Beni Mellikeche

commune d'Algérie

Ait- Mellikeche
Noms
Nom arabe بنى مليكش
Nom berbère ⴰⵢⵜ ⵎⵍⵉⴽⴻⵛ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Béjaïa
Daïra Tazmalt
Chef-lieu Agouni Gouroise[1]
Président de l'APC Abedrahmane Cherifi
2017_2022
Code postal 06039,06056,06068[2]
Code ONS 0638
Démographie
Population 8 497 hab. (2008[3])
Densité 199 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 26′ 00″ nord, 4° 24′ 00″ est
Superficie 42,80 km2
Localisation
Localisation de Ait- Mellikeche
Localisation de la commune dans la wilaya de Béjaïa
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Ait- Mellikeche
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Ait- Mellikeche

Beni Mellikeche (en arabe :بنى مليكش, en berbère : At Mlikec), est une commune de la daïra de Tazmalt, subdivision de la wilaya de Béjaïa en Algérie.

SituationModifier

Située sur les hauteurs des montagnes du Djurdjura qui surplombe la vallée du Sahel, dans le sud-ouest de la wilaya de Béjaïa faisant frontière avec Tizi Ouzou et Bouira

Communes limitrophes de Beni Mellikeche
Wilaya de Tizi-Ouzou
Aghbalou (Bouira)   Ighram
Tazmalt

Territoire et populationModifier

La commune de At Mlikec (Ath Mellikeche) s'étend environ sur 60 km2 et compte 8 497 habitants. Elle compte une forte communauté émigrée dans les communes limitrophes et dans les grandes villes d'Algérie et à l'étranger, notamment en France, Europe et en Amérique. Elle est limitée par les communes de Tizi Ouzou qui sont: Illilten, Iferhounene, et Akbil par le nord, la commune Tazmalt par le sud, par la wilaya de Bouira avec la commune d'Aghbalou par l'ouest, et la commune d'Ighram par l'est.

  • La commune est traversée d'est en ouest par le chemin de wilaya no 7.

Les villages des At MlikecModifier

La commune est composée de 23 villages :

Histoire des At MellikechModifier

Les Mellikech sont selon Ibn Khaldoun, une tribu issue des Sanhadja. Ils occupaient jusqu’au XVe siècle la fertile Mitidja avant d’être chassés de leur terre par les Béni Merrin et les Taaliba desquels ils ont pourtant facilité l’installation, Il est écrit, au sujet de l’installation de cette tribu arabe (les Taaliba (fraction des Dwi Obayd Allah), que ces derniers, alors installés dans Le Titteri, se fixèrent dans la Mitidja, « ayant obtenu la protection des Beni Mellikech, tribu sanhadjienne. »

Pour des intérêts stratégiques, ils ont cohabité ainsi pacifiquement pour quelque temps : « En 1064 […] Les Taaliba s’avancent dans le Tell jusqu’à la Mitidja […] et s’allient aux Mellikech Sanhadja. » Mais pas pour longtemps puisqu'un autre événement vint les déloger de leurs terres.

Entre 1299 et 1307, les Mérinides assiégèrent Tlemcen. Le siège finit à la mort du Mérinide Abou Yakoub par une alliance contractée entre ses héritiers et Abou Ziane, petit-fils de Yaghmoracen, roi Zianide, mort en 1283. « Le frère de ce dernier, Abou Hamou, put alors s’avancer en vainqueur jusqu’à Alger et Dellys. Cette action refoula les Méllikech dans les montagnes et permit aux Makil Taaliba de prendre leur place dans la Mitidja. »

Les Mellikech sont donc arrivés dans le Djurdjura après 1307. Ils prennent alors possession de ces montagnes arides et escarpées qui leur offrent sécurité et paix, temporairement en attendant de reprendre, en vain, leurs terres, vers la fin du XVe siècle et début du XVIe siècle. Les Belkadi du royaume de Koukou et l’Émir Abdelaziz leur refusèrent leur aide. Désespérés, ils ont dû se résigner et se répandre sur une dizaine de villages qui dominent la vallée du Sahel. Et depuis, ils proclamèrent leur autonomie et refusèrent toute tutelle.

Avant l’arrivée des Turcs, ils dépendaient de la Kalaa des At Abbas, royaume kabyle fondé en 1510, dans les Bibans, qui se disputait à la même époque le leadership de la région au Royaume de Koukou, installé près de l’actuel Ain El Hammam, dans le versant nord du Djurdjura, mais sans influence réelle puisqu’ils demeuraient indépendants et hors d’atteinte de tout pouvoir politique ou militaire. Ils ont tour à tour combattu l’autorité turque et celle des Mokrani établis à Bordj Zemoura, près de Bordj Bou Arréridj. Des tribus voisines, à l’instar des At Abbas, des Babors et du Djurdjura, se sont même jointes aux Melliekch pour défendre leur autonomie et la liberté contre ces envahisseurs.

En 1830, les Mellikech sont allés prêter main-forte au Dey pour défendre Alger contre l’invasion française. Beaucoup d’entre eux y laissèrent leur vie[4].

Culture et patrimoineModifier

Les habitants de Beni Mellikeche ont été confrontés à plusieurs guerres, plusieurs religions et plusieurs cultures venues de l'étranger comme toutes les autres régions de la Kabylie et d'Algérie, ce qui a donné naissance à plusieurs cérémonies religieuses souvent pratiquées dans les lieux des Saints ce qu'on appelle en kabyle: "Sellah", et la cérémonie la plus connue du aarch est celle du saint "Sidi Elmoufeq" qui se déroule chaque année au village de ighil leqrar. L'arch de Beni mellikeche est connu durant la révolution 54-62, avec plus de 1 000 martyrs.

Notes et référencesModifier

  1. Code des agglomérations : 5e recensement général de la population et de l'habitat, vol. 169/2012, Alger, Office national des statistiques, coll. « Collections statistiques », , p. 25.
  2. Bureaux postaux - Algérie Poste
  3. « Wilaya de Béjaïa : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  4. Mohand Said Amlikech, (1812-1877), poète et résistant , Arezki D. et Bellil Y., Ed. Tira, Béjaia, 2012.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

  • Aït Melikech izemawen