Ouvrir le menu principal
Bataille d'Omdurman
Description de cette image, également commentée ci-après
La retraite des derviches après la défaite d'Omdurman (Robert George Talbot Kelly)
Informations générales
Date
Lieu Omdurman
Soudan
Issue Victoire anglo-égyptienne
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Égypte Khédivat d'Égypte
Mahdiyah Mahdiyah
Commandants
Général Herbert KitchenerAbdullah al-Taashi
Forces en présence
26 000 hommes52 000 hommes environ
Pertes
47 tués
350 blessés
9 700 tués
13 000 blessés
5 000 prisonniers

Guerre des Mahdistes (1881-1899)

Batailles

Aba · El Obeid · Première bataille d'El Teb · Deuxième bataille d'El Teb · Tamai · Trinkitat · El Eilafun · Abu Klea · Abu Kru · Khartoum · Kirbekan · Hashin · Tofrek · Ginnis · Metemma · Toski · Agordat · Barca · Tokar · Serobeti · Agordat · Kassala · Gulusit · 1er Sebderat · 2e Sebderat · Mokram · Tucruf · Firkat · Hafir · Bedden · Redjaf · Abu Hamed · Atbara · Omdurman · Fachoda · Gedaref · Roseires · Um Dibaykarat

Coordonnées 15° 45′ 07″ nord, 32° 31′ 12″ est

Géolocalisation sur la carte : Soudan

(Voir situation sur carte : Soudan)
Bataille d'Omdurman

La bataille d'Omdurman est livrée le au Soudan, pendant la guerre des mahdistes. Au cours de cette bataille, les troupes anglo-égyptiennes commandées par le général britannique Herbert Kitchener vainquent l'armée d'Abdullah al-Taashi, successeur du Mahdi autoproclamé, Muhammad Ahmad.

Sommaire

DéroulementModifier

 
La charge du 21e lanciers (Richard Caton-Woodville)

L'armée anglo-égyptienne commandée par le général Kitchener anéantit les mahdistes du calife Abdullah al-Taashi. Quelques mitrailleuses suffisent à anéantir une armée de milliers de derviches[1]. Point d'orgue du conflit, cette bataille scelle la reconquête du Soudan par les Anglo-Égyptiens et la destruction de l'empire mahdiste, même si la résistance des derviches perdure encore pendant plus d'une année. Winston Churchill, alors officier de cavalerie, participa à la célèbre charge du 21e régiment de lanciers britannique, une des dernières de l'histoire militaire britannique. À son retour en Angleterre, il publia un récit du combat qui sera grandement apprécié. Slatin Pacha et Reginald Wingate combattirent aussi aux côtés de Kitchener.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

SourcesModifier

  • (en) Philip Warner, Dervish, the rise and fall of an African empire, Wordsworth éditions, Grande-Bretagne, 2000, (ISBN 1-84022-246-8)
  • (en) Howard Withehouse, Battle in Africa, Fieldbooks, Mansfield 1987.
  • (en) Winston Churchill, My Early Life, Eland Publishing, Londres, 2000, (ISBN 978-0-907871-62-0)
  • Pierre Royer, "Ondurman, La fin du romantisme militaire", Conflits, n°14, Juillet-Aout-Septembre 2017, pp.38-39.
  • Henri Wesseling, Le partage de l'Afrique, Éditions Denoël, p. 608

Notes et référencesModifier

  1. Henri L. Wesseling, Le partage de l'Afrique, Éditions Denoël, 1996 pour la traduction française, 840 p. (ISBN 978-2-07-042116-9), chapitre "La seconde guerre des Boers"