Ouvrir le menu principal

La bataille du Belvédère est une opération militaire menée pendant la Seconde Guerre mondiale par les troupes alliées en Italie. Il s'agit de l'un des faits d'armes les plus brillants conduits par l'armée française pendant la campagne d'Italie. Ce fait d'armes contribua à restaurer la crédibilité de l'armée française auprès des Américains, notamment auprès du Commandant de la Ve Armée, Mark Wayne Clark.

HistoireModifier

 
Tunisiens durant la bataille en 1944.

Cette bataille s'inscrit dans la bataille du Monte Cassino. L'objectif était la prise du colle Abate et du colle Belvédère[1].

Le général Mark Wayne Clark donne l'ordre au général Alphonse Juin de prendre le massif du Belvédère afin de détourner en partie les forces allemandes du verrou de Cassino. L'attaque du Belvédère est donc conçue par Clark comme une manœuvre de diversion : les Français, Tunisiens et Algériens, doivent percer la ligne Gustave, occuper les sommets du Belvédère et du Casale Abate et contraindre les Allemands à colmater la brèche. La ligne Gustave est percée par la 11e compagnie emmenée par le Lieutenant Jordy. Cette diversion permet de favoriser l'offensive américaine sur Cassino[2].

Les Américains commencent par se rapprocher du mont Belvédère avec la 442e Regimental Combat Team[3].

Le , le 4e régiment de tirailleurs tunisiens attaque le col Belvédère. Ils sont 2 000 soldats à s'élancer le matin.

La 11e compagnie du lieutenant Jordy, du 3e bataillon, arrive au sommet (681 m) et neutralise les casemates. Le 4e régiment de tirailleurs tunisiens va perdre les deux tiers de son effectif lors de cette opération.

Notes et référencesModifier