Benvenuto Tisi

peintre italien

Benvenuto Tisi ou Il Garofalo, né en 1481 à Garofalo (hameau de Canaro près de Ferrare) en Italie, mort le à Ferrare, est un peintre maniériste italien de l'école de Ferrare.

Benvenuto Tisi
Benvenuto Tisi da Garofalo Rovigo.jpg
Naissance
Décès
Activité
Lieux de travail
Le Sommeil de l'Enfant Jésus, au Louvre

BiographieModifier

Élève de Domenico Panetti et de Boccaccio Boccaccino, il fit un voyage à Venise en 1508 et ensuite à Rome entre 1508 et 1511.

À son retour, bien considéré grâce à sa ferveur religieuse, il reçut de nombreuses commandes et fut attaché à la cour du duc d'Este. Parmi d'autres œuvres, telles que La Madone du Repos en 1525, pour Lionello del Pero, il réalisa des fresques pour le palais du séminaire en 1520, et pour le palais Costabili. Il exécuta des ensembles décoratifs dans les demeures d'Este, malheureusement perdus, et de nombreux retables pour des chapelles privées, des églises et des couvents de Ferrare et des cités voisines.

Il fut l'ami de Raphaël et imita si bien sa manière que ses tableaux Vierge et l'Enfant ont souvent été attribués à ce grand maître.

Il avait déjà perdu la vision de l'œil droit en 1531, ce qui l'avait contraint à céder temporairement le pinceau à Dosso Dossi pour la réalisation du retable de saint André. En 1550, totalement frappé de cécité, il fut obligé de se retirer et de rester inactif les neuf dernières années de sa vie[1].

StyleModifier

L'attribution de diverses œuvres est disputée avec Ortolano Ferrarese qui possède un style similaire.

Roberto Longhi souligne la parenté de ses paysages avec ceux de Giorgione, mais considère que la qualité de ses tableaux dérive vers le formalisme à partir de 1515[2].

Par allusion à son surnom, Garofalo, qui dérive de « garofano » (œillet en italien), il a peint un œillet sur ses œuvres originales.

ŒuvresModifier

 
Vierge à l'Enfant et saint Jérôme (vers 1530) au Dallas Museum of Art

Notes et référencesModifier

  1. Irène Graziani, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Éditions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 646
  2. Longhi 1991, p. 88-89.
  3. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXe siècle, Musée du Louvre Editions, , 308 p. (ISBN 2-35031-032-9), p.298
  4. a et b Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p.235
  5. Nancy Grubb (trad. de l'anglais), Figures d’anges : Messagers célestes à travers les arts, New York/Paris/Londres, Editions Abbeville, , 320 p. (ISBN 2-87946-082-4), p. 69
  6. Provient des collections du cabinet du roi Louis XIV (petite galerie, Versailles).

BibliographieModifier

  • Roberto Longhi (trad. Claude Lauriol), L'atelier de Ferrare, Gérard Montfort, .
  • (it) Tatiana Kustodieva, Mauro Lucco (a cura di), Garofalo. Pittore della Ferrara Estense, (catalogue de l'exposition tenue au château d'Este de Ferrare du au ), Milan, éd. Skira, 2008. (ISBN 978-88-6130-697-4)

Articles connexesModifier

Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite :
Vol V, page ?? - édition 1568

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier