Ouvrir le menu principal

Bataille de l'aérodrome de Jalibah

Bataille de l'aérodrome de Jalibah
Description de cette image, également commentée ci-après
Un char irakien T-55 mis hors de combat à l'aérodrome de Jalibah.
Informations générales
Date
Lieu Aérodrome de Jalibah, Irak
Issue Victoire américaine
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-UnisFlag of Iraq (1991–2004).svg Irak
Pertes
2 soldats tués
9 blessés
lourdes pertes

Guerre du Golfe

Batailles

Invasion irakienne du Koweït :
Intervention des forces de la Coalition :
Incidents après le cessez-le-feu :
Coordonnées 30° 32′ 49″ nord, 46° 36′ 08″ est

Géolocalisation sur la carte : Irak

(Voir situation sur carte : Irak)
Bataille de l'aérodrome de Jalibah

La bataille de l'aérodrome de Jalibah est livrée le pendant la guerre du Golfe lorsque la 2e brigade de la 24e division d'infanterie mécanisée américaine attaque la base aérienne irakienne de Jalibah fortement défendue, à 65 kilomètres au sud de Nassiriya et à 128 kilomètres à l'est de Bassora. Il s'agit de l'un des ultimes engagements du conflit avec la bataille de Norfolk avant que le cessez-le-feu ne prenne effet.

Déroulement de la batailleModifier

 
Un Soukhoï Su-25 irakien détruit sur l'aérodrome de Jalibah.

Les satellites et les avions de reconnaissance américains avaient indiqué la présence de 20 chars et de 1 000 soldats irakiens retranchés sur l'aérodrome. À 6 h 00 le , après un intense barrage d'artillerie, environ 200 blindés américains sous le commandement du général Paul J. Kern sont chargés de s'emparer de l'aérodrome. Après plusieurs heures de combat, la base aérienne est finalement prise.

Selon le second lieutenant Neal Creighton, les soldats irakiens tentaient de se retrancher dans les casemates tandis que d'autres essayaient de se rendre. De nombreux hélicoptères de combat et avions irakiens sont détruits lors de la bataille.

Seul un soldat américain est blessé dans les échanges de tirs avec l'ennemi ; en revanche deux autres sont tués et 9 blessés à la suite de tirs amis lorsque 3 M2 Bradley ont été endommagés par des tirs d'uranium appauvri de M1 Abrams de la compagnie C du 69e régiment blindé, ayant été identifiés comme étant des T-72 irakiens.

AnnexesModifier