Ouvrir le menu principal

Benoît Gysembergh (né le à Dinard et mort le 3 mai 2013 à Paris[1]) est un photojournaliste et photographe de guerre français.

Il a collaboré vingt-cinq ans à Paris Match pendant lesquelles il a réalisé plus de cinq cents doubles pages.

Sommaire

BiographieModifier

Il commence sa carrière de photographe à vingt ans en intégrant l'agence Gamma à Paris, puis Camera Press à Londres.

En 1977, il part en Éthiopie couvrir la rébellion érythréenne. Roger Thérond l'intègre dans son équipe de photographes.

En 2014, Jean-Christophe Rufin lui dédie son roman Le Collier rouge, qui est inspiré d'une anecdote que Benoît Gysembergh lui avait racontée alors qu'ils couvraient ensemble le Printemps arabe en Jordanie[2]. Il est mort en mai 2013, avant la publication du livre.

ExpositionsModifier

  • 1983 : Les Doubles de Match, Galerie Canon
  • 1999 : Nicaragua, Perpignan

BibliographieModifier

  • La Photo en première ligne, Paris Match/Filipacchi, 2001.
  • Paris Match, 50 ans, 60 photographes.

Notes et référencesModifier

  1. Avis de décès
  2. « Jean-Christophe Rufin, le bizarre incident du chien », Le Figaro,‎ (lire en ligne).

Liens externesModifier