Ouvrir le menu principal

Belvédère (Alpes-Maritimes)

commune française du département des Alpes-Maritimes
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belvédère.

Belvédère
Belvédère (Alpes-Maritimes)
Vue du village depuis le quartier Saint-Julien.
Blason de Belvédère
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Nice
Canton Tourrette-Levens
Intercommunalité Métropole Nice Côte d'Azur
Maire
Mandat
Paul Burro
2014-2020
Code postal 06450
Code commune 06013
Démographie
Gentilé Belvédérois
Population
municipale
674 hab. (2016 en augmentation de 5,31 % par rapport à 2011)
Densité 8,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 00′ 56″ nord, 7° 19′ 18″ est
Altitude Min. 575 m
Max. 3 080 m
Superficie 75,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Belvédère

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Belvédère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belvédère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belvédère

Belvédère est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Belvédérois.

Sommaire

GéographieModifier

 
Le village de Belvédère, vu de loin.

LocalisationModifier

Belvédère domine la rive gauche de la Vésubie, le confluent avec la Gordolasque et le village de Roquebillière-le-Vieux. Il surplombe également le nouveau village de Roquebillière situé sur la rive droite de la Vésubie.

Géologie et reliefModifier

Belvédère est un village perché du haut Pays niçois, dans la vallée de la Vésubie, au carrefour de la Gordolasque, aux portes du Mercantour et de la Vallée des Merveilles.

SismicitéModifier

Commune située dans une zone de sismicité moyenne[1].

Hydrographie et les eaux souterrainesModifier

Cours d'eau et plan d'eau sur la commune ou à son aval[2] :

Belvédère dispose de deux stations d'épuration :

ClimatModifier

Climat méditerranéen et montagnard, classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[6].

Article détaillé : Climat des Alpes-Maritimes.

Voies de communications et transportsModifier

Voies routièresModifier

  • Départementale 71 depuis Roquebillière, située à 4 km[7].

Transports en communModifier

Transport en Provence-Alpes-Côte d'Azur

  • Transports en commun par car[8].

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Le village est connu dès le XIIe siècle sous le nom de Belvédèr, puis Belveser vers 1210, Bellovider dans une enquête de 1252, devenu Villa de Bellovidère en 1388 au moment de la dédition de Nice à la Savoie avant de se fixer sous son nom actuel de Belvédère.

Barver en occitan.

Du latin bellum (« beau ») et videre (« voir »), c'est-à-dire « Belle vue ».

HistoireModifier

Belvédère, comme la plupart des villages de la vallée, et en particulier Roquebillière au fond de la vallée de la Vésubie, est durement touché par un tremblement de terre en 1564. Suivent les tremblements de terre de 1566, faisant 80 morts, du , détruisant la moitié des habitations, et du .

La maladie frappe aussi, la peste en 1629 et le choléra à Belvédère et à Roquebillière en février 1764. En 1751, un incendie ravage une grande partie du village.

À la suite de pluies violentes durant près d'un mois et demi, le , un immense glissement des terrains détrempés de Belvédère vers Roquebillière en contrebas, fait 15 morts et détruit un tiers de ce dernier village.

En 1947, le territoire communal retrouve ses limites primitives qu'il avait perdues en 1860, par le traité de Turin, au bénéfice de l'Italie. En effet entre 1860 et 1947, la frontière italienne descendait dans la vallée de la Gordolasque sous le hameau de Saint-Grat. À la suite du traité de Turin, la frontière est replacée sur la crête alpine constituant la ligne de séparation des eaux entre le Piémont devenu italien et l'ancien Comté de Nice devenu français.

IntercommunalitéModifier

Commune membre de la Métropole Nice Côte d'Azur.

UrbanismeModifier

Après avoir disposé d'une carte communale[9], la commune s'este engagée dans l'élaboration d'un plan local d'urbanisme métropolitain[10].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs à partir de 1912
Période Identité Parti Qualité
mars 2008 - en cours Paul Burro[11] DVD Chef d'Entreprise
mars 2001 - mars 2008 Pierre Rainard DVG
mars 1965 - mars 2001 Romain Maurel PCF Conseiller général du canton de Roquebillière (1965-1973)
1960 Arthur Guigonis - -
1947 Joseph Baldoni - -
1945 Denis Lambert - -
1944 Joseph Giuge - Président de la délégation spéciale
1932 Félix Robini - -
1919 François Pavy - -
1912 Constant Castellan - -


Budget et fiscalité 2017Modifier

En 2017, le budget de la commune était constitué ainsi[12] :

  • total des produits de fonctionnement : 744 000 , soit 1 141  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 706 000 , soit 1 083  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 276 000 , soit 423  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 185 000 , soit 253  par habitant ;
  • endettement : 365 000 , soit 559  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 8,86 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 8,23 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 24,64 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2015 : médiane en 2015 du revenu disponible, par unité de consommation : 19 106 [13].

ÉconomieModifier

Entreprises et commercesModifier

AgricultureModifier

TourismeModifier

Commerces et artisanatModifier

  • Commerces et services de proximité : Alimentation, Boucherie, Boulangerie[20] :
  • Les biscuits du Mercantour[21]Les biscuits du Mercantour.
  • Atelier de Poterie.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23].

En 2016, la commune comptait 674 habitants[Note 1], en augmentation de 5,31 % par rapport à 2011 (Alpes-Maritimes : +0,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
5208309091 0491 2561 3311 2571 2801 348
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 2101 1981 2261 2461 2261 1831 1481 1621 126
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 0141 036954951766643631501430
1982 1990 1999 2006 2011 2016 - - -
536519495683640674---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Établissements d'enseignements[26] :

  • Écoles maternelle et primaire[27],
  • Collèges à Roquebillière, Breil-sur-Roya, Sospel,
  • Lycée de Valdeblore.

SantéModifier

Professionnels et établissements de santé[28] :

  • Médecins à Roquebillière, Lantosque, Saint-Martin-Vésubie,
  • Pharmacie à Roquebillière, Lantosque,
  • Hôpitaux à Roquebillière, Saint-Martin-Vésubie.

CultesModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Patrimoine religieux :
    • L'église baroque de Saint-Pierre et Saint-Paul (XVIIe siècle) : consacrée le 1er août 1728, autel et retable du XVIIIe siècle classés, et sa nouvelle horloge de 1999. La première scène (en noir et blanc) du Gendarme de Saint-Tropez a été tournée dans l'église.
    • Chapelles[30] :
    • Chapelle du Planet.
    • Chapelle St-Blaise.
    • Chapelle du hameau de St-Grat.
    • Oratoires.
    • Monument aux morts[31].
  • Ouvrages militaires :
  • Patrimoine civil[35] :
    • Maison du Chevalier.
    • Fontaine.
  • Patrimoine naturel :

Personnalités liées à la communeModifier

CinémaModifier

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
D'argent aux trois arbres au naturel, en fasce ; au chef d'azur chargé d'un renard au naturel[39].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Didacticiel de la règlementation parasismique
  2. L'eau dans la commune
  3. Lac Autier, Haute Gordolasque
  4. Description de la station Belvédère Brocart
  5. Description de la station Belvédère Zibac
  6. Table climatique
  7. Carte et plan de Belvédère
  8. Bus
  9. Belvédère - Carte communale
  10. Plan local d'urbanisme métropolitain
  11. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  12. Les comptes de la commune
  13. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  14. Présence millénaire de l'élevage dans le Haut Pays Niçois, par Éric Gili
  15. Le Musée du Lait
  16. « coopérative agricole et laiterie industrielle (coopérative laitière actuellement coopérative d'approvisionnement) Avant-garde Vésubienne », notice no IA06001337, base Mérimée, ministère français de la Culture enquête thématique régionale (coopératives agricoles de Provence-Alpes-Côte d'Azur)
  17. Restaurants
  18. Hébergements
  19. Belvédère : Vers le toit du Mercantour
  20. Commerces et services de proximité
  21. [ Les biscuits du Mercantour]
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  26. Établissements d'enseignements
  27. École maternelle et élémentaire
  28. Professionnels et établissements de santé
  29. Paroisse de la Vésubie
  30. Le patrimoine de la commune
  31. Conflits commémorés : 1914-1918 - 1939-1945
  32. Le château de Belvédère
  33. « blockhaus dit ouvrage d'avant-poste du Col de Raus », notice no IA06000031, base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. « blockhaus dit ouvrage d'avant-poste du Planet », notice no IA06000030, base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. Trésors de Belvédère
  36. Site à Spéléomantes
  37. Alain Grinda, écrivain conteur
  38. le lieu de tournage sur http://www.autourdelouisdefunes.fr/belvedere.htm, consulté le 31 juillet 2014, mais aussi très aisément vérifiable avec les images du film.
  39. Vésubie - Mercantour : Belvédère , Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau