Ouvrir le menu principal
Bataille de Fortín
Description de cette image, également commentée ci-après
Monument commémoratif à Fortin.
Informations générales
Date
Lieu Fortín
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire françaisDrapeau du Mexique République mexicaine
Commandants
Prosper Aimé
Forces en présence
35 cavaliers[1]60 cavaliers[1]
Pertes
aucune[1]5 morts[1]
12 prisonniers[1]

Expédition du Mexique

Batailles

Coordonnées 18° 54′ nord, 97° 00′ ouest

Géolocalisation sur la carte : Mexique

(Voir situation sur carte : Mexique)
Bataille de Fortín

La bataille de Fortín est la première bataille de l’intervention française au Mexique. Lors de cet engagement mineur, les Français battirent les troupes de l’armée républicaine mexicaine.

ContexteModifier

À la suite de la rupture des négociations avec le gouvernement mexicain, les Français doivent laisser 340 malades à Orizaba. L’attitude ambiguë de la France fait éclater la coalition avec l’Espagne et la Grande-Bretagne (9 avril 1862). Après l’assassinat de trois soldats français, le général Latrille de Lorencez s’inquiète du sort des malades d’Orizaba. Prétextant qu’une lettre du général Zaragoza menaçait la sécurité de ces derniers, il fait marcher ses troupes (environ 7 000 hommes) à leur secours.

L’engagementModifier

Le 19 avril, à deux heures de l’après-midi, la colonne française quitte Cordoba pour gagner Orizaba. À cinq heures, près du lieu-dit Le Fortin, un officier mexicain se présente devant l’avant-garde et affirme vouloir parlementer. L'officier commandant l’avant-garde française, le capitaine d'état-major Capitan, soupçonne une ruse pour reconnaître les effectifs français et éconduit l'officier mexicain.

Après s’être retiré, l’officier réapparait un peu plus tard à la tête d’un détachement de lanciers qui s’était dissimulé vraisemblablement derrière le relief et la végétation. Deux pelotons de chasseurs d’Afrique sont envoyés à leur rencontre. Les Mexicains tournent bride et une poursuite s’engage pendant vingt minutes. Ils sont rattrapés près de la baranca Metela et décident de faire face mais sont tués, blessés, fait prisonniers ou s’enfuient vers Orizaba[2].

ConséquencesModifier

Apprenant la nouvelle de l’engagement, le général Ignacio Zaragoza, qui se trouvait à proximité d’Orizaba, prend la route de Puebla dans la soirée. Le lendemain, Latrille de Lorencez fait son entrée dans Orizaba. Il y fait une proclamation justifiant sa conduite par le « vil attentat » dont Zaragoza aurait menacé les malades français. Cette excuse semble constituée de toutes pièces, comme les faux témoignages que Dubois de Saligny, ministre plénipotentiaire de la France, avait produit lors des négociations afin de renforcer la cause de l’Intervention.

Après cette victoire mineure, le général de Lorencez témoigne d’un optimisme déplacé. Grisé par le succès, il écrit à Napoléon qu’il pense se rendre bientôt maitre de Mexico. Le 27 avril, il marche sur la capitale mexicaine. Le 5 mai, il subit un échec devant Puebla et doit se retirer sur Orizaba.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Gustave Léon Niox, Expédition de Mexique, 1861-1867, 1874, p.142-143. (lire en ligne)
  2. Georges Bibesco, Au Mexique, 1862 ; combats et retraite des six milles, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1887. Cité par Jean-François Lecaillon dans La Campagne du Mexique. Récits de soldats 1862-1867, Bernard Giovanangeli Editeur, Paris, 2006, p. 20-1