Ouvrir le menu principal

Les Beni Faten ou Aït Faten (en berbère : Ayt Faten) sont un ensemble de tribus berbères zénètes regroupant : les Matghara, les Lemaia, les Sadina, Ies Koumia, les Mediouna, les Maghila, les Matmata, les Melzouza, les Kechana et les Douna, tribus issues de Faten, fils de Temzit, fils de Daris, fils de Zahhik, fils de Madghis El Abter. Elles tinrent un rang élevé parmi les populations berbères et se distinguèrent par de grands exploits.

Ce sont entre autres les fondateurs de Nedroma et de Honaine. C'est la tribu à l'origine de la dynastie Almohade où nait dans la branche Koumia, Abd Moumen, son fondateur.

Ils habitaient comme tous les zénètes autrefois les Aures, mais les conquêtes arabes Omeyades les ont fortement repoussé à l'Ouest. Les Faten ont fuient cette région avec leurs frères les Meknassas lors de la seconde vague migratoire zénètes. Ils rencontrèrent sur leur route leurs anciens cousins les Nefzaouas (première vague migratoire) et les attaquèrent. Ceux-ci vainqueurs rejetèrent les Nefzaoua soit dans les montagnes élevées de l'intérieur soit dans les hauts mamelons qui bordent la Méditerranée du Moulouïa au Chélif. Les Beni faten s'emparèrent des pâturages des vaincus dans les deux Marerb pendant que les Meknassas, leurs frères et leurs compagnons de conquête prirent comme région de parcours la vallée du Moulouïa.

C'est alors que d'autres tribus zénètes finirent par les rejoindre (troisième vague migratoire) comme les Maghraouas (Oujda), Ifrens (Tlemcen et Fes) et lors de la dernière vague, les Ouassines (Maghnia) qui furent les derniers.

Lors de la conquête de l’Espagne, beaucoup s’établirent au Sud de Salé. Lorsque les Beni Toudjin et les Beni Rached conquièrent le Maghreb central, les Mediouna furent expulsés de leurs territoires et se répandirent un peu partout. C’est là, qu’un certain nombre d’entre eux s’établirent dans le littoral de la Tamesna. Les Mediouna du pays des Chaouïa seraient donc un des restes de la grande tribu Zénète des Beni Faten[1].

Notes et référencesModifier

  1. Société orientale, Revue de l'Orient et de L'Algérie et de colonies : bulletin et actes de la Société orientale., Société orientale, , p. 251

BibliographieModifier

  • Ibn Khaldoun - Histoire des Berbères et des Dynasties Musulmanes