Bataille de l'aéroport d'Aden

La bataille de l'aéroport d'Aden se déroule le quelques jours après le limogeage de Abdel Hafedh al-Sakkaf (en), commandant des Forces spéciales par le président Abdrabbo Mansour Hadi[3].

Abdel Hafedh al-Sakkaf (en) échoue à prendre l'aéroport d'Aden[4].

ContexteModifier

Le , le président Abdrabbo Mansour Hadi limoge le chef des forces spéciales Abdel Hafedh al-Sakkaf et en nomme un autre[5].

Le , Abdel Hafedh al-Sakkaf, rejette son limogeage[6].

DéroulementModifier

Lors de cette bataille, les forces du général al-Sakkaf (en) avaient mené un raid contre le palais présidentiel al-Maachiq. Le président Abdrabbo Mansour Hadi, qui été évacué vers un « lieu sûr », a dénoncé une « tentative de putsch ».

SuitesModifier

Peu de temps après, al-Sakkaf échappe à une tentative d'assassinat[7]. Puis commence la bataille d'Aden.

Notes et référencesModifier

  1. (en-US) Hakim Almasmari and Asa Fitch, « Yemeni Troops Expel Special Forces From Aden Airport », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le 21 mars 2020)
  2. (en) « Yemen: MSF receives over 60 patients after Aden clashes », sur Médecins Sans Frontières (MSF) International (consulté le 21 mars 2020)
  3. L'Obs, « Yémen: violents combats pour le contrôle d'Aden », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 12 août 2020).
  4. Le Monde, « Affrontements meurtriers à Aden au Yémen », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 12 août 2020).
  5. « http://www.liberation.fr/monde/2015/03/03/yemen-dix-miliciens-chiites-tues-dans-un-attentat-d-al-qaida_1213410 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  6. AFP, « Yemen: le président contesté proclame Aden "capitale" du pays », sur Le Point, Le Point, (consulté le 21 mars 2020)
  7. « Qui sont les rebelles visés par les attentats au Yémen », sur Le Huffington Post (consulté le 8 janvier 2016)