Ouvrir le menu principal

Bataille de Rumaila

Bataille de Rumaila
Description de cette image, également commentée ci-après
Prise de guerre, un BMP-1 irakien capturé en 1991 par la 24e division d'infanterie mécanisée américaine.
Informations générales
Date
Lieu Rumaila, Al-hammar, Irak
Issue Victoire américaine
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-UnisFlag of Iraq (1991–2004).svg Irak
Commandants
Barry McCaffreyinconnu
Forces en présence
24e division d'infanterie mécanisée
éléments aériens de la 101e division aéroportée
7 000 soldats
plusieurs centaines de véhicules
Pertes
1 blessé
1 M1 Abrams détruit
1 M2 Bradley endommagé
environ 700 tués et de nombreux véhicules neutralisés

Guerre du Golfe

Batailles

Invasion irakienne du Koweït :
Intervention des forces de la Coalition :
Incidents après le cessez-le-feu :
Coordonnées 30° 41′ 53″ nord, 47° 19′ 18″ est

Géolocalisation sur la carte : Irak

(Voir situation sur carte : Irak)
Bataille de Rumaila

La bataille de Rumaila est un engagement controversé qui eut lieu le près du gisement pétrolier de Rumaila dans la vallée de l'Euphrate dans le sud de l'Irak, lorsque les forces américaines, principalement de la 24e division d'infanterie mécanisée sous le commandement du major-général Barry McCaffrey et des AH-64 Apache, ont attaqué et neutralisé une colonne d'éléments blindés de la garde républicaine irakienne battant en retraite peu de temps après la fin de la guerre du Golfe.

Un engagement controverséModifier

Ayant eu lieu 2 jours après le cessez-le-feu marquant la fin du conflit, elle se déroule alors que l'ONU et le gouvernement irakien devaient entamer des pourparlers de paix le lendemain matin.

Le bilan du raid fait état de 14 véhicules de transport de troupes neutralisés, de 14 BM-21 Grad détruits, de 4 hélicoptères abattus, de 39 chars T-72, 56 camions et 2 batteries de missiles sol-air SA-6 Gainful irakiens détruits. Un pont irakien sur l'Euphrate a par ailleurs été endommagé.

L'une des deux brigades de la 1re division blindée Hammurabi de la garde républicaine a ainsi été anéantie. Environ 700 soldats irakiens ont été tués ou capturés. Un char M1 Abrams américain a en revanche été détruit dans l'explosion d'un camion irakien situé à proximité et un M2 Bradley a été endommagé par les tirs ennemis.

McCaffrey estime quant à lui que 187 véhicules blindés, 43 pièces d'artillerie et plus de 400 camions ennemis ont été mis hors de combat.

ConséquencesModifier

Les autorités militaires et le Congrès des États-Unis ont cependant exonéré Barry McCaffrey de sa responsabilité, après que celui-ci eut justifié sa décision d'attaquer les blindés irakiens. Selon lui, les Irakiens se seraient montrés agressifs et auraient ouvert le feu, contraignant ses troupes à riposter tandis que certains considèrent qu'il s'agit d'un crime de guerre.

Malgré cet incident, la garde républicaine irakienne massera à nouveau 70 000 soldats et 1 000 chars près de la frontière koweïtienne en selon les officiels américains.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier