Benoît Violier

chef cuisinier franco-suisse

Benoît Violier, né le à Saintes en Charente-Maritime, et mort le à Crissier, dans le canton de Vaud[1], est un chef cuisinier franco-suisse. Successeur au printemps 2012 de Philippe Rochat, à la tête du Restaurant de l’Hôtel de Ville, à Crissier, en Suisse, maison qu'il a rejointe en 1996, il se voit décerner en le titre de « Cuisinier de l'année 2013 », par le guide gastronomique Gault et Millau (édition suisse).

Benoît Violier
Image dans Infobox.
Benoît Violier en 2015.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
CrissierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Autres informations
Distinction

BiographieModifier

Benoît Violier grandit à Montils et se passionne très tôt pour la cuisine. De 1987 à 1990, c'est auprès de Didier Stéphan qu'il se forme par un apprentissage en cuisine et en pâtisserie. Dès fin 1991, il poursuit sa formation à Paris auprès de grands chefs (Joël Robuchon, Benoît Guichard, Bruno Gricourt, Sylvain Knecht, Jean Philippon, Frédéric Anton et Éric Bouchenoire). Il se perfectionne également chez Lenôtre, Fauchon, au Ritz et à La Tour d'Argent[2].

Après avoir obtenu les deux maîtrises de cuisine et de pâtisserie, il entre au service de Frédy Girardet, en 1996, à Crissier, au Restaurant de l’Hôtel de Ville. Un an plus tard, en 1997, c'est Philippe Rochat qui reprend le restaurant et Benoît Violier y devient chef de cuisine en 1999[3].

En 2000, il est nommé l'un des meilleurs ouvriers de France et compagnon du Tour de France des devoirs unis[2]. Il reprend au printemps 2012 Le Restaurant de l'Hôtel de ville, à Crissier, célèbre adresse gastronomique qui détient 3 étoiles Michelin depuis 1975[4], en 2000, le Gault et Millau français écrit: « Crissier abrite toujours le meilleur restaurant du monde. »

En , le guide Gault et Millau (édition suisse) lui décerne le titre de « Cuisinier de l'année 2013[5],[6] ». L'Académie Internationale de la Gastronomie le distingue en conjointement avec ses prédécesseurs Frédy Girardet et Philippe Rochat en leur décernant un grand prix exceptionnel[7].

En , son père décède. En juillet de la même année Philippe Rochat, son mentor, meurt des suites d'un malaise lors d'une balade à vélo[8].

Le , Benoît Violier met fin à ses jours avec une arme à feu, à l'âge de 44 ans.[9],[10] Sa veuve, Brigitte, reste aux commandes du restaurant pour « perpétuer cette transmission de l’excellence », épaulée par le chef Franck Giovannini[11].

PublicationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Benoît Violier, 44 ans, se serait donné la mort », sur 24heures.ch/ (consulté le 31 janvier 2016).
  2. a et b « Biographie » (consulté le 9 octobre 2012)
  3. « CV de B. Violier » (consulté le 9 octobre 2012)
  4. Frédy Girardet.
  5. « Benoît Violier sacré cuisinier de l'année » (consulté le 9 octobre 2012)
  6. « Benoît Violier cuisinier de l'année du GaultMillau Suisse » (consulté le 9 octobre 2012)
  7. « Gastronomie: Un Grand Prix exceptionnel pour les trois chefs de Crissier » (consulté le 24 février 2013)
  8. Stéphane Benoit-Godet, « Le chef Benoît Violier a mis fin à ses jours », Le Temps, 31 janvier 2016 (page consultée le 31 janvier 2016).
  9. Etat de Vaud, « Décès de Monsieur Benoît Violier : Canton de Vaud : site officiel », sur www.vd.ch (consulté le 31 janvier 2016)
  10. (en-GB) « Benoît Violier: Chef whose restaurant was named best in the world », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2018)
  11. Franck Giovannini porte en lui l'héritage de Benoît Violier, Paris Match, 2 avril 2016

Liens externesModifier