Bataille de Torrington

bataille de la guerre civile anglaise (1646)
Bataille de Torrington

Informations générales
Date
Lieu Great Torrington, comté du Devon, Royaume d'Angleterre
Casus belli Conflit entre les Royalistes et les parlementaires
Issue Victoire des parlementaires
Belligérants
Drapeau de l'AngleterreArmée ParlementaireRoyal Standard of England (1603–1689).svgArmée royaliste
Commandants
Drapeau de l'AngleterreSir Thomas FairfaxRoyal Standard of England (1603–1689).svg Ralph Hopton
Forces en présence
10 000 hommes2 000 fantassins
3 000 cavaliers

Première guerre civile anglaise

Batailles

1642

1643

1644

1645

1646
Coordonnées 50° 57′ 11″ nord, 4° 08′ 28″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni
(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Bataille de Torrington
Géolocalisation sur la carte : Angleterre
(Voir situation sur carte : Angleterre)
Bataille de Torrington

La bataille de Torrington () fut une bataille décisive de la Première Guerre civile anglaise qui marqua la fin de la résistance royaliste dans l'ouest du pays. Elle se déroula à Torrington , dans le comté du Devon.

PréludeModifier

Après la défaite de Lord Wentworth à Bovey Tracey, Sir Ralph Hopton est nommé commandant royaliste des forces de l’Ouest. Il est accompagné par Wentworth qui commande la cavalerie et Sir Richard Grenville l'infanterie. Cependant Grenville refuse de reconnaître le commandement de Hopton. Il est alors arrêté pour insubordination et emprisonné au St Michael's Mount[1].

L’armée de Hopton, qui ne compte que 2 000 pieds et 3 000 chevaux, avance dans le comté du Devon et occupe Torrington, où ils construisent des ouvrages défensifs.

BatailleModifier

L'armée des parlementaires arrivent de l'Est le au soir. A la nuit tombée et sous une pluie battante, ils se heurtent aux dragons royalistes. Des combats éclatent également à l'est de Torrington. Le commandant de Roundhead, Sir Thomas Fairfax, décide alors d'attendre le matin pour reconnaître les défenses des royalistes. Cependant, alors qu'il envoie ses dragons tester les défenses royalistes, ceux-ci essuient un feu nourri. Fairfax décide alors de mener plus de troupes à l'attaque, ce qui déclenche un combat général.

Les combats aux barricades durent deux heures, durant lesquelles les hommes s'affrontent à coup de piques. L'infanterie de Cornouailles finit par céder et se retire dans la ville, où de violents combats se poursuivent. Une étincelle enflamme le magazine royaliste de l'église de Torrington , où étaient stockés 80 barils de poudre à canon. L'explosion a détruit l'église et tue tous les prisonniers détenus. Fairfax lui-même échappe de peu à la mort[1].

ConséquencesModifier

L'explosion mit mis fin à la bataille, les troupes royalistes restantes étant en fuite.

MémorialModifier

L'anniversaire de la bataille est commémoré chaque année en février, avec une procession à la torche et une reconstitution[2].

Dans la fictionModifier

La bataille occupe une place prépondérante dans la conclusion de la fiction historique Simon de Rosemary Sutcliff.

RéférencesModifier

  1. a et b « The Battle of Torrington, 1646 », BCW Project (consulté le 4 juillet 2016)
  2. « A Little Local History », Great Torrington (consulté le 4 juillet 2016)