Batman: Arkham Origins

jeu vidéo de 2013

Batman: Arkham Origins est un jeu vidéo d'action-aventure développé par Warner Bros. Games Montréal et édité par Warner Bros. Interactive Entertainment, sorti le 25 octobre 2013 sur Xbox 360, PlayStation 3, Windows, Wii U(et Xbox One via rétrocompatibilitée).

Batman
Arkham Origins
Batman Arkham Origins Logo.jpg

Développeur
Éditeur
Réalisateur
Eric Holmes (réalisateur)
Compositeur
Christopher Drake (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Date de sortie
INT : 25 octobre 2013
[1]
Genre
Mode de jeu
Plate-forme
Ordinateur(s) :
Console(s) :

Langue
Français intégralement.
Moteur

Évaluation
ESRB : T ?
PEGI : 16 ?
Site web

Le jeu fait partie de la licence Batman Arkham. Il fait suite à Batman: Arkham Asylum sorti en 2009, et Batman: Arkham City sorti en 2011, et précède Batman: Arkham Knight sorti en 2015[2]. Il est le seul jeu de la série à avoir été développé par Warner Bros. Games Montréal et non par Rocksteady Studios.

Le jeu est une préquelle à Batman: Arkham Asylum et montre les débuts de Batman à Gotham City, alors que la police et les criminels croient qu'il s'agit d'une légende urbaine, ainsi que l'apparition de celui qui deviendra son ennemi juré : le Joker.

TrameModifier

GénéralitésModifier

L'histoire se déroule durant le Réveillon de Noël dans la ville de Gotham City, plus précisément dans le vieux Gotham et le Nouveau Gotham qui sont reliées par un pont[3]. Parmi les lieux visités il y a le pénitencier de Blackgate, la Batcave ou encore le G.C.P.D.

PersonnagesModifier

Le personnage incarné est Bruce Wayne / Batman (Roger Craig Smith (en)) devenu un justicier masqué depuis environ deux ans[4]. Il est aidé par son majordome Alfred Pennyworth (Martin Jarvis)[5] qui lui apporte un support radio depuis la Batcave[4].

Batman a un contrat sur sa tête mis par le gangster Roman Sionis / Black Mask (Brian Bloom). Les huit assassins que devra affronter Batman sont : Waylon Jones / Killer Croc[6] (Khary Payton), un homme atteint d'une maladie de peau lui donnant l'apparence d'un crocodile ; Lester Bunchinsky / Électrocuteur[6] (Steven Blum), un mercenaire ayant une combinaison spéciale lui permettant d'utiliser son corps et en particulier ses poings comme conducteurs pour créer un courant électrique mortel ; Deathstroke[6] (Mark Rolston) ; Bane[6] (J. B. Blanc) ; Copperhead (en)[6] (Rosa Salazar), une femme-serpent possédant une souplesse extrême ainsi que des talents de gymnaste ; Firefly[6] (Crispin Freeman (en)), un pyromane équipé d'un jet-pack ; Lady Shiva[6] (Kelly Hu) une femme experte en art martiaux, membre de la Ligue des Assassins. Elle ne prend le contrat que pour tester Batman sur ordre de son maître Ra's al Ghul ; et l'assassin Deadshot[6] (Chris Cox) qui défie Batman[7].

Les autres ennemis majeurs de l'histoire sont le Joker[6] (Troy Baker) dit le Clown Prince du Crime qui est encore inconnu par la police et par Batman ainsi que Oswald Cobblepot / Le Pingouin[6] (Nolan North), un gangster contrôlant l'ensemble de ses activités depuis son bateau le « Final Offer ». Il a notamment kidnappé Alberto Falcone (Quinton Flynn), le fils du mafieux Carmine Falcone. Batman est également poursuivi par la police de Gotham[4],[8] dirigée par le le commissaire Gillian B. Loeb[4] (Jon Polito) dont font notamment partis le capitaine James « Jim » Gordon[4] (Michael Gough (en)), l'inspecteur Harvey Bullock[5] (Robert Costanzo) et le chef du S.W.A.T. Branden[4] (Chris Fries).

Les quêtes secondaires montrent notamment le Chapelier fou (Mad Hatter) (Peter MacNicol) qui a kidnappé une femme[6],[9] et l'anarchiste Anarky (Matthew Mercer (en)) qui a posé des bombes dans Gotham[6],[10]. Dans cet opus, Enigma[5] Wally Wingert (en)[5] fait ses débuts dans le monde criminel de Gotham. Travaillant comme chef de la division de la cybercriminalité au GCPD et voulant débarrasser la ville de la corruption, il profite de son poste pour voler des données confidentielles impliquant des criminels et des personnalités publiques de Gotham et prévoit de divulguer ses données volées au public le soir de Noël, au risque de provoquer le chaos. Batman va également tenter de résoudre le meurtre de l'architecte Cyrus Pinkney (Maurice LaMarche)[11].

Parmi les autres personnages notables se trouve plusieurs retours dont la fille de James Gordon, Barbara Gordon (Kelsey Lansdowne), montrée adolescente et avant qu'elle ne devienne Batgirl, puis Oracle[4],[12], le Dr Harleen Quinzel (Tara Strong) avant qu'elle ne soit Harley Quinn[13] et la journaliste Vicki Vale[13] (Grey DeLisle) ainsi que de nouveaux personnages comme le directeur du pénitencier de Blackgate, Martin Joseph[14] (Khary Payton), et le criminel Ricky « Loose Lips » LeBlanc (Steve Blum).

Le futur directeur de l'Asile d'Arkham Quincy Sharp (Tom Kane)[5] et le journaliste Jack Ryder (James Horan) sont audibles durant le générique du jeu tandis qu'Amanda Waller (CCH Pounder) apparait dans une scène post-générique servant à introduire le jeu Suicide Squad: Kill the Justice League (2022)[15],[16].

RésuméModifier

Cinq ans avant les évènements de Batman: Arkham Asylum. Batman est apparu dans les rues de Gotham City depuis deux ans, entraîné et ayant affronté plusieurs brigands mais connaissant encore mal les grands criminels de la ville. La police ne sait toujours pas si elle doit le considérer comme une aide humaine ou une légende urbaine.

La veille de Noël, Batman intervient au pénitencier de Blackgate pour une tentative d'évasion massive organisée par Black Mask, qui assassine le commissaire Loeb avant de fuir. Batman tombe sur Killer Croc, qui lui révèle au terme de leur affrontement que Black Mask a mis un contrat de 50 millions de dollars sur la tête du justicier et a engagé huit des assassins les plus dangereux pour l'exécuter. Afin de retrouver Black Mask, Batman part sur le Final Offer, le navire et repaire du Pingouin. Dans les cales, il doit affronter l'Électrocuteur et Deathstroke, avant d'apprendre par le Pingouin que Black Mask aurait été tué dans son appartement il y a plusieurs jours avec sa compagne. Batman mène l'enquête et identifie la victime comme une doublure, mise en place par Black Mask pour prévenir les actions d'un nouveau criminel : le Joker.

Batman infiltre donc les locaux du GCPD pour obtenir le dossier du Joker ainsi que des fichiers ADN pour résoudre l'affaire. Il doit faire face à un capitaine Gordon peu confiant et surtout aux membres du SWAT, décidés à obtenir les 50 millions. Grâce à la jeune Barbara Gordon, qui croit en lui, Batman exploite la base de données de la police et découvre que les hommes de Black Mask ont installé des explosifs dans la ville mais que le truand aurait été enlevé par le Joker afin d'accéder à ses moyens financiers. Dans la banque d'affaires de Gotham, Batman retrouve Black Mask, qui enlève son masque et s'avère être le Joker : le clown tueur et psychopathe a pris l'identité du truand pour prendre le contrôle de ses affaires et lancer le contrat sur le justicier. Celui-ci traque le clown jusque dans l'aciérie Sionis où il retrouve vivant Roman Sionis, mais aussi Copperhead, qu'il affronte. Le Joker est en effet parti pour l'hôtel de Gotham, où il a organisé une réunion avec les derniers assassins en liberté, tout en piégeant le bâtiment et pris en otage le personnel.

Batman infiltre le bâtiment et voit le Joker tuer l'Électrocuteur en le précipitant du sommet des tours. Le justicier récupère ses gants et parvient à atteindre le sommet, où il retrouve Bane, seul assassin resté sur place car il avait prévu son arrivée. L'affrontement a lieu sur le toit de l'hôtel et est retransmis par les journaux. Alfred pense alors que Batman ne parviendra pas à vaincre Bane et appelle la police. Bane prend la fuite en hélicoptère d'où il tire une roquette qui explose et pousse le Joker dans le vide. Conformément à son code, Batman saute et le sauve avant de le donner à la police. Le Joker est dérouté par les actions de Batman, et une fois à Blackgate, confie à la jeune psychologue Harleen Quinzel sa joie d'avoir rencontré un tel adversaire.

De retour dans la Batcave, Alfred conjure Bruce Wayne d'abandonner sa croisade mais il refuse et repart infiltrer le repaire de Bane. Sur place, il découvre que Bane cherche un remède à sa dépendance au venin, qui altère sa mémoire, mais surtout qu'il a compris que Batman est Bruce Wayne. Quand il tente d'aller sauver son majordome, Firefly lance une attaque sur le pont de Gotham. Batman parvient à l'arrêter avec l'aide de Gordon, qui finit par reconnaître les intentions nobles du justicier. Mais pendant l'attaque, Bane a pris d'assaut la Batcave et blessé Alfred. Batman accourt et parvient à sauver la vie de son majordome en utilisant les gants de l'Électrocuteur comme défibrillateur.

Juste après, la police annonce que le Joker a pris le contrôle de Blackgate. Batman part donc pour la prison, mais ne sera pas seul : les quelques policiers intègres acceptent de lui prêter main-forte. Dans la prison, le Joker lance un ultimatum à Batman : tuer Bane ou laisser la chaise électrique sur laquelle il se trouve se charger et le tuer. Batman finit par utiliser ses gants électriques pour arrêter le cœur de Bane, ce qui ravit le Joker qui fuit pour déclencher l'explosion des bombes disséminées dans la ville. Batman fait alors repartir le cœur de Bane, qui, fou de rage, utilise une version du venin qui décuple sa puissance et sa rage. Bane perd finalement le combat, mais aussi la mémoire à cause de son exposition au stéroïde, oubliant ainsi le secret de Batman. Gordon assure les arrières de Batman pendant que celui-ci part affronter le Joker, qui tente de le persuader de le tuer ; Batman le terrasse mais ne l'achève pas.

Finalement, Gordon abandonne les charges contre Batman et accepte de l'assister dans sa croisade contre le crime dans la ville. Pendant le générique final, une interview radio est diffusée au cours de laquelle Quincy Sharp suggère que Blackgate n'est plus capable de contenir les criminels et que l'asile d'Arkham doit rouvrir. Après les crédits, Deathstroke, toujours à Blackgate, reçoit une invitation pour rejoindre la Suicide Squad.

Système de jeuModifier

Batman: Arkham Origins est un monde ouvert citadin (deux quartiers de Gotham City) dans lequel Batman peut circuler librement. Les balades dans la ville à coup de grappin laisse une libre exploration de la ville. Il est aussi possible de voyager en Bat-wing pour des déplacements plus rapides.

DéveloppementModifier

D'après Eric Holmes, le directeur de la création, les comics Legends of the Dark Knight et Batman: Year One ont servi comme sources d'inspiration[17]. Scénariste des deux premiers volets, Paul Dini a affirmé ne pas participer au projet[18]. L'histoire a été écrite par Dooma Wendschuh, Ryan Galletta et Corey May avec l'apport du scénariste de comics Geoff Johns[19],[20].

Le , Roger Craig Smith (en) et Troy Baker ont été annoncés pour prêter leurs voix à Batman et au Joker, succèdant ainsi à Kevin Conroy et Mark Hamill[21],[22]. Déjà à l'oeuvre dans le DC Animated Universe, CCH Pounder revient interpréter Amanda Waller tandis que Robert Costanzo prête de nouveau sa voix à l'inspecteur Harvey Bullock[23],[5].

Contenu additionnelModifier

Le contenu téléchargeable Cold, Cold Heart est sorti le [24]. L'histoire se déroule durant le réveillon du jour de l'An et est basée en parti sur l'épisode Amour on Ice (Heart of Ice) de la série d'animation Batman de 1992, montrant notamment les origines de Mr. Freeze, de nouveau interprété par Maurice LaMarche[25] comme dans Batman: Arkham City (2011) et Ferris Boyle, le PDG de GothCorp interprété par Stephen Tobolowsky[25],[26],[27].

AccueilModifier

Aperçu des notes reçues
Presse numérique
Média Note
GameSpot (US) 6/10[28]
IGN (US) 7,8/10[29]
Jeuxvideo.com (FR) 16/20[30],[31],[32],[33]
Agrégateurs de notes
Média Note
Metacritic 74/100[34]

Batman: Arkham Origins a reçu de bonnes critiques, même si elles s'accordent à dire que les studios de Warner Montreal se sont reposés sur le travail de Rocksteady sur Arkham City et ne proposent que peu de nouveautés dans le gameplay et d'originalité dans le scénario.

Notes et référencesModifier

  1. En Europe, les versions PC et Wii U sortiront le 8 novembre 2013.
  2. Un épisode exclusif à la PlayStation 4 intitulé Batman: Arkham VR est également sorti en 2016.
  3. « Batman: Arkham Origins Map Is Double The Size of Arkham City, Boss Fights Detailed » sur gamingbolt.com
  4. a b c d e f et g (en) Albert Ching, « Players Guide a Young Batman's Long Christmas in 'Arkham Origins' » (version du 29 avril 2014 sur l'Internet Archive), ComicBookResources.com,
  5. a b c d e et f (en) Chris Clow, « Game Review - Batman: Arkham Origins, Plus Collector's Edition Extras » (version du 2 novembre 2013 sur l'Internet Archive), sur GeekNation,
  6. a b c d e f g h i j k et l « Batman: Arkham Origins final two assassins revealed – rumor » sur Vg247.com
  7. (en) « 2.4 - Deadshot - Soluce Batman: Arkham Origins », sur Supersoluce.com
  8. (en) « Batman: Arkham Origins review - standing on the shoulders of giants », sur theguardian.com
  9. (en) « 2.5 - Chapelier fou - Soluce Batman: Arkham Origins », sur Supersoluce.com
  10. (en) « 2.2 -Anarky - Soluce Batman: Arkham Origins », sur Supersoluce.com
  11. (en) « Cyrus Pinkney's Plaques | Enigma Datapacks », sur guides.gamepressure.com
  12. « In Batman: Arkham Origins, Barbara Gordon Isn’t Batgirl… Yet » sur Kotaku.com
  13. a et b (en) Chad Sapieha, « Batman: Arkham Origins plays it safe, but still satisfies » (version du 27 octobre 2013 sur l'Internet Archive), sur Postmedia Network,
  14. (en) « Batman: Arkham Origins Walkthrough- Find Black Mask » (version du 2 novembre 2013 sur l'Internet Archive), sur Prima Games,
  15. « Dossier – Les easter eggs de Batman : Arkham Origins » sur DCPlanet.com
  16. « Rocksteady annonce un jeu Suicide Squad » sur IGN.com
  17. « Batman: Arkham Origins inspired by Legends of the Dark Knight » sur vg247.com
  18. Ben Gilbert, « Paul Dini explains absence from next Batman game » [archive du ], Joystiq.com / AOL, (consulté le 6 août 2012)
  19. Ben Hanson, « The Storyline Of Batman: Arkham Origins » [archive du ], sur Game Informer, GameStop, (consulté le 17 avril 2013)
  20. Jenna Pitcher, « WGA Videogame Writing Award nominations include Assassin's Creed 4 and The Last of Us » [archive du ], Polygon.com / Vox Media, (consulté le 10 janvier 2014)
  21. [ https://www.polygon.com/2013/5/20/4348028/batman-arkham-origins-voice-cast-roger-craig-smith-troy-baker/ « Batman: Arkham Origins cast features Roger Craig Smith as Batman, Troy Baker as Joker »] sur Polygon.com
  22. « Batman: Arkham Origins stars Roger Craig Smith as Batman, Troy Baker as Joker» sur Engadget.com
  23. « CCH Pounder: Amanda Waller » sur What culture.com
  24. « This is what the Batman: Arkham Origins Cold, Cold Heart DLC looks like » sur eurogamer.net
  25. a et b D'après le générique de fin
  26. « Batman: Arkham Origins - Cold, Cold Heart DLC Review » sur IGN.com
  27. « Cold, Cold Heart Walkthrough » sur IGN.com
  28. « Batman: Arkham Origins », sur GameSpot.com.
  29. « Batman: Arkham Origins Review », sur IGN.com.
  30. « Batman Arkham Origins- PlayStation 3 », sur JeuxVideo.com.
  31. « Batman Arkham Origins- Xbox 360 », sur JeuxVideo.com.
  32. « Batman Arkham Origins- PC », sur JeuxVideo.com.
  33. « Batman Arkham Origins- Wii U », sur JeuxVideo.com.
  34. « Batman: Arkham Origins », sur MetaCritic.com.

Liens externesModifier