Ouvrir le menu principal

La bataille de Redinha eut lieu le à Redinha au Portugal.

Sommaire

Le contexteModifier

L'armée française bat en retraite depuis le . C'est le Maréchal Ney qui commande l'arrière garde qui se compose du 6e corps. Après avoir livré à Pombal une première action de retardement, l'armée française s'arrête sur les hauteurs de Redinha[1].

Les forces en présenceModifier

La batailleModifier

{{En février 1810, Masséna, bloqué pendant six mois aux lignes de Torres Vedras, affamé et démoralisé, accepta les conseils de ses lieutenants abattus et commença à préparer le retrait de l'armée française du Portugal. Par son sang-froid coutumier, Masséna donna des ordres appelant l'armée à quitter le Tage brusquement entre le 4 et le 6 mars, dans le but de faire de Coimbra une base permettant de jeter des ponts sur le fleuve Mondego et de permettre à l'armée de passer en sécurité. Les Français poursuivirent un mouvement rétrograde dans la vallée de la Mondego. - que Masséna avait longtemps envisagé, ne serait-ce que par les ordres express de Napoléon lui interdisant de quitter le Tage - dans l'espoir d'un meilleur pays à fourrager alors qu'ils épuisaient leurs dernières réserves de biscuits.

Conscient que ses mesures préliminaires consistant à canaliser des hommes blessés ou malades, des armes lourdes et de gros chariots alerteraient les Britanniques et les Portugais de ses intentions, Masséna prit des mesures pour empêcher une tentative des Alliés contre ses lignes. Dans la vallée du Tage, où les Français étaient établis en profondeur, une poignée de baïonnettes suffirait pour tenir Wellington à distance, mais le long des routes côtières, des mouvements rapides pourraient permettre à l'ennemi de s'emparer de Leiria, Pombal ou Condeixa, coupant la ligne française se retirer et forcer Masséna vers le sud dans la vallée de Zêzere, une région inhospitalière et dangereuse. Le 5 mars, tous les corps de l'armée française étaient en mouvement: une concentration à Punhete sous Loison masquait des mouvements plus larges, Loison feignant d'essayer de forcer le Tage. Le maréchal Ney a couru de Tomar vers les hauteurs de Leiria avec deux divisions (Mermet et Marchand) et une brigade de cavalerie (Montbrun), ajoutant la division de Conroux à la marche et mettant environ 22 000 hommes à l'approche de la mer. Pendant ce temps, Reynier a déménagé de Santarém à Tomar, en descendant les hauteurs de Miranda do Corvo et en s’installant sur la rive gauche du Mondego. Junot se dirigeait vers Torres Novas, passant devant Ney, traversant Pombal et rejoignant Coimbra. Loison, après avoir détruit les ponts de leurres à Punhete le 7 mars, rejoint Ney à Leiria, formant l’arrière-garde de Masséna.

Wellington se déplace Les Alliés restèrent immobiles du 4 au 6 mars, surveillant les manœuvres françaises et essayant de discerner les intentions de Masséna avec certitude. Pour Wellington, le retrait apparent des Français était en soi un soulagement bienvenu, et le général choisit d'attendre les événements plutôt que de risquer de compromettre son avantage par des actions précipitées contre l'ennemi. À l'insu des Français, toutefois, plusieurs détachements alliés (principalement des recrues portugaises) avaient déjà occupé de nombreux postes le long du Mondego. En conséquence, les Alliés ne marchèrent pas avant le 6 au matin, Wellington dirigeant une poursuite prudente et prudente de Ney.

Les partis français sous Montbrun ont reconnu le Mondego le matin du 11 mars, mais ont trouvé le fleuve inondé, impossible à traverser et Coimbra occupée par la milice portugaise dirigée par Nicholas Trant. Le lendemain, un site a été découvert à Pereira, à huit milles en amont, où la rivière pourrait être traversée par un ensemble de ponts, ce qui permettrait de gagner environ 36 heures pour leur construction.

Pombal Le premier échec de Wellington a eu lieu au village de Pombal, que Ney a initialement cédé aux colonnes des Alliés sans se battre le matin du 11 mars. Alors que les Britanniques entraient dans le village, Ney ordonna un virage brusque et la contre-attaque avec trois bataillons repoussant l'ennemi de la ville et jetant le désordre dans les colonnes britanniques, certaines troupes étant entraînées dans la rivière et noyées. Les bataillons français ont ensuite mis à Pombal le feu, bloquant la poursuite des Alliés et procurant à Masséna les heures cruciales nécessaires à l'occupation de Coimbra - même si, en fin de compte, l'occasion a été manquée.

Bataille Mouvements initiaux Wellington a avancé son armée en trois colonnes, la droite composée des divisions de Picton et Pack, la gauche d'Erskine et le centre des troupes de Cole, soutenues par la cavalerie dirigée par John Slade, Wellington a tenté de contourner la position de Ney. Quand une colonne se rapprochait, les Français attaquaient avec (selon le terrain) des tirs de mousquet, des baïonnettes ou de la cavalerie. Chaque fois que les colonnes alliées pressaient trop les Français, ses troupes prenaient la colonne dans le flanc et la repoussaient.

Combat de redinha L'arrière-garde de Ney a créé une nouvelle position sur les hauteurs au bord de la rivière Soure, donnant sur les alliés se déplaçant dans une petite plaine d'un côté et le village de Redinha et la rivière Ancos de l'autre. Ses troupes formaient deux lignes de rang, soutenues par de l'artillerie, des tirailleurs placés à des emplacements stratégiques à l'avant et une cavalerie placée plus en arrière. Lorsque la division légère, la division portugaise de Pack et la 3e division de Picton ont été rejointes par la 4e division, Wellington a commencé son attaque. La 3ème division attaqua les tirailleurs sur les hauteurs de la gauche française, la division légère attaqua ceux de droite, les troupes de Cole s'avançant sur le centre français.

La division de Picton a réussi à maîtriser les sommets et les Français ont reculé. Les alliés ont suivi, mais ont été mis à portée des six canons de Ney et les Britanniques se sont repliés avec de lourdes pertes. Une charge à la baïonnette de trois petits bataillons des 27e, 59e et tous les tirailleurs de Ney a ramené les Britanniques et les Portugais jusqu'au pied des hauteurs. A la droite de Ney, la division lumière subit un sort similaire. Ils ont réussi à expulser les tirailleurs français postés dans le bois mais ont été retrouvés et repoussés par l'infanterie et la cavalerie à l'abri des regards. Les hommes de Cole étaient incapables de progresser.

Les deux flancs refoulés, Wellington a avancé son centre pour attaquer la position des Français en avant. Ney a répondu avec le 25e Léger et le 50e de ligne, soutenus par l'artillerie et le 3e Hussards et le 6e Dragons. Il y eut un tir de mousqueterie et d'artillerie, suivi d'une autre charge de baïonnette et de cavalerie, et le centre anglo-portugais fut plongé dans la confusion. À ce moment-là, lorsque le centre allié a faibli, Ney aurait été sur le point de remporter une victoire spectaculaire s'il avait pu mieux engager la division de Mermet, entraînant les alliés dans la vallée d'Arunca. Mais le duc d’Elchingen fit preuve de prudence et rappela ses troupes sur le pont. Pendant une heure, il repoussa les assauts de sa position, brisant les rangs des Anglo-Portugais sous un tir intense.

À quatre heures, Ney avait brisé tous les assauts des alliés, jusqu'à ce que Wellington rassemble toute son armée sur quatre lignes et les propulse sur la position française, tentant à nouveau de tourner les deux flancs. Ney, n'ayant plus aucune réserve, a tiré une salve de ses canon, créant ainsi un écran de fumée dissimulant le retrait de ses troupes de l'autre côté de la rivière. Redinha a été mis au feu lui aussi et Ney a pris une nouvelle position de l'autre côté de la rivière Ancos. Wellington a de nouveau tenté de tourner les deux flancs, mais Ney a retiré son arrière-garde pour éviter d'être pris au piège et s'est retiré dans le village de Condeixa.

Conséquences En conséquence, les alliés ont été obligés de s'arrêter et de récupérer pendant une journée sur la rivière Soure. Ils avaient perdu environ 1 800 hommes contre seulement 150 ou 229 hommes pour les Français. Les contemporains français et britanniques de Wellington ont critiqué sa gestion de la bataille. Le baron de Marbot était un opposant peu fiable. En tant que témoin oculaire, il considérait que la bataille était sans conséquence et déplorait la fierté de deux généraux qui ont coûté la vie à tant d'hommes courageux sans résultat. L’historien John Fortescue a également défendu Wellington, affirmant que: Il n’est en aucun cas certain que Wellington a fait preuve d’une prudence excessive. [...] Son armée était encore la seule armée d'Angleterre; et perdre un certain nombre d'hommes lors d'un engagement partiel alors que le même résultat pouvait être obtenu avec quelques heures de retard aurait été inutile. Le pays était idéal pour les actions d'arrière-garde; Bien que le retrait de Masséna ne soit pas une armée battue, la plupart de ses généraux étaient des tacticiens de talent et d'expérience.

Ney a été félicité pour sa remarquable maniabilité de l’arrière-garde. Pour la perte de 150 ou 229 hommes, il avait tenu Wellington pendant une journée entière, laissant à Masséna le temps nécessaire pour traverser de force le fleuve Mondego. Wellington, lui-même, croyait que toute l'armée française était à ses trousses et était déçu de découvrir qu'il ne s'agissait que d'une arrière-garde.}}

Le bilanModifier

RéférencesModifier

  1. Charles-Théodore Beauvais, Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français de 1792 à 1815, Volume 20, C.L.F Panckoucke, Paris, 1820