Bataille de Warns

(Redirigé depuis Bataille de Stavoren)
Bataille de Warns
Description de cette image, également commentée ci-après
Monument commémoratif comportant l'année 1345 et les mots laver dea as slaef
Informations générales
Date 26 septembre 1345
Lieu Stavoren et Warns
Issue Victoire frisonne
Belligérants
Comté de HollandePopulation frisonne
Commandants
Guillaume IV de Hollande-
Forces en présence
InconnuesInconnues
Pertes
InconnuesInconnues

Table commémorative du Heren van Montfoort, vers 1380. Entre Marie à l'enfant et Saint Georges les quatre sires de Montfoort. De gauche à droite, Jan I van Montfoort, son grand-oncle Roelof de Rover, son oncle Willem de Rover et Hendrik de Rover Roelofsz. Les trois premiers sont morts lors de la bataille de Warns. C'est le tableau le plus ancien des Pays-Bas.
La Frise vers 1300

La bataille de Warns fut une bataille entre le comte Guillaume IV de Hollande et les Frisons le , qui se solda par une victoire éclatante pour les Frisons. La commémoration annuelle de la bataille est importante pour une partie des Frisons. Le terme de bataille de Stavoren, est parfois utilisé, et est plus correct, puisque Warns n'est pas mentionné dans les sources historiques .

ContexteModifier

Au sein du Saint-Empire romain germanique, les régions frisonnes connaissent à partir du XIIème siècle une absence de féodalité et de servage, appelée la liberté frisonne. Celle-ci était particulièrement développée à l'est du fleuve Lauwers, dans l'actuelle province de Frise. Les comtes de Hollande cherchent plus de pouvoir, et revendiquent la mise en place d'une fiscalité et d'un pouvoir judiciaire en Frise.

Seule la ville de Stavoren lui était fidèle. Lorsque les plans d'invasion deviennent évidents, les Frisons décident de s'emparer de la ville le 11 juin, probablement afin d'éviter qu'elle serve de tête de pont[1].

Guillaume IV rassemble alors une armée. Une force de 85 000 hommes est parfois avancée par les conteurs, mais les estimations modernes donnent une estimation de 12 000 à 15 000 hommes. La flotte traverse l'Ijsselmeer le , mais est séparée par le mauvais temps et arrive en ordre dispersé sur les côtes frisonnes[1].

AttaqueModifier

Les Hollandais, dont l'oncle de William, le seigneur Jan van Beaumont, quittent Enkhuizen avec une flotte, traversent le Zuiderzee et débarquent à Stavoren et à Laaxum . Ils voulaient s'emparer du monastère St. Odulphus près de Stavoren et l'utiliser comme une forteresse. Les chevaliers hollandais portaient une armure, mais n'avaient pas de chevaux, car les navires étaient déjà chargés de travailleurs, de matériaux de construction et de fournitures. Les troupes du comte Willem brûlent Laaxum désertée et Warns abandonnés et se dirigent vers Stavoren. À Warns ils sont attaqués par les habitants. En raison de leurs lourdes armures, ils ne sont pas en mesure de rivaliser avec les fermiers et les pêcheurs en colère. Ils s'enfuient vers Roode Klif, un terrain marécageux près d'une falaise, où ils subissent une lourde défaite. Le comte Willem est tué pendant la bataille. Lorsque les troupes du seigneur de Beaumont à Stavoren apprennent cela, elles se réfugient à bord des navires, poursuivies par les Frisons, et seul une faible part des troupes initiales rentre à Amsterdam.

Après la batailleModifier

La victoire frisonne a permis aux Frisons de conserver leur indépendance pendant encore 150 ans. Après la bataille de Warns, les conflits entre les Schieringers et les Vetkopers conduisirent à une guerre civile entre Vlie et Weser. Celle-ci atteint son apogée dans la Grande Guerre de Frise (1413-1422).

L'empereur Maximilien Ier du Saint-Empire romain germanique nomme en 1498 Albert III de Saxe gouverneur ( potestaat (nl)) de la Frise entre Vlie et Ems, ce qui met fin à l'ère de la liberté frisonne dans cette région.

CommémorationModifier

La bataille de Warns est commémorée chaque année le 26 septembre jusqu'en 1500, puis est tombéz en désuétude. Depuis 1945, la commémoration a de nouveau lieu le dernier samedi de septembre[2]. En 1951, un monument a été érigé sur le Roode Klif, près de Warns : un bloc erratique de Tijnje portant le texte leaver dea as slaef (plutôt mort qu'esclave en frison). La route de Warns à Scharl est encore appelée par les locaux le ferkearde wei (le chemin dans le mauvais sens), car c'est celui choisi par les chevaliers hollandais, qui a conduit à leur défaite[1].

La bataille de Warns fut la source d'inspiration du roman historique de Jacob van Lennep, La rose de Dekama .

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (nl) André Horlings, « De Slag bij Warns (1345) – Symbool van de Friese vrijheidsstrijd », sur historiek.net, (consulté le 26 septembre 2019).
  2. (nl) « Jaarlijkse herdenking van de Slag bij Warns in 1345 », sur omropfryslan.nl, (consulté le 26 septembre 2019).