a également été employé pour l'Asie Mineure ou Anatolie, l'Arménie et l'Élam, considérant que les civilisations correspondantes sont les ancêtres d'autres plus récentes, à l'instar de la Grèce antique, considérée comme précurseur de la civilisation occidentale[4].

La notion de civilisation est définie par les chercheurs sur le fondement de critères tels que l'utilisation de l'écriture, l'existence de villes, une société organisée en classes sociales, la pratique de l'élevage, l'érection de bâtiments publics, la métallurgie et l'architecture monumentale[5],[6].

Histoire du conceptModifier

Le concept de « berceau de la civilisation » a fait l'objet de nombreux débats. Le terme « berceau » signifiant « l'endroit ou la région où quelque chose s'est développé ou a été abrité à son stade antérieur », est attribué par le Oxford English Dictionary à Edmund Spenser en 1590. L'ouvrage de Charles Rollin, Ancient History, datant de 1734, mentionne que « l'Égypte a servi de berceau à la sainte civilisation ».

Le terme de « berceau de l'humanité » joue un rôle dans certains mythes nationaux. Il a été utilisé dans les cultures occidentales et orientales, par le nationalisme hindou (In Search of the Cradle of Civilization: New Light on Ancient India, un livre de 1995 par Georg Feuerstein, Subhash Kak et David Frawley) et par le nationalisme taïwanais (Taïwan. Le berceau de la civilisation[7]). Le terme apparaît aussi dans les ouvrages du courant ésotérique pseudohistorique, par exemple dans Le Livre d'Urantia ou dans le livre de pseudoarchéologie Civilization One (2004), relatif à la Grande-Bretagne mégalithique.

L'émergence de la civilisationModifier

Les signes les plus anciens d'un processus menant à la civilisation sédentaire peuvent être trouvés au Levant, 12 000 ans avant notre ère, lorsque la culture natoufienne devient la première culture sédentaire puis devient une société agricole vers 10 000 avant notre ère.

Les plus anciens peuplements de type proto-urbains, avec plusieurs milliers d'habitants, datent du Néolithique. Les premières cités à abriter plusieurs dizaines de milliers de personnes furent Memphis et Uruk, au XXXIe siècle av. J.-C.

Les temps historiques se distinguent de la préhistoire lorsque « les traces du passé sont conservées au bénéfice des générations futures[8] » ; cela s’accomplit soit oralement, soit scripturalement. On considère souvent que l'émergence de la civilisation coïncide avec le développement de l'écriture. En lien avec cela, on trouve des systèmes de proto-écriture au Moyen-Orient, datant du Chalcolithique, période de transition entre le Néolithique et l'âge du bronze, au IVe millénaire av. J.-C. ; il existe des proto-écritures à Harappa, dans la vallée de l'Indus en Inde, aux alentours de et des inscriptions néolithiques en Chine, évoluant vers une écriture sur os d'animaux (du XVe au Xe siècle av. J.-C.) ; le système d'écriture mésoaméricain naît, quant à lui, vers

En l’absence de documents écrits, l'émergence des civilisations anciennes est connue grâce aux traces archéologiques qui documentent le développement des institutions formelles et les aspects matériels de la culture. Un mode de vie « civilisé » est, en définitive, associé à l'agriculture intensive. Gordon Childe définit le développement de la civilisation comme étant le résultat de deux révolutions successives. D'abord, la révolution néolithique, entraînant le développement de communautés stables, et, ensuite, la révolution urbaine, qui voit émerger des peuplements denses, des groupes sociaux spécialisés, des classes sociales, l'exploitation des surplus, des bâtiments publics monumentaux et l'écriture. Quelques-uns de ces aspects sont, parfois, manquants. Ainsi le peuplement dense n’est pas attesté en Égypte ancienne, non plus que dans l'aire de la civilisation maya ; les Incas n'avaient pas d'écriture et les bâtiments monumentaux manquent sur le continent africain, alors que, à l'inverse, il existe des constructions établies, semble-t-il, en l'absence de tout peuplement. Par exemple, dans la Louisiane moderne, des chercheurs ont établi que des cultures principalement nomades s'étaient organisées pour construire des monticules destinés à des peuplements saisonniers dès L'émergence de la civilisation peut être considérée comme un processus commençant avec les débuts de l'agriculture et culminant à l'âge du bronze oriental[9].

Berceau unique, berceaux multiplesModifier

La théorie traditionnelle concernant la diffusion de la civilisation affirme qu'elle naît dans le croissant fertile puis se répand à partir de cet endroit[10]. Les chercheurs prétendent maintenant que les civilisations sont apparues indépendamment dans plusieurs endroits des deux hémisphères. Ils ont constaté que les évolutions socio-culturelles se sont produites dans des délais différents. Les communautés sédentaires et nomades ont continué à beaucoup interagir ; il n’y eut pas de distinction absolue entre les deux types de groupes culturels. Le concept de « berceau de la civilisation » s'appuie sur le fait qu'il existe un endroit où des habitants sont venus construire des villes, créer des systèmes d'écriture et expérimenter des techniques de poterie et de travail du métal, ainsi que domestiquer des animaux tout en créant des structures sociales complexes impliquant un système de classes sociales[3].

Les chercheurs identifient six endroits où les civilisations ont émergé indépendamment les unes des autres : la Mésopotamie, la vallée du Nil, la vallée de l'Indus, la vallée du fleuve Jaune, les Andes centrales et la Mésoamérique[6],[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17].

Ancien mondeModifier

MésopotamieModifier

 
Carte de la Mésopotamie.

Aux alentours de , les premières cultures néolithiques pleinement développées, appartenant aux phases Néolithique précéramique A et Néolithique précéramique B (7600-), apparaissent dans le croissant fertile et, à partir de là, s'étendent vers l'est et l'ouest[18]. L'un des peuplements les plus notables de l'époque Néolithique précéramique A est la ville de Jéricho, en actuelle Palestine, dont on pense qu'elle fut la première ville du monde ; peuplée vers , elle est fortifiée vers [19],[20]

En Mésopotamie, la zone située entre le Tigre et l'Euphrate présente des sols fertiles et dispose d'eau pour l'irrigation. Les civilisations qui naquirent à cet endroit sont les premières sociétés agraires non-nomades connues. C'est pourquoi la région du croissant fertile, et la Mésopotamie en particulier, est souvent considérée comme le berceau de l'humanité[21]. La civilisation de la période d'Obeïd (env. 6500 à ) est la plus ancienne connue dans cette plaine alluviale, quoiqu'il soit probable que d'autres témoignages plus anciens restent enfouis sous les alluvions[22],[23]. C'est durant la période d'Obeïd que commence le mouvement d'urbanisation. L'agriculture et l'élevage étaient largement pratiqués dans les communautés sédentaires, notamment au nord de la Mésopotamie, et une agriculture intensément irriguée commençait à être pratiquée dans le Sud[24]. Eridu est le site sumérien le plus anciennement établi durant cette période, aux environs de , et la création de la cité d'Ur date de la fin de la période[25]. Dans le Sud, la période d'Obeïd s'étend de 6500 à  ; la période d'Uruk lui succède[26].

La civilisation sumérienne correspond à la période d'Uruk, de 4000 à [27]. Nommée d'après la ville du même nom, cette période voit l'émergence de la vie urbaine en Mésopotamie et, durant sa période finale, l'émergence graduelle de l'écriture cunéiforme. La proto-écriture date, dans la région, de environ, les premiers textes étant datés de  ; l'écriture cunéiforme date de environ[28]. C'est durant la même période que la poterie peinte décline tandis que le travail du cuivre s'étend, en même temps que naissent les sceaux-cylindres[29]. Les réseaux commerciaux d'Uruk s'étendent au reste de la Mésopotamie et jusqu'à la Ciscaucasie ; une organisation gouvernementale et une stratification sociale émergent, menant à la Période des dynasties archaïques, aux environs de [30],[31],[32]. Les premières ziggurats apparaissent vers la fin de la période des dynasties archaïques, dont les précurseurs architecturaux, sous forme de plateformes surélevées, datent de la période d'Obeïd[33]. C'est durant la seconde phase de la Période des dynasties archaïques que le légendaire roi Gilgamesh aurait régné[34].

Eanatum, le roi sumérien du Lagash, crée un des premiers empires attestés de l'histoire, vers [35] Son voisin d'Élam, en actuel Iran, participe aussi au mouvement d'urbanisation durant le Chalcolithique[36]. Les États élamites étaient parmi les principales forces politiques du Proche-Orient ancien[37]. Les premiers témoignages d'écrits élamites remontent à , ceux des sumériens étant légèrement plus anciens[38],[39]. Durant le IIIe millénaire av. J.-C., il se produit une symbiose culturelle très forte entre les Sumériens et les Akkadiens[40]. La langue akkadienne remplace progressivement le sumérien en tant que langue orale entre le IIIe et le IIe millénaire av. J.-C.[41] L'empire d'Akkad, parlant une langue sémitique, émerge vers sous Sargon le Grand[30]. L'empire akkadien atteint son apogée entre le XXIVe et le XXIIe siècle av. J.-C. Sous Sargon et ses successeurs, l'akkadien s'impose dans les États conquis tels Élam et le Gutium. Après la chute de l'empire, les peuples akkadiens de Mésopotamie se fondent probablement dans deux nations parlant la langue akkadienne, l'Assyrie, au Nord, et, quelques siècles plus tard, Babylone, au Sud[42],[43].

ÉgypteModifier

 
Extension territoriale maximum de l'Égypte antique.

Les cultures développées du Néolithique, des phases Néolithique précéramique A (10200 av. J.-C.) et Néolithique précéramique B (7600 à 6000 av. J.-C.), apparaissent dans le croissant fertile et s'étendent[18]. À la même époque, une culture pratiquant le broyage du grain et utilisant le plus ancien type de lame de faucille connu, remplace la culture de chasseurs, pêcheurs et cueilleurs le long de la vallée du Nil. Des preuves géologiques et les modélisations climatiques informatiques suggèrent que le climat commence à changer vers 8000 av. J.-C. ; un assèchement des vastes terres utilisées pour le pastoralisme dans le nord de l'Afrique se produit, formant le Sahara, lequel finit par devenir aride vers 3900 av. J.-C. Cela contraint les ancêtres des Égyptiens à s'installer de manière plus continue près du Nil et à adopter un mode de vie plus sédentaire[44]. Vers 5500 av. J.-C., de petites tribus vivant le long du Nil développent des cultures interdépendantes ; elles maîtrisent l'agriculture et la domestication des animaux et sont identifiables par leurs poteries et leurs artefacts personnels caractéristiques, tels que des peignes, des bracelets et des perles. La plus importante de ces cultures anciennes en Haute-Égypte (partie méridionale) est celle de Badari, probablement originaire du désert à l'ouest. Elle est connue pour la haute qualité de ses céramiques, ses outils en pierre et son usage du cuivre[45]. La plus ancienne domestication connue de bovins est attestée à Médinet el-Fayoum vers 4400[46]. La culture de Badari est suivie de celle de Nagada, qui invente un certain nombre d'améliorations technologiques[47]. Dès la plus ancienne période de la culture de Nagada, l'amratien ou Nagada I, les Égyptiens importent de l'obsidienne d'Éthiopie, qu'ils utilisent pour façonner des lames et autres objets (éclats)[48],[49],[50],[51]. Vers 3300, juste avant la Ire dynastie, la zone est partagée en deux royaumes, la Haute-Égypte au sud et la Basse-Égypte au nord[52].

La civilisation égyptienne commence à la seconde phase de la culture de Nagada, connue sous le nom de période de Gerzeh ou Nagada II, vers 3500 av. J.-C. ; la Haute et la Basse-Égypte sont unifiées vers 3150 av. J.-C.[53]. La culture de Nagada II coïncide avec une période humide durant laquelle l’agriculture fournit la majeure partie de l'alimentation[54]. Avec l’augmentation de la disponibilité alimentaire, la population adopte un mode de vie plus sédentaire et les sites de peuplement deviennent des villes de plus de 5 000 habitants[54]. C'est à cette époque qu'on commence à utiliser des briques de terre et que la technique des arcades et des murs encastrés se développe[54]. Le cuivre est massivement utilisé en remplacement de la pierre dans la confection des outils[54] et des armes[55]. L'argent, l'or, le lapis-lazuli et la faïence sont utilisés pour l'ornementation[54], et les palettes de broyage, utilisées pour le maquillage des yeux depuis l'époque de la culture de Badari, s'ornent de sculptures en relief[55]. Les symboles sur les poteries de l'époque de Nagada II ressemblent aux hiéroglyphes égyptiens, faisant de la proto-écriture égyptienne une contemporaine de l'écriture proto-cunéiforme sumérienne[56]. Il existe des preuves d'un contact précoce avec le Moyen-Orient, particulièrement Canaan et la côte près de Byblos, durant cette période[57]. Parallèlement à ces progrès culturels, les sociétés et les villes du Haut-Nil entrent dans un processus d'unification ; il en est de même dans le delta du Nil (Basse-Égypte). C'est l'époque des guerres entre Haute et Basse-Égypte. Le roi de Haute-Égypte, Narmer, défait ses ennemis de Basse-Égypte et unifie les deux zones en un seul royaume[58]. Ce sont les débuts de l’Ancien Empire. Sous la première dynastie, la capitale est déplacée de Thinis à Memphis et l'Égypte est dirigée par un roi-Dieu. Abydos reste la principale ville sainte du Sud. Les principales caractéristiques de la culture égyptienne antique prennent forme à ce moment, art, architecture ainsi que de nombreux aspects de sa religion. Les institutions du royaume, fermement établies et maintenues par les pharaons, servent à contrôler l'exploitation des terres et des ressources ainsi que le travail des hommes, qui sont le fondement de la croissance et de la longévité de la civilisation égyptienne[59]. Des avancées majeures en matière d'art, d'architecture et de technologie sont accomplies durant l'Ancien Empire (2700 à 2200 environ), rendues possibles par une administration centrale développée, alimentant la croissance de la productivité agricole et de la population[60][source insuffisante]. Certaines des plus importantes réalisations de l'Égypte ancienne, nécropole de Gizeh et Sphinx de Gizeh, datent de cette époque. Sous la direction du vizir, les fonctionnaires collectent les taxes, coordonnent les projets d'irrigation pour améliorer les rendements agricoles, dirigent les paysans qui travaillent aux diverses constructions et établissent un système judiciaire destiné à assurer l'ordre et la paix[61]. Accompagnant la croissance de l'administration centrale, naît une classe éduquée de scribes et de fonctionnaires, lesquels reçoivent des biens accordés par le pharaon en paiement de leurs services. Les pharaons accordent également des dotations en terres aux temples locaux pour leur culte mortuaire afin qu'ils puissent continuer à l'honorer après sa mort. Les chercheurs pensent que cinq siècles de ces pratiques ont érodé lentement la puissance économique du pharaon et que l'économie ne pouvait plus entretenir une administration centrale de grande ampleur[53]. Alors que le pouvoir du pharaon décline, les gouverneurs régionaux, appelés nomarques, commencent à en contester la suprématie. On suppose que cela, accompagné d'une sécheresse sévère entre 2200 et [62], fait entrer le pays dans une période de famine qui dure 140 ans, qu'on appelle la Première Période intermédiaire[63].

Vallée de l'IndusModifier

 
Indosphère : aire linguistique indienne.

Un des premiers sites néolithiques en Asie du Sud est Bhirrana (en), situé dans la zone du réseau fluvial de la Sarasvati dans l'actuel État d'Haryana, en Inde ; il est daté de [64] Parmi les sites anciens, on compte aussi Lahuradewa (en), dans la région du Gange central, et Jhusi (en), situé près de la confluence du Gange et de la Yamuna ; ces deux derniers datent d'environ [65],[66] Le Néolithique pré-céramique à Mehrgarh s'étend de 7000 à et le Néolithique à céramique dure jusqu'à , sa fin coïncidant avec les débuts de l'âge du bronze. Mehrgarh est l'un des endroits les plus anciens où l'on trouve des preuves de l’existence de l’agriculture et de l'élevage en Asie du Sud[67],[68]. Il est généralement admis que la culture de Mehrgarh se diffuse dans la vallée de l'Indus pour devenir la civilisation de la vallée de l'Indus[69].

La civilisation de la vallée de l'Indus commence aux alentours de avec la période dite harappéenne précoce (de 3300 à ). L'exemple le plus ancien connu d'écriture de l'Indus date de cette période[70],[71], en même temps qu'émergent les citadelles représentatives du pouvoir centralisé et de l’augmentation de l'habitat urbain[72]. Des réseaux commerciaux relient cette culture avec ses voisines régionales ainsi qu'à des sources d'approvisionnement plus lointaines, notamment pour le lapis-lazuli et les autres matériaux nécessaires à la fabrication de perles. À cette époque, les habitants maîtrisent déjà de nombreuses formes d'agriculture, celle du pois, du sésame, de la datte, du coton, ainsi que l'élevage, notamment du buffle[73],[74].

En , commence la phase de maturité harappéenne, avec de grands centres urbains, tels Harappa, Dholavira, Mohenjo-daro, Lothal et Rakhigarhi, ainsi que plus de mille villes et villages, le plus souvent de petite taille[75]. De nouvelles techniques de production et de travail du cuivre apparaissent, et le travail de l'étain et du plomb atteint des niveaux avancés[76]. Les systèmes d'égouts et de drainage utilisés dans les cités de la région de l'Indus sont beaucoup plus avancés que ceux des sites urbains contemporains du Moyen-Orient et même plus efficaces que ceux du Pakistan ou de l'Inde d'aujourd'hui. L'architecture avancée des peuples de cette époque se manifeste dans leurs impressionnants chantiers navals, greniers, entrepôts, plateformes en briques et murs de protection. Les murs massifs de la vallée de l'Indus protégeaient les populations des inondations et pouvaient sans doute être dissuasifs lors des conflits militaires[77].

Vers , les signes d'un déclin progressif apparaissent et, vers , la plupart des cités sont abandonnées. Beaucoup de chercheurs pensent qu'une sécheresse et qu'un déclin du commerce avec l'Égypte et la Mésopotamie causèrent l'effondrement de la civilisation de l'Indus[78]. La migration des peuples Aryens dans la région est aussi à noter ; cependant, l'hypothèse d'une invasion violente de ces derniers n'est plus aujourd'hui dominante[79]. La civilisation de la vallée de l'Indus n'a pas disparu subitement et beaucoup d'éléments venant d'elle se retrouvent ultérieurement en Asie du Sud et dans la culture védique[80].

ChineModifier

 
Chine continentale, Taïwan et pays en relation avec la culture chinoise et son histoire politique.

Les plus anciens témoignages de la culture du millet en Chine datent de [81] et ceux de la culture du riz se trouvent à Chengtoushan29° 41′ 30″ N, 111° 39′ 20″ E, près du fleuve Yangzi Jiang et datent de Chengtoushan est aussi la ville fortifiée la plus ancienne de Chine[82]. La révolution néolithique a donné naissance à la culture de Jiahu (7000 à )[83]. Certains chercheurs ont suggéré que l'écriture jiahu () est la plus ancienne forme de proto-écriture en Chine[84] ; on considère en général que les symboles de Jiahu ne forment pas une véritable forme d'écriture, mais que leur utilisation durant une longue période a conduit à un système d'écriture à part entière[85]. Les fouilles de Henan, dans la province de Xinzheng, un site de la culture de Peiligang, montrent qu'il exista à cet endroit une culture florissante entre 5500 et  ; on y trouve des traces d'agriculture, des bâtiments, des poteries et des tombes[86]. Le développement de l’agriculture s'accompagne d'une croissance de la population, de la capacité à stocker et redistribuer les surplus agricoles et permet aussi la naissance de groupes sociaux spécialisés, artisans et administrateurs[83]. À la fin du Néolithique, la vallée du Fleuve Jaune devient un centre important de la culture de Yangshao (5000 à ) et les premiers villages sont fondés. Plus tard, la culture de Yangshao est remplacée par la culture de Longshan, également centrée sur le Fleuve Jaune de 3000 à [87] Les plus anciens artefacts en bronze ont été trouvés dans des sites de la culture de Majiayao (3100 à )[88],[89].

La civilisation chinoise commence durant la seconde phase de la culture d'Erlitou (1900 à ), laquelle est considérée comme le premier stade d'organisation étatique en Asie de l'Est[90]. Un intense débat existe quant à savoir si Erlitou est en relation avec la dynasite semi-légendaire de Xia. La dynastie de Xia (2070 - ) est la première décrite dans les documents chinois anciens, tels que les Annales de Bambou, publiées plus d'un millénaire plus tard durant la période de la Dynastie Zhou de l'Ouest. Quoique Xia soit un élément important dans l'historiographie chinoise, il n'existe pas de preuves archéologiques permettant de corroborer son existence. Erlitou voit un développement de la métallurgie du bronze et de l'urbanisation et devient rapidement un centre régional, abritant un complexe palatial qui montre l'existence d'une stratification sociale[91]. La dynastie chinoise la plus ancienne pour laquelle nous disposons de preuves archéologiques et écrites est celle de Shang (1600 - ). Les sites de Shang ont livré les artefacts les plus anciens connus d'os présentant des signes de la langue chinoise écrite (écriture ossécaille), servant sans doute à la divination. Ces inscriptions fournissent un intéressant aperçu de plusieurs aspects de la politique, de l'économie, des pratiques religieuses et de la médecine de cette période ancienne de la civilisation chinoise[92]. Quelques historiens avancent qu'Erlitou peut être considérée comme la plus ancienne phase de la dynastie de Shang. La National Gallery of Art, un important musée américain, date la période du bronze en Chine de 2000 à , période qui commence avec la culture d'Erlitou et se termine brutalement avec l'effondrement de la dynastie Zhou de l'Ouest[93]. La culture de Sanxingdui est une autre société de l'âge du bronze chinois, contemporaine de la dynastie de Shang, ayant développé des méthodes différentes de travail du bronze[94][source insuffisante].

La dynastie de Shang est suivie de celle de Zhou (de 1046 à ). La succession de dynasties (cycle dynastique) est une théorie importante de l'histoire chinoise. Cette théorie postule une continuité dans l'histoire de la Chine, depuis ses débuts jusqu'à aujourd'hui, au travers de la succession des empires et des dynasties. Les empereurs légitimaient leur règne en invoquant un Mandat du Ciel[95],[96]. Durant la dynastie de Zhou, l'écriture chinoise évolue vers une forme presque moderne, l'écriture des clercs, qui émerge à l'époque tardive de la période des Royaumes combattants[97]. En , la Chine est unifiée, politiquement et culturellement, en un vaste empire centralisé, correspondant à la dynastie Qin, fondée par l'empereur Qin Shi Huang. Les dynasties qui se succèdent développent un système bureaucratique qui permet à l'empereur de Chine de gouverner un vaste territoire à partir d'un lieu central de pouvoir[98],[99].

Nouveau mondeModifier

Andes centralesModifier

 
Caral, la plus ancienne civilisation connue des Amériques.
  Image externe
  Carte des sites de la civilisation de Caral.

Les plus anciens témoignages d'agriculture dans la région andine datent de à El Brujo et Paredones[100],[101],[102]. Les canaux d'irrigation les plus anciens d'Amérique du Sud datent de 4700 à dans la vallée de la Zaña, au nord du Pérou actuel[103]. Les plus anciens sites urbains, d'Amérique du Nord et du Sud, sont datés de  ; ils se situent à Huaricanga, dans la vallée de la Fortaleza, dans le nord du Pérou actuel[3], et à Sechin Bajo (en), près de la rivière Sechín[104],[105].

La civilisation de Caral proprement dite naît vers  ; c'est à ce moment qu'est clairement attesté un peuplement à large échelle et qu'apparaissent des constructions communautaires réparties sur de multiples sites[106]. En ce début de xxie siècle, c'est la plus ancienne civilisation connue dans les Amériques. Elle fleurit à la confluence de trois cours d'eau, la Fortaleza, la Pativilca et la Supe. Chaque vallée recèle plusieurs groupes de sites. Plus au sud, quelques sites associés se trouvent dans la vallée de la Huaura.

Les implantations les plus notables sont la cité de Caral, le site de la période pré-céramique le plus grand et le plus complexe, ainsi qu'Aspero[107]. La civilisation de Caral est inhabituelle car la céramique y manque complètement et elle n'a apparemment aucun art visuel. Elle propose toutefois d'impressionnantes réalisations architecturales, des plateformes terrassées et des places circulaires creusées, ainsi qu'une industrie textile avancée[3],[108]. Par ailleurs, il n'existe pas de traces de structures défensives ou guerrières[109]. À l'origine, on pensait que cette civilisation s'était développée en s’appuyant sur des ressources alimentaires tirées de la mer plutôt que sur la culture des céréales. Cette hypothèse du fondement maritime de la civilisation andine fait l'objet de vifs débats ; les chercheurs admettent désormais, pour la plupart, que l’agriculture joua un rôle central dans ces civilisations tout en concédant une forte dépendance alimentaire aux protéines venant des produits de la mer[110],[111],[112]. Les quipus, système d'enregistrement basé sur des cordelettes à nœuds, découverts à Caral, peuvent être considérés comme une forme de proto-écriture[113] ; leur usage à Caral et dans les cultures andines ultérieures a été largement débattu[3]. Par ailleurs, l'image d'un « dieu aux bâtons » a été trouvée sur une gourde ; c'est une déité majeure des cultures andines ultérieures et cette convergence religieuse suggère qu'il existe un lien culturel entre Caral et les civilisations qui suivirent[114],[115].

Vers , la civilisation de Caral commence à décliner, d'autres centres importants apparaissent au sud et au nord le long de la côte ainsi qu'à l'est, dans la cordillère des Andes[116]. La céramique se développe dans le bassin amazonien et se diffuse dans la culture andine aux alentours de La civilisation la plus importante qui émerge ensuite dans les Andes est la culture de Chavín, nommée d'après le site de Chavín de Huántar, dans les hautes-terres andines de l'actuelle région d'Ancash, au Pérou ; ce site date sans doute de [117]

MésoamériqueModifier

 
Foyers de la civilisation Olmèque.

Les grottes de Coxcatlan (en), dans la vallée de Tehuacán (actuel Mexique), recèlent des preuves de l'existence de l'agriculture à cet endroit, datant de 5000 à [118] De la même manière, des sites, tel celui de Sipacate au Guatémala, contenaient des pollens de maïs datant de [119] On considère que la complète domestication du maïs date d'environ [120] À cette époque, les Mésoaméricains se partageaient probablement entre de petits campements de chasse et de grands villages temporaires[121]. Ce qui deviendra la civilisation Olmèque plonge ses racines dans les premières cultures agricoles de piment, entre 5100 et [122]

L'émergence de la civilisation Olmèque est datée de 1600 ou Les premiers artefacts caractéristiques se trouvent dans la cité de San Lorenzo, dans l’actuel Mexique, et la culture correspondante atteint son plein développement vers Sa croissance est facilitée par l'écologie locale, caractérisée par des sols alluviaux bien arrosés, ainsi que par l’existence du réseau de communication lié au complexe fluvial de la rivière Coatzacoalcos[122]. Cet environnement permet un peuplement dense, qui favorise l'émergence d'une élite sociale, laquelle crée une demande pour les objets luxueux et raffinés qui caractérisent la culture olmèque[123]. Beaucoup de ces objets sont faits de matériaux tels que le jade, l'obsidienne et la magnétite, qui venaient de sources éloignées, ce qui permet de penser que l'élite olmèque eut tôt accès à un réseau extensif de commerce en Mésoamérique. L'aspect le plus connu de la culture olmèque est sans doute son art, particulièrement les têtes colossales[124].

La cité de San Lorenzo est presque complètement abandonnée vers , à peu près au moment où La Venta monte en puissance. Une destruction massive des monuments de San Lorenzo intervient vers La Venta devient le centre de la culture olmèque, avec des constructions monumentales telle la « grande pyramide de La Venta », jusqu'à son abandon vers [124],[122] Les causes exactes du déclin des Olmèques sont incertaines. Entre 400 et , la population de la moitié Est de la zone culturelle olmèque décroît brutalement[125]. Ce phénomène résulte probablement de changements environnementaux qui rendent la région impropre au maintien de grands groupes d'agriculteurs, en particulier des changements dans le tracé des rivières dont ils dépendaient pour l'agriculture, la chasse, la cueillette et les transports. Ces changements ont sans doute été déclenchés par des mouvements tectoniques de soulèvement ou d'affaissement, ou par l’ensablement des rivières causé par les pratiques agricoles[124],[122]. Quelques centaines d'années après l'abandon des cités olmèques, les cultures qui suivent sont fermement établies. Le site de Tres Zapotes, situé à l'ouest de la zone olmèque, est occupé dès avant , mais ne présente pas les caractéristiques de la culture olmèque. Cette culture post-olmèque, souvent appelée « épi-olmèque », montre des traits culturels semblables à ceux d'Izapa, distant de quelque 500 km au sud-est[126].

La culture olmèque est parfois considérée comme la « culture mère » de la Mésoamérique ; c'est la première civilisation et elle a laissé de nombreuses bases aux civilisations qui la suivirent[127] bien que l'influence olmèque sur les cultures mésoaméricaines ait été longuement discutée[128]. Les pratiques introduites par les Olmèques comprennent les saignées rituelles et le jeu de balle mésoaméricain, traits culturels caractéristiques qu'on retrouve chez les Mayas et les Aztèques[127]. Le système d'écriture mésoaméricain ne sera pleinement développé que plus tard ; toutefois, les céramiques olmèques tardives montrent des représentations, considérées comme des codex, apparentées à ce système[122].

Frise chronologiqueModifier

Le schéma suivant présente les dates approximatives de l’émergence des civilisations. Ce calendrier ne traite pas du début de l'habitat humain, du début des groupes ethniques ni du développement des cultures néolithiques qui se sont souvent manifestées beaucoup plus tôt que l'émergence des civilisations proprement dites.

Civilisation mayaOlmèquesHistoire du PérouChavín (culture)Histoire du PérouCivilisation de CaralDynastie Jin (265-420)Dynastie HanDynastie QinDynastie ZhouDynastie ShangCulture d'ErlitouAntiquité et Moyen Âge indienPériode védiqueCivilisation de la vallée de l'IndusPériode romaine de l'ÉgypteLagides

Nouvel Empire égyptien

Ancien Empire égyptienPériode thiniteCulture de NagadaHistoire de l'IranAssyrieBabyloneEmpire d'AkkadSumer

Sources :

Berceau de la civilisation occidentaleModifier

Le Colisée et l'Acropole, symboles du monde gréco-romain.
Le Colisée
Via l'Empire romain, la culture grecque s'est diffusée dans toute l'Europe.

Il existe un consensus académique pour considérer que la Grèce antique est la culture qui pose les fondements de la culture occidentale : démocratie, art, théâtre, philosophie et science. On la considère donc comme le berceau de la civilisation occidentale[4],[129],[130],[131],[132],[133],[134],[135],[136],[137],[138].

Aux côtés de la Grèce, Rome est parfois considérée aussi comme le lieu de naissance ou le berceau de la civilisation occidentale, eu égard au rôle que la cité a joué en politique, républicanisme, lois, architecture, art de la guerre et christianisme occidental[139],[140],[141],[142].

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Samuel Noah Kramer, Anchor Paperback, Doubleday Anchor Books,
  • (en) Samuel Noah Kramer, Cradle of Civilization, Little Brown & Co, (ISBN 0-316-32617-8)
  • (en) Georg Feuerstein, In Search of the Cradle of Civilization, Quest Books, (ISBN 0-8356-0741-0)
  • (en) Ethel Hofflund, The Cradle of Civilization (Lifepac History & Geography Grade 6), Alpha Omega Publications, (ISBN 0-86717-552-4)

RéférencesModifier


  1. (en) Charles Keith Maisels, The Near East : archaeology in the "cradle of civilization", New York, Routledge, , 241 p. (ISBN 0-415-04742-0, lire en ligne).
  2. (en) Robert E. Murowchick, Cradles of Civilization-China : Ancient Culture, Modern Land, University of Oklahoma Press, .
  3. a b c d et e (en) Charles C. Mann, 1491 : New Revelations of the Americas Before Columbus [« 1491 : Nouvelles Révélations sur les Amériques avant Christophe Colomb »], Vintage Books, (réimpr. 2006) (ISBN 1-4000-3205-9), p. 199–212.
  4. a et b (en) Maura Ellyn et Maura McGinnis, Greece : A Primary Source Cultural Guide, The Rosen Publishing Group, (ISBN 978-0-8239-3999-2, lire en ligne), p. 8.
  5. (en) William Haviland, Cultural Anthropology : The Human Challenge, Cengage Learning, (lire en ligne), p. 250.
  6. a et b (en) Bruce G. Trigger, Understanding Early Civilizations : A Comparative Study, Cambridge University Press, .
  7. (zh) Shengyi (勝義) Lin (林) et Xianrong (顯榮) He (何), 臺灣--人類文明原鄉 [« Taiwan. Le berceau de la civilisation »], Taipei, Taiwan fei die xue yan jiu hui (台灣飛碟學硏究會),‎ (ISBN 978-957-3018-80-3, OCLC 52945170).
  8. (en) Edward H. Carr, What is History?, (ISBN 0-14-020652-3), p. 108.
  9. (en) Encyclopedia Britannica, vol. 26, 15e éd., p. 62–63.
  10. (en) Robert Guisepi, « The Rise Of Civilization In The Middle East And Africa », sur history-world.org, (consulté le 9 janvier 2017).
  11. (en) Henry T. Wright, « Rise of Civilizations: Mesopotamia to Mesoamerica », Archaeology, vol. 42, no 1,‎ , p. 46–48, 96–100.
  12. (en) « AP World History », College Board (consulté le 9 janvier 2017).
  13. (en) « World History Course Description », College Board (consulté le 9 janvier 2017).
  14. (en) « Civilization », The Columbia Encyclopedia (consulté le 9 janvier 2017).
  15. (en) Eric Edwin, « City », sur britannica.com, (consulté le 9 janvier 2017).
  16. (en) Robert J. Hommon, The Ancient Hawaiian State : Origins of a Political Society, Oxford University Press, .
  17. (en) Douglas J. Kennett et Bruce Winterhalder, Behavioral Ecology and the Transition to Agriculture, University of California Press, (ISBN 978-0-520-24647-8), p. 121 et sq.
  18. a et b (en) Peter Bellwood, First Farmers : The Origins of Agricultural Societies, Wiley-Blackwell, .
  19. (en) Akhilesh Pillalamarri, « Exploring the Indus Valley's Secrets », The diplomat, (consulté le 10 janvier 2017).
  20. (en) « Jericho », Encyclopædia Britannica.
  21. (en) « Pre-Historic Ubaid Culture (5500-4000 BC) », sur ancientneareast.tripod.com (consulté le 10 janvier 2017).
  22. (en) Robert MCC Adams et Henry T. Wright, « Concluding Remarks », dans Elizabeth Henrickson et Ingolf Thuesen (éds.), Upon This Foundation - The ’Ubaid Reconsidered, Copenhagen, Museum Tusculanum Press, , p. 451-456.
  23. (en) Robert A. Carter et Graham Philip, Beyond the Ubaid : Transformation and Integration in the Late Prehistoric Societies of the Middle East, The Oriental Institute of the University of Chicago, coll. « Studies in Ancient Oriental Civilization » (no 63), (ISBN 978-1-885923-66-0, présentation en ligne), p. 2 — Les données radiométriques suggèrent que toute la période Obeïd en Mésopotamie du Sud, y compris Obeïd 0 et 5, est d'une durée considérable, s'étendant sur près de trois millénaires, d'environ 6500 à 3800 av. J.-C.
  24. (en) Susan Pollock, Ancient Mesopotamia : The Eden that Never Was, New York, Cambridge University Press, , 259 p. (ISBN 0-521-57334-3).
  25. (en) Gwendolyn Leick, Mesopotamia : The Invention of the City, Penguin Books, .
  26. (en) Robert A. Carter et Graham Philip, « Deconstructing the Ubaid », dans Robert A. Carter et Graham Philip (éds.), Beyond the Ubaid: Transformation and Integration in the Late Prehistoric Societies of the Middle East, Chicago, The Oriental Institute of the University of Chicago, , p. 2.
  27. (en) Harriet E. W. Crawford, Sumer and the Sumerians, Cambridge University Press, , 2e éd.
  28. (en) Joshua J. Mark, « Cuneiform », Ancient History Encyclopedia, .
  29. (en) William L. Langer, An Encyclopedia of World History, Boston, MA., Houghton Mifflin, .[source insuffisante].
  30. a et b (en) Alexander Pruß, « Remarks on the Chronological Periods », dans Marc Lebeau et Martin Sauvage, Atlas of Preclassical Upper Mesopotamia, vol. 13, (ISBN 2503991203), p. 7–21.
  31. (en) J.N. Postgate, Early Mesopotamia. Society and Economy at the Dawn of History, Londres, Routledge, (ISBN 978-0-415-11032-7).
  32. (en) M. van de Mieroop, A History of the Ancient Near East, ca. 3000-323 BCE, Malden, Blackwell, (ISBN 978-0-631-22552-2 et 0-631-22552-8).
  33. (en) Harriet E. W. Crawford, Sumer and the Sumerians, Cambridge University Press, , 2e éd., p. 73-74.
  34. (en) Georges Roux, Ancient Iraq, Penguin Books, coll. « Penguin history », (ISBN 978-0-14-012523-8), p. 502.
  35. (en) Fred S. Kleiner et Christin J. Mamiya, Gardner's Art Through the Ages : The Western Perspective, vol. 1, Belmont, California, USA, Thomson Wadsworth, , 12e éd. (ISBN 0-495-00479-0), p. 22–23.
  36. (en) D. T. Potts, The archaeology of Elam : formation and transformation of an ancient Iranian state, Cambridge, Cambridge University Press, , 490 p. (ISBN 0-521-56358-5), p. 46.
  37. (en) Elizabeth Carter et Matthew W. Stolper, Elam : surveys of political history and archaeology, University of California Press, , p. 3.
  38. (en) Hans Heinrich Hock et Brian D. Joseph, Language History, Language Change, and Language Relationship : An Introduction to Historical and Comparative Linguistics, Walter de Gruyter, , 2e éd. (ISBN 978-3-11-021429-1, lire en ligne), p. 69.
  39. (en) Amalia Gnanadesikan, The Writing Revolution : Cuneiform to the Internet, John Wiley & Sons, (ISBN 978-1-4443-0468-8, présentation en ligne), p. 25.
  40. (en) Guy Deutscher, Syntactic Change in Akkadian : The Evolution of Sentential Complementation, Oxford University Press US, (ISBN 978-0-19-953222-3, présentation en ligne), p. 20–21.
  41. (en) C. Woods, « Bilingualism, Scribal Learning, and the Death of Sumerian », dans S.L. Sanders (éd.), Margins of Writing, Origins of Culture, Chicago, , PDF (lire en ligne), p. 91–120.
  42. (en) Margaret Munn-Rankin, « Assyrian Military Power, 1300–1200 B.C. », dans I. E. S. Edwards (éd.), Cambridge Ancient History, vol. 2 : History of the Middle East and the Aegean Region, c. 1380–1000 BCE, Cambridge University Press, , partie 2, p. 287–288, 298.
  43. (en) Christopher Morgan et Mark William Chavalas (éd.), The ancient Near East : historical sources in translation, Blackwell Publishing, , p. 145–152.
  44. (en) Barich et al., « Ecological and Cultural Relevance of the Recent New Radiocabon dates from Libyan Sahara », dans L. Krzyzaniak et M. Kobusiewicz (éds.), Origin and Early Development of Food-Producing Cultures in Northeastern Africa, Poznan, Poznan Archaeological Museum, , p. 411–417.
  45. (en) William C. Hayes, « Most Ancient Egypt: Chapter III. The Neolithic and Chalcolithic Communities of Northern Egypt », Journal of Near Eastern Studies, vol. 23, no 4,‎ , p. 217–272 (DOI 10.1086/371778).
  46. (en) Barbara E. Barich, People, Water and Grain : The Beginnings of Domestication in the Sahara and the Nile Valley, Rome, L'Erma di Bretschneider, (présentation en ligne).
  47. (en) Gordon Childe, New Light on the Most Ancient Near East, Praeger Publications, .
  48. (en) Barbara G. Aston, James A. Harrell et Ian Shaw, « Stone », dans Paul T. Nicholson et Ian Shaw (éds.), Ancient Egyptian Materials and Technology, Cambridge, , p. 46–47.
  49. (en) Barbara G. Aston, « Ancient Egyptian Stone Vessels », Studien zur Archäologie und Geschichte Altägyptens, Heidelberg, no 5,‎ , p. 23–26.
  50. (en) « Obsidian », sur digitalegypt.ucl.ac.uk.
  51. (en) « The origin of obsidian used in the Naqada Period in Egypt », sur digitalegypt.ucl.ac.uk.
  52. (en) L. Adkins et R. Adkins, The Little Book of Egyptian Hieroglyphics, Londres, Hodder and Stoughton, , p. 155.
  53. a et b (en) Ian Shaw, The Oxford History of Ancient Egypt, Oxford, Oxford University Press, , 512 p. (ISBN 0-19-815034-2), p. 479.
  54. a b c d et e (en) Donald B. Redford, Egypt, Canaan, and Israel in Ancient Times, Princeton University Press, .
  55. a et b (en) G. H. Gardiner, Egypt of the Pharaohs : An Introduction, Oxford University Press, .
  56. (en) L. Adkins et R. Adkins, The Little Book of Egyptian Hieroglyphics, Londres, Hodder and Stoughton, .
  57. (en) Raphael Patai, Children of Noah : Jewish Seafaring in Ancient Times, Princeton University Press, .
  58. (en) Carl Roebuck, The World of Ancient Times, New York, Charles Scribner's Sons Publishing, .
  59. (en) « Early Dynastic Egypt », Digital Egypt for Universities, University College London (consulté le 11 janvier 2017).
  60. James (2005) p. 40 [source insuffisante].
  61. (en) Ian Shaw, The Oxford History of Ancient Egypt, Oxford University Press, .
  62. (en) Fekri Hassan, « The Fall of the Egyptian Old Kingdom », British Broadcasting Corporation (consulté le 10 janvier 2017).
  63. (en) Peter A. Clayton, Chronicle of the Pharaohs, Londres, Thames and Hudson, .
  64. (en) Rohan Dua, « Haryana's Bhirrana oldest Harappan site, Rakhigarhi Asia's largest: ASI », Times of India,‎ (lire en ligne).
  65. (en) Dorian Fuller, « Agricultural Origins and Frontiers in South Asia: A Working Synthesis », Journal of World Prehistory, no 20,‎ , p. 1-86 (p. 42) (DOI 10.1007/s10963-006-9006-8, lire en ligne).
  66. (en) Rakesh Tewari et al., « Second Preliminary Report of the excavations at Lahuradewa, District Sant Kabir Nagar, UP 2002-2003-2004 & 2005-06 », Pragdhara, no 16,‎ , p. 28 (lire en ligne).
  67. (en) « Archaeological Site of Mehrgarh », sur whc.unesco.org, UNESCO World Heritage, .
  68. (en) K. Kris Hirst, « Mehrgarh, Pakistan - Life in the Indus Valley Before Harappa : The Roots of the Chalcolithic Indus Civilization », .
  69. (en) Asko Parpol, The Roots of Hinduism : The Early Aryans and the Indus Civilisation, Oxford University Press, .
  70. (en) Peter T. Daniels, The World's Writing Systems, Oxford University, p. 372.
  71. (en) Asko Parpola, Deciphering the Indus Script, New York, Cambridge University Press, , 374 p. (ISBN 0-521-43079-8).
  72. (en) B. K. Thapar, « Kalibangan: A Harappan Metropolis Beyond the Indus Valley », Expedition, vol. 17, no 2,‎ , p. 19–32.
  73. (en) « Evidence for Patterns of Selective Urban Migration in the Greater Indus Valley (2600-1900 BCE): A Lead and Strontium Isotope Mortuary Analysis », Plos One,‎ (lire en ligne).
  74. (en) Subodh Varma, « Indus Valley people migrated from villages to cities: New study », Times of India,‎ (lire en ligne).
  75. (en) D. P. Bhattacharya, « Indus re-enters India after two centuries, feeds Little Rann, Nal Sarovar », India Today,‎ (lire en ligne).
  76. (en) Raj Pruthi, Prehistory and Harappan Civilization, APH Publishing, (lire en ligne), p. 260.
  77. (en) A.E.J. Morris, History of Urban Form : Before the Industrial Revolutions, New York, NY, Routledge, , 3e éd. (ISBN 978-0-582-30154-2, lire en ligne), p. 31.
  78. (en) « Indus Collapse: The End or the Beginning of an Asian Culture? », Science Magazine, vol. 320,‎ , p. 1282–1283.
  79. (en) Edwin Bryant, The Quest for the Origins of Vedic Culture : The Indo-Aryan Migration Debate, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-516947-8), p. 159–160.
  80. (en) David Gordon White, Kiss of the Yogini : "Tantric sex" in its South Asian contexts, Chicago, University of Chicago Press, , 372 p. (ISBN 0-226-89483-5), p. 28.
  81. (en) « Rice and Early Agriculture in China », Legacy of Human Civilizations, Mesa Community College (consulté le 11 janvier 2017).
  82. (en) Paola Demattè, « Longshan-Era Urbanism: The Role of Cities in Predynastic China » [PDF], sur scholarspace.manoa.hawaii.edu/ (consulté le 11 janvier 2017).
  83. a et b (en) Heather Pringle, « The Slow Birth of Agriculture », Science, vol. 282,‎ , p. 1446 (DOI 10.1126/science.282.5393.1446, lire en ligne).
  84. (en) Paul Rincon, « 'Earliest writing' found in China », BBC News,‎ (lire en ligne).
  85. (en) X. Li, Garman Harbottle, Zhang Juzhong et Wang Changsui, « The earliest writing? Sign use in the seventh millennium BCE at Jiahu, Henan Province, China », Antiquity, vol. 77, no 295,‎ , p. 31–44.
  86. (en) « Peiligang Site », Ministère de la culture de République populaire de Chine, (consulté le 11 janvier 2017).
  87. (en) Richard R. Wertz, « Neolithic and Bronze Age Cultures », Exploring Chinese History, ibiblio, (consulté le 11 janvier 2017).
  88. (en) I. Peter Martini, Landscapes and Societies : Selected Cases, Springer, (ISBN 978-90-481-9412-4 et 90-481-9412-1), p. 310.
  89. (en) Charles Higham, Encyclopedia of ancient Asian civilizations, New York, Infobase Publishing, , 440 p. (ISBN 0-8160-4640-9), p. 200.
  90. (en) « Erlitou culture », .
  91. (en) L. Liu et H. Xiu, « Rethinking Erlitou: legend, history and Chinese archaeology », Antiquity, vol. 81, no 314,‎ , p. 886-901 (DOI 10.1017/S0003598X00095983).
  92. (en) William Howells, « Origins of the Chinese People: Interpretations of recent evidence », dans David N. Keightley, The Origins of Chinese Civilization, University of California Press, (ISBN 978-0-520-04229-2), p. 297–319.
  93. (en) « Bronze Age China », sur nga.gov (consulté le 12 janvier 2017).
  94. Sanxingdui Museum (2006) [source insuffisante].
  95. (en) « Dynastic cycle », dans Michael Dillon, China: A Historical and Cultural Dictionary, Richmond, Surrey, Curzon, (ISBN 0700704396, lire en ligne), p. 87.
  96. (en) John K. Fairbank et Edwin O. Reischauer, East Asia : The Great Tradition, Boston, Houghton Mifflin (1re éd. 1960), p. 115.
  97. (en) Qiu Xigui (trad. du chinois par Mattos et Norman), Chinese Writing [« 文字學概論 »], Berkeley, The Society for the Study of Early China and the Institute of East Asian Studies, University of California, coll. « Early China Special Monograph Series » (no 4),‎ (ISBN 1-55729-071-7).
  98. (en) John K. Fairbank et Kwang-Ching Liu, The Cambridge History of China, Cambridge University Press, .
  99. (zh) Bai Yang, 中国帝王皇后亲王公主世系录 [« Généalogie des Empereurs et Impératrices de Chine et de leurs descendants »], 中国友谊出版公司 Friendship Publishing Corporation of China,‎ (ISBN 978-7-203-05971-4).
  100. (en) « Popcorn Was Popular in Ancient Peru, Discovery Suggests »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur history.com, .
  101. (en) « Study suggests ancient Peruvians 'ate popcorn' », BBC News, (consulté le 12 janvier 2017).
  102. (en) A. Grobman, D. Bonavia, T. D. Dillehay, D. R. Piperno, J. Iriarte et I. Holst, « Preceramic maize from Paredones and Huaca Prieta, Peru », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 109, no 5,‎ , p. 1755 (DOI 10.1073/pnas.1120270109).
  103. (en) Tom D. Dillehay, Herbert H. Eling Jr. et Jack Rossen, « Preceramic Irrigation Canals in the Peruvian Andes », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, National Academy of Sciences, vol. 102, no 47,‎ , p. 17241–44 (ISSN 0027-8424, PMID 16284247, PMCID 1288011, DOI 10.1073/pnas.0508583102).
  104. (en) « Oldest Urban Site in the Americas Found, Experts Claim », National Geographic News,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2017).
  105. (en) Andrew Whalen (Associated Press), « Ancient ceremonial plaza found in Peru », sur makinganthropologypublic.com (consulté le 12 janvier 2017).
  106. (en) Jonathan Haas, Winifred Creamer et Alvaro Ruiz, « Dating the Late Archaic occupation of the Norte Chico region in Peru », Nature, vol. 432, no 7020,‎ , p. 1020–1023 (PMID 15616561, DOI 10.1038/nature03146).
  107. (en) Charles C. Mann, « Oldest Civilization in the Americas Revealed », Science, vol. 307, no 5706,‎ , p. 34–35 (PMID 15637250, DOI 10.1126/science.307.5706.34).
  108. (en) « Oldest city in the Americas », BBC News, (consulté le 12 janvier 2017).
  109. (en) Jonathan Haas, Winifred Creamer et Alvaro Ruiz, « Power and the Emergence of Complex Polities in the Peruvian Preceramic », Archaeological Papers of the American Anthropological Association, vol. 14, no 1,‎ , p. 37–52 (DOI 10.1525/ap3a.2004.14.037).
  110. (en) Daniel H. Sandweiss et Michael E. Moseley, « Amplifying Importance of New Research in Peru », Science, vol. 294, no 5547,‎ , p. 1651–1653 (PMID 11724063, DOI 10.1126/science.294.5547.1651d).
  111. (en) Michael Moseley, « The Maritime Foundations of Andean Civilization: An Evolving Hypothesis », The Hall of Ma'at (consulté le 13 janvier 2017).
  112. (en) Michale Moseley, The Maritime Foundations of Andean Civilization, Menlo Park, Cummings, (ISBN 0-8465-4800-3).
  113. (en) Charles C. Mann, « Unraveling Khipu's Secrets », Science, vol. 309, no 5737,‎ , p. 1008–1009 (PMID 16099962, DOI 10.1126/science.309.5737.1008).
  114. (en) Hanna Hoag, « Oldest evidence of Andean religion found », Nature News,‎ (DOI 10.1038/news030414-4).
  115. (en) Jeff Hecht, « America's oldest religious icon revealed », New Scientist,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2017).
  116. (en) « Archaeologists shed new light on Americas’ earliest known civilization », Northern Illinois University, (consulté le 13 janvier 2017).
  117. (en) Richard L. Burger, Chavin and the Origins of Andean Civilization, Thames and Hudson, (ISBN 978-0-500-27816-1, présentation en ligne).
  118. (en) Deborah L. Nichols et Christopher A. Pool, The Oxford Handbook of Mesoamerican Archaeology, Oxford University Press, .
  119. (en) Wade Roush, « Archaeobiology: Squash Seeds Yield New View of Early American Farming », Science, American Association For the Advancement of Science, vol. 276, no 5314,‎ , p. 894–895 (DOI 10.1126/science.276.5314.894, lire en ligne).
  120. (en) Bruce G. Trigger, Wilcomb E. Washburn et Richard E. W. Adams, The Cambridge History of the Native Peoples of the Americas, Cambridge, England, Cambridge University Press, .
  121. (en) « Coxcatalan phase », Encyclopédia Britannica online.
  122. a b c d et e Diehl, Richard A. (2004). The Olmecs : America's First Civilization. London: Thames and Hudson
  123. (en) Roger B. Beck, Linda Black, Larry S. Krieger, Phillip C. Naylor et Dahia Ibo Shabaka, World History : Patterns of Interaction, Evanston, IL, McDougal Littell, (ISBN 0-395-87274-X).
  124. a b et c (en) Christopher A. Pool, Olmec Archaeology and Early Mesoamerica, Cambridge University Press, coll. « Cambridge World Archaeology », .
  125. (en) Christopher Nagy, « The Geoarchaeology of Settlement in the Grijalva Delta », dans Barbara L. Stark et Philip J. Arnold III, Olmec to Aztec: Settlement Patterns in the Ancient Gulf Lowlands, Tucson, University of Arizona Press, , p. 253–277.
  126. (en) Michael D. Coe, America's First Civilization : Discovering the Olmec, New York, The Smithsonian Library, .
  127. a et b (en) Michael D. Coe et Rex Koontz, Mexico : from the Olmecs to the Aztecs, Thames & Hudson, , 5e éd..
  128. (en) John Noble Wilford, « Mother Culture, or Only a Sister? », The New York Times,‎ .
  129. (en) John E. Findling et Kimberly D. Pelle, Encyclopedia of the Modern Olympic Movement, Greenwood Publishing Group, (ISBN 978-0-313-32278-5, lire en ligne), p. 23
  130. (en) Wayne C. Thompson et Mark H. Mullin, Western Europe, 1983, Stryker-Post Publications (lire en ligne), p. 337
  131. (en) Frederick Copleston, History of Philosophy, vol. 1 : Greece and Rome, A&C Black, (ISBN 978-0-8264-6895-6, lire en ligne), p. 13
  132. (en) Mario Iozzo, Art and History of Greece : And Mount Athos, Casa Editrice Bonechi, (ISBN 978-88-8029-435-1, lire en ligne), p. 7 — The capital of Greece, one of the world's most glorious cities and the cradle of Western culture
  133. (en) Marxiano Melotti, The Plastic Venuses : Archaeological Tourism in Post-Modern Society, Cambridge Scholars Publishing, (ISBN 978-1-4438-3028-7, lire en ligne), p. 188 — In short, Greece, despite having been the cradle of Western culture, was then an “other” space separate from the West.
  134. (en) Stanley Mayer Burstein, Current Issues and the Study of Ancient History, Regina Books, (ISBN 978-1-930053-10-6, lire en ligne), p. 15 — and making Egypt play the same role in African education and culture that Athens and Greece do in Western culture.
  135. (en) Murray Milner, Jr., Elites : A General Model, John Wiley & Sons, (ISBN 978-0-7456-8950-0, lire en ligne), p. 62 — Greece has long been considered the seedbed or cradle of Western civilization.
  136. (en) Slavica viterbiensia 003 : Periodico di letterature e culture slave della Facoltà di Lingue e Letterature Straniere Moderne dell'Università della Tuscia, Gangemi Editore spa, (ISBN 978-88-492-6909-3, lire en ligne), p. 148 — The Special Case of Greece. The ancient Greece was a cradle of the Western culture,
  137. (en) Kim Covert, Ancient Greece : Birthplace of Democracy, Capstone, (ISBN 978-1-4296-6831-6, lire en ligne), p. 5 — Ancient Greece is often called the cradle of western civilization. […] Ideas from literature and science also have their roots in ancient Greece.
  138. (en) Ricardo Duchesne, The Uniqueness of Western Civilization, Leiden/Boston, BRILL, , 527 p. (ISBN 978-90-04-19248-5 et 90-04-19248-4, lire en ligne), p. 297 — The list of books which have celebrated Greece as the “cradle” of the West is endless; two more examples are Charles Freeman's The Greek Achievement: The Foundation of the Western World (1999) and Bruce Thornton's Greek Ways: How the Greeks Created Western Civilization (2000).
  139. (en) Henry Turner Inman, Rome : the cradle of western civilisation as illustrated by existing monuments (1re éd. 1923) (ISBN 978-1-177-73853-8, présentation en ligne)
  140. (en) Michael Ed. Grant, The Birth Of Western Civilisation, Greece & Rome, (présentation en ligne)
  141. (en) George Huxley et al., The Birth of Western Civilization : Greece and Rome, McGraw-Hill, (ISBN 978-0-500-04003-4, présentation en ligne)
  142. (en) « 1835 Bradford Map of the Ancient Cities of Athens, Rome, Jerusalem and the Sinai Peninsula », sur geographicus.com (consulté le 14 janvier 2017)