Ouvrir le menu principal

Bataille des Aubiers (1799)

bataille de la guerre de Vendée en 1799
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille des Aubiers.
Bataille des Aubiers

Informations générales
Date 2-4 novembre 1799
Lieu Nueil-les-Aubiers
Issue Victoire des Républicains
Belligérants
Flag of France.svg RépublicainsDrapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
Simon DufresseCharles d'Autichamp
Forces en présence
800 hommes6 000 à 8 000 hommes
Pertes
29 morts500 morts
1 200 à 1 500 blessés
1 prisonnier

Guerre de Vendée

Coordonnées 46° 56′ 17″ nord, 0° 35′ 19″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

(Voir situation sur carte : Deux-Sèvres)
Bataille des Aubiers

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Bataille des Aubiers

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille des Aubiers

La bataille des Aubiers se déroula lors de la guerre de Vendée.

La batailleModifier

 
Vue de l'église Saint-Hilaire des Aubiers.

Début novembre le général vendéen Charles d'Autichamp, commandant de l'Armée d'Anjou, avait rassemblé toutes ses troupes, soit 6 000 à 8 000 hommes[1].

Le 2 novembre, l'armée de d'Autichamp attaqua une compagnie d'une centaine d'hommes de la 70e demi-brigade commandée par le capitaine Lavigne. Les Républicains parvinrent néanmoins à s'échapper et se réfugièrent dans l'église des Aubiers[1].

Le lendemain, le général Simon Dufresse en poste à Bressuire apprit que la compagnie du capitaine Lavigne était assiégée aux Aubiers par plusieurs milliers de Vendéens. Dufresse rassembla alors 600 hommes et se porta à leur secours. Quelques heures plus tard, au pont de Nueil, les Républicains entrèrent en contact avec les forces vendéennes, 2 000 dont 200 cavaliers qui gardaient le pont. La position fut enlevée à la baïonnette par les Républicains, quelques vendéens se réfugièrent dans le cimetière de Nueil où ils furent tués jusqu'au dernier[1].

Le 4 novembre à l'aube, les Républicains entrèrent dans la commune des Aubiers. Dufresse, ayant reçu en renfort 100 soldats en provenance de Châtillon-sur-Sèvre, divisa sa troupe en 3 colonnes et lança l'attaque sur plusieurs points, tandis que depuis l'église, les hommes du capitaine Lavigne, à la vue des renforts, tentaient une sortie. Peu aguerris et mal équipés, les vendéens paniquèrent et prirent la fuite. Les Républicains se lancèrent à leur poursuite et tuèrent un grand nombre de Vendéens avant que ces derniers ne parviennent à se réfugier dans les bois[1].

Les pertes étaient écrasantes, 500 Vendéens étaient morts contre 30 Républicains et 1 500 étaient blessés. L'Armée d'Anjou était mise hors combat et d'Autichamps renonça à poursuivre la lutte, le 18 janvier 1800 il signait la paix avec les Républicains[1].

BibliographieModifier

  • Émile Gabory, Les Guerres de Vendée, Robert Laffont, 1912-1931 (réimpr. 2009), p. 593-594.

RéférencesModifier