Benoît Thieulin

entrepreneur français

Benoît Thieulin, né le à Paris, est une personnalité du numérique et un entrepreneur français. Il est directeur de La Netscouade, une agence de communication numérique rachetée par le Groupe Open en 2016.

Benoît Thieulin
Benoit thieulin.jpg
Benoît Thieulin en 2013.
Fonction
Membre du Conseil économique, social et environnemental
depuis
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (48 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

BiographieModifier

Son entrée au collège est marquée par des débuts en informatique sur les machines personnelles de l'époque[1][source insuffisante]. Étudiant à Sciences Po Paris (promotion 1995)[2], il échoue au concours de l'ENA, devient attaché commercial chargé des TIC à l'ambassade de France en Indonésie, à Jakarta[1].

En 2000, il travaille au service d'information du gouvernement où il devient responsable de la communication du gouvernement français sur internet. À partir de 2005, il travaille pour le centre d'information sur l'Europe pour la Commission européenne.

À partir de 2006, il travaille pour la candidate socialiste, Ségolène Royal et met en place le site participatif Désirs d'avenir. Il devient ensuite directeur de la campagne numérique de la candidate socialiste à l'élection présidentielle française, Ségolène Royal[3].

Après la défaite de Ségolène Royal, il fonde La Netscouade. La société met notamment à disposition des hommes politiques des logiciels américains de mobilisation militante[4].

Par décret en date du 17 janvier 2013, il est nommé à la tête du conseil national du numérique par François Hollande[3],[5]. Il remet un rapport intitulé "Travail, emploi, numérique : les nouvelles trajectoires", le 6 janvier 2016, à la ministre du travail Myriam El Khomri. Dans ce rapport, il propose un débat sur la mise en place d'un revenu universel en France, étant lui-même favorable à cette initiative[6]. Le 2 février 2016, il est remplacé à ce poste par Mounir Mahjoubi[7].

En 2015, il devient membre du conseil d'administration de France Télévision[8]. Depuis 2015, il est une personnalité qualifiée au Conseil économique, social et environnemental dans le domaine économique, pour un mandat de 5 ans. En 2019, il est rapporteur d'un avis "Pour une politique de souveraineté européenne du numérique"[9].

En mai 2016, il fait face à un conflit social, suite à la dénonciation par un groupe de salariés des conditions de travail au sein de son entreprise La Netscouade[10].

BibliographieModifier

  • Pour une politique de souveraineté européenne du numérique-Conseil économique, social et environnemental-13/03/2019

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier