Ouvrir le menu principal
Bataille de la Macta

Informations générales
Date
Lieu Près de la rivière de Macta, Algérie
Issue Victoire algérienne[1]
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de FranceÉtat d'Abdelkader
Commandants
Camille Alphonse TrézelÉmir Abdelkader
Forces en présence
5 000 hommes
Une division de cavalerie
15 000 hommes
Pertes
300 morts[2]Inconnues

Conquête de l'Algérie par la France

Batailles

Campagne contre la Régence d'Alger (1830-1837)

Sidi-Ferruch (1830) · Staoueli (1830) · Sidi Khalef (1830) · Alger (1830) · Blida (1830) · Oran (1831) · Bône (1832) · 1re Bougie (1833) · 2e Bougie (1835) · 1re Constantine (1836) · 2e Constantine (1837)

Campagne contre Abd-el-Kader (1832-1834)

Kheng-Nettah (1832)

Campagne contre Abd-el-Kader (1835-1837)

Sig (1835) · Macta (1835) · Mascara (1835) · Habrah (1835) · Tlemcen · Sikkak (1836) · Somah

Campagne contre Abd-el-Kader (1839-1847)

Portes de Fer (1839) · Mazagran (1840) · Afroum · Mouzaïa (1840) · Médéa · Matamores de Bou-Chouicha (1840) · La Smala (1843) · Isly (1844) · Sidi-Brahim (1845)

Campagne de la Grande Kabylie (1854-1857)

Sebaou · Chellata · Aït Aziz

Campagne de pacification (1830-1871)

Zibans (1844) · Zaatcha (1849) · Nara (1850) · Laghouat (1852) · Mokrani (1871)

Campagne du Sahara (1881-1902)

1re Hoggar (1902) · Tit (1902) · 2e Hoggar (1902)

Coordonnées 35° 47′ 21″ nord, 0° 09′ 12″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Bataille de la Macta

La bataille de la Macta a eu lieu le , près de la rivière de la Macta, entre les troupes françaises du général Camille Alphonse Trézel et une coalition de guerriers tribaux de l'émir Abdelkader, pendant la conquête française de l'Algérie.

Sommaire

DéroulementModifier

La colonne française, qui avait livré une bataille peu concluante mais quelque peu sanglante avec Abdelkader quelques jours plus tôt, se repliait vers Arzew pour se ravitailler, lorsque Abdelkader l'attaqua dans les marais sur les rives de la Macta dans l'actuel ouest algérien. Les troupes françaises ont paniqué, et, dans une retraite désorganisée, se sont enfuis à Arzew. Les Algériens firent une pyramide avec la tête des Français vaincus, prétendument des centaines au total[3].

ConséquencesModifier

Après l'affrontement, l'émir Abdelkader installe sa capitale à Tagdemt. En France, le désastre conduisit au rappel du général Trézel et du comte d'Erlon, premier gouverneur général d'Algérie, et permit à Abdelkader d'acquérir de l'influence sur les tribus dans toute l'Algérie[4].

Notes et référencesModifier

  1. Emerit (2010), p. 18-19.
  2. « Bataille de la Macta », Guerres,‎ . (lire en ligne)
  3. (en) Charles Henry Churchill, The life of Abdel Kader, ex-sultan of the Arabs of Algeria; written from his own dictation, and comp. from other authentic sources, London, Chapman and Hall, , 364 p. (lire en ligne), p. 77
  4. « Bataille des marais de La Macta », Almanach,‎ . (lire en ligne)

SourcesModifier

Lire aussiModifier