Ouvrir le menu principal

Bataille des Aubiers (1793)

bataille de la guerre de Vendée en 1793
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille des Aubiers.
Bataille des Aubiers (1793)
Description de cette image, également commentée ci-après
Vitrail de l'église Sainte Madeleine d'Angers, par Jean Clamens, 1892.
Informations générales
Date 13 avril 1793
Lieu Nueil-les-Aubiers
Issue Victoire vendéenne
Belligérants
Flag of France.svg RépublicainsDrapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
Pierre QuétineauHenri de La Rochejaquelein
Forces en présence
2 500 hommes3 000 hommes
Pertes
25 à 30 morts
52 blessés
3 canons perdus
inconnues

Guerre de Vendée

Coordonnées 46° 56′ 17″ nord, 0° 35′ 19″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

(Voir situation sur carte : Deux-Sèvres)
Bataille des Aubiers (1793)

Géolocalisation sur la carte : Poitou-Charentes

(Voir situation sur carte : Poitou-Charentes)
Bataille des Aubiers (1793)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille des Aubiers (1793)

La bataille des Aubiers se déroula lors de la guerre de Vendée.

La batailleModifier

Lors du mois d'avril 1793, la Gâtine, dans le Poitou, se souleva à son tour contre les Républicains. Une armée de 3 000 Poitevins, dont 200 seulement équipés de mauvais fusils de chasse et le reste combattant avec des faux, fut constituée, avec à sa tête, Henri de La Rochejaquelein. Le 13 avril, les Vendéens attaquèrent Les Aubiers, tenu par le général de brigade Pierre Quétineau, ce fut avant cette bataille que La Rochejaquelein lança sa célèbre harangue: « Si j'avance, suivez-moi ; si je recule, tuez-moi ; si je meurs, vengez-moi ». Pris par surprise, les Républicains paniquèrent rapidement et prirent la fuite. Les Vendéens gagnèrent 3 canons et 1 200 fusils. Bien qu'il eût la possibilité de prendre Bressuire, La Rochejaquelein préféra partir vers le nord afin d'appuyer les Angevins.

Selon les mémoires de Victoire de Donnissan de La Rochejaquelein, les Républicains perdirent 70 hommes, dans son mémoire le général Quétineau écrivit avoir perdu près de 30 hommes tués et 52 blessés qui purent être évacués.

SourcesModifier

  • Charles-Louis Chassin, La Vendée Patriote (1793-1800), Tome I, édition Paul Dupont, 1893-1895, p.284.
  • Yves Gras, La Guerre de Vendée, éditions Economica, 1994, p.33-34.
  • Auguste Billaud, (1903-1970), La Guerre de Vendée, Fontenay-Le-Comte, 1972, impr. Lussaud, p.51.