Basic (film)

film américain réalisé par John McTiernan et sorti en 2003
Basic
Titre québécois Formation extrême
Titre original Basic
Réalisation John McTiernan
Scénario James Vanderbilt
Musique Klaus Badelt
Acteurs principaux
Sociétés de production Intermedia Films
Phoenix Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre thriller
Durée 98 minutes
Sortie 2003


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Basic ou Formation extrême au Québec est un film américano-allemand réalisé par John McTiernan, sorti en 2003.

SynopsisModifier

Un groupe de Rangers, emmené par le tyrannique sergent West, manque le rapport après un entraînement dans la jungle de Panama. Se rendant sur les lieux en hélicoptère, le colonel William Styles, commandant de la base, n'en récupère que deux, dont un blessé et les ramène à Fort Clayton. Ils y seront interrogés par le capitaine de la police militaire Julia Osborne. Mais le colonel Styles n'a pas confiance en elle et fait appel à un vieil ami et ex-camarade ranger, Tom Hardy. Ce dernier est aujourd'hui agent de la DEA soupçonné de corruption, afin de mener une enquête officieuse avec le capitaine Osborne. Malgré leurs divergences et leur style opposé, Osborne et Hardy vont tenter d'élucider le mystère.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

  Canada,   États-Unis :
  France :
  Belgique :

DistributionModifier

Source et légende : Version Française (VF) sur Voxofilm[1]

ProductionModifier

DéveloppementModifier

Afin de garantir l'authenticité de son intrigue, John McTiernan a fait appel au sergent-chef Charles Fails, engagé comme conseiller technique. Celui-ci avait déjà travaillé sur d'autres thriller militaires comme Tigerland de Joel Schumacher et À armes égales de Ridley Scott[2].

Le film et le scénario rappellent Rashōmon d'Akira Kurosawa et à son concept dit de « l'effet Rashōmon »[3].

Distribution des rôlesModifier

Basic marque les retrouvailles du cinéaste et du comédien Samuel L. Jackson, qui avaient déjà tourné ensemble en 1995 sur Une journée en enfer, ainsi que celles de Jackson et Travolta, célèbre duo du Pulp Fiction de Quentin Tarantino[2].

Si tous les comédiens de Basic ont dû subir une formation de rigueur, John Travolta s'est, pour sa part, particulièrement bien préparé : entraînement six jours sur sept pendant les trois mois précédant le tournage, ce qui lui permit de perdre une douzaine de kilos, stage intensif au 1er bataillon du 75e Rangers et régime spécial pendant toute la durée des prises de vue[2].

TournageModifier

Le tournage s'est déroulé du au [4] à Fernandina Beach et Jacksonville (en Floride), ainsi qu'au Costa Rica et au Panama[5].

Le tournage de Basic s'est principalement déroulé sur les lieux mêmes de l'action du film, au Panama. Les scènes cruciales de l'exercice en forêt ont, elles, été tournées sur un ancien terrain d'aviation de Jacksonville, en Floride, transformé pour l'occasion en jungle tropicale avec l'ajout d'une centaine de palmiers et de 400 à 500 autres plantes aux chênes déjà présents sur le terrain. Pour reconstituer la tempête censée frapper la jungle pendant l'exercice militaire, l'équipe des effets spéciaux de Basic a eu recours à six ventilateurs géants dispersés sur le plateau. La pluie torrentielle était, elle, amenée par neuf réservoirs fixés aux arbres et connectés à une citerne pouvant fournir jusqu'à 2 800 litres d'eau par minute[2].

MusiqueModifier

La musique du film est composée par Klaus Badelt, assisté sur certaines compositions par Ramin Djawadi (tous deux membres du Remote Control Productions de Hans Zimmer)[6].

On peut également entendre dans le film :

AccueilModifier

CritiquesModifier

Dès sa sortie en salles, Basic a rencontré un accueil critique négatif dans les pays anglophones : 21 % des 142 commentaires collectés par le site Rotten Tomatoes sont positifs, pour une moyenne de 4,210[7], tandis qu'il obtient un score de 34100 sur le site Metacritic, basé sur 33 commentaires collectés[8]. En revanche, il obtient un bon accueil en France, puisqu'il obtient une moyenne de 35 sur le site AlloCiné, pour 16 commentaires collectés[9].

Box-officeModifier

Basic a totalisé 42 792 561 $ de recettes mondiales, dont 26 793 311 $ rien qu'aux États-Unis [10]. Il s'agit d'un échec commercial, vue que le long-métrage a été tourné pour un budget de 50 000 000 $[11]. En France, il enregistre un total de 306 404 entrées[12].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis 26 793 311 $ 7
  France 306 404 entrées - -

  Total mondial 42 792 561 $ - -

CommentaireModifier

John Travolta mène une nouvelle fois l'enquête au sein de l’armée américaine, comme il l'avait fait quatre ans plus tôt dans Le Déshonneur d'Elisabeth Campbell de Simon West.

Notes et référencesModifier

  1. « Fiche de doublage v.f. - Basic », sur free.fr (consulté le 1er avril 2021).
  2. a b c et d « Secrets de tournage », sur AlloCiné (consulté le 22 février 2014)
  3. (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  4. (en) Business sur l’Internet Movie Database
  5. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  6. (en) Basic (complete score) - Hans Zimmer.com
  7. (en) « Basic (2003) » [vidéo], sur Rotten Tomatoes (consulté le 16 septembre 2020).
  8. « Basic » [vidéo], sur metacritic.com (consulté le 16 septembre 2020).
  9. « Basic : Les critiques presse » [vidéo], sur allocine.fr (consulté le 1er avril 2021).
  10. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=basic.htm
  11. « Basic (2003) - Financial Information », sur The Numbers (consulté le 16 septembre 2020).
  12. « Basic (2003) - JPBox-Office », sur jpbox-office.com (consulté le 1er avril 2021).

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier