Ouvrir le menu principal

Bataille de Cognat

Bataille de Cognat
Description de cette image, également commentée ci-après
Site de la bataille de Cognat, avec en arrière-plan l'église Sainte-Radegonde.
Informations générales
Date
Lieu Cognat, Cognat-Lyonne, dans l'Allier
Issue Victoire des protestants
Belligérants
infanterie et cavalerie des protestantsinfanterie et cavalerie des catholiques
Commandants
François de Boucé, seigneur de PoncenatBlason fam fr Montmorin de Saint-Herem.svg Gaspard de Montmorin-Saint-Hérem, gouverneur d'Auvergne
Forces en présence
3 500 fantassins et 500 cavaliers4 000 hommes et 1 000 cavaliers
Pertes
quelques hommes, dont Poncenat100 hommes, dont Jean de La Fayette

Deuxième guerre de religion (1567-1568)

La bataille de Cognat (quelquefois appelée bataille de Cognac) est une bataille entre catholiques et protestants pendant les guerres de Religion ; elle a eu lieu le 6 janvier 1568 au pied de l'église de Cognat, sur le territoire de l'actuelle commune de Cognat-Lyonne (Allier), entre Vichy et Gannat.

Sommaire

Forces en présenceModifier

Une petite armée protestante, forte de 4 000 hommes, commandée par le capitaine Poncenat (François de Boucé, seigneur de Poncenat) arrive de l'est. Cette armée remonte vers le nord pour rejoindre le prince de Condé, qui assiège Chartres. Les catholiques, au nombre de 5 000 environ, commandés par le gouverneur d'Auvergne, Gaspard de Montmorin-Saint-Hérem, veulent leur barrer la route. Dans l'armée catholique, on trouve Antoine de Saint-Nectaire, évêque du Puy, à la tête de l'infanterie, et Jean Motier de La Fayette, seigneur de Hautefeuille, dont le château de Hautefeuille se trouvait précisément sur le champ de bataille.

Les protestants viennent de Vichy, où ils s'en sont pris aux édifices catholiques et ont brûlé le couvent des Célestins. Le matin du 6 janvier, ils ont traversé l'Allier.

Déroulement de la batailleModifier

Les protestants, arrivés de l'est sur les hauteurs de Cognat, là où se trouve l'église Sainte-Radegonde, voient l'armée catholique en contrebas dans la plaine de Lyonne ; ils sont inférieurs en nombre, mais dans une position plus favorable. Les catholiques se lancent à l'assaut de la colline, mais sont arrêtés par les arquebusiers protestants. Les protestants contre-attaquent alors et poursuivent dans la plaine les catholiques qui battent en retraite. L'avantage est aux protestants, qui vont pouvoir continuer leur route.

Le chef protestant, Poncenat, meurt d'un coup d'arquebuse en regagnant ses lignes, touché par un de ses hommes qui ne l'a pas reconnu[1]. Parmi les victimes du côté catholique, on trouve La Fayette, tué au pied de son château de Hautefeuille. Le château de Hautefeuille et le village de Cognat sont détruits, seule l'église reste debout. Le village de Cognat sera reconstruit à quelques centaines de mètres au nord-est.

Sources anciennesModifier

La bataille a été représentée dans une gravure sur bois de Jacques Tortorel et Jean Périssin, presque contemporaine des événements.

Notes et référencesModifier

  1. Gabriel Morand, Le capitaine Poncenat : épisodes des guerres de religion en Bourbonnais de 1562 à 1568, Librairie historique du Bourbonnais L. Grégoire, 1912, p. 51 et suiv.

BibliographieModifier

  • André Imberdis, Histoire des guerres religieuses en Auvergne pendant les XVIe et XVIIe siècles, vol. 1, Moulins, P.-A. Desrosiers, 1840, p. 122-131 (en ligne).