Beaumont (Meurthe-et-Moselle)

commune française du département de Meurthe-et-Moselle

Beaumont
Beaumont (Meurthe-et-Moselle)
Église Saint-Laurent.
Blason de Beaumont
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Intercommunalité Communauté de communes Mad et Moselle
Maire
Mandat
Christophe Ciolli
2014-2020
Code postal 54470
Code commune 54057
Démographie
Gentilé Sambumontais
Population
municipale
72 hab. (2017 en augmentation de 9,09 % par rapport à 2012)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 09″ nord, 5° 47′ 18″ est
Altitude Min. 240 m
Max. 291 m
Superficie 3,11 km2
Élections
Départementales Canton du Nord-Toulois
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Beaumont
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Beaumont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaumont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaumont

Beaumont est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

GéographieModifier

La commune fait partie du Parc naturel régional de Lorraine[1].

 
Fig 1 - Beaumont (ban communal)

D’après les données Corine land Cover, le ban communal de 310  hectares comportait en 2011, 75% de zones agricoles et 25 % de prairies.[2]

communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Beaumont
Xivray-et-Marvoisin,
Meuse (département)
Seicheprey Bernécourt
Rambucourt,
Meuse (département)
  Mandres-aux-Quatre-Tours
Rambucourt,
Meuse (département)
Mandres-aux-Quatre-Tours,Hamonville

ToponymieModifier

Samboldi-Mons (1105 ou 1106)[3], Sambumont (1134), Sembuemont (1227), Cembuemont (1265), Sambuelmont (1326), Sambuefmont (1387), Sanbuesmont et Sembuefmont (1479), Sembeusmont (1599) , Sambeumont (1614), Beaumont-en-Voivre, sont différentes graphies recensées par le Dictionnaire géographique de la Meurthe[4].

L'appellation Beaumont daterait du XVIe siècle, auparavant le mont de Sambol, étymologie encore à expliquer.

HistoireModifier

H Lepage semble avoir extirpé des archives de Lorraine les rares informations au sujet du village qui fut relais de poste sur la route royale entre Pont-à-Mousson et Commercy longtemps après la destruction des châteaux seigneuriaux en lorraine, ordonnée par le Roi de France :

«Ce village est mentionné, sous le double nom de Beaumont et Sambumont, dans des titres qui remontent au XIV° siècle. Dans un autre titre, daté de 1520, il est question d'une déclaration faite par les maire et échevins des droits et privilèges qui appartiennent à la justice et aux habitants de ce lieu. Les princes de la maison de Guise en étant devenus seigneurs, l'embellirent beaucoup , y construisirent un rendez-vous de chasse et obtinrent du duc Léopold qu'il ne porterait plus à l'avenir que le nom de Beaumont[5]

L'Abbé Grosse indique que l'on voyait sur la hauteur qui voisine le village un de ces châteaux forts si nombreux en lorraine.[6] Il semble donc que ce territoire, comme Hamonville et Mandres aux quatre tours appartenait aux comtes d'Apremont qui la confiaient en gestion à des seigneurs, dont la famille de Beauvau, par exemple :

«..le 28 septembre 1463, Jean, sire de Beauvau, chambellan du Roi de Sicile (le duc de Lorraine) et seigneur d'Hamonville en partie, permet à une nommée Sibille Woirin, dudit lieu, de se marier avec Didier, fils du maire de Sambumont (Beaumont), et renonce à sa postérité...»[7]

- En effet, pour éviter la fuite de main-d'œuvre en dehors de leurs possessions, les seigneurs pouvaient donner autorisation (ou non) de mariage en dehors de la commune, et donc renoncer à bénéficier pour eux-mêmes du travail de la descendance du marié qui quittait la commune.

Époque contemporaineModifier

Le village de Beaumont est repris aux forces allemandes, après un combat à la baïonnette, au début du mois de septembre 1914 par le 15e Régiment d'Infanterie parti d'Albi le 7 août 1914. Ce régiment fait partie du 16e corps d'armée sous le commandement du général Taverna.

Lettre d'un poilu matricule 958, du 15e RI d'Albi, en date du mardi 29 septembre 1914 :

"... Depuis plus de 8 jours nous sommes en bataille avec l'ennemi, nous sommes presque toujours au même endroit, une trentaine de kilomètres au-delà de Nancy, vers la frontière. Nous à Baumont petit village, tantôt dans le village, tantôt dans les champs, dans des tranchées sous terre et tout le temps on entend que les boulets tombent tous d'un coté et de l'autre. C'est effrayant, tu peux comprendre que ça fait du ravage. Chaque soir il manque du monde à l'appel. Moi je ne dois pas mourir... Le pays est abandonné par les habitants et les villages sont brulés. On a rien que ce qu'on nous donne ou alors il faut être en repos en dernière ligne comme l'autre jour à Nancy. Mais on ne peut profiter de l'argent parce qu'on fait payer les choses dix fois plus que ce que ça vaut. Il ne faut pas s'étonner de payer 1 litre de vin 40 sous et tout le reste c'est pareil et même encore on en trouve pas. Alors des flanelles, j'ai encore les deux que j'ai prises de la maison mais je ne les ai pas lavées depuis que je suis parti d'Albi..."

tué et disparu le 10/11/1914 à Wyschaëte (Belgique).

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Michèle Sudre    
mars 2008 2014 Christian Burlats    
2014 En cours Christophe Ciolli    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

En 2017, la commune comptait 72 habitants[Note 1], en augmentation de 9,09 % par rapport à 2012 (Meurthe-et-Moselle : +0,03 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
135129156144149160170182194
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
178165166151125131137131107
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
10510264484049494440
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
372859806371677172
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

D'après les historiens, (Grosse[6], Lepage[5]) l’activité était rurale au XIXe siècle :

«  Surf. territ.: 269 hect. en terres lab., 25 en prés, 5 en vignes. L'hectare semé en blé peut rapporter 12 hectol., en orge 18, en seigle 15, en avoine 18; planté en vignes 100. On s'y livre principalement à la culture des céréales et à l'élevage des chevaux. »

et donc également viticole.

Secteur primaire ou AgricultureModifier

Le secteur primaire comprend, outre les exploitations agricoles et les élevages, les établissements liés à l’exploitation de la forêt et les pêcheurs.

D'après le recensement agricole 2010 du Ministère de l'agriculture (Agreste[12]), la commune de Beaumont était majoritairement orientée [Note 2] sur la production de céréales et oléagineux  (auparavant production de bovins et de lait ) sur une surface agricole utilisée[Note 3] d'environ 17 hectares (très inférieure à la surface cultivable communale) en très forte baisse depuis 1988 - Le cheptel en unité de gros bétail s'est réduit de 151 à 8 entre 1988 et 2010. Il n'y avait plus qu' 1 exploitation(s) agricole(s) ayant son/leur siège dans la commune employant 1 unité(s) de travail[Note 4].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Vestiges d'une résidence XVIIIe siècle du prince de Guise, qui comportait plus de 100 fenêtres.
  • Église Saint-Laurent, datant du XIXe siècle et reconstruite en 1923-1924[13] sur les plans de l'architecte Émile André, de Nancy ; l'ancien édifice ayant été partiellement détruit lors de la Première Guerre mondiale. La réalisation de l'ameublement intérieur est en grande partie confiée à Jules Cayette[14] qui réalise la grille de communion, les bancs de la nef à décor de croix de Lorraine, le couvercle des fonts baptismaux (cuve plus ancienne), le meuble de rangement de la sacristie.

Personnalités liées à la communeModifier

Charles Antoine Sibille, général français tué à l'ennemi en allant reconnaître la position qu’il allait attaquer en 1914[15]

Héraldique, logotype et deviseModifier

  Blason
Ecartelé au premier et au quatrième d'azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d'or aux deux bars adossés du même, à la bordure engrêlée cousue de gueules, au deuxième et au troisième de gueules à la croix d'argent.
Détails

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.
  • Vouaux, Beaumont, coll. « Monographies communales de Meurthe-et-Moselle », (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  2. Orientation technico-économique de la commune :  production dominante de la commune, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel de l'ensemble des exploitations agricoles de la commune à la production brute standard.
  3. Superficie agricole utilisée : superficies des terres labourables, superficies des cultures permanentes, superficies toujours en herbe, superficies de légumes, fleurs et autres superficies cultivées de l'exploitation agricole.
  4. Unité de travail annuel : mesure  en équivalent temps complet du volume de travail fourni par toutes les personnes intervenant sur l'exploitation. Cette notion est une estimation du volume de travail utilisé comme moyen de production et non une mesure de l'emploi sur les exploitations agricoles.

RéférencesModifier

  1. Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, Décret no 2015-73 du 27 janvier 2015 portant renouvellement du classement du parc naturel régional de Lorraine.
  2. BRGM, « Fiche ma commune », sur SIGES Rhin Meuse (consulté le 22 octobre 2019)
  3. Pascal II (1050?-1118 ; pape) Auteur du texte, Conon d'Urrach (card évêq de Palestine) Auteur du texte, Thibaut d'Étampes Auteur du texte et Ernulf de Rochester (1040?-1124) Auteur du texte, Patrologiae cursus completus. T. 163, Paschalis II, Gelasii II, Calixti II, Romanorum pontificium, Epistolae et privilegia. Accedunt Cononis S. R. E. cardinalis, Anonymi Metensis Opuscula, diplomata, epistolae : accurante J.-P. Migne,..., (lire en ligne), p. 167

    « Monasterii S. Michaelis (dioc. Virdunensis) protectionem suscipil possessionesque confirmat. (Anno 1105, April. 30.) :" Apud Samboldi montem servi et ancillae, cum terris cultis et incultis" (avec les terres cultivées et incultes, serfs et servantes du mont Sambol ) »

  4. Henri Lepage, Dictionnaire géographique de la Meurthe, rédigé d'après les instructions du comité des travaux historiques et des sociétés savantes. Avec une carte du département au Xe siècle, (lire en ligne), p. 303
  5. a et b Henri Lepage, Le département de la Meurthe : statistique historique et administrative, deuxième partie, Nancy, (lire en ligne), p. 54
  6. a et b E. Grosse, Dictionnaire statistique du département de la Meurthe : contenant une introduction historique..., Nabu Press (réimpr. 2012) (1re éd. 1836) (ISBN 978-1-278-24895-0 et 1-278-24895-1, OCLC 936241814, lire en ligne)
  7. Henri Lepage, Les communes de la Meurthe : journal historique des villes, bourgs, villages, hameaux et censes de ce département..., vol. 1, (lire en ligne), p. 463
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. « Ministère de l'agriculture et de l'alimentation - agreste - La statistique, l'évaluation et la prospective agricole - Résultats - Données chiffrées », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 28 novembre 2019) : Principaux résultats par commune (Zip : 4.4 Mo) - 26/04/2012 - http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/zip/Donnees_principales__commune.zip
  13. Voir La Semaine Religieuse du Diocèse de Nancy et de Toul, 1924.
  14. Étienne Martin, Jules Cayette (1882-1953), mémoire d'histoire de l'Art, Université Nancy 2, 2005, p. 236-237.
  15. Tableau d'honneur, morts pour la France : guerre de 1914-1918, (lire en ligne)