Bataille de La Plata

La bataille de La Plata () est le dernier affrontement militaire entre les royalistes et les patriotes dans le cadre de la période appelée Patria Boba.

DéroulementModifier

Après la capitulation de Carthagène des Indes le , Pablo Morillo commence sa marche vers l'intérieur de la Nouvelle-Grenade. Irrépressiblement, les colonnes des colonels Francisco Warleta, Sebastián de la Calzada, Donato Ruiz de Santa Cruz, Miguel de la Torre et Julián Bayer s'emparent de tous les objectifs stratégiques tandis que Morillo entre dans Bogota le 26 mai[1],[2].

Face à la situation critique, le chef de la garnison de Popayán, le lieutenant-colonel Liborio Mejía, prend la fonction de président néogrenadin, et décide de faire face à Juan de Sámano, qui s'avance dangereusement depuis San Juan de Pasto vers le nord. Lors de la bataille de la Cuchilla del Tambo (29 juin), l'armée insurgée est presque entièrement détruite[3].

Mejía doit se retrancher avec ses derniers partisans à La Plata pendant que Sámano entre dans Popayán le 1er juillet. Tout est terminé le 10 juillet, lorsque le commandant royaliste Carlos Tolrá attaque les positions patriotes et capture le président Mejía et le brigadier Díaz[4].

ConséquencesModifier

Mejía est exécuté peu de temps après, les éphémères Provinces-Unies de Nouvelle-Grenade connaissent leur fin et le régime de terreur commence. Les royalistes réussissent à éliminer toute résistance, à l'exception des guérilleros des plaines du Casanare, dont la survie sera décisive pour le développement ultérieur du conflit[5],[6]

RéférencesModifier

  1. (es) Jesús María Henao et Gerardo Arrubla, Historia de Colombia para la enseñanza secundaria : La Independencia. La República, t. II, Bogota, Librería Colombiana, C. Roldán & Tamayo, , p. 345
  2. (es) Carlos Páramo Bonilla, Historia que no cesa : La independencia de Colombia, 1780-1830, Bogota, Universidad del Rosario, , 313 p. (ISBN 978-958-73-8101-6, présentation en ligne), « Tribunal de Purificación contra culpables y seducidos », p. 87
  3. (es) Pedro Rodríguez Mira, Significado histórico del nombre de algunas calles y carreras de la ciudad de Medellín, Medellín, Instituto Tecnológico Metropolitano, , 78 p. (ISBN 978-958-96-7778-0, présentation en ligne), p. 46
  4. (es) Gilberto Vargas Motta, Breviario del Huila y otros escritos, Ediciones Los Cámbulos, , p. 148
  5. (es) Pedro Pablo Camargo, Crítica a la Constitución Colombiana de 1886, Librería Temis Editorial, , 577 p. (ISBN 978-958-60-4204-8), p. 437
  6. (es) Luis Martínez Delgado, Historia extensa de Colombia, t. XVIII, Ediciones Lerner, , p. 188