Bataille de Villersexel

bataille de la guerre franco-prussienne de 1870
Bataille de Villersexel
Description de cette image, également commentée ci-après
La bataille de Villersexel, tableau d'Alphonse de Neuville (1834-1885), soldats français assiégeant des soldats prussiens reclus dans une ferme.
Informations générales
Date 9 janvier 1871
Lieu Villersexel, France
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de la Prusse Royaume de PrusseDrapeau français République française
Commandants
August von WerderCharles Denis Bourbaki
Forces en présence
15 000 hommes20 000 hommes
Pertes
438 tués et blessés
140 prisonniers
654 tués et blessés
700 prisonniers

Guerre franco-prussienne de 1870

Batailles

Coordonnées 47° 33′ 05″ nord, 6° 26′ 02″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Villersexel
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
(Voir situation sur carte : Bourgogne-Franche-Comté)
Bataille de Villersexel
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
(Voir situation sur carte : Haute-Saône)
Bataille de Villersexel

La bataille de Villersexel lors de la guerre franco-prussienne de 1870 oppose le des éléments de l'armée de l'Est sous la direction du général Bourbaki aux troupes prussiennes commandées par le général Werder. Elle se termine par une victoire française, restée sans lendemain, puisqu'elle précède une défaite à l'occasion de la bataille de la Lizaine.

ContexteModifier

Les troupes françaises sont affaiblies par d'importantes difficultés de ravitaillement qui freinent leurs mouvements. Cette inorganisation, conjuguée à des conditions climatiques rigoureuses, s'inscrit en outre dans le contexte des déroutes précédentes marquées par les capitulations de Napoléon III à Sedan, du maréchal Bazaine à Metz et du siège de Paris. L'objectif de l'armée de l'Est est de rejoindre Belfort, où résiste le colonel Denfert-Rochereau, pour prendre les forces allemandes à revers.

Ordre de batailleModifier

FranceModifier

PrusseModifier

Les Prussiens envoient dans un premier temps une avant-garde qui part le des environs de Vesoul en direction de Villersexel par Noroy-le-Bourg, Autrey-lès-Cerre et Borey. Ce sont les unités de cette avant-garde appartenant à la 4e division de réserve qui entrent les premières en conflit avec les troupes françaises[1]. Pour les remplacer, l’armée prussienne dépêche le 9 janvier les unités suivantes[1] :

  • la brigade Goltz de la 13e division ;
  • le 1er régiment d’infanterie du Rhin (ou le no 25 de l’armée prussienne, dit régiment von Lützow), appartenant au XIVe corps d’armée, 28e division, 56e brigade d’infanterie. Il est sous le commandement du colonel von Loos assisté par le commandant Spangenberg et le capitaine Reisewitz, le commandant en chef du régiment est Charles de Wurttemberg ;
  • le 4e régiment d’infanterie „Graf Werder“ (ou le no 30 de l’armée prussienne).

L’avant-garde a été placée sous le commandement du generalmajor von Treskow. Elle était composée de[1] :

  • la 4e brigade de cavalerie de réserve ;
  • Le bataillon de fusiliers du 1er régiment d’Infanterie du Rhin (n° 25 de l’armée prussienne) ;
  • le 2e bataillon du 1er régiment d’infanterie du Rhin ;
  • le 1er régiment d’uhlans de réserve sous le commandement du lieutenant-colonel von Wulffen ;
  • la 1re et 2e batterie lourde de réserve sous le commandement respectivement des capitaines Glagau et Otto ;
  • une section du détachement du service de santé militaire.

DéroulementModifier

 
Carte de Villersexel à l'époque de la bataille.

Le contact s'opère dans la matinée du 9 janvier dans la localité de Villersexel, où un détachement français s'est installé la veille. Les Prussiens parviennent à déborder les troupes qui tiennent le pont sur l'Ognon, en empruntant une passerelle peu protégée en aval. À 13 heures, Villersexel est occupée par les Allemands qui prennent possession du château. Les combats se poursuivent aux alentours, à l'ouest à Esprels et Autrey-le-Vay, à l'est à Villers-la-Ville. La contre-attaque française est menée dans l'après-midi par Bourbaki lui-même, le château étant repris à 17 heures après une mêlée confuse où les adversaires s'affrontent au corps à corps. La résistance se poursuit une partie de la nuit, cessant vers 3 heures le 10 janvier avec l'évacuation des troupes prussiennes. Bourbaki ne reprendra son mouvement que le 13 janvier, alors que Werder a pu se replier une vingtaine de kilomètres au nord sur la Lizaine.

ConséquencesModifier

Le château des Grammont, détruit durant la bataille, sera reconstruit ultérieurement. Le village, également incendié, a été particulièrement touché dans sa partie basse vers l'Ognon. L'activité minière et industrielle des houillères et saline de Gouhenans voisines est fortement ralentie par ces évènements, le chevalement du puits no 10 qui domine les plaines environnantes est utilisé par les troupes prussiennes comme point d'observation au cours de la bataille[2].

HommagesModifier

À Villersexel, divers monuments commémorent cette bataille. Le monument aux morts principal est construit en 1874 dans le centre-ville. Dans le cimetière un monument aux morts de la guerre de 1870 en forme de croix ainsi qu'une tombe commune et des tombes individuelles de soldats allemands morts lors de cette guerre. Enfin, en périphérie du bourg, se trouve le « monument des cosaques » qui rend hommage aux soldats de l'armée de l'Est tués lors de la bataille de Villersexel. Il est construit en 1893, inauguré le (en même temps que le monument du centre) et déplacé en 2006 lors de la construction de la LGV Rhin-Rhône[3].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (de) Hugo Edwin von Loos (Lieutenant général commandant le 1er régiment d'infanterie du Rhin), Zur Geschichte des 1. Rheinischen Infanterie-Regiments Nr 25 : 1. Gefecht bei Villersexel, den 9/10ten Januar ; 2. Gefecht bei Arcey-Ste.-Marie u. Aibre, den 13ten Januar 1871, Wesel, Bagel, (lire en ligne).
  2. Pierre Semonin, Houillère de Gouhenans : Le puits 10 (1863-1873), , p. 23.
  3. « Synthèse des relevés - Villersexel (70 - Haute-Saône) », sur memorialgenweb.org (consulté le 14 novembre 2016).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Colonel Rousset, Histoire générale de la Guerre franco-allemande, tome 2, Édition Jules Tallandier, Paris, 1911.
  • Pierre Bertin, 1870-1871, désillusions dans l'Est, Besançon, Cêtre, , 207 p. (ISBN 978-2-878-23172-4).
  • (en) Yves Chenut, Les dernières chevauchées des vaincus : de Besançon à Bischofszell, via Villersexel, janvier-mars 1871 : roman historique, Besançon, Editions Cêtre, , 445 p. (ISBN 978-2-878-23184-7).