Bataille de la baie de Matanzas

La bataille de la baie de Matanzas, qui eut lieu sur la côte sud de Cuba le , permit à la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales de mettre la main sur un imposant trésor espagnol, convoyé par la Flotte des Indes, d'une valeur totale de onze millions de florins, essentiellement sous forme de pièces d'argent.

Piet Hein capturant la flotte espagnole.

La flotte de 1628 fut capturée par le corsaire hollandais Piet Hein, sous la direction de l'amiral hollandais Witte de With, en compagnie de Hendrick Lonque (en) et du vice-amiral Joost Banckert (en).

Une partie de la flotte espagnole a été prévenue de l'attaque à l'occasion de l'arrestation d'un mousse hollandais et s'abrite dans les colonies espagnoles avoisinantes, mais l'autre partie continue son chemin. Quinze navires seront piégés auprès de ou dans la baie de Matanzas, sur la côte cubaine. Cette bataille est considérée comme une étape importante de l'affaiblissement de l'Espagne aux Antilles et comme un élément de motivation pour les corsaires et pirates qui vont dès lors essaimer un peu partout à travers la Caraïbe[1].

Piet Hein met ainsi la main sur un butin (or, argent et diverses richesses) valant très exactement 11,509 millions de florins en or, argent et denrées coloniales diverses.

C'est la plus grande victoire hollandaise dans les Caraïbes : lorsque Piet Hein retourne à Rotterdam, il y est accueilli en héros.


Ce trésor servira à financer l'armée hollandaise pendant 8 mois, mais aussi à verser des dividendes aux actionnaires de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales qui s'étaient fait tirer l'oreille pour investir lors de sa constitution en 1621-1623. Ainsi, plus de la moitié est distribué en dividendes de 25% en 1628 puis 50% en 1629[2].

Au-delà de ces dividendes et de ces huit mois, le reste de butin sera aussi utilisé pour armer une flotte de près de 70 navires, de dimensions très variablesn qui cingle en vers la colonie sucrière portugaise de Pernambuco, sur la côte brésilienne.

RéférencesModifier

  1. Histoire et civilisation de la Caraïbe : Guadeloupe, Martinique, Petites Antilles, Paris, Maisonneuve & Larose, , 414 p. (ISBN 2-7068-1857-3, lire en ligne), p. 168.
  2. "GOVERNING THE FREE SEA: THE DUTCH WEST INDIA COMPANY AND COMMERCIAL POLITICS, 1618-1645" par l'historien Alexander Bick, sous la direction d'Anthony Grafton, en septembre 2012 [1]

BibliographieModifier

Fastes de la marine hollandaise, par F. Douchez et Gerrit Engelberts Gerrits.