Ouvrir le menu principal

Basile Parent

ingénieur belge
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parent.
Basile Parent
Portrait de Basile Parent.png
Lithographie de Charles Baugniet (1861).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Propriétaire de
Arme
Conflit
Distinctions
Couillet - église Saint-Basile - 28.jpg
Mémorial placé dans l'église Saint-Basile de Couillet.

Basile Parent (1807-1866) est un ingénieur belge qui participa à la révolution belge de 1830 et devint ensuite un entrepreneur et industriel dans les chemins de fer en Belgique et en France. Il est notamment, avec Pierre Schaken, créateur de la société Parent et Shacken, origine de l'entreprise Fives-Lille.

BiographieModifier

Basile Parent est né le à Couillet en Belgique, il participe à la Révolution belge de 1830 contre les Hollandais, d'où naquit la Belgique. Il s'engage dans l'armée belge, sert dans un régiment de Génie et acquiert ainsi d'excellentes connaissances en matière de nivellements, de constructions de déblais et de remblais.

Revenu à la vie civile, il participe à la création du premier chemin de fer en Belgique (et sur le continent) entre Bruxelles et Malines (1835). Il entreprend ensuite la construction de réseaux ferroviaires notamment en France (par exemple Paris-Strasbourg), en Italie et en Espagne. Il s'associe à Pierre Schacken, un ancien compagnon d'armes. Il fonde ainsi la société Parent et Schacken à l'origine de la compagnie Fives-Lille.

En 1854, avec Pierre Schaken, il obtient un premier contrat d'une durée 6 ans avec la Compagnie du chemin de fer du Grand Central.

En 1861, il fonde avec son associé les ateliers de construction mécanique de Fives spécialisés dans la construction de voies de chemin de fer et locomotives. Les ateliers se trouvent à Fives près de Lille "Fives-Lille", spécialisée dans la construction de rails de chemin de fer ainsi que de locomotives à vapeur et à Givors (Rhône) spécialisée dans le façonnage des roues et des essieux de wagons. Cette même année 1861, les sociétés Cail et Fives-Lille forment une co-entreprise sous le nom de la « participation Cail, Parent, Schaken, Houel, Caillet, à Paris et Fives-Lille ». Cette coopération avec Jean-François Cail conduit à de nombreuses réalisations: locomotives, ponts, viaducs, charpentes métalliques.. sous le nom de Parent-Schaken-Cail et Compagnie.

En 1865, cette association se développe et devient, la Compagnie de Fives-Lille.

En 1868, la Compagnie Fives-Lille, dans l'usine de Givors (Rhône) augmente sa capacité de production et produit des charpentes métalliques, des ponts en fer. En 1868, elle prendra aussi le statut de société anonyme Compagnie de Fives-Lille pour constructions mécaniques et entreprises. Son gendre Adrien Lebeuf de Montgermont et son petit-fils Georges Lebeuf de Montgermont seront administrateurs de la société.

En novembre 1901, les nouveaux ateliers de Fives-Lille peuvent mettre en chantier 80 locomotives par an. Ils produisent les machines du Transsibérien. Ils fournissent en même temps l'artillerie lourde des cuirassés Gambetta et Jules-Ferry1.

En 1914, l'industrie d'armement occupe l'usine de Lille. Elle emploie environ 1 000 ouvriers qui rejoignent l'usine de Givors avant l'occupation de la ville de Lille par les troupes allemandes.

À la fin 1918, l'usine se développe et le site de Givors (Rhône) emploie plus de 8 000 ouvriers.

« Fondée en 1861, elle doit sa notoriété à l'ampleur de ses installations (plus de 15 hectares d'ateliers, 12 marteaux pilons, 95 forges, 500 machines-outils), au nombre de ses ouvriers qui sont plusieurs milliers. (...) de 1861 à 1905 sortent de ses ateliers plus de 2'000 ponts de chemin de fer, une centaine de ponts routiers, dont certains monumentaux, des gares de chemins de fer dont la célèbre gare d'Orsay, plus de 2000 locomotives. La Compagnie de Fives-Lille exporte ses productions dans le monde entier, en Espagne, en Égypte avec deux ponts sur le Nil, en Roumanie, en Chine, au Brésil, en Argentine... Philippe Marchand 2003»

Aujourd'hui, cette société est un groupe d'ingénierie dénommé Fives.

Reconnu comme l'un des plus grands entrepreneurs de son époque, Basile Parent sera administrateur de la société du chemin de fer Paris-Lyon-Marseille (PLM), société crée en 1857. Il sera aussi l'un des membres fondateurs et des administrateurs à la fois du Crédit Industriel et Commercial (Banque CIC) et de la Société Générale.

En tant que fondateur et troisième plus important actionnaire du CIC (>5% du capital), il siège le 24 mai 1859 au premier conseil d'administration du Crédit Industriel et Commercial (Banque CIC) présidé le Marquis Gaston d'Audiffret, et administré par Edouard Lichtelin (vice-président), Armand Donon (comité de direction), Ferdinand Barrot (comité de direction), Gabriel Dehaynin (comité de direction), Joseph de La Bouillerie (comité de direction)et Messieurs François-Barthélemy Arlès-Dufour, Félix Aubry, Jean-Hector Bouruet-Aubertot, Henri Durrieu, William Gladstone, David Hansemann, Michel Montané, Harold Portalis ainsi que le Prince Soltykoff.

Basile Parent est le 6 avril 1864, l'un des quinze fondateurs et premiers membres du conseil d'administration (chacun propriétaire de 200 actions) de la Banque Société Générale avec Louis-Raphaël Bischoffsheim, Edward Blount, Meyer-Joseph Cahen d'Anvers, Henry Davillier, Alphonse Pinard, Guillaume Denière, Victor Fère, Alfred Le Roux, Louis Philippe Lucy-Sédillot, François Bartholoni, Eugène Schneider, Paulin Talabot, Edouard Hentsch et Samuel Laing.

Sa notoriété lui vaut d'être souvent reçu au palais des Tuileries par Napoléon III et l'impératrice Eugénie.

Il aime recevoir en son Château de Coubert (Seine et Marne) mais aussi retourner dans son village natal de Couillet (Charleroi) ou il fait ériger une brasserie (dans l'actuel parc communal), la ferme, le château de Parentville (plus tard occupé par les usines Solvay et ensuite par l'Université libre de Bruxelles) et l'église Saint-Basile inaugurée le 8 septembre 1868 mais fermée depuis l'an 2000 par crainte d'effondrements.

Après son décès à Paris en son hôtel du 12, place Vendôme, le 2 juin 1866, ses enfants poursuivent la construction de l'église, soit Auguste Parent, Joséphine Lebeuf de Montgermont et la marquise Mathilde des Roys.

Très intéressés par le village natal de leur père, les siens encouragèrent la création d'une chorale, Les Amis du Progrès, dont le centenaire fut fêté en 1968 en présence de la princesse Paola, future reine des Belges.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • Basile Parent sur Structurae.de
  • Source: Hubert Bonin, 1960, Edition Droz "Histoire de la Société Générale (1864-1890) Naissance d'une banque"
  • Source: Nicolas Stoskopf, 2009, Edition La Branche, Histoire du Crédit industriel et commercial (1859-2009)
  • Philippe Marchand, 2003 (ISBN 2877476456 et 9782877476454)
  • Fonds FIVES-CAIL-BABCOCK des Archives Nationales du Monde du Travail, Roubaix
  • Joseph Dubois, Revue du Nord, vol.  67, no 265, 1985, p.  517-525.
  • Fives-Lille - Wikipedia
  • BOLLE Alfred in "Notice historique sur Couillet", plaquette éditée en 1968 à l'occasion du centenaire des Sociétés royales des Décorés et Amis du Progrès de Couillet,
  • Guy Mandosse « archives familiales Basile Parent »