Ouvrir le menu principal

Benoît Bouchard

personnalité politique canadienne

BiographieModifier

Né à Roberval le , il est le fils de François-Xavier Bouchard.

Après une carrière de professeur et d'administrateur au Saguenay-Lac-St-Jean, il est élu pour la première fois en 1984 à la Chambre des communes comme député du comté Roberval, sous la bannière du Parti progressiste-conservateur du Canada (PC). Il est aussitôt promu au cabinet par le premier ministre Brian Mulroney en tant que Ministre d'État (Transport) (1984-1985). Il est subséquemment nommé Secrétaire d'État du Canada (1985-1986), Ministre de l'Emploi et de l'Immigration (1986-1987) et Ministre des Transports (1988-1990). À la suite de sa réélection en 1988, il est nommé ministre de l'Industrie, des Sciences et de la Technologie (1990-1991)pour ensuite être titulaire du ministère de la Santé et du Bien-être social (1991-1993).

À titre de lieutenant politique du Québec dans le cabinet Mulroney, il sera un témoin privilégié lors de l'Accord du lac Meech, et de l'Accord de Charlottetown.

Il quitta la politique active en et pour ensuite être nommé ambassadeur du Canada en France (1993-1996).

Lors de son retour en 1996, il fut nommé président du Bureau de la sécurité des transports du Canada. Il supervisa le rapport d'enquête lors de l'accident du Vol 111 Swissair qui s'abîma sur les côtes de la Nouvelle-Écosse

En , il est nommé négociateur fédéral en chef dans les négociations territoriales globales et d'autonomie gouvernementale de la Nation Innue du Québec, poste qu'il occupe jusqu'en [1].

En il est nommé Membre de l'Ordre du Canada[2]

En , Benoît Bouchard est nommé par le gouvernement du Canada, pour un mandat de quatre ans, commissaire à la Commission internationale mixte Canada-États-Unis sur la gestion des eaux partagées.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier